lewebfrancetv

Brian Chesky d'Airbnb: "Louer le plus possible"

C'est une Sarah Lane dynamique qui a accueilli sur scène Brian Chesky, le fondateur du service de location en ligne Airbnb. La journaliste de TwitTV le rappelle, la compagnie n'est partie de rien, “à peine quelques cartes de crédit”. Puis, le développement n'a cessé. A New York, Airbnb compte “8500 offres de location” annonce Brian Chesky. Son entreprise rencontre aussi un énorme succès à Paris, ville la plus touristique au monde. Airbnb se développe donc un peu partout, “mais il nous montre surtout sur les gens cherchent à louer, le plus possible”. Son public principal? Des familles, des créateurs de starts up, des artistes. Pourtant, il n'est pas simple de faire confiance à des locataires inconnus, rencontrés en ligne. Mais Brian Cheskyse veut rassurant: “l'idée est de développer un service client 7 jours sur 7, 24h/24” explique t-il. Car, il le dit si bien, “nous sommed une entreprise qui connecte les gens entre eux”. L'entrepreneur est confiant, convaincu que “l'accès au logement est plus important que la propriété”. Dernière nouveauté en date: une application Androïd, pour vous permettre de louer vite, depuis votre téléphone. 

Joseph Tame présente le futur de "So-Lo-Mo"

Il est arrivé sur scène comme sorti tout droit d'un film de science-fiction. Un drôle de costume, une drôle de machine comprenant deux ordinateurs, et, en tout, sept technologies. “Voici le futur du SoLoMo!” nous annonce fièrement Joseph Tame, producteur de médias numériques. Dans cette machine, un iPhone, un iPad, un MacBook Air, une caméra GoPro, et bien d'autres. Une combinaison complète entre social, local et mobile. Joseph Tame a couru le marathon de Tokyo avec, et a réussi à tracer la forme de la fameuse pomme d'Apple ou de l'oiseau Twitter sur la carte de la ville. Tout cela, “grâce à deux jambes et deux iPhones”. Mais le producteur le rappelle, “SoLoMo est plus qu'une application iPhone”. “C'est un ensemble d'outils” conclut-il.  

LeWeb11: au programme de la deuxième journée

La deuxième journée du LeWeb11 promet encore de belles surprises, et la présence de personnalités de renom. Rendez-vous dès 9h avec une “performance surprise” en plénière, avant d'entamer une nouvelle journée de conférences. Programme des interventions à ne pas manquer.  - à 9h40, Bill Gross, fondateur et CEO d'Idealab, nous apprendra comment “apprendre de nos échecs”, avec 20 leçons d'entrepreunariat en 20 minutes.  - à 10h, retrouvez Brian Chesky d'airbnb et Sarah Lane, présentatrice sur TwitTV - à 10h20, Phil Libin, CEO d'Evernote, discutera avec Loïc Le Meur de LeWeb.  - ne manquez pas Marissa Mayer, chargée du “product management” chez Google, à 11h25!  - à 14h30, Marco Tempest, cyber-illusionniste, vous promet quelques tours de magie numérique…  - à 15h35, Deb Roy, fondateur de BlueFin Labs, évoquera la question de la télé connectée au web social.  - à 16h55, le débat de la journée: comment le “social-local-mobile” change les médias aujourd'hui - à 17h30, une série de mini-interventions (cinq minutes) avec, entre autres, le jeune Trevor Dougherty Tout cela, à suivre en live sur @francetvdirect. Bonne journée à tous!

Marissa Meyer: "Il y a énormément d'opportunités à saisir autour du local"

C'était sans surprise l'intervenante la plus attendue de la journée. Interrogée par MG Spiegler de CrunchFund, Marissa Meyer, en charge du product management chez Google, est venue nous parler de cartes, et de local. Deux thématiques autour desquelles se présentent un bon nombre d'opportunités, assure au public Marissa. “la localisation est quelque chose de très important pour nos utilisateurs” dit-elle. 

La preuve? Le succès incontesté de Google Maps, dont une version 6.0 pour mobile vient par ailleurs d'être lancée. Peu surprenant, quand on sait que Google Maps draine plus de trafic sur téléphone que sur ordinateur. L'entreprise cherche ainsi à innover pour s'adapter à cette nouvelle demande. “Nous vous localisons sur nos cartes, nous allons maintenant vous aider à vous diriger sur ces cartes” explique Marissa Meyer. De nouveaux outils naissent sur Google Maps, et notamment sur Android. 

Quand aux stratégies de son équipe, Marissa Meyer évoque l'accent mis sur le design, et, surtout, “la nécessité d'écouter sans cesse nos utilisateurs”. 

24 heures avec : Ouriel Ohayon (Appsfire) 2ème et 3ème partie

Avant de présenter Logo Stream, sa nouvelle application dans la salle plénière, Ouriel Ohayon nous emmène avec lui dans les coulisses de Le Web11 : séance de maquillage, d’appareillage, de discussions avec d’autres entrepreneurs.

10 minutes montre en main, Ouriel Ohayon présente Logo Stream, la nouvelle application de son entreprise : Appsfire. La vocation de cette dernière est de créer des outils pour aider les utilisateurs à avoir accès à des applications plus efficacement, dans la jungle d’applications proposées dans l’app store. 

