juives

  • "Lecha Dodi"
  • Benedetto Marcello a la Shelomit
Play

@plinytheyounger was mentioning her “Lecha Dodi” experiences in Budapest (“HUNGARIAN FRIEND TURNS YOU ROUND IN RIGHT DIRECTION / GAZE CONFUSEDLY AT DOOR / BREAD HAPPENS”), and it occurred to me that there was a lovely “Lecha Dodi” tune in Benedetto Marcello’s Estro Poetico-Armonico that she would like, but I cannot find a recording! So, uh, I made one, because it’s a lovely tune, and because already had my recorder out for a Latin assignment, and because I had only read music left to right so far today. Marcello’s transcription is at the beginning of his Psalm 19 setting in vol. 4:

youtube

Ilham Chahine 20% des Marocains sont des Juives - إلهام شاهين ٢٠% من المغاربة يهود

L'actrice égyptienne Ilham Chahine : 20% des marocains sont juifs ! الفنانة المصرية إلهام شاهين صرحة في برنامج تلفزي بأنها “سمعت” أنه هناك.  ٢٠% من المغاربة يهود

(via https://www.youtube.com/watch?v=OzwD_xoCciU)

Re: Benedetto Marcello.

I realize I’m whole months behind on explaining further my comments on this post by @jewishhenna; since Marcello has just come up on my blog again, now seems as good a time as any. All the attestations for Jewish tunes that come through Benedetto Marcello (1686-1739) are from his Estro poetico-armonico: Parafrasi sopra li primi venticinque salmi, published in Venice between 1724 and 1726. In my experience, this collection has been pretty widely recognized but pretty thoroughly misunderstood in the Jewish community.

The majority of Marcello’s output is vocal, including cantatas, chamber duets, serenatas, and oratorios. The Salmi don’t readily fit into any of these categories. The Italian psalm paraphrases were provided by Marcello’s friend Girolamo Giustiniani. The majority are set for solo voice and continuo alone, although some have a single obbligato instrument or call for additional voices. They are almost all through-composed, and have texturally contrasting sections rather than the discrete movements one would normally expect by this date. The Salmi also had an astonishingly long afterlife; in both Italy and England, they came to be viewed as important models of contrapuntal composition.

Marcello was essentially an amateur composer, which he used as a license to be weird. He was a member of the Venetian nobility and had a career as a government administrator; since he was never employed as a musician, his compositions were essentially written and published on his own terms, which already makes them atypical. Most of his music seems to have been performed privately in salon atmospheres where experimentation was welcome. In the Salmi in particular, he began with a closely-defined aesthetic mission: to revive characteristics from ancient music in order to imbue devotional song with an appropriate sense of dignity. Marcello identified a number of different qualities in the music of antiquity as it was known to scholars of his own time. Since the music of the Temple had been sung by the priests, most of the settings are for lower voices. Ornamentation is kept to a minimum. He saw monophony as an ideal, which is why he kept his basses unfigured and rarely used more than one solo voice. In addition, he was interested in drawing on “ancient” chant traditions preserved into his own day.

This is where the Greek and Hebrew melodies come in. For about a third of his fifty psalm-settings, Marcello took a tune from these repertoires, transcribed it, and used it (usually with minimal changes) as melodic material for a section of the psalm setting. In such cases, Marcello placed the original version of the melody above the section of the psalm in which he used it. Here’s the famous “Ma’oz Tzur” from Psalm 15 in the third volume:

As seen above, Marcello coped with the problem of Hebrew + music by writing the notes right to left, which is a trip to try and read, let me tell you. He also used a substantially older form of notation than that seen elsewhere in the book. Here’s how he incorporates the tune in the setting itself:

Pretty typical Italian printed music of the early eighteenth century, right? By contrast, the Greek and Hebrew melodies are printed without barlines or a time signature (the vertical lines represent only the ends of phrases) and in the long basic note values typical of “black notation” of the late Renaissance. The decision may in part have been prompted by typographical concerns, and Marcello may have thought it emphasized the supposed “ancientness” of his source material. More importantly, it suggests the difficulties of trying to transcribe an oral repertoire that reconciled only awkwardly with contemporaneous notational practices. This is clearly evident in his adaptation of the “Lecha Dodi” tune I recently posted; the black notation version suggests alternations between duple and triple meter, whereas Marcello’s setting is in strict 4/4, substantively altering the stress patterns.

