l'entreprise

Si les politiques étaient des types d'élèves
  • François Hollande : C'est le mec qui est délégué cette année. Les gens ont voté pour lui parce que c'était le nouveau, ils ne le connaissaient pas bien et il avait l'air sympa. Au final il fait plus baisser la moyenne de classe qu'il ne la remonte, à force d'organiser des soirées d'intégration tous les week-ends.
  • Jean-François Copé : Lui, il était délégué l'année dernière. Pourtant, personne ne disait avoir voté pour lui. On ne sait pas comment, mais il n'empêche qu'à l'arrivée il avait 28 voix sur 29.
  • Jean-Luc Mélenchon : C'est l'élève au fond de la classe. On ne l'entend jamais, sauf lorsqu'il hurle pour défendre soit-disant les intérêts de ses camarades, alors que ce qu'il veut c'est juste emmerder les profs.
  • Arnaud Montebourg : C'est le mec à côté de la fenêtre, la tête dans les nuages, et qui écrit des Ôdes à la lune tout le long des cours de philosophie.
  • Benoît Hamon : Il est gentil Benoît. Serviable, drôle, mais moche. Il aimerait bien plaire mais il se fait constamment friendzoner par les filles de la classe. Pourtant, il ne le sait pas mais il est la muse d'Arnaud qui lui dédie tous ses poèmes.
  • Emmanuel Macron : C'est l'élève au premier rang, sympa avec tout le monde, ses profs et ses camarades l'adorent, il est beau, et plus tard il reprendra l'entreprise de papa. Il est cool Manu mais il a bien un défaut, c'est l'énorme melon qu'il doit porter sur ses épaules
  • Marine Lepen : C'est la blonde "pro-vie", "pro-abstinence", "pro-culture catholique" mais surtout pro-connerie au milieu de la classe, là où on ne peut pas la voir distiller ses paroles dégoulinantes de supériorité.
  • François Fillon : C'est le mec à qui tu n'a jamais parlé de l'année, qui te paraissait timide et discret, pas méchant. Mais quand enfin tu lui adresses la parole, tu comprends pourquoi il n'ouvrait jamais la bouche.
  • Manuel Valls : C'est le bon copain. Vous allez boire de temps en temps des bières au bar en face du lycée, parlant de tout et de rien, mais surtout de ce qu'il veut. C'est qu'il te ferait peur parfois à imposer ses sujets de discussion en hurlant "49.3". Tu as perdu le contact depuis et tu comprends pourquoi.
  • NKM : C'est la fille avec qui tu passes le plus de temps. Vous vous amusez à bitcher sur les autres élèves et à préparer vos DM ensemble. Enfin, elle prépare les DM et tu les recopies.
  • Tag yourself.
  • Je suis un mélange de Benoît Hamon et de Mélenchon.
Espace: la frontière finale. Ce sont les voyages de l'entreprise de vaisseau spatial. Sa mission continue: explorer de nouveaux mondes étranges, rechercher une nouvelle vie et de nouvelles civilisations, aller hardiment là où personne n'est allé avant
—  Star Trek dans Français
Le code du travail est complexe parce que le monde du travail est complexe. Par conséquent, la marotte de tous nos gouvernements et de ceux qui viendront après eux, simplifier le droit du travail, c'est une utopie irréalisable et donc une promesse mensongère. Ou alors c'est carrément​ dangereux car la simplification sera forcément réalisée au détriment d'une des parties, souvent le salariat, statistiquement parlant, parce que le droit ignorera alors tout une partie des relations et réalités du monde de l'entreprise.
—  Mon prof de droit du travail nous avait dit ça (en gros) l'année dernière. J'y pense souvent quand ça cause réforme du code du travail.
Quand je suis toute nouvelle dans l'entreprise et que mon chef/relou me fait des blagues de relous depuis une semaine, je suis au bord du pétage de plomb. Un matin, Relou m'interpelle pour me parler d'un couple qui se dispute (un peu) non loin de nous :
- Celle-là elle ne se prend pas assez de baffes !
-Tu sais combien de femmes meurent par jours sous le coup de leurs maris ?
-Euh non.
J'ai fini par un discours de 5 bonnes minutes sur la violence faites aux femmes, statistiques à l'appui.
Il est resté tout penaud et me fout la paix depuis !
9

La verrerie

L'épanouissement de la verrerie eut lieu de 1750 à 1952. Et pendant toutes ces années, de nombreuses productions sortiront de l'entreprise. 

La verrerie a participé à l'évolution de sa ville, sa population passant de 343 habitants en 1793 à 2090 en 1931.

Le premier four à verre date du milieu du XVe siècle, avant l'implantation d'une verrerie dans les ruines du château de François 1er. Faute de fonds nécessaires, ces premières tentatives échouèrent et ce n'est qu'à partir de 1750 que la verrerie prit son véritable essor grâce à ce qu'on a alors appelé « la noblesse verrière ». Fin de l'aventure en 1952 à cause, « de syndicats trop gourmands. »

Elle fut alors transformée en caserne militaire jusqu’en 1994.

Photo novembre 2015

-Domii