narque

"L'Imparfaite", la revue érotique née sur les bancs de Sciences Po

Dès sa création, en 2009, la revue avait fait parler d'elle en faisant poser des étudiants de la rue Saint-Guillaume - et futurs énarques pour certains - entièrement nus. Depuis, elle aborde la sexualité comme un sujet d'investigation à part entière, au même titre que l'économie ou la politique.

Ils avaient créé L'Imparfaite (1) pour leur propre plaisir. Ils ? Une bande d'amis qui venaient de clore leurs cinq ans de scolarité à Sciences Po et voulaient finir sur un coup d'éclat. “Mais pas en faisant une revue géopolitique ennuyeuse”, se rappelle l'un d'eux, Quentin Girard. Surgit alors une idée étonnante dans ce milieu faussement propret : faire poser les étudiants nus dans une revue sur le sexe. Ou comment mettre ceux qui formeront l'élite de demain - certains seraient désormais énarques - à poil, nus comme des vers dans une revue disponible en librairie. Nous sommes en 2009, la revue L'Imparfaite est née. “Tous les étudiants qui posaient voulaient cacher leur visage, raconte Quentin Girard. Après le premier numéro, les étudiants ont réclamé qu'on les montre. ” Un mot de la direction ? “ Descoings (Richard Descoings, directeur de l'Institut d'études politiques de Paris de 1996 à sa mort, en 2012, NDLR) a adoré.”

La jeune bande de diplômés émoustillés décide de transformer l'essai en dédiant la revue à la sexualité. “Pour beaucoup de gens, le sexe appartient au domaine du léger, du futile. Pour nous, c'est une porte d'entrée vers la compréhension du monde, explique Quentin Girard. D'un point de vue moral, esthétique, culturel, la façon de concevoir la sexualité permet, comme la géographie ou l'histoire, d'aborder et d'étudier une société.” Dans le septième numéro, qui vient tout juste (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Quatorzième petit déjeuner de la créativité Ah!Ah!Ah! - “Madame Figaro”
Un nouveau magazine italien dédié à l'art… du selfie
Sofia Boutella : “Changer de métier à 29 ans, c'est un peu fou !”
Qui est Amy Schumer, la comédienne qui défie les standards d'Hollywood ?
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame
Un parfum de révolution règne en France !

La France est occupée ! Par une armée française ! Six millions de soldats mettent le pays en coupe réglée. Sous leur pas, l’herbe ne repousse pas plus que sous les sabots des chevaux d’Attila. Qui les commande ? 4000 officiers d’état major.

Ces soldats ? Les fonctionnaires. Ces officiers ? Les énarques. Quelle est leur mission officielle ? Administrer le pays. Quel est leur véritable objectif ? Le piller.

La France se meurt sous cette impitoyable férule. L’économie est en déroute, les frontières sont des passoires, l’ordre ne règne que dans le quartier des ministères à Paris. Le pays gronde-t-il ? Même pas : il s’affaisse.

Où est la résistance ? Chez ceux qui se libèrent du joug de la Sécurité sociale, principale arme d’asservissement du régime, et chez les jeunes gens qui, enfin, ont décidé d’aller crier « Liberté » dans les rues des villes. Les uns et les autres vaincront-ils ? C’est certain. Quand ? Demain.

Puissante par le nombre, l’armée d’occupation est dans une situation désespérée. Pourquoi ? Parce qu’elle a adopté follement la stratégie de la terre brûlée envers son propre territoire. Qui nourrit cette armée ? Les entreprises du pays. Accablées d’extorsions et de sévices, elles ne produisent plus assez pour assurer la subsistance des mercenaires qui les torturent.

Les officiers sont pris de rage. Ils croient que les entrepreneurs cachent des trésors. Alors ils promulguent chaque jour de nouveaux dictats pour leur faire rendre gorge. Mais la récolte ne cesse de s’amoindrir.

L’épargne nationale a depuis longtemps été brûlée dans les fours de l’Etat. Les Français ne sont riches que de la promesse de celui-ci de les en rembourser. Les créanciers étrangers de la France sont le dernier bastion du régime. La première émeute les fera fuir. Les soldats ne seront plus payés et déserteront leurs postes. Les officiers prendront la fuite vers des lieux où leur argent vit et prospère en paix.

