maurici

instagram

#building #classeA #architecture #contemporary architecture #beautiful #nice #architecture in Sicily #Sicily #building solution #gemme #maurici #frontiniterrana

La chaîne préhospitalière : quand chaque minute compte

Grâce aux différents maillons de la chaîne préhospitalière, 145 personnes ont été sauvées en Mauricie et au Centre-du-Québec entre 2009 et 2015. À l'occasion du mois du coeur, les autorités rappellent la différence que peut faire l'utilisation d'un défibrillateur lors d'un arrêt cardio-respiratoire (ACR).

La réanimation cardio-respiratoire (RCR) augmente de 5 % les chances de survie d'une victime lors d'un ACR. Combinée à l'utilisation d'un défibrillateur, un appareil qui envoie une décharge électrique au cœur pour en rétablir le rythme chez une personne en arrêt cardiaque, les chances de survie de la victime augmentent de 75 %.

Les premiers instants ont une importance cruciale : pour chaque minute d'attente avant la défibrillation, le taux de survie lors d'un arrêt cardiaque diminue de 7 % à 10 %, rappelle le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ).

« Idéalement, dans les cas précis où on aurait besoin d'un choc électrique, ça doit se faire [dans] les deux premières minutes. C'est impossible d'amener des secours experts en dedans de deux minutes », dit l'urgentologue François Parent. 

Près de 40 000 arrêts cardiaques surviennent chaque année au Canada soit, une personne toutes les 12 minutes, selon le CIUSSS MCQ. 

Le centre de communication santé

Lorsqu'un appel d'urgence médicale est logé au 911, il est ensuite redirigé au centre de communication santé (CCS). En douze mois, répartis entre 2014 et 2015, le CCS a traité 57 375 demandes de services préhospitaliers d'urgence.

Le Centre de communication santé régional reçoit 57 mille demandes de soins préhospitaliers par année. #rcma pic.twitter.com/K2NP3ojGfQ - Pierre-AndréCloutier (@pacloutier123) 4 Février 2016

Les répartiteurs donnent les indications téléphoniques pour démarrer la RCR.

Le CSS coordonne l'accès aux transports ambulanciers. Une moyenne de 134 transports par jour ont été effectués en Mauricie et au Centre-du-Québec en 2014 et 2015. 

Concepteur systèmes en Mauricie

Faites partie d'une compagnie reconnue en Mauricie! Notre client, une entreprise manufacturière en croissance qui se spécialise dans les composantes électroniques, est présentement à la recherche d'un Concepteur systèmes pour se joindre à cette magnifique organisation.

Notre client vous offre plusieurs avantages:

* Entreprise mondiale et en croissance;
* Salaire compétitif;
* Grand centre de R & D;
* Horaires flexibles.

Statut: permanent
Salaire: compétitif

Au sein de l'équipe de la R&D, le Concepteur système est responsable de gérer les projets de produits. Il a le mandat d'analyser les besoins des clients (internes/externes), d'établir les spécifications et d'assurer de la concordance entre les requis du produits et les requis des sous-systèmes. Le titulaire du poste doit valider que le développement est effectué selon les requis des clients internes/externes puis le devoir d'assurer la relâche de toute la documentation en lien avec le développement des produits.

Plus précisément, ses responsabilités sont les suivantes:

* Interpréter les besoins du client et établir les exigences du projet;
* Approuver les requis techniques clients et/ou interne;
* Rédiger les spécifications requises;
* Superviser la conception et les validations fonctionnelles des projets, de l'électronique, mécanique, logiciel au niveau des modules et du système;
* Superviser la documentation système;
* Superviser les validations par simulations, calcules et tests selon les requis;
* Évaluer les heures et les coûts de matériels et effectuer le suivi des heures travaillées pour le projet;
* Participer et/ou rédiger les documents connexes nécessaires au projet;
* Définir et présenter des projets aux réunions de comité et collaborer à la présentation de ceux-ci dans les autres divisions;
* Suivre les processus de développement et de documentation en vigueur;
* Participer au processus de soumission en ayant à jour les coûts de développement et de composants de différents systèmes;
* Travailler avec les designers de produits dans les autres divisions afin que tous conservent une vision réaliste des requis clients;
* Maintenir le lien entre l'équipe de design local, les équipes de design global, les responsables des achats, production, qualité et le service à la clientèle/ ventes internes.



