les-six

les amis inktober day six: ‘sword’ 
first previous | next

i just wanted to draw eponine in reading glasses

Idioms in French and English

It’s a throwback to - Ça nous ramène à

To get to the bottom of things - Aller au fond des choses

You can’t put the clock back - Ce qui est fait est fait

It looks like a dead end street - On est dans l’impasse

To take a turn for the better - Prendre une meilleure tournure

To be scared to death - Avoir une peur bleue

That drives me crazy - Ça me prend la tête

He had a narrow escape - Il l’a échappé belle

They were beaten hands down - Ils ont été battus à plate couture

To throw money down the drain - Jeter de l’argent par les fenêtres

To face facts - Se rendre à l’évidence

An ace in the hole - Un avantage secret

At a drop of a hat - Sans hesitation

To start from scratch - Commencer à partir de zero

I worked my fingers to the bone - J’ai travaillé d’arrache-pied

Once in a blue moon - Tous les trente-six du mois

To buy something for a song - Acheter quelque chose pour une bouchée de pain

To do one’s utmost - Faire de son mieux

To face facts - Voir la vérité en face

To be all the rage - Être à la mode

To deter somebody from doing something - Dissuader quelqu’un de faire quelque chose 

To come into office - Prendre le pouvoir

To have a grip on something - Avoir une emprise sur quelque chose 

To cope with - Faire face à

To be on the edge of - Être sur le point de

To turn out to be - S’avérer

To devote oneself to doing something - Se consacrer à

To get one’s life back - Reprendre sa vie en main

To be short of - Être en rade de quelque chose

To resume work - Reprendre le travail

In the name of - Au nom de

To hit rock bottom - Toucher le fond

It’s the pot calling the kettle back - C’est l’hôpital qui se moque de la charité

Money can’t buy happiness - L’argent ne fait pas le Bonheur

When there’s a will there’s a way - Quand on veut on peut

To pass out - Tomber dans les pommes

To pretend to - Faire semblant de

Don’t judge a book by his cover - L’habit ne fait pas le moine

To make ends meet - Joindre les deux bouts

To cost an arm and a leg - Coûter les yeux de la tête

To look forward to - Être impatient de 

To be skating on thin ice - Avancer sur un terrain glissant

Let alone - Sans parler de

To keep pace with - S’adapter

Out of necessity - Par nécessité

Be it as it may - Quoi qu’il en soit

The flipside of the coin - Le revers de la médaille

To be on the brink of doing something - Être à deux doigts de faire quelque chose

In the wake -  A la suite de

  • Mingyu: Hey Wonwoo, wanna see my six pack?
  • Wonwoo: No, I really couldn't care le--
  • Mingyu: *takes out six decks of 'Magic: The Gathering'* Not to brag or anything, but Cheol got it as MY Christmas gift. What did he get you?
  • Wonwoo: *slowly hiding his five decks behind his back and muttering under his breath* betrayal.

sheepnamedpig  asked:

Could you teach us some French idioms?

Alright, I gonna use only those I heard/use, because there is many that I don’t know, and are probably used in only other regions :>
I’m using this wiktionary, if you want the literal meaning!
I’m also posting this public so anyone interested can see :)

ânerie : stupidity / stupid remarks
avoir de la gueule : to be cool / attractive
bonne gueule : to look friendly
sale gueule : nasty looking
avoir d'autres chats à fouetter : to have better things to do
avoir la tête dans le cul : to be tired (mostly when you wake up)
avoir mangé du lion : to have incredible energy
avoir un chat dans la gorge : when you’re sick and cough
avoir un cheveu sur la langue : to have a lisp
avoir une faim de loup : being very hungry
une nuit blanche : a sleepless night
bête comme .. : stupid as..

ça me dit quelque chose : that rings a bell
ça me prend la tête : that annoys me
ça me soûle : it pisses me off
ça ne tient pas debout : it doesn’t make sense
c'est pas tes oignons : it is none of your business
chercher la petite bête : to nit-pick
comme ci, comme ça : so-so
comme un poisson dans l'eau : something easy (like a duck to water)
conduire comme un pied : to drive horribly
les doigts dans le nez : very easy
donner sa langue au chat : to give up trying to guess something
dormir en chien de fusil : to sleep curled up

