le tombeau

I’ve seen a lot of curious people wanting to dive into classical music but don’t know where to start, so I have written out a list of pieces to listen to depending on mood. I’ve only put out a few, but please add more if you want to. hope this helps y’all out. :)

stereotypical delightful classical music:

if you need to chill:

if you need to sleep:

if you need to wake up:

if you are feeling very proud:

if you feel really excited:

if you are angry and you want to take a baseball bat and start hitting a bush:

if you want to cry for a really long time:

if you want to feel like you’re on an adventure:

if you want chills:

if you want to study:

if you really want to dance:

if you want to start bouncing in your chair:

if you’re about to pass out and you need energy:

if you want to hear suspense within music:

if you want a jazzy/classical feel:

if you want to feel emotional with no explanation:

if you want to sit back and have a nice cup of tea:

pieces that don’t really have a valid explanation:

pieces that just sound really cool:

if you feel like listening to concertos all day (I do not recommend doing that):

and if you really just hate classical music in general:

a lot of these pieces apply in multiple categories, but I sorted them by which I think they match the most. have fun exploring classical music!

also, thank you to viola-ology, iwillsavemyworld, shayshay526, eternal-cadenza, tropicalmunchakoopas, shadowraven45662, and thelonecomposer for adding on! if you would like to add on your own suggestions, please reblog and add on or message me so I can give you credit for the suggestion!

mourir  to die
déceder  to pass away
déceder de cause naturelle, mourir sa belle mort  to die a natural death
s’éteindre  to pass away (usually of old age)
trouver la mort  to die (by an accident)
passer l’arme à gauche  to kick the bucket (lit. to pass the weapon to the left)
casser sa pipe  to die (lit. to break your pipe)
la mort  death
le décès  death (more polite)
le mort, le défunt  the dead person
le corps, le cadavre  the corpse, the body
le cercueil  the casket, the coffin
la bière  the coffin (more polite)
le porteur de cercueil  pallbearer
le deuil  mourning
être en deuil  to mourn, to be in mourning
faire le deuil de qqn, faire son deuil  to grieve for something or someonee
déplorer la perte de  to mourn the loss of 
pleurer la morte de qqn to mourn the death of someone
le cortège funèbre  a funeral procession
le corbillard  hearse
les funerailles  funeral
l’organisation des funérailles  funeral arrangements
l’enterrement  burial
la chapelle funéraire, la maison funéraire  funeral home
les obsèques, le service funèbre  funeral service
la crémation  cremation
le bûcher funéraire  funeral pyre
le cimitière  cemetery
le lieu de sépulture  burial site
la pierre tombale  tombstone
la tombe, le tombeau  tomb, grave
le caveau  plot
l’épitaphe (f.)  epitaph

12 August 2017

Baz is gone when Simon wakes. He knows this even without opening his eyes, feeling the absence of arms around him, and that uneasy feeling of needing to know where Baz is that Simon still hasn’t quite managed to shake off, after all this time. He sighs and rolls over, burying his face in the pillow. It’s Saturday, and if Baz were still in his bed, Simon would see absolutely no reason to get up at all today, but now he stumbles to his feet, throws on a t-shirt and walks out into the kitchen.

‘Morning,’ says Penny, seated at the counter with a newspaper and a bowl of cereal.

‘Morning,’ says Simon, through a yawn. ‘Where’s Baz?’

She shrugs with one shoulder, turning the page with her other hand. ‘He went out.’

Simon grumbles to himself and goes to join her for breakfast.

*

An hour later, Simon comes back with milk and cereal and paper towels. (‘Make yourself useful instead of sulking while you wait for your boyfriend,’ Penny said.

‘What if he’s already gone to get milk?’

‘Doubtful. Funny how he spends almost as much time here as I do and doesn’t do half as much of the chores.’)

Penny is on the couch furiously typing on her laptop, and Baz is still nowhere to be seen. Simon flops down on the other end of the couch, his feet tucked up next to Penny, and sighs.

‘You need friends,’ Penny says, without looking up or slowing down her typing. ‘People to hang out with before uni starts.’

‘You don’t have friends,’ Simon says.

‘I have things to do.’

I have things to do,’ he insists.

‘Like what?’

‘He’s not here,’ Simon says, smirking.

Penny groans. ‘You need friends,’ she repeats.

Simon grabs his phone off the coffee table and leans back against the arm of the couch. Penny’s probably right. As always.

*

‘Have you texted Baz?’ Penny asks, after a long silence.

‘Yeah. Nothing.’

‘Hm,’ she says, narrowing her eyes. Then – ‘Oh.’

