je-veux

I get a little irrationally offended when people assume I don’t speak french even though I speak english in here 99.99%

It’s just… it’s my first language… I have been speaking french all my life… I frenched every day of the week, I am not american!!!

“Tu sais pas ce que tu veux”

J’ai failli rep “pas toi ça c’est sûr” mais je me suis dit que ça ne servait à rien d’être une connasse et que je pense à mon karma. 

Je veux un mec qui me fasse bander car je suis pas une sapiosexuelle, je veux un mec pas con avec qui tu peux parler (et pas que foot car lol mdr), je veux un mec qui soit curieux, je veux un mec qui m’amène au musée…

Pour la musique ? jmenbalek tant qu’il dit pas que beyonce c’est de la merde et qu’il me laisse écouter Mehdy Custos en chantant à fond ! 

En gros je suis pas si difficile si ? 

Le client : je cherche tel article je suis sur que vous l’avez.
Moi : bonjour monsieur alors on va regarder ensemble … eh bien non nous n’avons pas ce modèle précis mais on peut voir …
Le client (: : euh non je veux tel article vérifiez mieux.
Moi : alors si l’article n’est pas ici c’est que malheureusement nous ne l’avons pas en rayon et …
Le client qui commence à me les briser : vous pouvez aller voir en réserve ou sur votre ordinateur là ? 
Moi : monsieur je suis navrée mais tous nos modèles sont exposés …
Le client qui me coupe la parole pour la troisième fois : appelez moi le responsable du rayon.
Moi : … monsieur, c’est moi la responsable du rayon. 

Originally posted by bitchfacetokiya

Bon du coup il est parti les mains vides après un petit “ah bon”. Non mais oh. 
C’était rigolo pour tout vous dire.

A la vie à la mort

Je me souviens du jour où l'on s'est promis de s'aimer pour l'éternité, de ne jamais se quitter.
On a vécu tant de belles choses, des mauvaises aussi mais je ne veux me souvenir que du meilleur. Pourtant, ça ne m'empêche pas de pleurer toutes les larmes de mon âme.

Le 27 janvier, tu es parti. Là-haut. Tu es devenu un ange, la plus belle étoile de ma vie. Celle qui ne cesse de briller jour et nuit.
Dans mon cœur. Là où s'est installé une énorme douleur mais pas seulement. Une haine s'est creusée en profondeur.
Parce que je hais tous ces gens qui me disent que ça ira mieux avec le temps, que ça se calmera, que la tempête finira par être moins forte, qu'un beau jour j'aurai moins mal, parce que moi seule sais que je ne m'en remettrai jamais. J'aurai toujours aussi mal.

Personne ne peut imaginer pouvoir vivre sans sa moitié. Et tu es mon autre. Tu l'as toujours été et tu le resteras à jamais.
Tu l'étais lorsque tu vivais:  tu comblais le vide que j'avais en moi, tu avais réussi à chasser mes pires démons pour faire de moi une personne vivante. Et lorsque je suis devenue vivante, tu étais mourant.
La maladie t'emportait doucement vers le bas, vers une dégénérescence que personne ne pouvait combattre. Et puis finalement tu es parti et malgré cela tu es restée mon autre moitié.
Je suis la Vie, tu es la Mort.
On se complète totalement, comme on l'a toujours fait.

A la vie à la mort mon amour.
Une promesse éternelle.
Une éternité rien que pour nous deux.

Ici, tu sais, les amoureux que je croise chaque jour me donnent la nausée. J'ai envie de les étrangler, de leur enlever leurs sourires béats qu'ils ont au coin des lèvres et leur faire comprendre que la mort sépare ceux qui s'aiment et qu'un jour, ce sera leur tour.

Oui, je suis devenue une mauvaise personne, remplie de peine et de haine.
Je vis pour toi, je te dois bien ça. Mais je leur crache à la gueule, tous ces gens bien-pensants! je les emmerde, et qu'ils remballent leurs mots “réconfortants”, je n'en veux pas!
Je veux juste que tu reviennes. Alors leur bonheur puant qu'ils essaient de cacher juste pour me réconforter, tout ça tu vois, je n'en veux vraiment pas.
Je veux qu'une personne, une seule suffira, me dise enfin que je finirai par te retrouver, que ça n'est pas fini.
Que notre promesse ne tient pas qu'à la Vie. Elle tient aussi à la Mort. Alors oui tu es mort mais ça n'est que le début d'une nouvelle vie, où nous serons à jamais réunis.

Je vivrai le temps qu'il faudra mais je te retrouverai et alors plus rien ne pourra nous séparer.
A la vie à la mort mon amour.
Je t'aime.