Under what circumstances Marcello could have heard these tunes remains something of a mystery. He attributes them with surprising specificity–the “Ebrei Tedeschi” above, for instance, refers to the Venetian Ashkenazi community in particular–and some of them have been independently collected by much later ethnographers. Did he have contacts who were able to sing them for him out of context? Did he actually hear them in a synagogue–which, in the city that invented the ghetto, was a matter of dubious legality?*

What is clear is that Marcello at no point arranged “Ma’oz Tzur” or “Lecha Dodi” or any of these other songs. What he did was transcribe them and then incorporate their tunes as a small element in much larger Italian psalm-settings. So if you see a piece like this…

… labeled “harm. Benedetto Marcello,” it just ain’t so. The above arrangement uses Marcello’s transcribed melody** and newly-written bass as the skeleton on which to build a harmonization that ultimately has little to do with Marcello published. He deliberately classed four-voice harmonizations of this type as outside the aesthetic aims of the Salmi; this arrangement also adds textual overlaps even further removed from his ideals of “ancient music.” (Not to mention the liberties with tempo and the final cadence, which are out of place for the early eighteenth century in general.) Moreover, and by my lights more importantly, Marcello never intended to arrange these pieces. He intended to record them and then assimilate their melodies into his own writing. The above piece is lovely; it is also not what anything sounded like in 1724, especially not “Ma’oz Tzur.”

All eight volumes of the original publication of Estro poetico-armonico are available on IMSLP, as well as in a lovely facsimile edition from Gregg Press. You can also hear the full Psalm 15 setting as Marcello wrote it: low solo voice, obbligato cello, unfigured bass, paratastic form and all. The “Ma’oz Tzur” tune makes its appearance at 10:53.

*Given that Marcello was half of a high-profile miscegenation case and got himself exiled more than the average Venetian citizen, illegality may not have been sufficient threat to stop him.

**There are some prominent and rather inexplicable mistakes of rhythmic value in the modern-notation transcription displayed in the video, too. Perhaps we were better off sticking to black notation?

MUSIC MONDAYS: CUSHNIE ET OCHS’ RUNWAY TRACK

Inspired by Pedro Alimovar’s film “The Skin I Live In,” Cushnie et Och’s Fall subject matter lent itself well to their already surgically-precise silhouettes. Michelle & Carly enhanced the collection with slashed cut-outs and the perfect marriage of sight and sound with the perfect runway track: “Juices” by Parallel Dance Ensemble. Played at the opening and closing of the show, it added a sexy punch to the smoking collection.

See Cushnie et Och’s new collection here.

flickr

Paris : Rue de Rosiers / Sacha Finkelsztajn - La Rose du Désert par François de Nodrest / Pantchoa
Via Flickr :
©2016 François de Nodrest / Pantchoa - All rights reserved.

youtube

I finally found an accessible recording of my favorite piece from Estro Poetico-Armonico (:47-5:42 in this video)! It’s “O immaculata pura, santa divina legge,” the first aria/second section of Psalm 18 in volume III. The section is based on a Sephardic tune for R. Shlomo Ibn Gabirol’s piyyut “Sha'ar asher nisgar:”

Quand il neige, cette statue se transforme en Dark Vador

INSOLITE - La statue trône au milieu d'une place de la ville polonaise de Wejherowo en hommage à son fondateur. Mais quand l'hiver arrive, elle prend un air bien différent.

Recouverte de neige, l'œuvre érigée en l'honneur de Jakob Wejher qui créa la cité en 1643 se transforme en un personnage plus contemporain qui déplace les foules dans les salles de cinéma du monde entier: Dark Vador.

Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, publiées sur Reddit le 25 janvier, la statue enneigée ressemble à s'y méprendre au Seigneur Sith tel qu'il apparaît dans les épisodes IV, V et VII de la célèbre saga (avec un bonus des néons rappelant les sabres laser).

