ma voisine d'en face

Et vous, seriez vous sortis ?

Ce soir, j'ai récupéré ma voisine de 20 ans prostrée sous une table dans son salon en train de se faire rouer de coups de pieds. La porte était ouverte, j'ai pu rentrer sans soucis et la prendre sans que son “copain” ne s'en prenne à moi, je fais 1m80, ça aide.
Pourquoi personne d'autre n'est sorti ? Pourquoi c'est moi, 21 ans et étudiante qui m'y suis collé seule quand ma voisine d'en face est infirmière, qu'on est 12 locataires dans cet immeuble pas très grand ?
Je ne sais pas, je ne comprends pas.

J'ai appelé des amis pour qu'elle ai des clopes et moi du soutien.
Elle a soufflé.
Admis.
Dit qu'elle avait envie de s'en sortir, qu'elle allait prendre la main qu'on lui tendais. Elle avait vraiment l'air d'y croire.

Elle m'a dit que jamais personne n'avais été aussi gentil avec elle.
Qu'elle n'avait même pas compris ce qui ce passait quand je l'ai sorti de sous sa table. Que mes amis étaient d'une gentillesse extraordinaire d'être venu lui apporté des clopes et de l'avoir écouté pour la soirée.

Elle est retournée chez eux ce soir, car elle doit travailler avec lui demain. Elle n'a pas de diplôme, pas de permis, et à toujours travaillé au noir pour le bénéfice de con “mec”.
Elle ne dit pas qu'il l'a tapé, mais ne dément pas non plus.
Le dire, ce serait le trahir. Elle est partie en me disant qu'elle pensait qu'il avait un problème mental.

Mais elle l'aime comme une folle, c'est “[sa] vie, [son] univers tu sais. [Elle] a pas de parents, [elle] n'a que lui”.

Elle doit me téléphoner demain midi, pour se rappeler qu'elle n'est plus seule. On doit aller ensemble au CMP de la ville jeudi, et voir un voisin flic à la retraite.

Je ne sais pas si elle me recontactera. Et je sais que je ne pourrais rien faire d'autre que d'être sa voisine du dessus tant qu'elle ne souhaitera pas s'en sortir, vraiment s'en sortir. J'espère que la gentillesse de quelques étudiants suffira à lui donner le déclic. Mais je n'y crois pas. Pas vraiment.

J’ai envoyé ce message,en moins bien formulé car pas encore relu, sous le coup de l’émotion, à @codes-de-cruches pour dire que le féminisme, c’est ici et maintenant. C’est en bas de chez vous.
Pour qu’un maximum de monde se pose la question, “serais-je intervenu ?
Mais je suis la seule à être sortie dans mon immeuble. C’était pourtant pas discret. Et mes voisins ne sont pas de vilains cons racistes et machistes.

Alors je vous pose la question, pour de vrai, sincèrement :

Et vous seriez vous sortis ?

(english below)
J'ai pris une résolution, de travailler sur une illustration personnelle tous les jours pendant 30 minutes. Je devenais de plus en plus frustrée et un peu triste de ne plus trouver le temps de faire des choses perso, donc j'espère que ça va aider. Mon but n'est pas nécessairement de pondre une illu par jour, même si ça prend 6 jours c'est pas grave, l'important pour moi c'est d'y passer 30 minutes tous les jours quoi qu'il arrive. Pas de pression, juste du fun, c'est le plan.
Voici celle que j'ai terminé aujourd'hui, inspirée par ma petite voisine trop mimi de l'immeuble d'en face, qui faisait des bulles l'autre jour.

So, I’ve started a new habit of working on a personal piece for 30 minutes everyday.
Hopefully it will help me to fight the frustration of not being able to do personal stuff anymore. My goal is not necessarily to do one finished illo everyday, even if it takes a week it’s ok, as long as I spend my daily 30 minutes on it. No pressure, just fun. At least that’s the plan.
Here is the one I’ve completed today, inspired by my adorable little neighbor from across the street, who was blowing bubbles the other day.