Salut! Je m'appelle Michelle et je cherche un penpal francois! (Je vouldrais s'excuser pour mon ortographe et grammaire.)  Je suis maltaise, j'ai 20 ans et j'etudie le conception visuelle pour les jeux. Je veux etre un animateur dans le futur. Mes interets sont le cinema, le musique, la peinture, les livres et nombreux des interets different. Je voudrais si nous pouvions communiquer par lettres, mais email serais bien aussi! Mon francais est tres simple mais j'espere que vous me considerez pour une correspondant. Je peux aider avec votre anglais, si vous voulez. (Je suis une professeure d'Anglais dans l'ete.)

Trouvez-moi a ici et ici c:



Ne m'usez pas trop. Je veux encore pouvoir sourire pendant un bon nombre d'années.
Ne me fâchez pas pour rien (ni pour beaucoup). Evitez le mot de trop.
Soyez gentil, n'abusez pas de l'attente. C'est un point sensible de ma personne.
Voilà ! Très bien ! Je vous aime !

Cher corps.
Je veux qu'on s'explique. On a besoin de discuter tout les deux. Tu me donnes beaucoup de fil à retordre tu sais. Je veux que tu arrêtes d'en faire qu'à ta tête. C'est fatiguant si tu savais. Je ne t'aime pas. Je te hais. Tu es trop gros. Trop difforme. Impossible à gérer. Je veux être belle moi. Je veux qu'on me trouve belle mais avec toi c'est impossible. Tu es si laid. Je ne te le dirais jamais assez. Je te hais. Les traits de mon visage sont si peu harmonieux. Les courbes sont si mal taillés. Tu aurais pu faire un effort quand même.

anonymous asked:

Bonjour, j'étais en train de lire "tout le monde de ne pas devenir vegan", que je trouvais potentiellement source de réflexion quand je suis tombée sur cette phrase qui m'a stoppé net : "...lorsqu’il s’agit de plats familiaux et de traditions religieuses liées à la viande, dire à sa famille qu’on ne veut plus faire partie de ça peut provoquer beaucoup plus de complications que pour une personne blanche". Pourquoi opposer "traditions religieuses" et "personne blanche" ?

Je lis beaucoup de commentaires/messages à ce sujet et je vais tirer les choses au clair.
Je me suis peut-être mal exprimée, mais je ne veux ABSOLUMENT PAS opposer “traditions religieuses” à “personnes blanches” dans ce post. J’ai l’impression que les gens qui me font ces remarques, il y a un manque d’attention à ce que j’ai écrit. Déjà, j’ai écrit des éléments de nuance à plusieurs reprises :

J’ajouterai qu’il est important de se rappeler que pour CERTAINES personnes racisées, devenir vegan est plus difficile. Par exemple, LORSQU’il s’agit de plats familiaux et de traditions religieuses liées à la viande, dire à sa famille qu’on ne veut plus faire partie de ça PEUT provoquer beaucoup plus de complications que pour une personne blanche (…)

Je développe ensuite les raisons pour lesquelles cela peut provoquer plus de complications que pour une personne blanche. Vous pouvez lire ici un autre ask que j’ai reçu sur cette question :
http://prenezcecouteau.tumblr.com/post/149597265428/a-lire-votre-texte-vous-consid%C3%A9rez-que-les-blancs

Maintenant que je me retrouve face à tant de complications, je regrette de ne pas avoir plus développé sur l’aspect non-religieux des traditions alimentaires, même si je considère avoir dit que je ne parlais pas que de religion en disant lorsqu’il s’agit de plats familiaux ET de traditions religieuses liées à la viande je pensais avoir été claire en disant que je parlais de plats familiaux ET de traditions religieuses, deux choses qui peuvent être différentes l’une de l’autre. Est-ce que je m’explique clairement ?

En l’occurrence, j’ai utilisé l’exemple de Yom Kippour parce que c’est un exemple personnel, mais je pense qu’on pourrait retranscrire cela dans un cadre non religieux : par exemple, pour une personne racisée qui ne vit pas chez ses parents et qui se sent tiraillée entre deux identités, dont les parents transmettent leur culture à travers la nourriture dans un moment de joie et de partage, cela EST plus difficile de refuser de manger la viande amoureusement préparée par ces parents quand elle revient passer un week-end au domicile familial. Pourquoi est-ce plus difficile que pour une personne blanche parfaitement “intégrée” à la société française ? Parce que, encore une fois, l’impact émotionnel et psychologique et plus grand. Cette personne subit le racisme au quotidien et retrouver ses parents, c’est retrouver un endroit qui est (peut-être) le seul endroit “safe”, en tout cas au niveau du racisme. C’est moins facile de se détacher de ce moment, de se mettre à refuser de manger ces plats qui représentent beaucoup, et aussi de se confronter à des parents qui ne comprendront peut-être pas, mettant ainsi en péril un des liens majeurs qui subsiste entre cette personne et ses parents.

