keyane

Arrestation des djihadistes à Zegoua : Le commissaire Sissoko fait le détail

La signature de l’accord semble aiguiser l’appétit de certains djihadistes à reprendre du poil de la bête. Ainsi, ils entreprennent partout au Mali des actions sporadiques. Face à cette situation, les forces armées et de sécurité ne les laissent aucune chance. Et c’est le lundi 13 juillet 2015 qu’une vingtaine de djihadistes furent arrêtés à Zégoua, frontière Mali – Côte d’Ivoire en provenance d’Abidjan. Comment ?

   

Le commissaire principal de Kadiolo M. Fademba Keyan Sissoko contacté par nos soins s’est entretenu avec nous. Il dévoile toute la stratégie adoptée pour traquer ces mécréants.
Selon M. Sissoko, c’est depuis mi-juin qu’ils ont été alertés que deux grands chefs djihadistes doivent arriver au sud en provenance de la France. Ils se nomment Lancine et Samir. « Depuis, nous avons pris des dispositions et on a été alerté à leur arrivée à Abidjan où ils ont formé un groupe pour se rendre au Mali. Ils ont pris maintenant une compagnie de transport Sonef. Lorsqu’ils ont embarqué, nous avions pris des dispositions idoines concernant leur arrivée. », dit-il. Et d’ajouter « que lorsqu’ils sont arrivés à Zégoua, lors des vérifications de pièces d’identité, on a vu qu’il y avait des suspects au nombre de vingt (20). Ils ont été tous arrêtés. J’étais moi-même le chef de file ce jour. » Automatiquement, soutient-il, il a appelé sa hiérarchie notamment le Directeur Général de la Police Nationale pour le lui dire. Selon lui, séance tenante, ce dernier lui intima de ne pas perdre de temps « il faut vite les évacuer le plus tôt possible. ». Et le D.G a fait appel à la Sécurité d’Etat (S.E) qui immédiatement envoya trois(3) véhicules blindés pour les amener à Bamako où ils se trouvent désormais.
En effet, nous profitons de cette occasion pour remercier la hiérarchie et surtout le commissaire Sissoko pour sa bonne compréhension, sa disponibilité. Ainsi, nous lui avons demandé s’il avait un message à l’adresse de la population. Commissaire Sissoko : « Ce que je peux dire à la population, c’est d’être très vigilante, de nous avertir à temps à chaque fois qu’il ya un évènement ou si elle a vu des personnes suspectes. Qu’elle nous appelle, qu’elle collabore. C’est pourquoi, moi-même je donne mon propre numéro aux gens ainsi que le fixe du commissariat pour que nous soyons joignables à chaque moment car c’est tout le Mali qui est en insécurité, pas le nord seulement. »
Gaoussou KANTE, Stagiaire
Envoyé spécial à Zégoua (Kadiolo)

Source: Zénith Balé



from WordPress http://ift.tt/1eaKZWV