Le pays devra alors se reconstruire. Pas un seul de ceux qui ont causé sa chute ne devra trouver grâce aux yeux du peuple. Car ils sont porteurs des pires germes, ceux qui instillent le goût de l’assistance et la paresse dans les âmes les plus saines. Voyez ce qu’ils ont fait de la France. Il ne faut pas leur permettre de recommencer.

Tout indique que de grands évènements se préparent. Quand une armée d’occupation ne fait plus peur qu’aux couards, sa défaite est assurée. Les brèches de la liberté sont grandes ouvertes. Les Libérés ont fait exploser les mensonges du monopole social. La jeunesse s’est emparée des rues de Paris sans que la police du régime, entièrement mobilisée pour protéger les membres de l’appareil d’Etat, ne tente de les en empêcher. Un parfum de révolution a régné le 14 juillet à Paris, où se déroulaient deux défilés, celui des Champs-Elysées et celui des rues, à l’Opéra, devant le Palais Bourbon, aux abords immédiats de la tribune officielle de la place de la Concorde, ailleurs.

Bien entendu et comme toujours la presse officielle n’a rien vu. Comme elle n’a cessé de le répéter, se libérer de la Sécurité sociale est « illégal », et ceux qui le font ne sont que quelques centaines, tandis que les manifestants du 14 juillet n’étaient pas plus nombreux. « Radio Paris ment, Radio Paris est allemand », chantait-on sur l’air de la Cucaracha pendant l’Occupation !

Pour remplacer le régime d’oppression qui a ruiné la France, il ne faudra pas que de l’honnêteté et de la bonne volonté, même si ces qualités sont indispensables. Il faudra aussi un programme simple et cohérent, fondé sur une réduction drastique des dépenses publiques et de l’impôt, sur la fin de l’Etat providence et de tout monopole social, sur la suppression du statut des fonctionnaires et sur l’abrogation de plusieurs codes, notamment celui des impôts et celui du travail, qui seront remplacés par des textes brefs fixant les principes et laissant à l’usage le soin de les préciser.

Il fera bon vivre dans la France de demain. Celle d’aujourd’hui n’aura été qu’un trop long cauchemar.

Claude Reichman

Florian Philippot et Brigitte Bardot : séance de câlins à la Madrague (Photos)

Une chose est certaine : Brigitte Bardot sait comment mettre à l'aise ses hôtes. Depuis quelques temps, Florian Philippot est dans le collimateur de Jean-Marie Le Pen. Une rivalité exacerbée par les querelles familiales opposant les membres du clan Le Pen. Dans une récente interview accordée au magazine Marianne, le père de Marine Le Pen dressait un portrait au vitriol du bras droit de sa fille et assurait qu'il exerçait une mauvaise influence sur la leader du Front National. “Il est un énarque de bonne qualité intellectuelle mais il manque de charisme. Il a certes accès aux médias d'actualité mais pas aux grandes chaînes de télé. Ce monsieur a quand même révélé qu'il n'avait jamais voté pour Jean-Marie Le Pen. C'est une phrase extraordinaire pour un vice-président !” s'exclamait-il.

Florian Philippot trouve du soutien auprès de Brigitte Bardot. Ce week-end, le numéro deux du Front National a laissé de côté les différentes accusations de Jean-Marie Le Pen pour se ressourcer chez Brigitte Bardot à la Madrague. Très actif sur les réseaux sociaux, Florian Philippot a partagé deux clichés sur son compte Twitter sur lesquels l'ancienne actrice à succès enlace très chaleureusement son invité. “Très belle journée à la Madrague. Merci Brigitte pour votre amour inconditionnel des animaux et de la France !” a commenté le frontiste en légende de l'un de ces clichés.