from RSSMix.com Mix ID 8136582 http://ift.tt/1JDP5Gk
via RSSMix.com Mix ID 8136582> Concepteur systèmes en Mauricie
Projet de Nemaska Lithium à Shawinigan : l'entreprise intensifie sa présence en Mauricie

L'entreprise Nemaska Lithium devrait se faire de plus en plus présente en Mauricie dans les prochaines semaines, dans la foulée de son projet d'usine de lithium dans le secteur Grand-Mère de Shawinigan.

Un texte de Michelle Raza

Le président et chef de direction de Nemaska Lithium Guy Bourassa a présenté vendredi le projet d'usine de son entreprise et les opportunités d'affaires qui en découlent. Il a parlé devant une centaine de membres des Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec (MMCQ) rassemblés à l'hôtel Urbania, à Trois-Rivières.

Cette rencontre avait été prévue bien avant la tenue d'un registre sur la modification de zonage qui va permettre l'installation de Nemaska Lithium dans les locaux de l'ex-usine Laurentide, mais l'entreprise ne nie pas que les événements de la semaine dernière vont l'amener à être plus souvent dans la région.

Guy Bourassa a admis d'emblée que le projet ne va pas exactement à la vitesse qu'il souhaitait en raison, entre autres, des délais pour la prise de possession des bâtiments de l'usine Laurentide. Une entente de principe a été conclue entre la Ville de Shawinigan et Nemaska Lithium, mais il reste des détails à ficeler avant que tout ne soit officiel.

Le président de Nemaska Lithium a toutefois précisé que ce délai ne devrait pas avoir d'impact sur l'échéancier final du projet. L'exploitation du gisement Whabouchi doit commencer en 2018; l'usine de Shawinigan doit entrer en opération au deuxième trimestre de la même année.

L'entreprise compte trouver sa main-d'œuvre localement et croit pouvoir faire de même pour la grande majorité de ses fournisseurs.

« C'est du concert », affirme le maire Angers

Le financement du projet de Nemaska Lithium est ficelé à 40 %, mais cette situation n'inquiète pas le maire de Shawinigan, Michel Angers, qui ne croit pas que le projet fasse chou blanc comme celui de FerroAtlantica, par exemple.

Le maire de Shawinigan précise d'ailleurs que le changement de zonage qui permettra officiellement à Nemaska Lithium de s'installer dans l'ancienne usine Laurentide doit être réglé dans les prochaines semaines. Il pense aussi que le dossier de la propriété du bâtiment pourra être clos en février.

Michel Angers ne cache pas son enthousiasme face au projet de Nemaska Lithium : « c'est une manne économique. On parle d'une centaine d'emplois, mais il y a aussi tous les emplois indirects. Et les perspectives d'avenir : [Shawinigan héberge] les seuls fabricants de bornes électriques au Québec et on a maintenant de l'hydroxyde de lithium qui s'en vient. Je ne vous cache pas qu'on va probablement voyager. »

Nemaska Lithium doit revenir en Mauricie dans les prochaines semaines, entre autres pour une activité avec la Chambre de commerce de Shawinigan. Les premières rencontres citoyennes pour expliquer le projet pourraient avoir lieu vers la fin mars.

Ingénieur en validation logicielle en Mauricie

Faites partie d'une compagnie reconnue en Mauricie! Notre client, une entreprise manufacturière en croissance qui se spécialise dans les composantes électroniques, est présentement à la recherche d'un Ingénieur en validation logicielle pour se joindre à cette magnifique organisation.

Notre client vous offre plusieurs avantages:

* Entreprise mondiale et en croissance;
* Salaire compétitif;
* Grand centre de R & D;
* Horaires flexibles.

Statut: permanent
Salaire: compétitif

Au sein de l'équipe de la R&D, l'Ingénieur de validation logicielle est responsable de développer et participer à l'exécution des tests. Le titulaire du poste devra participer à l'élaboration des plans et spécifications de tests.

