me-and-amy-le

This is your reminder that Jehan has photos of all of the Amis in their wallet and they love to show random people on public transportation. A couple of old ladies and them always swap new stories about their ‘families’ when they see each other on the bus.

“and there’s Enjolras- yup that spot of blood was from the protest. It’s a bit blurry because we were being chased by the police but his boyfriend, R, still managed to get a half decent photo”

“that’s Courfeyrac, this is the most modest he gets. Although that man in the back is Combeferre, he’s a doctor, and he certainly approves of the booty shorts, which by the way, were bought on my recommendation”

“And that Feuilly, he’s a doll, this is him getting- oh, is this your stop? Well bye Maurice see you next Saturday! Wish Josh luck in his soccer game for me!”

the world needs more middle school aus

Ok, here me out, Les Amis in middle school.

  • Jehan is currently the only member of the amis to almost get dress coded. No one knows why, no one knows how, but everyone knows that it ended in the teacher yelling “DID YOU MEMORIZE THE ENTIRE LIST?”
  • Enjolras is the one who is supper excited to write essays in english class. He normally turns a simple prompt into a way to talk about current issues
  • “can we grow weed in our garden project?” 
  • Joly brings five bottles of hand sanitizer and 10 tissue boxes on the first day. He also brings more when the teachers are running out
  • Bossuet always, and I mean always, manages to lose all important papers
  • Grantaire has lower grades, but he has an A in art
  • Bahorel gets into fights sometimes, but it’s middle school fights so they are barely more than tugging on hair and maybe a punch or two. lots of scratching though
  • Feuilly gets so focused on his work that he’ll jump when the bell rings
  • History class is an interesting time. Communism is brought up at least twice a class period.
  • “EVERYONE SHOULD BE EQUAL, THE GOVERNMENT SHOULD HELP US ACHIVE THAT” “THAT IS CALLED COMMUNISM” “IS IT REALLY THAT BAD?” “YES”
  • R, Bahorel, and Courfeyrac reference vines/memes every five seconds. They also were heartbroken at Vine’s death
  • Combeferre went to an after school math club
  • Marius and Cosette are that one couple that have been together all year and no one really understands how they got together but know they are the ultimate power couple of the school

Ok, so at my college we have note-takers, who are payed by the college to take notes which are then made available to the d/Deaf/HOH students in the class that have requested a note-taker. There is usually only one note-taker per class and the students taking the notes don’t actually know which students they are taking the notes for and vice versa because of privacy reasons.

So this got me thinking about Enjoltaire with Deaf or Hard of Hearing Enjolras and Note-taker (and also interpreting major) Grantaire, both in philosophy together (or some class like that).

Enjolras sits in the front of the class so he can see the interpreter to understand what the teacher is saying, and literally always has his hand up and is always talking and giving his input because Enjolras has exactly zero chill. Which means that there a definitely kids in his class who don’t realize he’s Deaf/HOH (yes, I’m looking at you Grantaire).

Grantaire sits at the back of the class, taking his notes, and while he never actually raises his hand to state his points, but will go on rants in the notes debunking everything Enjolras says during class, which drives Enjolras crazy because here’s this person debating with him and this person has some really good points but is just so cynical. (Also this person has some really cool doodles and their hand writing is a really pretty scrawl, but obviously Enjolras hasn’t noticed this at all… totally…).

But then Grantaire starts mentioning Enjolras in his rebuttals, calling him Apollo, and next thing Enjolras knows there’s a little doodle of him standing angrily on the top of a table and Enjolras is like who are you??? as he’s now constantly looking back at the rest of the class like ‘I’m going to figure out who you are dammit!’ 

IDK man, just somebody write this fic for me…

Side note: Les Amis are totally a group of Deaf/HOH/CODA/interpreting majors/just generally people who know sign. Every meeting is done using sim com. 

vimeo

What ? my demoreel ? ya ya ya ! Check my work ! I chose a relaxing music !

(I can say that this year there’s some kind of level up ? ) Level up ?? ‘o’

🦊🎉You chan check here my portfolio too, I updated it !🎉🦊

looking for an internship yeah !

kiss kiss

Permettez-nous aujourd’hui de vous présenter Baptiste Boutin, illustrateur et étudiant en cinéma d’animation. Dans son blog éponyme, il partage avec nous ses dessins et ses recherches en vrac. Il a gentiment accepté de répondre à nos questions et de nous présenter son univers artistique unique. Bonne découverte !

Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Baptiste – Je m’appelle Baptiste Boutin, j’ai 19 ans et j’étudie le cinéma d’animation à l’Atelier de Sèvres à Paris.

T – D’où vient votre passion pour l’illustration ?

B – J’ai toujours eu un goût prononcé pour l’illustration qui me vient de la lecture de bandes dessinées durant mon enfance et un attrait certain pour la narration et la composition, que j’ai côtoyées très jeune par le cinéma et l’animation. Le cinéma a d’ailleurs beaucoup d’influence sur ma manière d’appréhender le dessin, car bien que j’aime illustrer en donnant un statut indépendant au dessin par des procédés stylistiques divers, j’aime que celui-ci ne soit pas gratuit et transmette au moins une idée de récit ou plus souvent une intention de mise en scène. 

T – Parlez-nous de votre blog. Qu’est-ce qui vous inspire ?

B – Ce blog est pour moi l’occasion de montrer mes dessins aux gens en essayant (tant bien que mal) d’être régulier afin de garder un rythme constant dans mon travail et évaluer ma marge de progression au fil du temps. De nombreux artistes m’inspirent énormément. J’admire, par exemple, beaucoup le travail de Katsuhiro Ōtomo, tant dans le dessin que dans la mise en scène qui sont virtuoses et s’approchent de ma conception du parfait achèvement artistique ; le dessin à son niveau le plus poussé au service d’un message complexe et questionnant. J’ai également toujours été un lecteur passionné des bandes dessinées de Riad Sattouf, qui m’ont donné le goût du dessin quand j’étais plus jeune et qui encore aujourd’hui me surprennent par leur incroyable efficacité dans le trait, mêlée à ces histoires touchantes qu’il raconte avec un humour fin et cynique dont je ne me lasse jamais. Je pourrais citer un bon nombre de personnes que j’admire et qui m’inspirent comme par exemple : David Fincher, Manuele Fior, Michel Ocelot, Karl Kopinski, Marjane Satrapi, Park Chan-wook, Claude Ponti, ou encore Bastien Vivès.

T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

B – J’ai fait, comme bon nombre de mes amis, le choix de Tumblr pour commencer à partager mes travaux sur cette plateforme où l’on peut voir de très nombreux professionnels et étudiants qui dédient en grande majorité l’intégralité de leur blog à du contenu artistique. Cela permet de faire un peu partie de ce grand réseau.

T – Quels sont vos trois Tumblrs préférés et pourquoi ?

B – Il m’est impossible de définir mes trois Tumblrs préférés car j’en change très souvent, mais je vais donner les trois qui sont mes favoris en ce moment. Il y a tout d’abord le blog de Mattias Adolfsson parce qu’il est une merveille de microcosmes aux ambiances attachantes avec une simplicité qui rappelle l’enfance. Ensuite vient le blog de Simon Leclerc, pour sa maîtrise de la couleur, de la composition et sa patte très en matière que j’apprécie énormément. Enfin, le blog de Rémy Petit est pour moi l’un des blogs les plus intéressants sur Tumblr actuellement, car ce jeune artiste très prometteur a une audace toute particulière dans sa façon de représenter les sujets qu’il traite avec une indépendance graphique que j’admire.

T – Merci beaucoup, Baptiste, et bonne continuation !

Y'a certaines personnes qui comblent le manque. Jveux dire, quand quelqu'un les abandonne, cette personne va retrouver très rapidement quelqu'un d'autre. Certaines personnes ont une grande facilité à remplacer les gens. Quant à moi, j'ai plutôt fais l'inverse. Depuis que t'es partit, jme suis complètement isolée. Mes “amis” je les vois au bahut, de 8h à 17h. Mes week-ends n'ont aucun intérêt, mes demons reviennent. Ne me parle même pas de petit-ami, je ne veux pas détruire une personne de plus, je suis dangereuse, regarde toi, regarde sque j'ai fait de toi, pardonne moi, je savais juste pas comment m'y prendre, parce que c'était juste impensable que tu tombe amoureux d'une gosse perchée comme moi, je pouvais pas l'entendre. Enfaite depuis que t'es partit, je sombre, ma vie n'a plus aucun sens.
—  @insociablementcompliquee
8

He composed, in his own mind, with Combeferre’s philosophical and penetrating eloquence, Feuilly’s cosmopolitan enthusiasm, Courfeyrac’s verve, Bahorel’s smile, Jean Prouvaire’s melancholy, Joly’s science, Bossuet’s sarcasms, a sort of electric spark which took fire nearly everywhere at once.- Enjolras and his Lieutenants, 4.1.6

I’ve heard people joke about what a horrible speech that would be, but… that’s The Speech, that’s the Quel Horizon speech. They’re all in there. (I don’t know where he got the Goats of Darkness, but I am inclined to blame the Romantics.) I’ll probably post these separately later with more about the quotes and all (and for now please do click through for the bigger images)  but for now, Happy First Barricade Day! 