‘What?’ Simon sits up, alarmed.

‘Do you know what the date is?’

‘No,’ Simon says. (He never keeps track.)

‘August twelfth.’

His mouth drops open. ‘Oh.’

‘And you know what else?’ Penny says. ‘It’s fifteen years, today.’

Simon is on his feet and on his way out the door before she’s even managed to shut off her laptop.

‘We have to be there,’ Simon calls over his shoulder.

‘I know.’

*

Penny has to let Simon through the gate. He’s been back a few times, for the Leavers Ball, and a few conversations he had to have after the whole trial with the Mage and the mess with the Humdrum was resolved, and it’s less painful now. He still misses it – fiercely – but today isn’t about Watford, or magic, or Simon.

Today is about Natasha Pitch.

They run down to the Catacombs and find Baz sitting in front of his mother’s tomb, in the same spot where Simon found him and confronted him countless times before. Baz hears them coming and lets them sit on either side of him, saying nothing.

Simon reaches out to take Baz’s hand, not sure if he wants comfort, but Baz lets him and twines their fingers together. The three of them look at the fresh flowers by the tomb, at the carving over the door – Le Tombeau des Enfants – and they lean against each other. Holding each other up.

They say nothing, and Baz cries, and Simon cries for him. Then Baz tells them about how he still remembers the roughness of her hands, and how Fiona says that Natasha used to sing him to sleep and he wishes he remembered the sound of her voice, and that he’ll never forgive himself for not being there when she came to see him.

‘She’d be so proud of you,’ Simon whispers, and for once Baz doesn’t argue. Not today.

FRENCH VOCABULARY — STUDIO GHIBLI

Studio GhibliStudio Ghibli

(un) studio d’animation animation studio
(un) réalisateur, (une) réalisatrice film director
(un) producteur film producer
(un/une) scénariste screenwriter
(un) animateur, (une) animatrice animator
(un) compositeur, (une) compositrice composer
(un) filmmovie
(un) animeanime
(une) animation animation
Nausicäa de la vallée du vent Nausicaä of the Valley of the Wind
Le Château dans le ciel Castle in the Sky
Le Tombeau des lucioles Grave of the Fireflies
Mon voisin TotoroMy Neighbor Totoro
Kiki la petite sorcière Kiki’s Delivery Service
Souvenirs goutte à goutteOnly Yesterday
Porco Rosso Porco Rosso
Je peux entendre l’océan Ocean Waves; I Can Hear the Sea
Pompoko Pom Poko
Si tu tends l’oreille Whisper of the Heart
Princesse Mononoké Princess Mononoke
Mes voisins les YamadaMy Neighbors the Yamadas
Le Voyage de Chihiro Spirited Away
Le Royaume des chats The Cat Returns
Le Château ambulant Howl’s Moving Castle
Les Contes de Terremer Tales from Earthsea
Ponyo sur la falaise Ponyo on the Cliff by the Sea
Arrietty, le petit monde des chapardeursThe Borrower Arrietty
La Colline aux coquelicots From Up on Poppy Hill
Le Vent se lèveThe Wind Rises
(le) Musée Ghibli Ghibli Museum

🌸 translated from this post by @blackteaandlanguages 

2

Inscription No. 116 from the tomb of PetOsiris
West Side of Pillar A in Chapel. 6 columns //
English text from: Ancient Egyptian Literature, Volume III (Miriam Lichtsheim), pp. 44-52; Hieroglyphics from: G. Lefebvre, Le tombeau de Petosiris, 3 vols. (Cairo, 1923 — 1924).

An offering that the King gives to Osiris-Khentamenti, the great god, lord of Abydos, that he may give an offering of a thousand of bread and beer, oxen and fowl, alabaster and clothing, ointment and incense, a thousand of everything good and pure to the ka of the owner of this tomb, the Great one of the Five, the master of the (holy) seats, the second prophet of Khnum-Re, lord of Herwer, and of Hathor, lady of Nefrusi; the phylarch of the second phylae of the temple of Herwer and that of Nefrusi, Sishu, justified; he says:

O you who are alive on earth,
And you who shall be born,
Who shall come to this desert,
Who shall see this tomb and pass by it:
Come, let me lead you to the way of life,
That you may sail with good wind, without getting stranded,
That you may reach the abode of generations.
Without coming to grief.
I am a worthy deceased without fault.
If you hear (my) words, it you cleave to them,
You will find their worth.
Serving god is the good way.
Blessed is he whose heart leads him to it!
I speak to you of what happened to me,
I let you perceive the plan of god.
I let you discern knowledge of his might!
I have come here to the city of eternity,
Having done the good upon earth,
Having filled my heart with god’s way,
From my youth until this day!
I lay down with his might in my heart.
I rose up doing his has wish;
I did justice, abhorred falsehood,
Knowing he lives by it (justice), is contented by it.
I was pure as his ka desires,
I joined not with him who ignores god’s might.
Relying on him who was loyal to him,
I seized no goods from any man.
I did no wrong to anyone.
All citizens praised god for me.
I did this remembering I would reach god after death,
Knowing the day of the lords of justice,
When they separate in judgment!
One praises god for him who loves god.
He will reach his tomb without grief.