Très belle journée à la Madrague. Merci Brigitte pour votre amour inconditionnel des animaux et de la France ! pic.twitter.com/p0C12Pefp4

— Florian Philippot (@f_philippot) July 18, 2015

Retrouvez cet article sur CloserMag.fr

Martika (Bachelor) : une apparition remarquée dans le clip du groupe Tragédie (vidéo)
Louis Tomlinson bientôt papa : il espère un garçon ! 
Jennifer Lawrence future voisine de Gwyneth Paltrow ?
Liam Payne fiancé ? Sa réponse à la rumeur 
DSK “ne respecte pas la moitié du genre humain”, selon Geoffroy Didier
Marjorie des L5 moquée pour sa prestation sur une place déserte : la chanteuse ironise
L’image du jour: Le bilan de François Hollande en 10 chiffres

L’image du jour: Le bilan de François Hollande en 10 chiffres
By Benji

Bilan implacable, nos politiques ne sont réellement pas là pour travailler POUR le pays, mais pour permettre la mise en place d’un nouveau système économique et financier, et pour qu’un nouvel empire puisse émerger, il faut que le système s’effondre. Mais quelque chose me dit qu’ils y sont presque… Trouvé sur Jovanovic.com Maintenant, petite image bonus, car notre chère président doit se montrer rassurant auprès des foules, et faire plein de promesses toutes aussi stupides les uns que les autres pour pour que les impôts soient encore payés . Ce qu’il faut, c’est maîtriser la langue de bois, et c’est une chose que vous pouvez apprendre en moins de trois minutes grâce à ce tableau: Grâce à Là-bas, devenez énarque en trois minutes. Avec un peu d’effort, vous parviendrez très vite à parler comme un vrai homme politique. Commencez par la case en haut à gauche, puis enchaînez avec n’importe […] Lire la suite…

August 4, 2015 at 06:29AM
via Les moutons enragés http://ift.tt/1g33k9v

Santé : les données publiques désormais à la portée de tous
L'information médicale officielle est maintenant disponible en ligne sur Internet mais reste dispersée sur de nombreux sites.Les données utiles sont désormais disponibles, mais restent dispersées sur les nombreux sites officiels.

Trouver des informations de santé est aujourd'hui très facile. Trouver des informations fiables l'est beaucoup moins. Or la ministre de la Santé, Marisol Touraine, l'avait souligné le 23 septembre en présentant la stratégie nationale de santé: «Les patients veulent être mieux informés et mieux impliqués.» La lourde machinerie de l'État s'est mise en branle dès avril, lorsqu'elle a demandé à un bon connaisseur du milieu, l'énarque et ancien directeur de la Sécurité sociale, Pierre-Louis Bras, de lui remettre un rapport sur les modalités d'une ouverture plus large des données médico-administratives de santé. «Nous sommes partagés entre la volonté de mettre les informations à la disposition du grand public et celle de protéger les citoyens», explique-t-on au ministère de la Santé.

À vrai dire, le mouvement de transparence s'est amorcé depuis plusieurs années. Notamment lorsque Xavier Bertrand, ministre de la Santé, a décidé d'ouvrir grand les portes de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ( ANSM) après l'affaire Mediator(nos éditions du 1er août 2011). Le ministère a parachevé le travail entamé par la loi Bertrand du 29 décembre 2011 en signant le 21 mai dernier le décret sur la transparence des liens entre les professionnels ou associations de santé et les laboratoires pharmaceutiquesou cosmétologies.

Le citoyen intéressé peut désormais consulter les liens éventuels existant entre un industriel et un médecinou une association de patient (www.sunshine-act.ordre.medecin.fr). Les montants ne sont en revanche mentionnés que (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Ebola : efficacité record pour le vaccin testé en Guinée
Bien choisir son lit pour préserver ses nuits
Nos aliments contiennent-ils trop d'arsenic ?
Les clés du bien manger : «la diversité, le plaisir et le partage»
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Santé
Front national : les prochaines semaines s'annoncent mouvementées

Hier, mardi 28 juillet, la justice a offert

une troisième victoire à Jean-Marie Le Pen contre sa fille Marine. Le congrès par correspondance mené par le Front national pour déchoir le “Menhir” de son statut de président d'honneur a bien été suspendu.
Jean-Marie Le Pen n'a pas tardé à railler Florian Philippot, sa cible favorite, au micro de France 2 hier. L'énarque, n°2 du parti, est le responsable de la situation et du “virage gauchiste du FN” selon Jean-Marie Le Pen.

Marion Maréchal-Le Pen “dubitative, pour ne pas dire énervée”

Le fondateur du parti d'extrême droite n'écarte pas une candidature aux régionales en PACA en décembre prochain, contre sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen. “J'ai de quoi être un petit peu dubitative, pour ne pas dire énervée. Je pars avec sa confiance, son soutien, des garanties - celle d'avoir les mains libres -, et je me retrouve quelques mois plus tard prise en otage”, a-t-elle déclaré sur RTL ce mercredi.