Hopefully pt 1; I’ll see tomorrow.

Anyway, The Speech under the cut! 

Keep reading

Les Misérables
↳ les amis

“This barricade is made neither of paving stones, nor of timbers, nor of iron; it is made of two mounds, a mound of ideas and a mound of sorrows. Here misery encounters the ideal. Here the day embraces the night, and says: I will die with you and you will be born again with me.”

Nobody stopped me and I did the thing:


Montparnasse has made an error of judgement. He thought this would be harder sober. He was wrong. This would have been easier sober. Because right now his slightly muddled mind can’t sort the thoughts that he wants to have from the ones he doesn’t. He’s put his head down on his arms to stop himself from looking at Jehan. Jehan who’s wearing white tonight. White with lace edges. And not a single mismatched colour to spoil it. But still with that braided leather bracelet with little bells tied around their right ankle. Jehan…

There’s a gentle sound of hollow wood and suddenly there’s music. Montparnasse raises his head. Grantaire has a guitar. He blinks. Where did Grantaire get a guitar? Does Bahorel play the guitar?

“Yeah…play something R,” Bahorel drawls, stretching out even longer on the floor.

Grantaire plucks the strings idly, his eyes half closed. “I don’t entertain on my own,” he says. “I lack the exhibitionist soul.”

“Jehan,” Bahorel pipes up again. “Sing something so Grantaire’s fucking shy soul will play us a damn song.”

Montparnasse forgets to breathe. Jehan sings?

“You sing,” Jehan smiles, pushing at Bahorel’s knee with their bare foot.

“If Bahorel sings I leave,” Grantaire announces.

Montparnasse exhales and lowers his head onto his arms again. He’s wishes Éponine would hurry up with Wonder Boy and I’m-No-Longer-Allow-To-Call-Her-Wonder-Gal. She texted him they were twenty minutes away half an hour ago.

Grantaire keeps plucking the strings, but there seems a little more method to the rhythm this time. Suddenly there’s chords and Montparnasse’s stupid foggy head is still trying to figure out how notes became chords when-

“If you’ll be my star
I’ll be your sky
You can hide underneath me and come out at night…”

Jehan’s voice is sweet and lovely because of course it is. Montparnasse has heard them recite poetry before, but this is not the same. This is so so much worse.

“When I turn jet black
And you show off your light
I live to let you shine
I live to let you shine…”

The words are all wrong. Jehan has never worn a scrap of black. Half of Montparnasse wants to argue and the other half wants to shut up and listen and all of him raises his head and opens his eyes and he should not have done that.

Jehan is swaying, almost dancing, next to Grantaire who sits hunched over the guitar, eyes still half closed. Bahorel is now stretched out on the floor like a starfish, grinning at the ceiling. Jehan’s feet are moving and the bells on their ankle are making the softest possible sounds as they catch the light and Montparnasse is staring.

“But you can skyrocket away from me
And never come back if you find another galaxy
Far from here with more room to fly
Just leave me your stardust to remember you by…”

Something is burning at the back of Montparnasse’s throat. He can’t… Why should the black sky be satisfied with stardust? It didn’t even touch the star. The least the star can do is stay…

Jehan’s words start to blur together until he can only hear the sound, the warmth, the lovely rise and fall of their voice. Every now and again a sentence bleeds through the melody and they are so sweet and so painful.

“I live to make you free…
I live to make you free…”

Those are words describing someone selfless and generous. Someone capable of seeing something beautiful and not wanting it with their whole soul to never ever let it go again. Someone utterly unlike Montparnasse. Those are awful, mocking words and it is unfair that they are the most beautiful thing he has ever hear. So terribly, horribly unfair.