écrire comme un cochon : to have bad handwriting
en un clin d’œil : in a flash
être tiré par les cheveux : something far-fetched
être un mouton : to be easily led
être un chaud lapin : to be horny
être une fouine: to be nosy
être vache : to be mean, to be nasty

faire d'une pierre deux coups: to hit two birds with one stone
faire la grasse matinée : to have a lazy day (usually means you sleep all morning after being busy the day before)
faire la sourde oreille :  to ignore something
faire un tabac : to have a huge success
faire une queue de poisson (à quelqu'un): to cut in front of someone while driving
gueule: animal mouth, human face, appearance
gueuler : to shout
ferme ta gueule : shut up
gueule cassée: war veteran (with severe facial deformities)
gueule de bois : hangover
il n'y a pas un chat : there is nobody around

jeter l'éponge : to give up
jouer à chat perché : to play off-ground tag
jouer au chat et à la souris : to play cat and mouse
la vache! : expletive, exclamation like “hell!” or “damn!”
c’est le bordel : something is messy. ( a room, a paper)
bordel ! : a swear word. Can also mean whorehouse.   
putain ! : most used swear word. (We use it all the time as you can see here)  Also means whore.


l'habit ne fait pas le moine : do not judge by appearances
malin comme un singe :  very clever
anger comme un cochon : to eat greedily
manger comme quatre : to eat lots
manger ses mots : to mumble
mettre la charrue avant les bœufs : to get ahead of yourself
être mort de rire (abbreviated to MDR) : LOL (I personally hate it, only pre-teens use that. I would only use “je suis mort” = “I’m dead” = I’m dead of laughter)
myope / myope comme une taupe :  blind as a bat
nom d'un chien : (expression of distaste)
on n’apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces : one can’t teach something old something new, one can’t teach an old dog new tricks
ours mal léché : uncouth, impolite
pleuvoir des cordes : to rain cats and dogs
poser un lapin à quelqu'un : to set someone up, not show up
pour qui tu te prends ? : who are you to say that? / who do you think you are?
prendre ses jambes à son cou : to run away quickly
en parlant du loup : speak of the devil
qui sème le vent récolte la tempête : who looks for trouble, finds worse
qui vivra, verra : time will tell
rat de bibliothèque : bookworm
rendre quelqu'un chèvre : to drive someone crazy
reprendre du poil de la bête : to regain strength, recuperate
retourner sa veste : to go back on your word, change your mind
revenons à nos moutons : to get back on topic, to return to the question at hand

sans l'ombre d'un doute : without a shadow of a doubt
sauter du coq à l’âne : jump from one topic to another
se creuser la tête : to try very hard to resolve something
se mettre le doigt dans l'oeil : to put your foot in it
se plier en quatre : to laugh hard / to try your best
têtu comme une mule : stubborn as a mule
tomber dans les pommes : to faint
trente-six mille choses à faire : many things to do
vachement : very
vacherie : dirty trick / nasty comment
voler de ses propres ailes : to stand on one’s own two feet

And finally one that is proper to my region only :
Gauger (verb) : when you are very wet from the rain / puddle of water

Day 9

Midnight for me has come and it seems like a lot of people are on now so here goes! Today on pride month we look at a French composer part of the elite Les Six:

Francis Poulenc

Very gay, Poulenc at first had a difficult time accepting himself. But his relationships continued with artists such as Max Jacob, Jean Cocteau, and Benjamin Britten. His music is very influential and he wrote a large number of works for all types of ensembles. Though his music is rather avante-garde, this piece (the Sonata for Oboe and Piano) is one of his few departures into tone rows and dodecaphonic music, if only for brief moments. The scherzo here consists of sharp staccato phrases interrupted by brief lyrical moments. Definitely worth a listen. Enjoy!

4

New Project for Alex! 

Emmy award-winner Alexander Skarsgård set to star in BBC One’s The Little Drummer Girl

Alexander Skarsgård has been cast as the male lead in the upcoming BBC One-AMC series “The Little Drummer Girl,” the networks announced Tuesday.

Based on the novel of the same name by John le Carré, the six-part miniseries follows brilliant young actress Charlie (Florence Pugh) who strikes up an acquaintance with an intriguing stranger while on holiday in Greece, but it rapidly becomes apparent that his intentions are far from romantic. The man is Becker (Skarsgård), an Israeli intelligence officer, who entangles her in a complex and high stakes plot which unfolds as she takes on the role of a lifetime in the ‘theatre of the real’.