Dans la journée, Marine Le Pen doit publier les résultats du congrès, bien que la justice l'ait rendu nul. Fin août, père et fille se retrouveront à l'université d'été du FN. Ils se croiseront peut-être aussi lors d'un prochain congrès, si la présidente frontiste persiste à vouloir écarter son père.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Affaire Bygmalion : Jean-François Copé entendu en audition libre
Sondages de l'Elysée : Patrick Buisson, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, est mis en examen
Visite historique de Laurent Fabius en Iran
Eurotunnel : un migrant écrasé dans la nuit
Les 4 Vérités : pour Jean Arthuis, il faut une vraie politique européenne

Florian Philippot et Brigitte Bardot : séance de câlins à la Madrague (Photos)

Une chose est certaine : Brigitte Bardot sait comment mettre à l'aise ses hôtes. Depuis quelques temps, Florian Philippot est dans le collimateur de Jean-Marie Le Pen. Une rivalité exacerbée par les querelles familiales opposant les membres du clan Le Pen. Dans une récente interview accordée au magazine Marianne, le père de Marine Le Pen dressait un portrait au vitriol du bras droit de sa fille et assurait qu'il exerçait une mauvaise influence sur la leader du Front National. “Il est un énarque de bonne qualité intellectuelle mais il manque de charisme. Il a certes accès aux médias d'actualité mais pas aux grandes chaînes de télé. Ce monsieur a quand même révélé qu'il n'avait jamais voté pour Jean-Marie Le Pen. C'est une phrase extraordinaire pour un vice-président !” s'exclamait-il.

Florian Philippot trouve du soutien auprès de Brigitte Bardot. Ce week-end, le numéro deux du Front National a laissé de côté les différentes accusations de Jean-Marie Le Pen pour se ressourcer chez Brigitte Bardot à la Madrague. Très actif sur les réseaux sociaux, Florian Philippot a partagé deux clichés sur son compte Twitter sur lesquels l'ancienne actrice à succès enlace très chaleureusement son invité. “Très belle journée à la Madrague. Merci Brigitte pour votre amour inconditionnel des animaux et de la France !” a commenté le frontiste en légende de l'un de ces clichés.

Très belle journée à la Madrague. Merci Brigitte pour votre amour inconditionnel des animaux et de la France ! pic.twitter.com/p0C12Pefp4

— Florian Philippot (@f_philippot) July 18, 2015

Retrouvez cet article sur Closermag.fr

Martika (Bachelor) : une apparition remarquée dans le clip du groupe Tragédie (vidéo)
Louis Tomlinson bientôt papa : il espère un garçon ! 
Jennifer Lawrence future voisine de Gwyneth Paltrow ?
Liam Payne fiancé ? Sa réponse à la rumeur 
DSK “ne respecte pas la moitié du genre humain”, selon Geoffroy Didier
Marjorie des L5 moquée pour sa prestation sur une place déserte : la chanteuse ironise

"L'Imparfaite", la revue érotique née sur les bancs de Sciences Po

Dès sa création, en 2009, la revue avait fait parler d'elle en faisant poser des étudiants de la rue Saint-Guillaume - et futurs énarques pour certains - entièrement nus. Depuis, elle aborde la sexualité comme un sujet d'investigation à part entière, au même titre que l'économie ou la politique.

Ils avaient créé L'Imparfaite (1) pour leur propre plaisir. Ils ? Une bande d'amis qui venaient de clore leurs cinq ans de scolarité à Sciences Po et voulaient finir sur un coup d'éclat. “Mais pas en faisant une revue géopolitique ennuyeuse”, se rappelle l'un d'eux, Quentin Girard. Surgit alors une idée étonnante dans ce milieu faussement propret : faire poser les étudiants nus dans une revue sur le sexe. Ou comment mettre ceux qui formeront l'élite de demain - certains seraient désormais énarques - à poil, nus comme des vers dans une revue disponible en librairie. Nous sommes en 2009, la revue L'Imparfaite est née. “Tous les étudiants qui posaient voulaient cacher leur visage, raconte Quentin Girard. Après le premier numéro, les étudiants ont réclamé qu'on les montre. ” Un mot de la direction ? “ Descoings (Richard Descoings, directeur de l'Institut d'études politiques de Paris de 1996 à sa mort, en 2012, NDLR) a adoré.”

