la tamise

War and Insurrection (18)
Monet never witnessed the Franco-Prussian war nor the horror of the crushing of the uprising in Paris that followed the armistice.
He was still in Paris on June 28th, the day of his marriage with Camille Doncieux. Three weeks later, the war broke out. By then, the couple and their son Jean were already in Trouville on the Normandy coast, not far from France’s major Atlantic port, Le Havre.
No assault of the Germans on Normandy or Le Havre was imminent, but the city was preparing itself for war and resistance anyway. All men capable of wearing arms were called up for service in the French national army, the mobile or sedentary national guard, commando or reconnaissance units.
Monet didn’t feel like dying for his country and decided to take the boat for England at an unknown date (but probably early 1871). Camille and Jean soon joined him in London, where her husband was painting oils like this “Thames below Westminster”, but was unable to sell his work. Their luck turned when Charles-François Daubigny introduced him to his art dealer, Paul Durand-Ruel, another French fugitive.
This encounter turned out to be extremely important for the success of the impressionists.

Claude Monet, La Tamise à Westminster (The Thames below Westminster), 1871. Oil on canvas, 47 x 73 cm. The National Gallery, London

Dans le Londres d'aujourd'hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres.
Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve.
Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité. Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable…

                             Éclairs noisette-chocolat blanc-framboises

Pour 15 éclairs:

► Pour la ganache montée:

Préparation: 10 minutes - Cuisson: 5-7 minutes - Repos: 3 heures

  • 150g de chocolat blanc Valrhona Ivoire 35%
  • 300ml de crème liquide entière 35%
  • 10ml de sirop de glucose ou de miel

Torréfier le chocolat blanc 5-7 minutes à 160°C. Dans une casserole faire bouillir 100g de crème avec le glucose ou le miel, verser la crème chaude sur le chocolat blanc torréfié et mixer avec un mixeur plongeant. Verser le reste de crème liquide froide et mixer de nouveau. Filmer au contact est réserver 3 heures au réfrigérateur. 

► Pour le confit de framboises:

Préparation: 10 minutes - Cuisson: 5 minutes - Repos: 3 heures

  • 225g de purée de framboises
  • 75ml de sirop de glucose
  • 6ml de jus de citron
  • 6g de sucre semoule
  • 6g de pectine NH

Mélanger la pectine avec le sucre. Dans une casserole, faire chauffer le sirop de glucose, y ajouter la purée de framboises, le jus de citron et chauffer le tout à 50°C. Verser le mélange sucre/pectine en pluie en fouettant énergiquement. Donner un bouillon, mixer le tout. Filmer au contact et réserver au réfrigérateur.

► Pour la feuillantine noisette:

Préparation: 15 minutes - Cuisson: 10 minutes - Repos: 2 heures 

  • 20g de noisettes concassées
  • 80g de chocolat au lait Valrhona Jivara 40%
  • 80g de praliné noisette
  • 40g de feuilletine (=crêpes dentelles)

Torréfier les noisettes 10 minutes à 150°C. Faire fondre le chocolat au lait au bain-marie.

Mélanger le praliné avec la feuilletine et les noisettes torréfiées et verser le chocolat au lait fondu, mélanger le tout. 

Étaler sur 4mm d’épaisseur environ entre deux feuilles de papier sulfurisé ou entre deux silpat (encore mieux). Faire prendre au frais. 

► Pour la pâte à choux:

Préparation: 15 minutes - Cuisson: 35-40 minutes

  • 250ml de lait
  • 100g de beurre
  • 1 pincée de sel
  • 150g de farine
  • 4-5 œufs

Préchauffer le four à 160°C. Tamiser la farine. Dans une casserole, porter à ébullition le lait, le sel et le beurre coupé en morceaux. 

Hors du feu, ajouter la farine en une fois et battre énergiquement à la spatule. Remettre la casserole sur le feu et dessécher la pâte pendant 2-3 minutes, jusqu'à ce qu'elle se décolle des parois. 

Débarrasser dans un cul de poule et incorporer les œufs un à un. A partir du 4ème œuf, les incorporer petit à petit jusqu'à ce que la pâte fasse un ruban. 

Garnir une poche à douille lisse (ou cannelée, dans ces cas là, pas besoin de rayer avec la fourchette) de 15mm et sur une plaque allant au four anti-adhésive faire des boudins de 11cm de long.

Passer délicatement le dos d'une fourchette sur les éclairs (pour ne pas que la fourchette ne colle a la pâte à choux, tremper là dans un œuf battu).

Enfourner 35 à 40 minutes, ils doivent être bien dorés. Laisser les éclairs refroidir complément.

► Pour le montage:

Préparation: 15 minutes - Cuisson: 0 minute 

  • 35 framboises fraiches environ
  • feuille d’argent

Découper le haut de vos choux avec un couteau-scie et retire la mie à l’intérieur. 

Récupérer au frais la feuillantine noisette puis détailler des barrettes de 2x10cm environ puis déposer ces barrettes dans le fond de vos éclairs «creusés». 

Garnir une poche à douille avec le confit framboises et pocher un trait (assez épais) de confit sur les barrettes feuillantine noisette.

Sortir la ganache du réfrigérateur, la verser dans la cuve du robot et mixer a grande vitesse jusqu’à obtenir une belle «mousse» (comme une chantilly). Débarrasser et garnir une poche à douille cannelée de 15mm.

Pocher la ganache montée sur le confit de framboises (comme sur la photo). 

Couper vos framboises en deux, disposer 4 demi-framboises sur chaque éclair et terminer par une touche de feuille d’argent.

      

External image