Cela ne concerne pas forcément TOUTES les personnes racisées, et cela peut se manifester sous beaucoup de formes différentes. Je veux juste qu’on s’écoute les un.es les autres, qu’on dialogue, et qu’on ne reste pas dans un discours unique.

J’ai plein de trucs à vous raconter mais d’abord je veux rattraper tout mon retard de ce week-end et tumblr s’entête à me remonter automatiquement au début de mon dashboard… J’y arriverais jamais.

EDIT : J’abandonne j’y arriverais jamais :’(

EDIT 2 : En fait je suis trop têtue pour abandonner. J’en suis venue à bout.

Je ne vais avoir Internet qu'une seule fois dans la semaine désormais. Mais comme je ne veux pas laisser ce blog à l'abandon, je vais vous programmer des choses chaque jour.

Mais où va le monde ?
Pourquoi des fois je me demande si les filles et les garçons si cruels
Où sont mes vrais amis ?
Pourquoi je me méfie ?
Qu'a-t-on pu bien faire de tous ces sacrifices ?
Oui, personne n'est fidèle, mais pourtant la vie doit rester toujours belle
Et peu importe si l'Homme reste si cruel avec ceux qu'il aime
Il faut sans doute pardonner, mettre son égo de côté
Pourquoi tout le monde se ment et se trompe jusqu'à se traîner dans la misère la plus totale ?
Donner ma confiance et mon cœur
Pourquoi ça me fait si peur ?
Est-ce bien normal ?
Non, ce n'est pas normal

Et moi
Je ne veux plus être la bonne poire
Je ne veux plus gâcher ma vie avec des histoires
Qui finissent toujours en larmes ou en cauchemars
Je ne veux plus broyer du noir

Je n'ai plus d'estime pour moi
Je n'ai plus d'estime pour toi
Tant pis pour ça
Tant pis pour ça
Je continue mon chemin
Tu es déjà très, très loin
Très loin derrière moi
Très loin derrière moi
Oui, c'était une belle histoire
Pour finalement taire mon regard foudroyé, sans me retourner
Je pars comme je suis venu, encore plus déçu

Et le pire dans tout ça c'est que je reste un inconnu pour toi
Par pitié, arrêtez de me planter des couteaux dans le dos
Ou mon corps va finir par devenir un filet de cicatrices qui ne retiendra en moi, que les mauvais côtés de toi
Désormais, je n'en peux plus
Je veux partir très, très loin
Je pleure et je renifle
C'est la larme de trop qui fait déborder mes yeux et m'a rendu malheureux
Mais où va le monde ?
Où va le monde ?

Mais où va le monde ?
Pourquoi chaque fois que je veux bien faire, les choses virent toujours de travers
Pourquoi les gens se mentent ?
Pourquoi les gens se trompent ?
Est-ce que toi aussi, des fois, tu te demandes pourquoi la vie est si compliquée
Surtout quand deux personnes s'aiment et qu'ils semblent être bien ensemble, ça paraît si facile
Alors, comment ça se fait qu'à chaque fois, ça finit en pleurs
Je n'en peux plus des histoires futiles
Je n'en peux plus de tout ces bourreaux
Et de toutes ces victimes
L'homme se contredit à longueur de journée
Il ne sait pas ce qu'il veut et c'est pour ça qu'on se fait du mal
Est-ce bien normal ?
Il y a des questions ou je sais que je ne trouverai jamais la réponse
Il y a des choses auxquelles on ne peut rien faire
Il faut sans doute s'en moquer et passer à travers

Mais moi
Je ne serai plus la bonne poire
Je ne veux plus gâcher ma vie avec des histoires
Qui finissent toujours en drames ou en cauchemars
Je ne veux plus broyer du noir

—  La femme - où va le monde

Même si je veux me faire tout petit et juste bosser , le réalité me ratrape toujours : je suis qu'une minable pas capable de rigoler pour des conneries. Une minable face au populaire , face à la majorité des lycéens.

J'aimerais bien faire pleins de choses, j'ai beaucoup d'ambitions, mais ce qui me stoppe de les faire c'est moi. Je me décourage même avant d'essayer, et au final je n'ai plus aucune motivation, donc je ne fais rien. Je m'en veux d'être comme ça.