La jeune bande de diplômés émoustillés décide de transformer l'essai en dédiant la revue à la sexualité. “Pour beaucoup de gens, le sexe appartient au domaine du léger, du futile. Pour nous, c'est une porte d'entrée vers la compréhension du monde, explique Quentin Girard. D'un point de vue moral, esthétique, culturel, la façon de concevoir la sexualité permet, comme la géographie ou l'histoire, d'aborder et d'étudier une société.” Dans le septième numéro, qui vient tout juste (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Quatorzième petit déjeuner de la créativité Ah!Ah!Ah! - “Madame Figaro”
Un nouveau magazine italien dédié à l'art… du selfie
Sofia Boutella : “Changer de métier à 29 ans, c'est un peu fou !”
Qui est Amy Schumer, la comédienne qui défie les standards d'Hollywood ?
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame
Pourquoi le bulletin de paie est devenu aussi complexe

Pourquoi le bulletin de paie est devenu aussi complexe

Avec un gouvernement plein d’audaces et en quête de simplification, il y a t’il quelqu’un qui se pose des questions quant à l’original du mal :

LES DEUX AXES DE COMPLEXIFICATION ?

Quels sont ils :

Les fonctionnaires de Bercy :

Extrêmement motivés par des politiques totalement incompétents dont la seule vision à long terme est la réélection, bon nombre d’énarques, mines ou inspection des finances…

View On WordPress

Cédric Lewandowski, l’adjuvant chef

Le puissant directeur de cabinet de Le Drian, homme de réseaux, est un spécialiste du rapport de force qui tient tête aux généraux.

De tous les directeurs de cabinet nommés en 2012, il est le seul toujours en fonction. Cédric Lewandowski, 46 ans, est l’autre homme fort de l’Hôtel de Brienne. Celui que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a imposé à l’aristocratie d’Etat comme aux gradés, peu enclins à se plier aux injonctions d’un ex-attaché parlementaire même pas énarque. Difficile de cerner ce dircab atypique, qui tutoie les ministres et s’arroge le pouvoir de faire et défaire les carrières au sein de l’institution militaire. Aussi puissant que redouté, très proche du criminologue Alain Bauer et des réseaux francs-maçons, le conseiller pilote en sous-main la plupart des dossiers sensibles, de la libération des otages au Sahel aux relations avec le complexe militaro-industriel. Clanique, cassant, parfois brutal pour les uns. Bourreau de travail, efficace et meneur d’hommes pour les autres.

Ce spécialiste du rapport de force a su par trois fois faire plier Bercy sur le budget de la Défense tout en tenant tête aux généraux. Avec la bénédiction de son patron : «Il y a une répartition intelligente des rôles entre eux, confie un industriel qui les connaît bien. Lewandowski s’est fait détester rapidement alors que Le Drian joue le gentil. On a cru que ce duo good cop-bad cop ne durerait pas, mais ça tient.» Quand Le Drian et Lewandowski s’installent au ministère de la Défense, le tandem est déjà rodé. Depuis 2006, les deux hommes se voient assidûment. Cette année-là, au cours d’un déjeuner, le député du Morbihan, partisan du non-cumul des mandats, confie à son cadet de vingt-deux ans qu’il ne se représentera pas aux législatives de 2007. Pour autant, il n’entend pas se couper des enjeux nationaux, encore moins de la défense, un sujet stratégique pour la région Bretagne qu’il préside. «Je veux faire de toi le ministre de la Défense», lui répond Lewandowski.

Dès (…)

Lire la suite sur Liberation.fr

Jean-Yves Le Drian, l’ami urgentiste de l'Afrique
Jean-Yves Le Drian, légitime Défense
LE DRIAN VU PAR… … la droite
… les Bretons
… les militaires
L'État actionnaire change de tête
Régis Turrini cède sa place à la tête de l'Agence des participations de l'État (APE) à Martin Vial.