Principales responsabilités:

* Analyser et comprendre le fonctionnement du produit pour lequel la validation logicielle sera exécutée;
* Élaborer des spécifications de test en se basant sur les requis systèmes et logiciels;
* Respecter les processus internes en matière de documentation et d'exécution de projets ;
* Participer aux évaluations conséquentes et régulières des technologies et produits compétitifs dans le domaine des tests de logiciels;
* Assurer une interface technique avec des partenaires issus du milieu manufacturier électronique, ainsi que la conception pour activités manufacturières;
* Concevoir les gabarits de tests et les interfaces (câbles, connecteurs) avec les équipements génériques;
* Soutenir l'équipe logicielle dans la résolution des problèmes logiciels;
* Participer au développement des équipements de validation de produits avec les clients internes de l'entreprise;
* Participer au développement des équipements de tests fonctionnels de production avec les clients internes/externes de l'entreprise.



from RSSMix.com Mix ID 8136582 http://ift.tt/1KElozY
via RSSMix.com Mix ID 8136582> Ingénieur en validation logicielle en Mauricie
Un motoneigiste meurt à Saint-Prosper-de-Champlain

SAINT-PROSPER-DE-CHAMPLAIN, Qc - Un motoneigiste a perdu la vie à la suite d'une collision à Saint-Prosper-de-Champlain, en Mauricie, samedi.

L'impact serait survenu vers 16h30 après que l'homme eut fait son arrêt à l'intersection du sentier numéro 3 et de la route 159, selon la porte-parole de la Sûreté du Québec, Audrey-Anne Bilodeau.

Le motoneigiste aurait ensuite tenté de continuer sa route sur le sentier en question. C'est à ce moment qu'il aurait été happé de plein fouet par un véhicule utilitaire sport, selon Mme Bilodeau.

Le conducteur du VUS n'avait subi aucune blessure, a-t-elle ajouté.

La route était toujours fermée à la circulation en début de soirée samedi pour les besoins de l'enquête.

La cause exacte de l'accident demeurait inconnue.

François Legault et Sol Zanetti à Trois-Rivières

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault et le chef d'Option nationale Sol Zanetti étaient de passage dans la région, jeudi.

François Legault a fait une tournée de rencontres politiques et économiques en Mauricie et au Centre-du-Québec. Il a visité l'entreprise Nitek Laser à Nicolet, ainsi que le parc Micro-Science à Trois-Rivières.

Le chef de la CAQ a, aussi, rencontré le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, et participé à un cocktail partisan en soirée à Bécancour.

Le chef d'Option nationale au Cégep de Trois-Rivières

Sol Zanetti a pour sa part participé à une rencontre avec les étudiants du Cégep de Trois-Rivières jeudi midi. Il leur a notamment parlé de souveraineté dans le cadre d'une tournée provinciale des établissements collégiaux.

Le chef d'Option nationale a récemment obtenu l'appui de 99 % des membres de son parti.

Projet de Nemaska Lithium à Shawinigan : l'entreprise intensifie sa présence en Mauricie

L'entreprise Nemaska Lithium devrait se faire de plus en plus présente en Mauricie dans les prochaines semaines, dans la foulée de son projet d'usine de lithium dans le secteur Grand-Mère de Shawinigan.

Un texte de Michelle Raza

Le président et chef de direction de Nemaska Lithium Guy Bourassa a présenté vendredi le projet d'usine de son entreprise et les opportunités d'affaires qui en découlent. Il a parlé devant une centaine de membres des Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec (MMCQ) rassemblés à l'hôtel Urbania, à Trois-Rivières.

Cette rencontre avait été prévue bien avant la tenue d'un registre sur la modification de zonage qui va permettre l'installation de Nemaska Lithium dans les locaux de l'ex-usine Laurentide, mais l'entreprise ne nie pas que les événements de la semaine dernière vont l'amener à être plus souvent dans la région.