Skarsgård recently won an Emmy for his role in the acclaimed HBO limited series “Big Little Lies.” He is also known for his roles in the film “The Legend of Tarzan” and HBO’s “True Blood.” He will next be seen starring in Duncan Jones’ “Mute” opposite Paul Rudd and Justin Theroux, and “The Aftermath,” starring opposite Keira Knightley.

Set in the late 1970s, yet sharply contemporary, The Little Drummer Girl weaves a dynamic and exciting story of espionage and international intrigue, of love and betrayal.

Simon and Stephen Cornwell, co-CEOs and Founders of The Ink Factory, say: “The level of expertise and creativity behind this series is unmatched, and we are excited to be gathering a cast of incredible talent to inhabit the brilliant world le Carré has created. Alexander Skarsgård is a captivating actor with great depth and we are delighted to have him join the project.”

Park Chan-wook says: “To play an enigmatic man who hides his true feelings deep inside, I couldn’t think of a more fitting actor. I believe Skarsgård’s growing depth as a great character actor and his soaring energy will elevate The Little Drummer Girl to a high place.”

Sources:  Variety (x), BBC.co.uk (x), Photos of Alex at the 2016 Zurich Film Festival (September 25, 2016): AndrewJones1980 (x), Retrobaer (x) & Seline____ instagrams

youtube

Poulenc | Piano Concerto

Au XIXe siècle, un monde nouveau envahit le champ littéraire, certains motifs se hissant pour la première fois au rang de sujets dignes d’intérêt. La ville, la province, le peuple ne sont plus cantonnés au registre comique, les progrès de la Science aux manuels et aux essais des savants. L’individu s’affirme, en réaction à une évolution économique et sociale qui le dépasse ou l’écrase. « Le culte du moi » est de tous les genres littéraires. Le pessimisme se lit dans les œuvres des écrivains qui refusent de se conformer à l’ordre établi. Ils ont le sentiment d'être incompris et se sentent coupés du monde, malgré l’espoir suscité par les progrès collectifs. Ce mal de vivre ou « mal du siècle », chanté par Chateaubriand et les Romantiques comme Musset et Nerval, se prolonge avec le spleen de Baudelaire et, à la fin du siècle, chez les décadents et les symbolistes. Les romans réalistes n’y échappent pas non plus. Ainsi les courants littéraires s’entremêlent-ils plus qu’ils ne se succèdent, donnant lieu à des échanges féconds entre les écrivains. À ce titre, Baudelaire peut être considéré comme le poète capital, à la charnière du siècle comme des mouvements, romantique, réaliste, parnassien, décadent et symboliste.

Le 4 février 1857, Baudelaire remet son manuscrit à l’éditeur Auguste Poulet-Malassis associé à son beau-frère Eugène De Broise. Il y a là cent poèmes, le concentré de l’expérience poétique accumulée par l’auteur sur quinze années. La première publication, le sonnet À une dame créole, date de 1845 dans la revue L'Artiste. En octobre de la même année, le livre a été annoncé sous le titre Les Lesbiennes. Puis en novembre 1848, sous le titre Les Limbes. C'est finalement sous le titre des Fleurs du mal que paraissent en 1855, dans La Revue des Deux Mondes, dix-huit poèmes. De même que neuf autres poèmes, seront publiés en avril 1957 dans la Revue française. Le recueil définitif paraîtra le 23 juin 1857, après trois longs mois que Baudelaire consacre aux révisions sur épreuves. Le premier tirage (quelque 1000 exemplaires imprimés à Alençon) est mis en vente au prix de trois francs.

Les Fleurs du mal, connaissent un accueil mitigé, quand la presse ne se déchaîne pas pour en dénoncer l’immoralité. Le Figaro, en pointant du doigt les pièces les plus condamnables de l’ouvrage, parle de « monstruosités », si bien que le Parquet ordonne la saisie des exemplaires. Baudelaire et ses éditeurs sont poursuivis.