“Just leave me your stardust to remember you by…
Stardust… to remember you by…”

Jehan’s voice lingers even longer than the last note of the guitar. They stop swaying and turning and Montparnasse is still staring. Suddenly their hazel eyes look straight into his and they smile. Montparnasse can feel the starlight searing straight through him. He smiles back. It’s an empty excuse for a smile, but at least he means it. Because…he’s not going to let the star get away. But he’s not going to let it break apart into stardust either.

grantaire and jehan sort of date for a while (none of les amis ever get all the details about their relationship) and end up being the most aesthetic couple ever??

  • jehan takes candid photos of grantaire, with a few days worth of stubble and a paint stained shirt, drinking coffee in front of jehan’s window, the sill covered with pott-plants 
  • they both know all the weird places in the city that hardly anyone goes to, all the tiny bookstores and coffee places, the tiny narrow streets that haven’t changed in generations, the spot where an almost famous poet wrote their masterpiece, the bars where struggling musicians will play to a dozen patrons 
  • they lie together in bed for half the day, jehan with a book in their hand whilst Grantaire carefully draws intricate patterns over their arms and back and chest
  • jehan is forever writing poems that they post on their blog (which has a small but dedicated following) about this messy, disjointed, almost relationship, about rough hands and r’s loud laughter and the empty wine bottles and lying side by side looking up at the stars
  • grantaire doesn’t have an amazing voice, but he’s pretty good at playing the guitar and when it gets to a certain time of night he’ll start playing for les amis, and the songs can range from ridiculous acoustic covers of a popular song which has everyone crying with laughter, or a beautiful song that nobody’s ever heard of (except jehan because it was on the mixtape- yes mixtape- that they gave him) 
  • jehan has more than once showed up to abc meetings with a faded smudge of paint on their cheek 
  • whenever they have a night out, all of les amis’ instagrams and snapchat stories are filled with these ridiculous beautiful (because somehow together these two never fail to take a good photo?? it doesn’t make any sense??? they’re both some of the least photogenic people ever when they’re on their own???) photos of the two of them, jehan’s red braided hair and bright outfits and lomb limbs wrapped around the shorter grantaire, with his broad shoulders, dark curls, his old flannel shirt
  • basically everything about them looks like it’s come straight from some pretentious artsy aesthetic moodboard 

J'adore mes amis, j'adore sortir, m'amuser, rigoler, danser, critiquer, crier, voyager, commérer, boire, blaguer, parler des heures, profiter de la vie, chiller avec les copains. J'adore le bruit, la musique trop forte, les cocktails trop dosés, les baisers trop enflammés, les mots d'amour, les silences, les regards qui en disent long, le monde, la vie, les rues bondées, mes amis, mes amours, les soirées, rouler sans savoir où aller, rentrer à pas d'heure, traîner sur les plages, manger, être collée à ma bande de potes. Mais j'adore aussi être seule, j'ai besoin qu'on me foute la paix par moment, c'est pas méchant mais je suis terriblement indépendante et j'ai terriblement besoin de mon espace vital. Je ne supporte aucun étouffement. J'aime trop la solitude pour être toujours entourée.

5

Ce soir, je me sens différente. J’ignore si c’est simplement passager ou si ce que je pense et ressens est révélateur d’un grand changement. Ce que je sais, c’est que je dois prendre des décisions qui ne me plairont pas. Faire des études pour continuer ma thérapie par exemple, alors que j’aurai pu déménager dans le nord dans l’espoir d’échapper à la chaleur, sachant que ma chambre fait actuellement 28 degrés avec le ventilateur à fond les maracas. 

Je réalise que tous mes projets positifs pour cet été vont devoir tomber à l’eau sans doutes. Pour que je puisse accomplir certaines choses. Je vais sans doutes oublier mon petit séjour à Bordeaux pour revoir un ami, des randonnées folles en Ardèche avec deux amis proches également à cause de la chaleur qui est trop néfaste pour mes problèmes de santé. Si jamais je trouve un travail, je dirais aussi adieu à ma semaine de vacances avec mes amis dans le sud, près de la plage. Je n’ai pas été à la plage depuis environ 15 ans. Rien que de réaliser ce trop plein d’années, mon coeur s’emballe légèrement. 15 ans que j’ai perdu quelqu’un et que ça a fait éclaté quelque chose qui comptait beaucoup à mes yeux. Quelque chose qui ne se réparera jamais, qui est cassé, déchiré trop profondément et qui part en poussières. J’ai appris de nombreuses choses en 15 ans, j’ai grandi, j’ai évolué, j’ai pris du poids, j’en ai perdu, j’ai fais mille erreurs capillaires et j’ai connu la mort, l’amour à sens unique la plupart du temps, la valeur de l’amitié et du respect. 