Marco Tempest ou l'art du "cyber-illusionisme"

Du cyber-illusionisme, cela vous dit quelque chose? Marco Tempest, lui, est un pro dans la matière. Au début de son intervention, rien de compliqué: l'illusionniste dessine un bonhomme sur un panneau blanc. Sauf qu'après quelques secondes, ce bonhomme se met à bouger. S'en suit une série d'animations plus surprenantes les unes que les autres. “La magie consiste à tromper le cerveau, pas l'oeil” explique alors Marco Tempest. Il aime tromper son public, conquis par ses performances.  L'illusionniste en profite pour donner quelques leçons de vie. Créativité, imagination, collaboration sont la clé. Il faut, dit-il, “penser”, et travailler “en dehors de ses zones de confort”. “Soyez passionnés, pensez par vous-même, prenez des risques!” conseille t-il à l'audience. Cela a bien marché pour lui. La preuve? Ses prestations d'illusionniste, filmées dans la rue depuis son téléphone, ont enregistré plus de 25 millions de vues.

Altimeter, une échelle pour mieux répondre aux besoins sociaux des consommateurs

Jeremiah Owyang, de Altimeter Group explique comment une entreprise peut mieux répondre aux besoins “sociaux” des consommateurs. Une nouvelle échelle sociale en somme. 
Du plus important au plus superflu, il classe et explique ces besoins “sociaux”:

1. A la base, avoir un bon business plan et une bonne équipe de direction
2. La sécurité: être paré pour faire face aux crises. 
3. La formation: relier les équipes pour améliorer la coordination et éviter les doublons. 
4. Donner suffisamment de souplesse et de soutien pour qu'elles croissent et atteignent leurs objectifs.
5. Être suffisamment éclairé pour appréhender en temps réel les attentes des marchés et pour ensuite mieux les devancer

Bill Gross: 12 leçons d'entrepreneuriat issues de 20 années d'entreprenariat

“Apprendre de ses échecs”, Bill Gross, fondateur et CEO d'Idealab, nous livre 12 leçons issues de ses 20 ans d'entrepreneuriat en 20 minutes. 
Aujourd'hui, Idealab, son entreprise a investi plus de 870 millions de dollars dans ses 100 entreprises. Mais ses leçons d'entrepreneuriat remontent aussi à ses expériences de très jeune entrepreneur: Bill Gross raconte qu'il a fait ses premières armes à 14 ans, en vendant des bonbons.

1. Le marché fait la loi
2. Apprendre à vendre
3. Poursuivre vos passions
4. Se concentrer davantage sur moins de choses: cibler
5. Reconnaitre ses forces
6. Survivre jusqu'à ce que le marché soit mûr pour son innovation
7. Mieux vaut se développer lentement mais surement
8. Tester, tester, tester
9. Quand vous savez que vous avez une bonne idée, ne la lâchez pas
10. Trouver les partenariats essentiels et stratégiques 
11. Renforcer l'intérêt de ses clients
12. Toute vérité passe par trois étapes: ridiculisée, critiquée puis acceptée comme évidente

Uber se lance à Paris... Et sur la scène de LeWeb11!

Les annonces s'enchaînent sur la scène de LeWeb11. Travis Kalanick, co-fondateur et PDG d’Uber a profité de son passage pour détailler le lancement du service à Paris. Son entreprise propose une application mobile pour réserver une voiture avec chauffeur. Objectif: eun flotte de 60 véhicules dans la capitale. Le lancement français n'est pas si compliqué, si l'on en croit Travis Kalanick. Une raison à cela: selon lui, San Francisco, la ville d'origine du service, San Francisco est finalement “beaucoup plus proche de Paris que de New York” en ce qui concerne les transports. L'entreprise espère à terme s'implanter dans 15 à 20 villes en Europe.

Phil Libin: "Evernote, une mémoire sûre de votre vie" 

Pas de doute, les deux s'entendent bien. Loïc Le Meur a accordé un accueil particulièrement chaleureux à Phil Libin, le CEO d'Evernote. Premier sujet de discussion: Evernote nommée compagnie de l'année par le magazine Inc.! Le public applaudit, Phil Libin a le vent en poupe. Et il a de l'ambition: “Nous voulons devenir une mémoire sûre pour nos utilisateurs” explique t-il au début de sa présentation. Beau projet pour cet entrepreneur convaincu.  Et il a de quoi: Evernote a été lancé en 2008, “et une fois que les gens l'utilisent, ils ne peuvent plus s'en passer”. Phil Libin part de ce constat pour construire son modèle économique. “La part la plus importante d'Evernote est sa partie gratuite” dit-il. Mais alors, comment devenir rentable? Rien de plus simple pour le CEO d'Evernote: “Une fois que nos utilisateurs utilisent Evernote gratuitement, ils ne peuvent plus s'en passer, en tombent amoureux. Ils finissent donc par être prêts à payer pour ce service”. Cela peut faire rire, mais et si cela marchait?  Car, après tout, “Evernote est quelque chose de vraiment privé, de personnel”. Phil Libin évoque avec Loïc Le  l'application Evernote , et autres services permettant de se créer une “note” des gens que nous rencontrons. Evernote compte aujourd'hui six applications. “Nous voulons réinventer un outil pour permettre au salarié d'aujourd'hui de mieux gérer sa vie privée et professionnelle” conclut Phil Libin.