* Photo from the tomb of PetOsiris, Tuna-el-Gabal © In-Taier, 2015

Речь Сишу, отца Петосириса
Надпись 116
Западная сторона колонны А в часовне, 6 колонок

Приносится царская жертва для Осириса, Первого-из-Западных (Хенти-Аменти), владыки Абидоса, да даст он приношение тысячи хлебов и кувшинов пива, быков и птиц, алебастра и одеяний, умащений и благовоний, тысячу всяких вещей хороших и чистых для Ка владельца этой гробницы, величайшего из Пяти, владыки священных престолов, второго пророка Хнума-Ра, владыки Херуэр, и Хатхор, владычицы Нефруси; предводителя второй череды (филы) в храме Херуэр и в храме Нефруси, Сишу, правогласного; говорит он:

О вы, живущие на земле,
И те, кому предстоит родиться,
Те, кто придет в эту пустыню,
Кто увидит эту гробницу и будет проходить мимо нее!
Придите, позвольте мне наставить вас на путь жизни,
Так что вы будете плыть с попутным ветром, не встречая препятствий,
Так что вы достигните обиталища поколений
Без того, чтобы пребывать в скорби!
Я — почивший, достойный, свободный от вины,
Если вы услышите слова мои,
Если вы (будете поступать по слову моему),
Вы найдете ценность в них.
Служение богу — благой путь,
Благословен тот, чье сердце приводит его к этому пути!
Я поведаю вам о том, что было со мной,
Я дам вам осознать план бога,
Я дам вам постигнуть знание могущества его!
Я прибыл сюда, в город вечности,
Я творил добрые дела на земле,
Наполнив сердце мое (5) путем бога
От юности моей и до сего дня!
Я поместил могущество его в своем сердце,
Я вырос, исполняя желания Ка его;
Я творил справедливость и отвращался лжи,
Зная, что живущий в правде удовлетворится ею.
Я был чист, согласно желанию его Ка,
Я не вступал в общение с теми, кто не уважал могущество бога,
И уповал на тех, кто был предан ему.
Я не похитил имущества ни у единого человека,
Я ни с кем не поступил неправедно.
Все горожане восхваляли бога за меня.
Я поступал так, помня о том, что я достигну бога после смерти,
Памятуя о дне владык справедливости,
Когда они совершают правосудие!
Восхваляют бога ради того, кто любит бога,
И он достигнет места погребения без печали.

Russian translation [from english]
© 15-17.04.2016 Tatiana Matveeva (In-Taier)

JE T’AIME 

Personne ne m'a appris ce mot. Je l'ai senti venir des profondeurs de ma chair, monter de mon sang à mes lèvres et s'envoler vers ta jeunesse et la force féconde qui est en toi.
Je l'ai entendu sortir de ta bouche avec ivresse. C'est un oiseau doré qui s'est posé sur mes yeux, si doucement d'abord, et puis si lourdement que tout mon être en a
chancelé.
Et je me suis abattue dans tes bras, tes grands bras où je me sens fragile et protégée.
La parole qui promet et qui livre, la parole sacrée jailli de notre vie ardente, planait sur nos têtes dans un clair rayon. Sylvius ! te souviens-tu ?
Alors j'ai vu passer l'Heure, l'Heure unique qui nous souriait et levait dans ses mains un caillou blanc.
Sur sa tunique, une à une, lentement les roses de son front s'effeuillaient.
J'ai vu cela à travers mes paupières fermées, la joue appuyée contre ton cœur qui marque des secondes éblouis- santes, comme un balancier de rubis.

