mélanie joly

3

MAIRIE DE MONTRÉAL 2013
Le sort est tombé: Denis Coderre sera maire de Montréal…
Inutile de pleurer sur la situation, les autres chevaux (dont le mien…) ont perdu la course!
Et comme on dit à la radio:“On passe à un autre appel…”
Il y a bien sûr une autre solution: Déménager dans le Nord…
http://www.radio-canada.ca/sujet/elections-municipales-2013-resultats

La xénophonie, ça se soigne madame Lussier

Chère madame Lussier, journaliste au Journal Métro,

J’ai voulu vous appeler après avoir lu votre relations-publiques-bashing pour vous conseiller de consulter un professionnel de la santé mentale. Vos symptômes s’approchent grandement à une xénophobie…

View Post

2

Aujourd'hui, publication du livre de Mélanie Joly : “changer les règles du jeu”. Qui parviendra à chasser la grisaille qui a envahi les démocraties modernes qui oscillent entre ceux qui ont peur d'avoir raison et ceux qui ont raison d'avoir peur quand ils regardent la réalité des faits ? 

La démocratie reste-t-elle une expérience agréable à vivre ? Ou faut-il se résigner à trouver son équilibre à l'écart de toute vie politique ? 

Mélanie Joly a su effectuer une percée remarquable dans une des plus belles démocraties au monde : Montréal. En quelques moins, elle a bousculé les équilibres politiques traditionnels.

Ses recommandations mériteront donc une attention particulière.

Le lancement de son livre intervient aujourd'hui. Nous en reparlerons dans de prochains articles.

3

JUSTIN & MÉLANIE…
Le désir de Mélanie Joly​ d'être candidate libérale pour Justin Trudeau​ lors des élections fédérales d'octobre prochain n'a rien de surprenant.
Sa course à la mairie était un accident (opportunité) de parcours favorisé par le mouvement “Anybody but Coderre” et son dynamisme en tant que candidate l'avait rapidement placé proche du meneur Coderre qui était parti avec une dizaine de longueurs d'avance sur tous les autres candidats. Le plus compétent, Marcel Côté ne tenait pas la route sur le plan de l'image médiatique tandis que Bergeron était trop identifié aux anciens politiciens. Il restait Mélanie qui a bien failli gagner son défi et dépasser le champion mais le temps a manqué. Deux semaines de plus à la campagne et c'était la défaite de Coderre.
Est-ce que Justin va devenir le prochain Premier Ministre du Canada?
Il est mon favori sauf que le tenant du titre Stephen Harper sera difficile à battre.
Mais tout est possible en politique, comme dans les courses de chevaux…
Entretemps, Justin est à Montréal ce vendredi devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain​.
À suivre!
http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201502/25/01-4847347-melanie-joly-se-defend-dalimenter-le-cynisme-chez-les-electeurs.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS1

3

Mélanie Joly lance une vaste campagne d'adhésions sur Montréal : aujourd'hui, jour de son congrès, elle annonce les priorités :

“Par son action, Le Vrai Changement pour Montréal cherche à faire de notre ville :

1)    une ville transparente, qui se démarque par l’intégrité, l’éthique et l’imputabilité de son administration ainsi que son efficience, et qui met en pratique le principe des données ouvertes; 2)    une ville prospère, dont le succès est fondé sur l’innovation et le soutien à l’entreprenariat, en faisant un véritable foyer de talents avec un grand pouvoir d’attraction pour les créateurs de tous les domaines; 3)    une ville vivante, pour sa qualité de vie, son caractère festif et son urbanisme réussi; 4)    une ville intelligente, qui offre une mobilité accrue à ses résidents et commerçants, qui applique une véritable politique d’efficience énergétique et agit de façon écoresponsable, en plus d’encourager la participation citoyenne; 5)    une ville humaine, qui met en place des mesures concrètes afin de lutter contre la fracture sociale, qui est intégrative des communautés, qui responsabilise ses citoyens et qui en assurant la sécurité.”
Personal branding

Cette semaine j'ai assisté à une conférence très intéressante (bien que trop courte) sur le “personnal branding” ou comment faire et gérer sa marque en entreprise, un sujet très populaire au cours des dernières années.

Les conférenciers étaient Yanik Deschênes, nouveau directeur de l'agence Edelman, Mélanie Joly, chef du parti du Vrai Changement pour Montréal ainsi que Nathalie Miller, présidente de l'agence Groupe3 et chargée de cours à HEC Montréal.

Bien que j'aurais aimé aller plus en profondeur avec les conférenciers, voici quelques citations qui ont retenu mon attention.

Mélanie Joly sur la compétitivité en entreprise…

Mélanie Joly sur comment réagir quand les gens ont des idées préconçues à notre sujet…

La meilleure stratégie, être soi-même, être authentique !

jeannemar.com
Joly contre Coderre, lutte fratricide | Jean Némar

Mélanie Joly nous promet LE VRAI changement pour Montréal. Elle prétend qu'€™en élisant Denis Coderre, rien ne changera (pour une fois nous sommes d'€™accord!). C'€™est quand même drôle comment ceux qui prétendent être l'€™incarnation même du changement reproduisent justement la façon de faire des « vieux partis » ou « vieux politiciens ».