La greffe n'a pas pris. Moins d'un an après sa nomination, Régis Turrini va quitter la direction de l'Agence des participations de l'État (APE) et sera remplacé par Martin Vial. Un divorce par consentement mutuel qui acte combien la machine administrative française peine à intégrer des recrues du secteur privé. Certes énarque, Régis Turrini a en effet fait toute sa carrière dans le privé, et en particulier comme responsable des fusions et acquisitions de Vivendi, avant de devenir en septembre 2014 le pilote de l'État actionnaire. «L'APE reste fondamentalement une grande direction de Bercy. C'est difficile pour ceux qui viennent du privé de s'adapter aux contraintes du politique», commente un bon connaisseur des arcanes du ministère. Régis Turrini aura eu, au cours de son bref mandat, à traiter des dossiers sensibles, du plan de sauvetage en cours d'élaboration d'Areva au coup de force de l'État chez Renault pour y obtenir des droits de vote doubles.

Son successeur à la tête de l'APE, placée sous la double tutelle d'Emmanuel Macron et de Michel Sapin, présente un profil beaucoup plus classique. À 61 ans, Martin Vial a débuté sa carrière dans l'administration et en cabinet ministériel (Paul Quilès, Émile Zuccarelli). Il a été le directeur général puis le PDG de La Poste de 1997 à 2002, jusqu'à ce que l'alternance politique mette fin à son mandat. Patron d'Europ Assistance de 2003 à 2014, son nom est régulièrement cité depuis le retour de la gauche au pouvoir, en 2012. Il aurait d'ailleurs été candidat l'an dernier à la direction de l'APE, pour laquelle Arnaud Montebourg notamment, encore ministre pour quelques jours, avait préféré Régis Turrini.

La nomination de Martin Vial répond, selon Bercy, à un (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Ce que pèse l'État actionnaire 
L'État actionnaire se défend d'être trop gourmand 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro
FN: Jean-Marie Le Pen accuse Florian Philippot d’être un «agent double»
POLITIQUE - Il pourrait, selon le fondateur du Front national, avoir été envoyé par la droite pour « saboter » le parti « de l’intérieur »… Ça ne s'arrange pas entre Jean-Marie Le Pen et le camp de sa fille Marine. Le fondateur du Front national qui accuse cette dernière de l'avoir mis à l'écart n'y va pas par le dos de la cuiller dans Le Parisien. Et frôle la paranoïa complotiste à l'égard de ses proches. « Quel est son objectif ? Pourquoi est-il là ? Il pourrait être parfaitement un agent double envoyé en mission », avance-t-il en suspectant Florian Philippot d'avoir été envoyé par la droite pour « saboter » le FN « de l'intérieur ». Insultes et injures Par ailleurs, il s'amuse de la photo affichée récemment sur Twitter par le jeune énarque aux côtés de Brigitte Bardot à la Madrague. « Ça m'a fait pitié », grince-t-il. Très belle journée à la Madrague. Merci Brigitte pour votre amour inconditionnel des animaux et de la France ! pic.twitter.com/p0C12Pefp4 — Florian Philippot (@f_philippot) July 18, 2015 De son côté, Florian Philippot se félicite de ces « insultes » et « injures » de Jean-Marie Le Pen à son égard. « Je préfère ça, a-t-il indiqué au Parisien, plutôt que devoir supporter pendant encore des années ses provocations sur les chambres à gaz ou Pétain. »

Retrouvez cet article sur 20minutes.fr

Corse: Paul Giacobbi, le président du conseil exécutif, mis en examen
Régionales: Le Parti radical de gauche rejette les propositions des socialistes
Macron: Il y aura bien deux textes de loi portant sur le numérique
Crise des éleveurs: Fillon adresse à Hollande une lettre cosignée par 178 élus
Recevez toute l'actu de 20minutes.fr par email
JOHN JOHN, H B 2015 – chapitre 3

JOHN JOHN, H B 2015 – chapitre 3

lire le chapitre précédent reprendre au début de l’histoire, ce qui ne présage pas d’une meilleure compréhension du sujet, verbe, complétements ~#  …de l’autre coté de la bâche, du miroir, du Rubicon, seuls les énarques ne changent pas d’avis ou bien se plient à l’avis d’un x. Autant dire à un pied maure (apatride) ici vivant “alors Maurice, y vent(d?)?”. Celui ci vous louera volontiers la météo…