Le respect que je dois aux autres. Maintenant, je travaille le respect que je me dois de me donner. J’en ai besoin, cruellement. J’ai besoin d’avoir confiance en moi. Je n’y pensais plus depuis beaucoup trop longtemps, mais putain. J’en ai besoin. Je le veux. Je veux être forte, je veux être fière de moi et bâtir une plus grande fierté, une plus grande dose de respect de moi-même. Tant au niveau de ce que j’ai laissé des gens me faire physiquement, que je n’ai réalisé que très récemment et qui me poussent à me sentir dégoûtée et souillée, qu’au niveau psychologique et social. Je dois arrêter de tout garder pour moi. Pas les mots, mes émotions et mes peurs, non… Ma colère, mon injustice, dénoncer le manque de respect dont on peut faire preuve à mon égard. Je veux me taire quand il le faut - souvent - et l’ouvrir quand c’est nécéssaire. Je veux inverser la donne, je veux que la roue cesse de tourner, je veux la briser. Je veux ce changement radical qui va me demander beaucoup de courage, d’amour, de confiance et de travail. Je dois croire que je peux y arriver. Je ne dois pas oublier que la dépression est une maladie. Que ce n’est pas, et ne sera JAMAIS ma personnalité. Je ne veux plus penser que sans la dépression je ne serai personne. Je suis une putain de belle personne. J’ai beaucoup de valeur. J’ai un grand coeur, beaucoup (trop) de générosité, je suis très (trop) gentille et j’aime. J’aime les gens. J’aime les animaux. J’aime la nature. J’aime ma planète. Alors maintenant, j’ai décidé que j’allais aimer ma vie. 

Je veux au moins essayé de ne plus me scarifier. Ne plus me faire de mal. Ne plus canaliser ma colère à l’intérieur de moi et par le sang. Je veux l’exprimer et la sortir quand il le faut, sur le moment même. Je veux casser cette image qu’on a de moi, de fille trop gentille, “mignonne” et qui ressemble à une enfant. Je suis moi. Je ne suis pas quelque chose en particulier, et je ne veux plus être considérée comme une enfant, je ne veux plus avoir l’air mignonne. Je ne suis pas une peluche. Je suis un être humain avec des problèmes beaucoup trop gros mais qui fait tout pour les détruire. Je crois que j’aimerai tuer progressivement qui je suis. Je veux renaître.

Je suis belle. Je suis intelligente. Beaucoup même, peu importe mes notes. L’intelligence se situe de tant de façons différentes. Je suis forte. Je suis courageuse. Courageuse, autant dire que jamais avant je n’aurai pensé associer ce mot à ma personne. Pour exemple (et attention, ça ne rigole plus…) avant, les tests qui m’envoyaient dans une maison à Poudlard m’envoyaient toujours à Serdaigle ou Poufsouffle. J’adore ces maisons, et à vrai dire je n’ai jamais eu une seule maison favorite. Je les aime toutes. Mais récemment, j’en ai refais plusieurs, pour acheter une écharpe à la maison qui me serait assortie. C’est alors que je fus surprise de voir tous les tests m’envoyer à Gryffondor. Tout ce que je n’étais pas, que je n’aurai jamais pensé être. Pourtant oui, je le sais et je le sens. J’ai changé, j’ai beaucoup évolué et j’ai bien amélioré ma façon de penser et d’être. Mon opinion de moi-même également.

Peut-être aurez vous déjà laisser tomber la lecture de ce post en pensant qu’il était très narcissique, égocentrique ou que j’étais terriblement imbus de moi-même. Grand bien vous fasse. La vérité, c’est que ce soir, je réalise que j’ai de la valeur, pour de bon. Que non, je ne dois plus me blâmer de détester ma vie et de vouloir la terminer. Que j’ai réussi à jeter ma lame de rasoir déjà trop utilisée. Que j’ai commencé depuis quelques jours à écrire dans des carnets pour m’organiser. Que je touche beaucoup moins mon téléphone, que je peux même quitter la maison sans. J’ai encore beaucoup à apprendre, mais j’apprendrai. Je suis une battante. Alors ce que je dis là, oui, c’est pour moi. Mais aussi pour vous. Je me suis remise en question de façon existentielle, deux semaines durant. Je doute que ce soit fini. J’ai souffert le martyr pendant des mois, et j’ai rechuté ces dernières semaines. Pas comme si ça allait mieux entre temps, mais dans ma dépression sévère, j’ai eu des pics plus importants avec de vraies raisons de mourir. 

