me (mise)

20 funniest expressions in French

1) On est pas sortis de l’auberge
We’re in a mess (litt. We’re not out of the hostel)
Ex: On a encore trois dossiers à remplir, on est pas sortis de l’auberge

2) Faire quelque chose les doigts dans le nez
To do something easily (litt. To do something with the fingers in the nose)
Ex: Ils ont gagné les doigts dans le nez

3) C’est culcul la praline
It’s childish/ridiculous (litt. It’s ass-ass the praline)
Ex: Léa est super fan de HelloKitty, c’est culcul la praline

4) En faire un fromage
To make a big deal of something (litt. To make a cheese of something)
Ex: Victor a perdu et il en a fait tout un fromage

5) Etre copain comme cochon
To be best friends (litt. To be as friends as pigs)
Ex: Depuis l’année dernière, Matthieu et Valentin sont copains comme cochons

6) Ne pas pousser Mémé dans les orties
Don’t push it (litt. Don’t push Grandma in the nettle)
Ex: Tu m’en demande trop, faut pas pousser mémé dans les orties

7) Etre con comme un manche à balai
To be an idiot (litt. To be as dumb as a broom)
Ex: C’est pas possible, Thomas est con comme un manche à balai!

8) Devenir chèvre
Becoming silly (litt. Becoming a goat)
Ex: Elle me fait devenir chèvre

9) Etre sur son 31
To wear elegant/fancy clothes (litt. To be on one’s 31)
Ex: Je me suis mise sur mon 31 pour le mariage de mon frère

10) Tomber dans les pommes
Fainting (litt. To fall in the apples)
Ex: Michel est tombé dans les pommes quand sa fille est née

11) Il y a quelque chose qui cloche
There’s something wrong (litt. There’s something ringing)
Ex: C’est trop silencieux, il y a quelque chose qui cloche

12) Avoir le cafard
To be sad (litt. To have the cockroach)
Ex: Depuis que Marine l’a quitté, Mattéo a le cafard

13) C’est la fin des haricots
It’s the end of everything (litt. It’s the end of the beans) (almost always used ironically)
Ex: L’Equipe de France a perdu, c’est la fin des haricots!

14) Coûter les yeux de la tête
To cost an arm and a leg (litt. To cost the eyes of the head)
Ex: Le nouvel iphone coûte les yeux de la tête

15) Arriver comme un cheveu sur la soupe
Entering a situation at a bad time (litt. To arrive like a hair in the soup)
Ex: Raphaël est arrivé dans la conversation comme un cheveu sur la soupe

16) Metrre son grain de sel
To give an unsolicitated opinion (litt. To put one’s seed of salt)
Ex: Sophie m’énerve à toujours mettre son grain de sel de partout!

17) Faire la grasse matinée
To sleep late in the morning (litt. To do the fat morning)
Ex: Après la soirée d’hier, j’ai fait la grasse matinée

18) Avoir un coup de foudre
To fall in love instantly with someone
Ex: Louis a eu un coup de foudre pour Jade

19) Sauter du coq à l’âne
To jump to a new topic in a conversation without any transition (litt. To jump from the rooster to the donkey)
Ex: Il passe du coq à l’âne pour éviter d’avoir une conversation sérieuse

20) Etre à l’ouest 
Don’t understanding the situation (litt. To be at the West)
Ex: Le nouveau stagiaire est complètement à l’ouest

7

Mystic Messenger Stickers { 4 / 7}

Yoosung Kim || ★ || LOLOL Gamer
+

Et je me suis mise à pleurer d'un coup, sans savoir pourquoi, je crois que j'ai pleuré pour toutes ces fois où j'ai dû me retenir, toutes ces fois où j'ai serré les dents en essayant de mieux que je pouvais de pas éclater en sanglot. J'ai relâché des litres et des litres de souffrance, que j'avais tenté d'enfuir tant bien que mal plus d'une dizaine de fois.