5

Les élections et leur nouveau timing : hier, à Montréal, Mélanie Joly lançait officiellement et expressément une campagne d'adhésions en vue des élections municipales de … 2017. Le plus récent parti sur Montréal ouvrait officiellement la prochaine campagne électorale considérant que sa jeunesse avait été son handicap lors des dernières élections et que désormais la campagne électorale était … permanente. Une évolution que les réseaux sociaux amplifie.

Ce timing va-t-il contaminer la vie publique française ?

A Grenoble, le plus récent candidat est le Mouvement Nous Citoyens. Sa responsable, Elizabeth Zitoun, réunit ses responsables locaux avant la coupure d'été. 

C'est un visage différent de l'opposition locale traditionnelle. Comme démontré dans l'entre deux tours des municipales, c'est une opposition indépendante, qui incarne une approche thématique exigeante accordant une place forte à l'éthique et à la nouvelle gouvernance. Ces deux thèmes sont voués à occuper une place importante au moment où l'UMP donne le sentiment de sombrer dans de nouvelles turpitudes.

Denis Bonzy organise le Club 20 dans une logique plus collective mais purgée des risques d'entrisme de la part de partis politiques extérieurs, ayant lancé les prochaines publications thématiques en faisant appel à de nouvelles contributions sur la base des nombreux contacts intervenus dans la foulée des municipales.

L'enjeu réside dans la structuration d'une opposition locale moins fanatique, plus conceptuelle, soucieuse de rassembler des générations complémentaires mais à partir d'esprits libres à l'exemple de Joël de Leiris qui pourrait être le “sage” des prochaines années seul capable de faire le pont entre des sensibilités désormais éloignées. Mais décidera-t-il de rester dans cette “course” ?

Si les cantonales devaient être maintenues en mars 2015, ce temps électoral devrait significativement s'accélérer.

En élections, ce que l'on ne sait pas peut nous faire mal
Gaétan Malamenché  16:03 voir que Mélanie Joly est rendue 2e dans les sondages Georges Cpasclair  16:03 j'la comprend pas Gaétan Malamenché  16:03 jveux dire..C'EST QUOI SA PLATEFORME? Georges Cpasclair  16:04 plus d'autobus pis sa mère Gaétan Malamenché   16:04 donnez y le poste immédiatement
Mairie 2013

Mélanie Joly ça vous dit quelque chose? Un nom sans doute un peu banal qui tous ont déjà entendu ou lu une fois ou deux. Mais alors que le Québec est sous la loupe de l’UPCA, que la commissaire Charbonneau est assise en première loge d’un festival d’humour et que Montréal se retrouve sans maire encore une fois en l’espace de quelques mois ; ce nom prend tout son sens.

Portrait exemplaire. Jeune femme. Mi-trentaine. Formation en droit. Expériences en journalisme, relations publiques, administration et politique. Femme de tête. Femme d’avenir. Une question nous brûle les lèvres : a-t-elle l’étoffe pour revêtir ce grand chapeau de mairesse? Les capacités sont là. Les compétences amplement. Mais se porter candidate à la mairie de Montréal c’est bien plus que cela. C’est reconstruire une confiance totalement perdue. C’est remettre en place un système bourré de failles et de corruption. C’est travailler avec des gens dont la droiture est remise en question. C’est reprendre une ville avec quatre voire cinq pas de reculons. Le Québec voulait une commission d’enquête sur la construction? Il l’a eu. Que les conséquences s’en suivent. La population va-t-elle voter par défaut pour un certain “renouveau”? Ce mot me donne des frissons et évoque étrangement le souvenir de nos dernières élections provinciales. Je ne dessinerai pas un portait sur les répercutions de cette recherche de “nouveau vent de fraîcheur”. Tenez-vous bien droit, ouvrez bien grand vos oreilles et écoutez attentivement ce que Mélanie Joly aura à vous dire dans les prochaines semaines. Cette jeune avocate pourrait en surprendre plus qu’un et sûrement pas parce qu’elle fait simplement changement.

http://m.huffpost.com/qc/entry/3397667

Jour de vote à Montréal : un scrutin qui dépasse les seules frontières de cette belle ville : les élections locales vivent un changement d’âge. Montréal le montre et le vit actuellement.

Plusieurs changement majeurs interviennent :
- l’opinion entre de plus en plus tardivement dans le temps électoral,
- elle cherche à simplifier la question posée à laquelle elle considère que son vote doit être la réponse,
- elle veut vivre une nouvelle époque avec des candidats qui incarnent la rupture.

Les partis affaiblis ne structurent plus le vote à l’exception des réceptacles pour les votes protestataires. Les idéologies sont au placard. C’est donc autour des candidats, de leur caractère, de leurs actes que se jouent les élections. 

Dans ce contexte, Mélanie Joly ajoute un atout supplémentaire : considérer que le point de clivage sera entre ceux qui critiquent en permanence et ceux qui veulent apporter des solutions. 

Son choix est celui des solutions. Ce fut le cas sur les transports. C'est le cas sur les finances. 

Ce faisant, Mélanie Joly revient à une donnée de base : chaque élection est un temps d’espoir, de perspective nouvelle. L’enjeu de l’élection est justement de porter l’imaginaire du demain.

C'est tout le pari stratégique de sa démarche.

Si elle gagne, c'est un changement d'âge des élections locales que Montréal marquera à l'issue d'une période particulièrement troublée.