Illustration réalisée par Raphaël BENSIMHON.

Élevé dans une famille juive orthodoxe, Raphaël a suivi un cursus religieux dans le cadre d'un centre d'études talmudiques. Il s'y épanouit un temps, mais Raphaël a le caractère affirmé d'un explorateur en quête d'incertitudes. Il remet en question sa foi pour ouvrir de nouveaux axes de réflexions.

Il s'aventure quelques mois en UFR de Science physique mais c'est un univers trop austère pour lui. Raphaël a besoin de s'exprimer, de raconter des histoires… Il décide alors d'intégrer des études d'art au CESAN. Le dessin pour reconnecter le geste au sens. Raphaël y apprend un langage pour structurer sa pensée, tout en le rendant signifiant à celui qui sait l'entendre.

Jeudi 28 janvier, à l'occasion de l’ouverture du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême, toute la une du HuffPost est illustrée par des élèves du Cesan, première école de bande dessinée à Paris. Cliquez ici pour y accéder.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

» Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici
» Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost
Dieudonné: «Choqué», le Crif demande à l'État d'annuler sa tournée
Le Conseil représentatif des institutions juives de France a demandé l'intervention de la ministre de la Culture, Fleur Pellerin pour empêcher l'humoriste controversé de se produire sur scène en province.

Dieudonné repart en tournée. Le polémiste doit présenter en province de février à juin son spectacle Dieudonné en paix à Saint-Etienne, au Havre, à Cournon d'Auvergne, Metz, Eckbolsheim, Montpellier, Lyon, Toulon, Douai et Bordeaux. «Le Crif est choqué qu'un multirécidiviste de la haine antisémite puisse encore être considéré comme un “artiste” et ait accès à des salles qui font l'objet de délégations ou de concessions de service public», a déclaré le Conseil représentatif des instutions juives de France.

Son président, Roger Cukierman, «réitère» sa demande à la ministre de la Culture Fleur Pellerin «d'intervenir rapidement pour que de telles dérives ne puissent pas se produire impunément». Il a adressé «la même demande» aux exploitants des salles concernées, «notamment le Groupe Fimalac», dont la filiale Vega gère plusieurs d'entre elles.

En janvier 2015, le président de Fimalac, Marc Ladreit de Lacharrière, avait annoncé avoir donné instruction à ses équipes de «ne pas programmer» Dieudonné, qui venait d'être visé par une enquête pour apologie du terrorisme.Les représentations de son spectacle Le Mur, en janvier 2014, avaient été interdites après que Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur, eut dénoncé «les sorties antisémites» de son interprète.

Condamné de nombreuses fois pour ses propos antisémites

Ex-comparse de l'humoriste Elie Semoun, ancien favori des plateaux de télévision, considéré comme l'un des meilleurs comiques de sa génération, Dieudonné M'bala M'bala, 49 ans, qui se veut «anti-système» et «antisioniste», a (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Dieudonné, expulsé du théâtre de la Main d'Or, fait appel 
Dieudonné: 3.000 euros d'amende pour injure contre Manuel Valls 
Dieudonné restera-t-il à la Main d'Or? La justice tranche aujourd'hui 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

Je viens de voir le pire film français jamais réalisé.
En gros, c'est une histoire d'amour entre Bahia Ben Mahmoud une algérienne (jouée par Sara Forestier, une blanche) et Machin - j'ai oublié son prénom - Martin le fils d'une juive qui a survécu aux camps de concentration (et Machin Martin est joué par un blanc pas juif). En gros Bahia est le personnage le plus insupportable du monde et a le discours PS typique (assimilationiste ultra laïc anti communautarisme) et Martin c'est juste un vieux mec creepy qui couche avec une meuf de 20 ans. Donc ils sont amoureux et à la fin ils ont un fils qu'ils décident d'appeler Chang parce que les origines ça compte pas tavu. Même que pour éradiquer le racisme faut faire plein de bébés métisses comme ça y aura plus jamais de racistes. Ah et les musulmans sont des fachos aussi.