You never know how deep in the shits you are until you’re the only seasonal cook hired slinging everything from burgers to scratch made bolognaise and ribeye at 8000ft and then a 10 top walks in informing you that the waitress who quit her job only hours before made their reservation.

Hier je me suis écroulé. J'ai fondu en larmes à 23h. J'étais sur le rebord de ma fenêtre. Je regardais les étoiles et je les trouvaient jolies. J'voulais être avec elles. J'ai pleuré pendant 1h. J'arrivais plus à m'arrêter. J'en pouvais plus. J'avais mal aux yeux et aux joues. J'avais froid et tellement mal à mon genou. J'avais mal au cœur. J'avais du mal à respirer. Et je le cherchais. J'avais besoin de lui. Mais j'voulais pas le déranger. Alors j'ai attendu que ça passe. J'étais comme y'a 6mois. Je voyais flou. J'avais qu'une envie c'était de crever. J'voulais plus exister. Vers 00h quand j'ai commencé à me calmer jme suis mise dans mon lit. Jme suis allongé et c'était reparti… Je pleurais encore. Je comprenais pas comment je pouvais avoir encore des larmes après une heure passé sous les pleures. Jme suis calmé il devait être 1h du matin.. j'ai très peu dormi j'en pouvais plus. J'voyais mon ciseaux qui m'appelais mais j'ai rien fait. J'ai même pas taper dans un mur. J'ai attendu que ça passe… J'avais plus de larmes. J'étais vide. Sans émotions. J'avais besoin d'lui. D'ses bras. Mais comme à chaque fois j'ai fini dans mes draps mouillé par les larmes.
—  unefilleperduetplus

I thought I might still have some of my old papers from college, so I looked through the box where I would archive such things, and found a hefty stack.

The Ulysses paper doesn’t seem to be here, but many others are.

I’d almost forgotten the titles I gave these things.

Paradise Lost and Meaning Found”
“Bottom and Feste: An asinine analysis”
“Aberrant Ada: Nabokov’s Creepy Child”
“Old Ez’s Lovely Lynx”
“Frankenstein, or: Life, Death, and Metaphorical Motherhood”

The Bottom and Feste one makes me laugh. It was for my Shakespeare class, and it was about the role of two fools–or “asses”, as my prof called them–in two different plays, comparing and contrasting them. But for that class, we had to write up a formal proposal for the paper, submit it, and have it approved.

And I remember writing in mine that I wanted an excuse to use the word “ass” repeatedly in an academic paper.

And when I got my proposal back, the professor had underlined that sentence twice and written YES!!! beside it.

Ce soir la lune éclaire toute ma chambre. Je me suis mise à ma fenêtre avec mes écouteurs et la musique à fond. J'ai regardé le ciel et j'ai pensé à toi. T'sais ce soir y'a qu'une seule étoile dans le ciel. C'soir jme suis assise sur le rebord de ma fenêtre avec toi dans la tête et j'ai pleuré. J'ai pleuré parce que tu me manques.

“D'accord, je prends votre plainte puisque vous insistez, mais je vous le dis, ça ne sert à rien, on ne donnera pas suite, vous n’êtes pas vraiment amochée.”

Un policier de Paris. J'insistais depuis plus d'un quart d'heure pour qu'il prenne ma plainte, il a finalement dit ça quand je me suis mise à pleurer. Je m'étais fait frapper la veille dans le cadre de mon travail par une femme dont je ne connaîtrai jamais l'identité, sous prétexte que je suis “une sale juive”.

I met a knifemaker the other day and tried to have a civil conversation with him because I wanted one of the leather strops he was selling cause usually I see them for around $80 when the leather is mounted on something and he was at half that price. His knives were all right ((I’m not too much into beating steel and he could work on the profiles a little bit)) but I pick up his Nakiri and I start talking to him about it. I literally pronounce Nakiri and he corrects me to “NA-reekee” and I felt my whole body tighten as he has this “You should really brush up on what you’re talking about” look on his face. I ended my conversation and bought the strop and didn’t look back.


Originally posted by hellooofloor