L’homme qui se présente le 20 août 1857, à l'audience de la 6e Chambre criminelle du tribunal correctionnel de Paris – celle des escrocs, des souteneurs et des prostituées – est un poète de trente-six ans, apprécié et reconnu de ses pairs, qui traine une réputation quelque peu sulfureuse. Déjà, en 1852, un journaliste du Journal pour rire avait cerné le personnage : « Charles Baudelaire, jeune poète nerveux, bilieux, irritable et irritant, et souvent complètement désagréable dans sa vie privée. Très réaliste sous des allures paradoxales, il a dans sa forme tout le style et la sévérité antiques, et des quelques rares esprits qui marchent par ces temps dans la solitude du moi, il est, je pense, le meilleur et le plus sûr de sa route. Très difficile à éditer d’ailleurs, parce qu’il appelle dans ses vers le bon Dieu imbécile, Baudelaire a publié sur le Salon de 1846 un livre aussi remarquable que les articles les mieux réussis de Diderot. »

D’une naïve bonne foi, Baudelaire s’imagine s’en sortir d’un non-lieu. Ses amis et connaissances, et pas des moindres, se sont mobilisé : certains publiant des articles élogieux, d’autres faisant jouer leurs relations. Mais c’était sans compter avec le rigorisme du Second Empire, porté par son moralisme intransigeant et son goût douteux pour l’art pompier et la littérature édifiante, ainsi qu’une censure omniprésente qui ne dit pas son nom. Le soir même, à l’issue du procès, qui n’a duré que quelques heures Baudelaire et ses éditeurs sont condamnés pour « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs ». Baudelaire doit s’acquitter d’une amende tandis que six poèmes sont retirés du recueil. Pour comble, le poète, qui s’attendait à une « réparation d’honneur », est privé de ses droits civiques.

Baudelaire sort brisé par le verdict, qui redouble la condamnation familiale. Le sentiment d’injustice qu’il éprouve ne le quittera plus. Comment peut-il en être autrement ? Dans ce siècle où priment les valeurs bourgeoises, l’exercice de la poésie est considéré comme un violon d’Ingres. François Malherbe, pour qui « le poète n’est pas plus utile à l’État qu’un bon joueur de quilles », le déplorait déjà, trois siècles auparavant. Tout au plus taquine-t-on la muse, « à ses heures perdues », selon l’expression consacrée par Léon Bloy. Mais quand sonne l’heure des affaires, toutes ces « couillonnades », telles que les nomme par dérision le pamphlétaire, doivent être mises au rencard, sous peine pour le récalcitrant de passer pour un tire-au-flanc.

En 1857, au moment du procès, et donc de la parution des Fleurs du mal, Charles Baudelaire n’est pas le poète maudit que l’on présente à tort. Certes, il mène une vie de bohème, parfois excentrique, est en rupture avec sa famille bourgeoise, a dilapidé une bonne partie de son héritage, une fortune, au point d’être sous tutelle, alternant luxe puis pauvreté, il est couvert de dettes, a le goût des prostituées qui pour certaines deviennent ses compagnes… Mais il est critique d’art, domaine dans lequel il s’est imposé comme un des maîtres du genre. Il est aussi le traducteur de l’œuvre d’Edgar Allan Poe, qu’il salue comme un esprit frère du sien. Il est enfin très entouré, apprécié de ses amis écrivains, protégé même. Parallèlement, il a publié dans différents journaux plusieurs des poèmes qui figurent dans le recueil coupable.

La censure oblige donc Baudelaire à réaménager son œuvre. Ainsi, en 1861, la structure du recueil sera-t-elle remaniée et enrichie d’une trentaine de poèmes. Composé de six parties, il est traversé par les thèmes principaux qui laissent deviner les espérances déçues et les défaillances morbides du poète (« Spleen et Idéal » ; « Tableaux Parisiens » ; « Le vin » ; « Les Fleurs du mal » ; « Révolte » et « La mort »). Ces textes, largement autobiographique, Baudelaire les a vécu dans sa chair, au plus profond de son être. Son lyrisme cherche sans cesse à se démarquer du Romantisme qui a bercé sa jeunesse. Avant tout, il s’agit pour lui « d’extraire la beauté du Mal » des « provinces les plus fleuries de l’art poétique » foulées par ses prédécesseurs. À l’instar de Théophile Gautier, le « poète impeccable »  à qui sont dédicacées Les Fleurs du mal, l’art n’a d’autre téléologie que lui-même, le beau et l’utile ne font pas bon ménage : « La poésie ne peut pas, sous peine de mort ou de déchéance, s'assimiler à la science ou à la morale ; elle n'a pas la vérité pour objet, elle n'a qu'Elle-même. » Ainsi, des thèmes modernes sont sertis dans des formes anciennes comme le sonnet, selon l’idée que « l’irrégularité, c’est-à-dire l’inattendu, la surprise, l’étonnement sont une partie essentielle et la caractéristique du Beau ». Hanté par l’Idéal, symbolisé par l’ailleurs, le poète n’échappe pourtant pas à l’ennui. Le spleen envahit tout son être et le plonge dans une mélancolie saturée d’images mortifères. L’amour, clé de voûte du recueil, obéit aux mêmes postulations contradictoires. La passion sensuelle, incarnée par la ténébreuse Jeanne Duval se dispute l’amour spiritualisé, en la personne de Madame Sabatier, sans que jamais le poète n’atteigne la félicité. La mort devient alors la dernière espérance du spleenétique qui ne s’accommode pas de la médiocrité d’ici-bas, où les poètes sont traités comme des malfrats.