Guy Bourassa a admis d'emblée que le projet ne va pas exactement à la vitesse qu'il souhaitait en raison, entre autres, des délais pour la prise de possession des bâtiments de l'usine Laurentide. Une entente de principe a été conclue entre la Ville de Shawinigan et Nemaska Lithium, mais il reste des détails à ficeler avant que tout ne soit officiel.

Le président de Nemaska Lithium a toutefois précisé que ce délai ne devrait pas avoir d'impact sur l'échéancier final du projet. L'exploitation du gisement Whabouchi doit commencer en 2018; l'usine de Shawinigan doit entrer en opération au deuxième trimestre de la même année.

L'entreprise compte trouver sa main-d'œuvre localement et croit pouvoir faire de même pour la grande majorité de ses fournisseurs.

« C'est du concert », affirme le maire Angers

Le financement du projet de Nemaska Lithium est ficelé à 40 %, mais cette situation n'inquiète pas le maire de Shawinigan, Michel Angers, qui ne croit pas que le projet fasse chou blanc comme celui de FerroAtlantica, par exemple.

Le maire de Shawinigan précise d'ailleurs que le changement de zonage qui permettra officiellement à Nemaska Lithium de s'installer dans l'ancienne usine Laurentide doit être réglé dans les prochaines semaines. Il pense aussi que le dossier de la propriété du bâtiment pourra être clos en février.

Michel Angers ne cache pas son enthousiasme face au projet de Nemaska Lithium : « c'est une manne économique. On parle d'une centaine d'emplois, mais il y a aussi tous les emplois indirects. Et les perspectives d'avenir : [Shawinigan héberge] les seuls fabricants de bornes électriques au Québec et on a maintenant de l'hydroxyde de lithium qui s'en vient. Je ne vous cache pas qu'on va probablement voyager. »

Nemaska Lithium doit revenir en Mauricie dans les prochaines semaines, entre autres pour une activité avec la Chambre de commerce de Shawinigan. Les premières rencontres citoyennes pour expliquer le projet pourraient avoir lieu vers la fin mars.

La chaîne préhospitalière : quand chaque minute compte

Grâce aux différents maillons de la chaîne préhospitalière, 145 personnes ont été sauvées en Mauricie et au Centre-du-Québec entre 2009 et 2015. À l'occasion du mois du coeur, les autorités rappellent la différence que peut faire l'utilisation d'un défibrillateur lors d'un arrêt cardio-respiratoire (ACR).

La réanimation cardio-respiratoire (RCR) augmente de 5 % les chances de survie d'une victime lors d'un ACR. Combinée à l'utilisation d'un défibrillateur, un appareil qui envoie une décharge électrique au cœur pour en rétablir le rythme chez une personne en arrêt cardiaque, les chances de survie de la victime augmentent de 75 %.

Les premiers instants ont une importance cruciale : pour chaque minute d'attente avant la défibrillation, le taux de survie lors d'un arrêt cardiaque diminue de 7 % à 10 %, rappelle le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ).

« Idéalement, dans les cas précis où on aurait besoin d'un choc électrique, ça doit se faire [dans] les deux premières minutes. C'est impossible d'amener des secours experts en dedans de deux minutes », dit l'urgentologue François Parent. 

Près de 40 000 arrêts cardiaques surviennent chaque année au Canada soit, une personne toutes les 12 minutes, selon le CIUSSS MCQ. 

Le centre de communication santé

Lorsqu'un appel d'urgence médicale est logé au 911, il est ensuite redirigé au centre de communication santé (CCS). En douze mois, répartis entre 2014 et 2015, le CCS a traité 57 375 demandes de services préhospitaliers d'urgence.

Le Centre de communication santé régional reçoit 57 mille demandes de soins préhospitaliers par année. #rcma pic.twitter.com/K2NP3ojGfQ - Pierre-AndréCloutier (@pacloutier123) 4 Février 2016

Les répartiteurs donnent les indications téléphoniques pour démarrer la RCR.

Le CSS coordonne l'accès aux transports ambulanciers. Une moyenne de 134 transports par jour ont été effectués en Mauricie et au Centre-du-Québec en 2014 et 2015.