Assassinat d'Ilan Halimi : Youssouf Fofana, détenu provocateur et violent

 


Le 13 février 2006, près d'une voie ferrée de l'Essonne, un jeune garçon au corps martyrisé était découvert agonisant. Enlevé parce qu'il était juif, séquestré et torturé durant vingt-quatre jours dans un appartement puis une cave de Bagneux (Hauts-de-Seine), Ilan Halimi, un jeune de 23 ans, rend son dernier souffle peu après. Dix ans plus tard, l'effroyable calvaire de ce vendeur de téléphones au sourire charmeur, attiré dans un piège par une jeune femme à l'instigation d'une bande et de son meneur, Youssouf Fofana, reste dans toutes les mémoires. L'affaire du « gang des barbares » — ils étaient 27 accusés en 2009 au premier procès à Paris ; 17 en appel à Créteil en 2010 — a laissé une vive plaie dans la communauté juive de France.

Le « cerveau » de ce groupe criminel, Youssouf Fofana, 35 ans, avait écopé de la peine maximale de réclusion à perpétuité avec 22 ans de sûreté. Toujours à l'isolement à la centrale de Condé-sur-Sarthe (Orne), ce détenu provocateur et violent a été plusieurs fois condamné depuis : à sept ans de prison pour « apologie du terrorisme » après avoir diffusé des vidéos de propagande sur Internet depuis sa cellule ; à quatre ans pour des agressions à l'encontre de surveillants. Considérés comme ses lieutenants, condamnés tous deux à dix-huit ans, Samir Aït-Abdelmalek, 37 ans, dit « l'autre boss », est emprisonné à Fleury-Mérogis (Essonne), et Jean-Christophe Soumbou, 29 ans, à Réau (Seine-et-Marne).

La plupart des autres condamnés du dossier — dont nombre de geôliers d'Ilan Halimi qui s'étaient relayés pour le surveiller — ont purgé leur peine et sont sortis de prison. L'un d'eux, Yahia Touré Kaba, 28 ans, tout juste majeur à l'époque, a été expulsé vers son pays d'origine, la Guinée. D'autres, comme le gardien qui avait laissé les clés de l'appartement au gang, sont partis habiter en province, indiquent leurs anciens avocats.

Condamnée à neuf ans, « Emma », dite aussi (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

CHRONOLOGIE. Il y a dix ans, la mort d'Ilan Halimi
ABONNES. Assassinat d'Ilan Halimi : «On avait honte de dire qu'on habitait là»
Bagneux : dix ans après, l’hommage à Ilan Halimi
Yvelines : les parents seront jugés pour avoir laissé leur fils manger du cannabis
Un automobiliste arrêté avec des armes à la frontière franco-espagnole
Boycott économique : les produits des colonies juives visés

Le mouvement BDS appelle au boycott économique des produits provenant des implantations israéliennes en Palestine. BDS (boycott, désinvestissement et sanction) est une organisation globale qui donne des sueurs froides aux autorités israéliennes. Elle est présente dans des dizaines de pays, et notamment en France.

Ce jour-là devant des supermarchés de la région parisienne, les militants sont une dizaine et invitent les clients du magasin à boycotter les produits israéliens issus des colonies juives de Cisjordanie.

Appels discriminatoires selon la justice française

“Nous ne disons pas seulement aux clients ‘n'achetez pas les produits des colonies’, nous disons également à la direction du magasin 'arrêtez de commercialiser ces produits’”, déclare Bertrand Heilbronn, membre de l'association France Palestine solidarité.

L'Union européenne vient de prendre une décision inédite : étiqueter tous les produits des colonies juives entrant en Europe, pour que le consommateur soit informé de leur provenance exacte. La justice française vient pour l'instant de donner tort aux activistes en déclarant discriminatoires les appels au boycott du BDS.



Retrouvez cet article sur Francetv info

Primaires américaines : triomphe de Trump et chute de Clinton dans le New Hampshire
Les Emirats arabes unis créent un ministère du Bonheur
Qui se cache derrière Pegida France ?
Allemagne : un ancien garde nazi d'Auschwitz jugé à 94 ans
La campagne présidentielle, une histoire de famille chez les Clinton