Baudelaire, né trop jeune dans un siècle trop vieux, a mené une vie à contre-courant des valeurs en cours. Il incarne à tout jamais le poète écorché vif, voué aux gémonies par ses contemporains, acclamé par ses successeurs : « Le vrai Dieu » selon Rimbaud, « le premier surréaliste » pour Breton ou encore « le plus important des poètes » aux yeux de Valéry. Janus de la poésie du XIXe siècle, dernier classique et premier moderne, il inaugure une nouvelle ère poétique, auquel ce procès, loin de le détruire, prend valeur de sacre. Et finalement, Les Fleurs du mal sont devenues un des plus grands classiques de la littérature.

Baudelaire n’a été « réhabilité » qu’en… 1949. Il faudra en effet cent ans pour que l’institution judiciaire mesure l’étendue du génie de Baudelaire, et qu’une loi du 25 septembre 1946 institue un nouveau cas de pourvoi en révision sur ordre du garde des Sceaux et ouvert à la seule Société des gens de lettres. Elle offre la possibilité de réviser les jugements ayant condamné un écrivain pour outrage aux bonnes mœurs commis par la voie du livre, partant de l’idée que l'appréhension par le public des écrivains évolue au gré du temps, et qu’il convient alors d’adapter le judiciaire au littéraire. C’est ainsi que le 31 mai 1949 la chambre criminelle de la cour de Cassation rendit un arrêt d’annulation du jugement de 1857, considérant que les poèmes « ne renferment aucun terme obscène ou même grossier ». Depuis, les six poèmes censurés peuvent être légalement publiés.

Daily inspiration. Discover more photos at http://justforbooks.tumblr.com

SEMI-AUXILIARIES continued

(Semi-auxiliaries are verbs that are always followed by an infinitive)

They can express the attitude or the way of thinking of the person speaking.

1. Devoir 

It expresses obligation:

Toute le monde doit respecter la loi.

Everyone must respect the law.


It expresses probability:

Comme il fait chaud ! Il doit faire au moins 35 degrés !

It’s so hot! It must be at least 35 degrees!

Jean-Paul n’est pas encore là. Il a dû avoir un problème.

Jean-Paul isn’t here yet. He must have had a problem.


(In the conditional, devoir expresses a reproach or advice)

Il devrait faire un peu de sport.

He should do some sport.


2. Pouvoir 

It expresses the ability to do something:

Cette voiture pourra transporter cinq passagers.

This car could transport five people.


It expresses authorisation:

Je peux prendre une photo ?

Can I take a picture?


It expresses politeness:

Est-ce que tu peux me prêter ta voiture la semaine prochaine ?

Can you lend me your car next week?


It expresses probability:

Fais gaffe ! Il a neigé hier soir, on peut glisser. 

be careful! It snowed last night, we could slip.


It expresses the ability to do something physically or intellectually:

Il peut courir le 100 mètres en 12 secondes !

He can run a hundred metres in 12 seconds!

Elise peut reciter Twilight par cœur !

Elise can recite Twilight by heart!


3. The Verbs Faire and Laisser

Faire

Expresses the cause of an action:

La tempête a fait tomber beaucoup d’arbres.

The storm knocked over many trees.


Laisser

Expresses someone not stopping an action (a bit confusing I know):

Laissez parler Paulette !

Let Paulette speak!


Exercises:

1. Which verb would you use to ask permission to do something?

2. Which verb do you use to express the cause of something?

3. How would you say: ‘everyone must read’?

4. How would you say: ‘Michel isn’t here yet, he must have forgotten something.’

5. How would you say: ‘This car can reach 200km an hour.’

6. How would you say: ‘Léo can run a kilometre in six minutes.’?

7. How would you say: ‘Let Andrew talk!’?

Keep reading

2

Alex is set to star in a John le Carré adaptation on the BBC directed by Park Chan-wook!

Emmy award winner Alexander Skarsgård is set to star in The Little Drummer Girl, from The Ink Factory, BBC, and AMC. Production on the Park Chan-wook directed six-part le Carré adaptation begins in early 2018.

The Ink Factory, BBC One and AMC announce that Emmy Award-winner Alexander Skarsgård (Big Little Lies, True Blood, Tarzan) will join Florence Pugh (Lady Macbeth), in Park Chan-wook’s (Old Boy, The Handmaiden, Stoker) television debut The Little Drummer Girl, based on the best-selling novel of the same name by John le Carré.

Production on the six-part mini-series begins early next year, with global sales handled by Endeavor Content/IMG.

Brilliant young actress Charlie (Pugh) strikes up an acquaintance with an intriguing stranger while on holiday in Mykonos - but it rapidly becomes apparent that his intentions are far from romantic. The man is Becker (Skarsgård), an Israeli intelligence officer who entangles her in a complex and high-stakes plot that unfolds as she takes on the role of a lifetime in the ‘theatre of the real’.

Set in the late 1970s, yet sharply contemporary, The Little Drummer Girl weaves a dynamic and exciting story of espionage and international intrigue, of love and betrayal.

Simon and Stephen Cornwell, co-CEOs and Founders of The Ink Factory, say: “The level of expertise and creativity behind this series is unmatched, and we are excited to be gathering a cast of incredible talent to inhabit the brilliant world le Carré has created. Alexander Skarsgård is a captivating actor with great depth and we are delighted to have him join the project.”

Park Chan-wook says: “To play an enigmatic man who hides his true feelings deep inside, I couldn’t think of a more fitting actor. I believe Skarsgård’s growing depth as a great character actor and his soaring energy will elevate The Little Drummer Girl to a high place.”

The series will be financed and produced by The Ink Factory in partnership with 127 Wall and co-producers the BBC and AMC. Laura Hastings-Smith (Howards End, Macbeth and Hunger) will work as Producer, with Simon and Stephen Cornwell serving as Executive Producers alongside John le Carré, Mona Qureshi for the BBC, Joe Tsai and Arthur Wang for 127 Wall, and Wonjo Jeong.

Skarsgård will next be seen starring in Duncan Jones’ Mute opposite Paul Rudd and Justin Theroux; and The Aftermath, starring opposite Keira Knightley. He is currently shooting Hummingbird in Montreal, which he is co-starring in opposite Jesse Eisenberg, with Kim Nguyen directing. Skarsgård was most recently in Jean-Marc Vallée’s award-winning HBO series Big Little Lies, for which he won the Emmy for best supporting actor in a limited series.

http://www.bbc.co.uk/mediacentre/latestnews/2017/alexander-skarsgard-the-little-drummer-girl

Jongin: hey Soo, wanna see my six pack?

Kyungsoo: no, i really couldn’t care le-

Jongin: *takes out six decks of ‘Magic: The Gathering’* not to brag or anything, but Junmyeon hyung got it as MY christmas gift. what did he get you?

Kyungsoo: *slowly hiding his five decks behind his back and muttering under his breath* betrayal

An invitation from Michèle Lamy’s years as a restaurateur in Los Angeles. Lamy ran Les Deux Cafés for six months in 1996, before closing it in November for renovations. It opened again in August 1997 before permanently closing on December 30, 2003, although Lamy had moved to Paris with Rick Owens earlier that year. Before and during her time with Owens, Lamy was at the nearby Café des Artistes for six years. Through parties and events and the many intriguing and talented individuals who visited the restaurants, Owens and Lamy expanded their interest in performance and theatricality. On occasion, Owens would help with menu design, using fabrics from his collections.