II
J'ai regardé ton corps debout, simple et altier comme un pilier d'ivoire, ambré comme un rayon de miel.
Je l'ai regardé, les mains croisées sur mes genoux, sans l'effleurer, dans la contemplation fervente de sa splendeur, et je l'ai aimé avec mon âme plus passionnément.
Je me sens presque craintive, dominée par ce rythme qui chante à mes sens une mystérieuse musique ; je m'exalte silencieusement devant ce poème de grâce virile, d'élégance hautaine, de victorieuse jeunesse.
O Sylvius, dis-moi que tu me donnes toute ta beauté. Dis-moi qu'elle est mienne, ta tête rayonnante imprégnée de soleil, dis-moi que tu m'abandonnes ta poitrine large où je m'étends pour sommeiller, tes hanches étroites et dures, tes genoux de marbre, tes bras qui pourraient m'écraser et tes mains si chères, où mon baiser lent se dépose au creux des paumes caressantes.
J'ai regardé tes lèvres fières qui plient sous les miennes, tes dents où mes dents se sont heurtées illuminent ton sourire, ta langue chaude m'endort, et quand je m'éveille de mon vertige, c'est pour revoir ton corps triomphant,
altier comme un pilier d'ivoire, ambré connue un rayon de miel.

III
Cette nuit tu as pris ma tête entre tes doigts impérieux et tu disais, les dents serrées : Ne bouge pas.
Et je me suis abandonnée, le front cerclé par la couronne ardente qui se rétrécissait.
Pourquoi n'as-tu pas enfoncé les ongles plus avant? Je n'aurais pas bougé et la douleur, venue de toi, serait entrée délicieusement dans ma chair.
Ton désir jeune et délirant peut romore mes muscles, courber mes os, me faire râler d'angoisse, je suis ta chose, Sylvius, ne laisse rien de moi, puisque ma volonté
s'en est allée à la dérive, dans l'eau attirante de tes yeux.
Et cette nuit, passive et nue, n'étais-je pas une reine sous la couronne vivante de tes doigts refermés.

IV
Pendant cette minute inoubliable où nous nous sommes aimés plus loin que la terre, plus haut que le ciel, dans un monde resplendissant j'ai connu toutes les amours.
Un feu surnaturel les a fondues dans mion cœur, comme en un creuset dévorant.
J'ai été la mère, la sœur, l'amante; j'ai été ta chair, ton sang, ta pensée, ton âme emportée vers l'au delà, vaste et illuminé.
Ton front s'appuyait au mien ; qu’ est-il venu de ta vie vers ma vie dans cet éclair de radieuse pureté?
Dis-moi Sylvius, quel dieu puissant nous a prêté alors un moment de sa divinité.

V
Que mon âme murmure autour de ton âme comme une abeille autour d'un calice parfumé.
Que mon amour coule dans ton cœur, comme à travers les menthes bleues, la source innocente qui vit au soleil.
Que ma pensée soit une colombe blanche posée sur ta pensée.
Et que ta vie se referme sur ma vie, comme le cristal sur la goutte d'eau prisonnière qu'il garde depuis de milliers d'années.

VI
Tu ne me diras pas : Non.
Souviens-toi que j'ai baisé tes lèvres, afin qu'il ne leur échappe que des paroles de douceur.
Tu ne laisseras pas monter la colère dans tes yeux.
Souviens-toi que j'ai baisé tes paupières, pour que ton regard soit une caresse sur le mien.
Tu ne lèveras pas le doigt qui me menace.
Souviens-toi que j'ai baisé tes mains, afin qu'elles ne retiennent que des gestes de tendresse.
Tu ne t'éloigneras pas de moi.
Souviens-toi que j'ai baisé tes pieds, pour qu'ils reviennent fidèles vers ma maison.
Tu fermeras ton cœur à l'amour d'autres femmes.
Souviens-toi que j'ai baisé ton cœur à travers ta poi- trine, afin qu'il soit à moi par delà le tombeau.

VII
Je ne te dirai plus combien je t'aime, Sylvius, je ne sais plus.
Je poserai ma joue sur l'écorce du chêne, l'arbre de force et de fierté, je lui dirai : Que ta feuille s'envole pour lui porter l'orgueil de mon amour. J'irai vers le bouleau délicat qui palpite, l'arbre rêveur comme un rayon de lune, je lui dirai : Que ta feuille s'envole jusqu'à celui qui a tout mon amour, pour lui en dire la douceur.
J'irai vers l'alisier qui se dore en automne, l'arbre aux fruits précieux plus beaux que des bijoux, je lui dirai: Que ta feuille s’,envole, par elle il connaîtra l'ardeur de mon
amour. Tu feras un bouquet des frêles messagères et tu les laisseras se flétrir sur ton cœur.
Qu'y a-t-il au fond des landes tristes à la fin du jour?
Le dernier rayon du couchant, droit comme un couteau d'or.
Qu'y a-t-il sur les branches des chênes, quand l'ombre verse sa cendre fine sur les marais?
Des poules noires qui vont dormir.
Qu'y a-t-il vers les cabanes aux toits ondulés, dans le silence gris des brumes ?
Des bergers hauts sur leurs échasses, de longs troupeaux qu'on n'entend pas.
Et dans mon cœur, si lourd de ton absence, qu'y a-t-il ?
Toi, mon grand amour, toujours toi.