View On WordPress

Le printemps orwellien des intellectuels français
Des philosophes reprennent son héritage, les publications sont nombreuses à faire référence à son oeuvre, un comité de journalistes le choisit comme figure tutélaire… L'écrivain George Orwell connaît une fortune singulière dans la pensée française actuelle. Comment expliquer le succès de cet homme de gauche britannique mort il y a soixante-cinq ans? Orwell, on n'a plus que ce nom-là à la bouche. Figure cardinale pour des philosophes marqués par le socialisme révolutionnaire et indépendants de la gauche comme Jean-Claude Michéa, référence incontournable pour le controversé Laurent Obertone, auteur de La France Big Brother, fournisseur officiel de slogans-chiffons rouges de la Manif pour tous, emblème d'un comité de journalistes voulant davantage de pluralisme, c'est-à-dire de questionnements de l'idéologie libérale, Orwell est invité à toutes les tables.  Preuve que l'orwellisme est décidément un parfum capiteux ces temps-ci, même les narines de la promo 2015-2016 de l'ENA l'ont senti. La troupe d'énarques porte désormais fièrement le nom de celui dont l'idéal politique, s'il était appliqué, ferait autant hurler les apprentis hauts-fonctionnaires de Strasbourg que leurs voisins députés européens. Pourtant, sur le papier, rien ne prédisposait George Orwell à tenir une telle place dans le paysage intellectuel français, encore moins sans doute à devenir l'enseigne de ce qu'on peut voir dans les exemples cités plus haut (oubliez les énarques ceci dit, ce qui ne devrait pas être trop difficile) comme un renouveau du souverainisme ou d'un conservatisme français. Des années après le rapt de Jaurès et Blum par un Nicolas Sarkozy plus proche des patrons du CAC 40 que des mineurs de Carmaux ou des grévistes de 1936, déleste-t-on à nouveau la gauche d'un de ses symboles? Certains s'étranglent en tout cas devant cette publicité inattendue de l'oeuvre du Britannique.  Pourtant, à bien tendre (…) Lire la suite sur Slate.fr

Jean-Marie Le Pen imagine Florian Philippot en «agent double» au service de la droite
LE SCAN POLITIQUE - «Oui, et Marine Le Pen est une extraterrestre reptilienne…», ironise en retour le vice-président du FN, qui déplore les propos d'un «vieux monsieur».

Nouvelle passe d'armes entre Jean-Marie Le Pen et Florian Philippot. C'est encore le président d'honneur du Front national qui a dégainé le premier. Mercredi, dans Le Parisien- Aujourd'hui en France ,l'eurodéputé accuse le plus proche conseiller de Marine Le Pen de ne pas avoir un engagement sincère au Front national. «Quel est son objectif? Pourquoi est-il là?», s'interroge Jean-Marie Le Pen avant d'avancer une supposition. «Il pourrait être parfaitement un agent double envoyé en mission».

Celui-ci imagine Florian Philippot, énarque de 33 ans passé par le MRC de Jean-Pierre Chevènement, au service de la droite «pour saboter le Front national». «Oui, et Marine Le Pen est une extraterrestre reptilienne», ironise Florian Philippot invité mercredi de BFM-TV et RMC. «Et tout ça est un complot de la CIA et du KGB réunis», ajoute l'eurodéputé. «Il crée un trouble phénoménal mais c'est ridicule», se désole-t-il.

«Un vieux monsieur…»

Florian Philippot poursuit son offensive contre le père de Marine Le Pen: «Je pose la question de la responsabilité des journalistes: aller voir un vieux monsieur comme Jean-Marie Le Pen pour faire une interview… On sait qu'il va cracher, on sait qu'il va insulter, on sait qu'il va diffamer, qu'il va sortir des propos orduriers comme il l'a fait ce matin».

Jean-Marie Le Pen n'a jamais apprécié Florian Philippot, gaulliste revendiqué quand le fondateur du Front national s'est battu pour l'Algérie française. Le premier n'a pas caché qu'il n'a jamais voté pour Jean-Marie Le Pen, y compris en 2002 lorsque (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Mandon ou l'art de la métaphore sportive pour illustrer l'échec du gouvernement
Nadine Morano appelle à «exterminer les barbares» de l'État islamique
Paca : Marion Maréchal-Le Pen «n'ose pas croire» à une candidature de son grand-père
Régionales : Jean-Marie Le Pen n'exclut plus une candidature en Paca
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro