le bol

French Food Vocabulary

inspired by @duolingoandchill-remade and @franlearnslanguages Portuguese food posts, linked here and here

NOUNS / NOMS

food- la nourriture

meal - le repas

breakfast- le petit-déjeuner

lunch- le déjeuner

dinner- le dîner (Fr), le souper (Belg, Sui, Can)

hunger- la faim

thirst- le soif

apple- la pomme

avocado- l’avocat (m)

banana- la banane

bean- l’haricot (m)

beef- le bœuf

beer- la bière

berry- la baie

blackberry- la mûre

blueberry- la myrtille, le bleuet (Can)

bottle- la bouteille

bowl- le bol

bread- le pan

butter- la beurre

candy- le bonbon

candy- le gâteau

can- le bidon

carrot- la carrotte

cheese- le fromage

chicken- le poulet

chocolate- le chocolat

chopstick- la baguette

coffee- le café

cook- le cuisinier (-ière)

cookie- le biscuit

cup/mug- le tasse

diet- le regime, la diète

drink- le boisson

egg- l’œuf (m)

fish- le poisson

fork- une forchette

fruit- le fruit

garlic- l’ail (m)

glass- la verre

grape- le raisin

ice cream- la glace

juice- le jus

kiwi- le kiwi

knife- le couteau

lemon- le citron

lime- le citron vert, la lime (Can)

meat- la viande

milk- le lait

oil- l’huile (f)

onion- l’oignon (m)

orange- l’orange (f)

pasta- les pâtes (f)

peach- la pêche

pear- la poire

pepper- le poivre

pineapple- l’ananas (m)

plate- l’assiette (f)

pork- le porc

potato- le pomme de terre, la patate (inf)

raspberry- une framboise

rice- le riz

salt- le sel

sandwich- le sandwich

sauce- la sauce

soup- la soupe

spoon- la cuillère

sugar- le sucre

strawberry- une fraise

tea- le thé

tomato- la tomate

vegetable- le légume

water- l’eau (f)

watermelon- la pastèque

wine- le vin


VERBS / VERBES

to eat- manger

to drink- boire

to cook- faire la cuisine, cuisinier

to cut- couper

to boil- faire bouillir

to taste- goûter


ADJECTIVES / ADJECTIFS

bitter- amer

delicious- délicieux

fried- frit

salty- salé

sour- aigre

sweet- sucré

Teen French expressions

For if you want to make hip young friends.

Disclaimer: French people complain a lot. A lot. Don’t be surprised if 90% of these expressions are complaining.

  • Non mais oh - say this if someone does something mildly annoying and you want to express your shock and distaste.
  • Tu me fais chier - (alt. tu me fais chier, là.) literally ‘you make me shit’. means you’re pissing me off.
  • Carrément - translates to ‘squarely’. Means ‘literally’. If someone tells you something surprising or annoying, you can answer simply “ah carrément.” see: tu me fais carrément chier.
  • J’hallucine / je rêve - are you annoyed by something? say these.
  • C’est pas possible - a classic. anything bad happens - c’est pas possible. There is no cheese left? It’s not possible. I’m hallucinating. This is a burden on me that solely I can bear I cannot believe this is happening.
  • Ça commence à me gaver - I’m starting to get real sick of this. see: Ça commence carrément a me gaver , putain.
  • T’es relou - verlan slang for ‘lourd’ meaning someone’s heavy, personality-wise. They’re tedious.
  • Ça me saoûle / ça me gonfle - similar to gaver, means something’s pissing you off, you’re sick of it.
  • Grave - totally.
  • C’est clair - totally/that’s clear. Like ‘claro’ in spanish. “Justine elle est trop relou” “C’est clair. Elle me fait chier.”
  • J’en ai marre - I’m sick of this.
  • J’en ai ras le bol - I’m sick of this.
  • J’en ai ras le cul - I’m sick of this (vulgar).
  • (J’en ai) Rien à battre - I don’t give a damn.
  • (J’en ai) Rien à foutre - I don’t give a fuck.
  • C’est bon, là. -  That’s enough.
  • Perso, euh, - “Personally,” generally used at the start of a complaining sentence, to express how personal the matter is to you. Perso, euh, c’est bon là. J’en ai ras le cul.
  • Rôh là - general expression of distaste. Le longer the rôh, the more annoyed you are. Rôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôôh, c’est quoi ce bordel.
  • C’est quoi ce bordel ? - translates to “what’s this brothel”, means “what’s this shit?!”
  • C’est de la merde - It’s shit.
  • C’est une blague ? - Is this a joke?
  • Idem - ditto
  • J’ai la dal - I’m hungry
  • Ça caille - It’s freezing
  • Ouf - two meanings 1. phew or 2. verlan for “fou”, meaning crazy (as a noun or adjective). “Kévin, c’est un ouf! Il fait du vélo sans casque!” “Ouais carrément, c’était un truc de ouf!”
  • Kévin - there’s a running joke that all the young delinquents seem to be called Kévin.
  • Crever - slang for “to die”. Va crever, connard!
  • Connard/Connasse - c*nt, but a lot less vulgar in french peoples eyes

And finally,

T’es con. No English translation can express the power behind the words “t’es con”. While it may sort of translate to “you’re a c*nt/idiot”, it expresses something much deeper. You really are a god damn fool.

some feelings in french
  • j’en ai marre - I’m fed up
  • j’ai le cafard - I’m depressed (literally: I have the cockroach)
  • affreux/affreuse - awful
  • je n’ai pas le moral - I feel down.
  • j’ai le moral à zéro - I feel really down
  • je suis en pleine forme - I feel really well
  • je me sens mal dans ma peau - I feel down (I don’t feel good in my skin)
  • il/elle est de bonne humeur - he/she is in a good mood
  • il/elle est de mauvaise humeur - he/she is in a bad mood
  • ça ne va pas du tout - things are not going well
  • j’en ai ras le bol - I’ve had enough
  • je suis déprimé(e) - I’m depressed
  • il/elle est triste - he/she’s sad
  • je croque la vie à pleines dents- life’s great

Mon ado : “maman, je peux louper le cours de SES demain, il y a un contrôle et ça va me faire baisser ma moyenne si je me plante” (très sérieux en plus)

(je précise qu’il me pose cette question alors qu’il est en train de jouer à la console)

(je précise aussi que jamais je n’ai permis ce qu’il me demande)

J’ai rigolé (jaune parce qu’il m’énerve quand il se comporte comme ça)

FRENCH VOCAB DELF B2 (3)

I have decided to post here all the vocabulary that I had to look up while working with my book Les clés du nouveau DELF B2. But, instead of doing like most people do, and writing the English (or Spanish or whatever) translation next to the French word, I’m writing the definition in French. This way, I get an understanding of the word that is much deeper and lasts longer in my brain than just the translation. I’ll be doing one post for each unit in the book, and then for each exam after those (it comes with example exams for you to practice). Here you can read part 1 (x) and part 2 (x).

  • Rabâcher: ressasser, répéter de façon insistante.
  • Embauche: action de signer un contrat avec un salarié, de le recruter.
  • Débouché: perspective d’avenir en parlant d’études.
  • Lacune: manque, insuffisance.
  • Combler: remplir un trou, un creux,…
  • Prôner: recommander.
  • Outre: en plus de.
  • Engonement: l’entrain et l’enthousiasme que l’on met dans quelque chose.
  • Férue: epris et passionné par un domaine particulier.
  • Sévir: punir rigoureusement.
  • Franchir: passer par-dessus un obstacle.
  • Quai: dans un port, ouvrage où l’on embarque ou débarque des passagers.
  • Soutien: action de soutenir.
  • Détresse: angoisse, désarroi, solitude.
  • Ras-le-bol: “être exaspéré”.
  • Bitume: asphalte.
  • Bagnole: voiture qui peut transporter au moins deux personnes. Note: connotation péjorative.
  • Sage: raisonnable, calme.
  • Agrafer: accrocher, attacher à l’aide d’une agrafe.
  • Veston: blazer portée par les hommes.
  • Plaider: défendre.
  • Devis: evaluation détaillée des travaux à effectuer et du coût de ceux-ci.
  • Demeure: logement, domicile.
More Quebec expressions

I did the first part here, a while ago. No one added any, but I have a lot more so here goes:

S’enfarger dans les fleurs du tapis

Literally : tripping over the carpet’s flowers, Means : making problems out of meaningless stuff

Caller l’orignal (dans le fond de la bol)

Literally : calling the moose -as in imitating the mating call- (in the toilet) Means: vomiting

Lever le coude\avoir le coude léger

Literally : lifting the elbow \ having a light elbow, Means : drinking \ being a drunk or drinking often.

Entre quatre yeux

Literally : between four eyes, Means : face to face.

Niaise pas avec la puck

Literally : don’t fiddle with the puck (the hockey puck), Means : don’t hesitate, take the opportunity

Ça goal en esti!

Literally: He’s goaling as fuck, Means: He’s performing well in a stressful situation, as in “Ça goalait en esti dans les cuisines à midi!” = “they were goaling as fuck in the kitchens at lunch hour”. (Yes another hockey one. Stereotypes  exist for a reason, eh?)

C’est rare comme de la marde de pape

Literally : As rare as Pope’s shit, means: really rare

Il se prend pas pour un 7up flat

Literally : He’s not taking himself for a flat 7up, means : He’s thinking highly of himself

Y a du monde à’ messe!

Literally: there are people at the mass! means: it’s crowded here (aww, can’t escape our catholic heritage)

merci, bonsoir 

Literally: thanks and goodnight! Means: it is actually used to signify something quick and efficient. For exemple: Tu signes et tu l’envoies, merci, bonsoir! Would be: You just sign and send it and that’s it, that’s all.

Se fendre en quatre

Literally : splitting yourself in four, means : giving all you have, going through a lot of trouble

Un bleuet

Literally: a blueberry, means: Someone from the region of Saguenay-Lac-Saint-Jean (which is a remote region known for the strong accent of its inhabitants and their massive blueberry production).

Cogner des clous 

Literally: hammering nails, Means: trying to stay awake; it refers to the way your head tilts forward repetitively every time you nod off as if you were trying to hammer a nail with your forehead.

Foule sentimentale, je t'ai souvent cherché
Mais où es-tu ?
Où sont les utopies ?
Où sont les éveillés ?
Où sont les belles dames,
Les belles âmes,
Où sont les cérébrés ?
Ras-le-bol d'être tout seul
Je suis fatigué d'expliquer
—  Stupeflip - Stupeflip vite
J'aimerai vivre sereinement, je suis trop compliquée, je me complique tout, je me fais mal pour rien, je me pose trop de questions sur tout. Je n'ai pas confiance en moi, alors je pleure en me lamentant. Auparavant, j'étais pas comme ça, fragile, je suis devenue fragile et peureuse. Alors que je ne devrais pas, car en étant comme ça je me prive de choses. C'est stupide. J'en ai ras le bol.
—  aureliusz
Lundi 19 juin


Journée en sinusoïdes.

C’est toujours comme ça quand je suis fatigué. Je n’arrive jamais à l’expliquer à mon entourage, mais les deux dernières semaines devant élèves me voient invariablement me changer en une créature tourmentée et insupportable, genre adolescent en pleine crise qui jure qu’un jour il partira très très loin et que tout le monde sera très très triste d’abord parce que personne ne le comprend. 

Jubilation lorsque je parviens, pour la dernière heure de latin, à ne pas céder au tryptique film / goûter / jeu, et à faire un cours apprécié sur la corruption de la République Romaine.

Abysses lorsque je me fais consciencieusement bordéliser par S. et E., qui me détestent toujours autant, et sur qui je n’ai plus aucun moyen de pression. J’hésite à les virer puis me dis que la vie scolaire aussi doit en avoir ras-le-bol. Que j’ai ma fierté. En attendant, quelques élèves consciencieux en pâtissent.

Sommets lorsque je termine mon dernier conseil de classe, celui des 6ème Glee. L’année s’est passée comme je l’avais craint et espérer. Totalement excessive et exceptionnelle. Et surtout emplie de belles petites personnes.

Creux quand je me rends compte que je n’arrive plus à comprendre si j’exaspère mes collègues ou si je suis juste totalement en train de me prendre pour le centre du monde et que non, ce n’est pas parce qu’on ne te répond pas ou d’un air maussade que tu es un fautif / que tu as commis un horrible impair / que tu es l’incarnation vivante de Nyarlathotep. 

“Je suis en train de lâcher prise.” dit sereinement Monsieur Vivi pendant qu’on sort du collège. Pointe de jalousie. J’aimerais bien, moi aussi, être en train de lâcher prise. Arrêter de croire que ce que je fais est absolument essentiel, que si je ne fais pas de ces dernières semaines des chefs d’oeuvres de la pédagogie, je suis bon pour le septième cercle de l’Enfer, et mes élèves finiront tous à la rue ou candidats de téléréalité.

Juste se dire qu’on a tous fait au mieux.

Lâcher. 

Kitchen vocabulary 🇫🇷 🇫🇮 🇸🇪

la cuisine – keittiö – köket (kitchen)
le four – uuni – ugnen (oven)
l'évier (m) - lavuaari - vasken (sink)
le robinet – hana - kranen (tap)
le lave-vaisselle – astianpesukone – diskmaskinen (dishwasher)
le grille-pain - leivänpaahdin – brödrosten (toaster)
le four à micro-ondes (micro-ondes) – mikroaaltouuni -  mikrovågnsugnen (microwave)
le réfrigérateur (frigo) – jääkaappi – kylskåpet (refrigerator)
le congélateur -  pakastin – frysboxen (freezer)
la cafetière – kahvinkeitin – kaffeautomaten (coffee machine)
l'éponge (f) – sienellä – tvättsvampen (sponge)
le placard – kaappi -  köksskåpet (cupboard)
les couverts (m,pl) – ruokailuvälineet – besticket (cutlery)
la fourchette – haarukka - gaffeln (fork)
le couteau – veitsi – kniven (knife)
la cuillère – lusikka – skeden (spoon)
l'assiette (f) – lautanen – tallriken (plate)
le bol – kulho – skålen (bowl)
la tasse – kuppi – koppen (cup)
le verre - lasi – glaset (glass)
la chaise – tuoli – stolen (chair)
la table -  pöytä – bordet (table)
la nappe – pöytäliina – bordsduken (tablecloth)
la nourriture – ruoka – mat (food)
le repas – ateria – måltiden (meal)

Confession d’une enfant du XXI° siècle.

Le diable m’a attrapée par les hanches, il m’a retenue avec ses mains baladeuses, il a mis Doherty et m’a murmurée « I don’t love anyone, but you’re not just anyone ». J’avais l’apparence d’une parisienne qui pue la province, les cheveux détachés, la gueule fatiguée par du « j’ai pas l’temps » répété quotidiennement une vingtaine de fois. Il s’est rapprochée pour ne plus jamais partir, élevée par le paradigme de l’Homme pressé, j’ai cru que c’était l’meilleur pour moi, persuadée avec innocence être plus forte que lui. Militant quotidien de l’inhumanité, j’engraisse le système dans l’espoir qu’il m’aide, pauvre insensée, remise en question, au grand jamais. Bien-pensante, oh oui les critiques fusent et moi qui m’indigne, quelle perte d’énergie. Technocrate, désolée j’ai séché les cours de pratique, je me suis enfermée dans ma chambre avec Kepel, Hobbes et Adorno, persuadée de leur vérité. Maman me répète « sors de ta chambre, va de l’autre côté du périph’ », je l’ai écoutée, j’ai été bousculée dans mes plus profondes pensées. Pas besoin d’aller à l’autre bout de la Terre, à vingt minutes vol d’oiseau, les marginaux crèvent dans l’indifférence, on m’explique le ras-le-bol de ces politiques qu’ont même pas vu la merde, l’ont jamais mangée en feignant l’aimer. « Nous personne n’est venu nous voir, et quand bien même on est venu, on nous a sorti une soupe encore plus merdique que celle de la soupe populaire. Nous on veut travailler, pourquoi les tit-pe crament le shit à peine réveillés, pourquoi la came paye plus que la sueur, on nous a abandonné, on nous a parqué dans des ghettos et on nous a sorti : putain souris t’es bien loti ». Je n'ai pas les réponses à tous ces problèmes, simplement ma consternation balayée par Goliath. HLM vétustes, cage d’escalier, escortée par ces rats, pas très à l’aise oh non, mais qui peut les blâmer, on se démerde comme on le peut. L’« american dream » n’a rien à envier au « rêve français », si tant est qu’ils eussent déjà existé, encore une de ces fabrications des élites, aliénation, opium du peuple, toussa, toussa. L’ascenseur social n’a jamais existé, le système raffole des « success stories », foutaises, le monde ne m’appartient pas, ni ne t’appartiens, il est à 1% de personnes.

Le diable m’a parcourue, il m’a dit qu’il m’aimait et je l’ai crue. Il est venu, avec son beau sourire, petit ange déchu battu. Victime de ces hippies chics, j’ai cru pouvoir m’en sortir, la sensibilité refoulée reviendra toujours me frapper devant mon verre de Whisky, devant mon joint qui s’consume. Jeunesse dorée condamnée à l’autolyse, jeunesse perdue sans espoir de réussite, quel avenir pour cette génération sacrifiée ? A qui la faute ? La mienne la première, je l’ai vue dans les yeux du diable, que j’étais collabo, que j’étais un bébé du système bien comme on les chérit, « arrête de réfléchir et rapporte des billets, c’est comme ça, cherche pas plus loin », bourrage de crâne intempestif qui a eu mon âme. La post-vérité est ta vérité, ne la contredis pas, elle est ce qu’elle est, voici ce que je dois penser et j’en redemande, incorrigible gamine. Le mainstream m’habite, sans l’ombre d’un défaut, CV parfait, bientôt prête pour le marché de l’emploi, « endette-toi et ne te révolte pas ! » qu’on me murmure. Le système m’a pervertie, je le sais, et je ne changerai pas, non, c’est au-dessus de moi. L’assommante vérité reviendra me voir le jour où me restera qu’mon capital économique pour sécher mes larmes, le capital social et culturel ne me sauveront pas, ils sont tout aussi pervertis que le capitalisme, Bourdieu avait raison les héritiers gagneront toujours. « L’immobilisme est bien meilleur, c’est ton unique bouée de sauvetage. Pense qu’à ta gueule, vol pour la Chine, adieu les idéaux démocratiques, le chiffre, le chiffre toujours et si possible de l’ordre du milliard ». « La mort avant le déshoneur » que grand-mère me disait encore allongée dans son lit, petite fille d’une famille d’ouvriers débarque dans le petit microcosme parisien, décalage oui, adaptation encore oui, « qu’est-ce que tu es malléable » que les plus sympathiques me disent, les autres m’hurlent à la gueule que je n’appartiens plus aux leurs, je n’appartiens pourtant pas à cette caste dominante surreprésentée par le Gotha, non. « La France n’est pas aux français mais à 200 familles », il n’a pas pris une seule ride ce slogan de propagande communiste.

Le diable aura été mon unique ami dans cette traversée qui n’aura de fin qu’en enfer. Petite dépravée au sourire incoercible, le diable m’habite, il me tend la main pour me gifler quand je ne l’attends pas. Le diable après une valse m’hurle ma dure vérité, ce matin je me suis réveillée à ses côtés, après une de ces soirées parisiennes, folie des grandeurs, ivresse et naïveté surjouée, le monde s’écroule et j’étais dans ce bar, ne savant plus où j’étais, sensation d’apesanteur, ultime fuite, ultime rédemption que je me disais. Le terrible réveil a chassé cette supposée légèreté.