Chère génération, ils faut que tu saches que derrière leurs grands airs de donneurs de leçons, lanceurs de morales, et grands esprits savants, les adultes nous comprennent. « Vous fumez, buvez, vous vous droguez, vous piquez, vous ne savez que vous foutre en l'air, à traîner les rues jusqu'à ce que soleil se lève. » Mais ils savent, ils savent qu'on n'a plus d'espoir, qu'on ne connaît plus l’adrénaline, que pour se sentir vivre faut qu'on se soûle jusqu'en vomir. Bah ouais mon gars, c'est plus facile comme ça, parce que nous, qu'est ce qu'on en a à foutre de faire des études pour avoir un métier pour pouvoir manger et fonder une famille dans une belle maison, pour à ce qu'on nous a dis, enfin pouvoir être heureux. Mais ce qu'il faut comprendre c'est qu'on à pas le temps d'attendre, on veut tout tout de suite, bah ouais, on peut crever demain, et on aura pas eu le temps d'être heureux ? Nan, nan. Déjà être heureux ce n'est pas pour tout le monde vos petites routines de vies merdiques. Attendez, attendez est ce que quelqu'un ici est heureux de se lever à six heures le matin pour aller bosser toute la journée pour la plupart dans des métiers qui ne les on fait rêver qu'un temps ? Et de s'enfiler des verres de vin chaque soir en entendant ses enfants gueuler pour pas faire leur devoirs. Leur devoirs, c'est là que vous leur sortirez vos plus beaux discours sur un avenir potentiellement beau en sachant pertinemment qu'ils auront envie d'en crever tôt ou tard.

Tout le monde a la même vie, même routine pesante qui donne l'envie de se jeter sous un train dans une gare bondée de monde, de monde qui va nulle part, nulle part ailleurs que dans des centres villes miteux, où on pourra bien sûr consommer, consommer, et foutre son argent dans des choses frivoles qui ne nous plaisent même pas et qui ne nous serviront pas, mais, c'est à la mode qu'est ce que vous voulez, alors consommons, nous moutons de cette société d'affamés.

Puis un jour besoin de nouveau, pour un petit bonheur, pour un peu plus de sourire, alors vient l'envie de se reproduire, de procréer, ah les enfants, joie, tendresse. Mais putain est ce que vous voyez dans quel bordel vous les foutez ? Ils n'ont rien demandé. Ils pourraient changer le monde ? Bah voyons, change le monde toi, au lieu de remettre cette tache à la chair de ta chair qui de toute façon en souffrira. Toi, toi bouge le cours des choses, et quand tu auras participer à améliorer des choses baise, je t'en prie, fais des enfants, fais, et au lieu de lui inculquer des valeurs stupides qui apprennent simplement à mourir, apprend lui comment être heureux, comment faire remonter le putain de bonheur qu'il a au fond de l'âme, mais avant ça, oui, apprends toi à toi même, soit heureux, tes enfants le seront, si tu contribues à aider l'humanité, tes enfants aussi.
Puis vous vous rendez pas compte, que dans le système d'aujourd'hui il vaut mieux sauver un enfant que faire un enfant, bah oui mais c'est plus dur, et oui puis les grands de ce monde ont décidé que seul les pétés de tune pourront sauver, puis ils vérifieront que cet enfant est une qualité de vie supérieure, mais s'il se sent bien ? Ah, excusez moi, on s'en fout de ça.

J'ai lu un jour « considérer qu'une vie en vaut moins qu'une autre est la racine de tous les problèmes de ce monde ». Comment expliquez vous que certains dorment dehors, et que d'autres vivent dans des palaces ? Ah non, mais ça posent aucun problème, personne n'en à honte.

Mais il y aurait tellement de choses à mettre en place, des petites, des grandes, mais ça rapporte pas, ça contribue pas a améliorer l'économie d'un pays. Pays, nations, états, mais qu'est ce que c'est que ça, on vit tous sur une seule et même Terre, nous sommes citoyens de la Terre avant celui d'une nation.

Des guerres, des différences, des origines, des guerres. Des guerres à cause des religions, à cause du pognon, à cause des territoires. Des guerres pourquoi ? Des adversaires pourquoi ? Mais comment on est arrivé à faire de cette planète un foutu champs de bataille.

Tous ça pour dire, chère génération, tous n'est pas perdu, on est là, et on est en vie, et tant que nous respirons, cette planète peut se sortir de ce foutoir. Profitez maintenant, et donnez tout ce que vous avez en vous pour sauver l'humanité. Puis faites ce que vous voulez, bourrez vous la gueule, fumez, tuez vos poumons, voyagez, sauvez, insultez, écrivez sur les murs, chantez dans les quartiers à deux heures du matin, arrêtez d'hésiter, et avant de faire quelque chose, demandez vous si ça va être un truc de fou à raconter, les souvenirs, c'est ce qui fera le vous de plus tard, faites en sorte qu'ils soient extraordinaires.

©Letempsnaimerajamais