Ce que je veux dire… C’est que je ne suis pas mieux que vous. Je ne suis pas pire non plus. Je suis pareille. Je suis malade (complètement mala-deuuuh) comme probablement beaucoup d’entre vous qui vivent actuellement des moments difficiles à cause de maladies telle que la dépression, ou une toute autre. Je ne parle que de ce que je connais, comme je l’ai déjà dit. Ce que je veux dire (une fois encore) c’est que je suis toujours dépressive. Je suis toujours dans un épisode de dépression sévère. Je vais continuer (oh oui je vais continuer, c’est pas pour rien que j’ai commencé à les voir) à voir mon psychologue et ma psychiatre. Je vais pleurer. J’ai cette boule dans la gorge qui me donne envie de pleurer à chaque instant. Même maintenant. J’ai cette boule au ventre qui contient toute la colère que j’ai encaissé des années durant et qui stagne là, en attendant d’exploser. Je ne veux pas exploser. Je veux la faire sortir quand il le faut et la gérer. Je ne veux plus intérioriser. 

Si j’ai évolué déjà en l’espace de quelques années, que j’ai pu perdre du poids (et même le reprendre héhé.) décider de partir sur une voie capillaire qui me correspond enfin (attendre que tout soit à la même longueur, couper et partir sur une base bien naturelle et bouclée et ne plus jamais leur infliger de mal) que je suis passée de omnivore à végétalienne, que j’ai réussi avec mon rééquilibrage alimentaire à apprendre à 20 ans à manger des légumes, des fruits, et d’autres aliments naturels et bons pour la santé… vous pouvez accomplir les changements que vous devez effectuer. On a tous un parcours différent, un passif, un présent, un corps, une gueule, des défauts, des qualités, une famille, des connaissances ou amis, peut-être même quelqu’un avec qui partager notre vie. Ou pas. Bref, tout ça pour dire que si vous voulez changer, faites-le. Il y a toujours des solutions. Parlez-en avec votre docteur, prenez rendez-vous avec un psychologue, avec le spécialiste qu’il vous faut, faites traiter ce mal que vous avez depuis longtemps, qu’il soit physique ou mental, abandonnez vos relations toxiques qui vous font souffrir et vous détachent de votre propre identité, devenez vous-mêmes.

Devenez la meilleure version de vous-même. Même si ça prend des mois. Même si ça prend une vie. Faites-le. Tentez. On ne peut pas regretter quelque chose qu’on a essayé si on l’essaye pour les bonnes raisons. Faites ce que vous voulez parce que votre coeur et votre raison vous le dictent. Choisissez de vous entourer de personnes positives. Aidez les autres, écoutez-les, mais cherchez aussi de l’aide et venez vous en aide. Vous comptez. Terriblement. Vous avez tous de la valeur. Vous avez peut-être fait des erreurs, graves même (qui sait, vous avez peut-être même fait de la prison ou autre) mais il n’est jamais trop tard pour se racheter. 

Déménagez. Changez de travail, d’études, faites un break, coupez les ponts avec les gens qui vous oppressent. Agissez comme bon vous semble, et car ça vous fait du bien. Aimez vous. Acceptez vous. Ayez confiance en vous. ça prendra du temps, ça peut déjà être même accompli. Dans ce cas, aidez les autres. Soyez maître de votre vie, n’en soyez pas l’esclave. On a toujours le choix. Même si ça nous fait mal. Même si on doit arrêter de parler à notre famille, pour un temps ou pour de bon. Même si on doit changer de ville, de pays. Réfléchissez. Organisez-vous. Changez.

Je vous aime tendrement, j’espère que vous aussi. Vous êtes beaux, vous avez tout ce qu’il faut pour aller bien, aller mieux, guérir. Bien-sûr, il y a des exceptions, je fais beaucoup de généralités et je ne suis pas Gandhi. Je n’ai que 23 ans mais j’en connais déjà suffisamment sur la vie pour comprendre quelles doivent être nos priorités et ce qu’il faut faire pour essayer de s’extirper du toxique, de ce qui nous fait du mal. Devenez égoïstes, devenez généreux. Donnez tout pour être une meilleure personne pour vous et pour les autres.