je me consume

Vraiment je n'ai aucune liberté dès que les êtres m'attirent, aucune patience et je me consume dans l'attente, rêvant de miraculeuses concordances, de réalisations si rapides qu'elles ne seraient guère possibles, et quand l'aventure tombe enfin […] je suis lasse déjà, l'ayant vécue en rêve mieux qu'elle ne sera jamais.
—  Mireille Havet, Journal, 1er novembre 1918

Te respirer…

Paul Valéry ( 30 octobre 1871 – 20 juillet 1945 ), immense poète français du 20ème siècle, connut la gloire avec son chef d’œuvre « La jeune Parque » en 1917. Membre de l’Académie française en 1925, titulaire de la première chaire de poétique au Collège de France, créée en son honneur, le poète est également un éminent penseur et, tradition poétique oblige, un épistolier bouleversant. Voici l’une des magnifiques lettres qu’il adressa à Jean Voilier, sa dernière muse, témoignage d’une obsession amoureuse folle.

Chérie, trop chérie

Je deviens fou de penser à toi. Je dis « fou » car cette obsession se fait anormale.

Ce matin, j’en étais malade ; je te voyais et te touchais. Et cet état était autre que sexuel. Un besoin criant de tes mains, de tes bras, de te tenir, d’être tenu par toi, de te respirer, respirer avec toi.

Cela tient à ma faiblesse nerveuse, sans doute. Il doit sembler à mon être profond qu’un abîme de tendresse nommé TOI l’apaiserait, le reconduirait par la modulation la plus douce de la beauté vers sa paix et sa limpidité d’esprit….

Pardonne-moi cette sotte effusion… Pardonne-moi aussi de souffrir quand je te sens toute distraite par ton nouveau joujou, tes plans, tes aménagements, sans compter tous les plaisirs de la saison de Paris. Je meuble, moi aussi. Mais, hélas, je meuble cette solitude de ces vaines idées qui se développent dans la fatigue. J’ai comme peur de rentrer, et cependant je me consume ici… devant ton image.

Je changerai lundi de séjour. J’irai à Marseille et à Cassis, pour peu de jours. Te donnerai mon adresse.

Tes lettres sont gentilles, mon cœur, mais si rapides…

Je sais que tu as beaucoup à faire, mais songe, toi, à la sensation de se sentir avec tant d’amour, comme dissous en toi dans cette quantité d’occupations…

Comprends qu’il y a un cœur très gros qui fait écrire tout ceci, que je l’écris malgré moi, que je me reproche de l’écrire mais je ne puis…

Mais comment te faire comprendre ce que je ne comprends pas moi-même ?…

Et puis… Il ne s’agit pas de comprendre…

«-Tu fumes depuis combien de temps?
-Je sais pas. Une éternité peut être.
-Une éternité ?
-Ouais Parce que je me consume de l'intérieur alors on peut peut être me considérer comme une clope
-Alors laisse moi te caresser du bout de mes levres»