l'ordinaire

3

Battle of Eckmuhl, 22 April 1809

French victory over the Austrians, outlining the outcome of the campaign

Here is the text under the plate:

Le 22 au matin l'Empereur se mit en marche de Landshut avec les deux divisions du duc de Montebello, le corps de duc de Rivoli, les divisions Nansouly et St. Sulpice, et la division Wurtembergeoise. a 2 heures apres midi, il arriva vis-a-vis Eckmuhl, ou les quatre corps de l'armee autrichienne formant 11000 hommes etainten position sous le commendement de l’ Archiduc Charles. le Duc de Montebello deborda l'ennemi par la gauche avec la division Gudin. Au 1er. signal les Ducs - d'Auerstaedt et de Dantzick et la divn. de cavalerie legere du Gal. Montbrun deboucherent, on vit alors un des plus beaux spectacles qu'ait offert la guerre; 110000 ennemis attaques sur tous les points. tournes par leur gauche et successivement depostes de toutes leurs positions. Le detail des evennements miltitaires serait trop long. Il suffit de dire que mis en pleine deroute l'ennemi a perdu la plus grande partie de ses canons et un grand nombre de prisonniers. Dans cette bataille dEckmuhl, il n'y eut que la moitie a peu pre des troups francaise engagee: poussee l'epee dans les reins l'armee ennemie continua de defiler toute la nuit par morceaux et dans la plus epouvantable deroute, tous les blesses, la plue grande partie de son artillerie, quinze drapeaux et 2000 prisonniers sont tombes en notre pouvoir. Les Cuirassiers se sont comme a l'ordinaire couverts de gloire. (Extrait du 1er bulletin.)

On the morning of the 22d the Emperor set out from Landshut with the two divisions of the Duke of Montebello, the Duke of Rivoli, the Nansouly and St. Sulpice divisions, and the Wurtemberg division. At 2 o'clock in the afternoon, he arrived opposite Eckmuhl, or the four corps of the Austrian army, forming 11,000 men, and under the command of the Archduke Charles. The Duke of Montebello overtook the enemy by the left with the Gudin division. At the 1st. Signal the Dukes - of Auerstaedt and Dantzick and the divn. Of Gal’s light cavalry. Montbrun deboucherent, one saw then one of the most beautiful spectacles that offered the war; 110000 enemies attacks on all points. Turned by their left and successively deposited from all their positions. The detail of militant events would be too long. Suffice it to say that the enemy lost the bulk of his guns and a large number of prisoners. In this battle of Eckmuhl, there were only about half of the French troops engaged: the sword was pushed into the kidneys, the enemy army continued to march through the night in pieces and in the most appalling flight, all the wounded , The greater part of its artillery, fifteen flags and 2000 prisoners fell in our power. The Cuirassiers have, as usual, been covered with glory. (Extract from the 1st bulletin.)


Google translate managed to achieve logical translation to some degree…

Parfois, dire ce qu'on a dans l'cœur c'est comme nous demander de plonger dans de l'acide sulfurique : parfois nous confier est une chose impossible. Et puis un jour, y a cette personne qui sort de l'ordinaire, cette personne qui écoute vraiment, sans juger, cette personne qui nous regarde avec un regard bienveillant, et là, on le sait. On sait que les choses vont changer. On ne sait pas ce qu'on va devenir mais on sait qu'on va changer.

Edouard Boubat - Donne moi quelque chose qui ne meurt pas

“Les femmes sont chez Boubat comme chez elles. Les femmes viennent du plus lointain de la vie des hommes, elles sortent de l’enfance des hommes, on dit qu’elles gouvernent cette enfance mais ce n’est pas vrai, il suffit de regarder dans les jardins publics, les mères avec leurs enfants : elles ne gouvernent pas. Elles veillent. Elles veillent sur l’incendie naissant d’enfance, elles aident le feu de vie à prendre. Plus tard, beaucoup plus tard, elles regardent ceux qu’elles ont faits rois et qui ne savent plus leur parler. Les hommes, ce sont les devinettes qui les rassurent — devinettes du pouvoir, de la force. Devant les femmes ils disent : je ne devine n’en, c’est un mystère. Ce qu’ils appellent mystère, c’est la simplicité des femmes et c’est leur solitude, cette force de solitude en elles, en chacune d’elles, cette manière qu’elles ont de tenir leurs enfants, leurs maris, leurs amants, le bleu du ciel et l'ordinaire des jours à bout de bras. Les femmes sont seules au début, au milieu et à la fin de leur vie. Elles reçoivent de cette solitude le sacre d’intelligence. Boubat est là, le jour du sacre - est chaque jour de toute la vie des femmes.”

Christian Bobin - Donne moi quelque chose qui ne meurt pas

4

Marc Folly | Numeroté Signé (France)

Amoureux des lumières fortes et des couleurs puissantes, Marc Folly a le goût et l'art des sujets décalés et complexes, souvent liés à l'ordinaire des rencontres. Sites urbains ou industriels, il témoigne des empreintes de labeur inscrites dans les ateliers d'artisan. “Le sentiment de la nostalgie est un travers que je ne peux pas emprunter quand bien même il me force le coeur.”

La reproduction de l'artiste est maintenant disponible sur Numeroté Signé