Le Livre pour Toi.

Marguerite Burnat-Provins
1872-1952


*

Peut-etre déjà publié par mes soins mais quand on aime… N’est-ce pas ! …

youtube

While I’m trying to figure out my Orestes and Pylades post, have some opera! This is Pylades from Gluck’s Iphgenie en Tauride. Orestes and Pylades are imprisoned together awaiting execution. Orestes has been angrily cursing the gods and his fate, blaming himself for Pylades’ impending death. Pylades tries to soothe Orestes, telling him that not only does he not blame him, he welcomes death so long as he dies with Orestes.

Quel langage accablant pour un ami qui t'aime!
Reviens à toi, mourons dignes de nous!
Cesse, dans ta fureur extrême,
D'outrager et les Dieux, et Pylade, ei toi-même!
Si le trépas nous est inévitable,
Quelle vaine terreur te fait pâlir pour moi?
Je ne suis pas si miserable,
Puisqu'enfin je meurs près de toi!

Air

Unis dès la plus tendre enfance
Nous n'avions qu'un même désir:
Ah! mon cour applaudit d'avance
Au coup qui va nous réunir!
Le sort nous fait périr ensemble,
N'en accuse point la rigueur;
La mort même est une faveur,
puisque le tombeau nous rassemble.

« Quand j’étais gamin, petit Parisien élevé au gaz d’éclairage et au temps des restrictions, mon père m’avait envoyé prendre l’air à la campagne, aux soins d’un vieux couple. Lui était jardinier, il bricolait çà et là, entre les plants de carottes et les rangs de bégonias. Le bonhomme était doux et tendre, même avec ses ennemies les limaces. Devant sa femme, jamais il n’ouvrait la bouche, à croire qu’elle lui avait coupé la langue et peut-être autre chose. Il n’avait même pas droit aux copains c’est-à-dire au bistrot. J’étais son confident, le seul, je crois, qui eut jamais ouvert le cœur à sa chanson. Il me racontait le temps lointain quand il avait été un homme. Cela avait duré quatre années terribles et prodigieuses, de 1914 à 1918. Il était peut-être un peu simple d’esprit mais son œil était affûté et son bras ne tremblait pas. Un officier avait repéré les aptitudes du bougre et fait de lui un tireur d’élite, un privilégié. Armé de son Lebel, li cartonnait ceux d’en face avec ardeur et précision, sans haine ni remords. Libre de sa cible et de son temps, exempté de la plupart des corvées, il était devenu un personnage ; Il tirait les porteurs d’épaulettes et de galons en feldgrau. Il me cita des chiffres incroyables qui avaient sans doute gonflé dans sa petite tête radoteuse en trente ans de remachouillis solitaires. Avec lui j’ai découvert cette vérité énorme que la vie d’un homme, ce ne sont pas les années misérables qui se traînent du berceau à la tombe, mais quelques rares éclairs fulgurants ; Les seuls qui méritent le nom de vie. Ceux que l’on doit à la guerre, l’amour, l’aventure, l’extase mystique ou la création. A lui, la guerre, généreusement, avait accordé quatre ans de vie ; Privilège exorbitant au regard de tous les bipèdes mis au tombeau sans jamais avoir vécu. »

« Mes choix profonds n’étaient pas d’ordre intellectuel mais esthétiques. L’important pour moi n’était pas la forme de l’Etat –une apparence- mais le type d’homme dominant dans la société. Je préférais une république ou l’on cultivait le souvenir de Sparte à une monarchie vautrée dans le culte de l’argent. Il y avait dans ces simplifications un grand fond de vérité. Je crois toujours aujourd’hui que ce n’est pas la Loi qui est garante de l’homme mais la qualité de l’homme qui garantit la Loi. »

« J’ai rompu avec l’agitation du monde par nécessité intérieure, par besoin de préserver ma liberté, par crainte d’altérer ce que je possédais en propre. Mais il existe plus de traverses qu’on ne l’imagine entre l’action et la contemplation. Tout homme qui entreprend de se donner une forme intérieure suivant sa propre norme est un créateur de monde, un veilleur solitaire posté aux frontières de l’espérance et du temps. »

Dominique Venner, Le cœur rebelle. 1994.