jae sun you

3

“Mozart’s Rondo in A-minor for piano. I start my day playing this piece. It tells me the day’s story each day, rain or shine, happy or sad. It says this is life and that’s Mozart’s secret. It whispers quietly but it’s not resigned. It tells me to observe quietly, to look deeply, and to love.”
~Lee Sun-jae, Secret Love Affair

youtube

Song: 너에겐 져버릴 거야 (I’ll Lose to You)

Artist: Roy Kim & Kim Sun Jae

Release date: 170629

Album: Story About: Some, One Month Episode 5

Record label: CJ E&M Music & MMO Entertainment

Just binge-watched Secret Love Affair over the weekend and gosh, what a beautiful ending that was.

“Mozart’s Rondo in A-minor for piano. I start my day playing this piece. It tells me the day’s story each day, rain or shine, happy or sad. It says this is life and that’s Mozart’s secret. It whispers quietly but it’s not resigned. It tells me to observe quietly, to look deeply, and to love. And they say that you don’t play this Rondo. You touch it. There are 2,770 notes and around 500 double chords. I will touch you like that each day. Always. My super sexy sweetheart!

I’ll be home soon.”

And one day, she will be, too. ❤️

Originally posted by ihyuni

10

Voilà un personnage. Il s’appelle Jae-Sun You et il est coréen, il a une boutique à Séoul. On pourrait le définir comme dessinateur, et créateur de poupées. Mais ce serait un peu réducteur. Il est aussi collectionneur, passionné par les vieux jouets, il vit quasiment dans sa boutique (sauf quand il rentre chez lui retrouver son chat et pour dormir), passe son temps à trafiquer ses objets, à les ranger, à les classer. Bref, quand vous entrez dans sa boutique, vous entrez dans son univers, particulier. Il dit que certains ressortent immédiatement, oppressés par les lieux. D’autres au contraire s’attardent, et devant un objet voient leur enfance refaire surface et discutent longuement avec lui. Oui, Uncle Cat est un personnage. Peut-être un rien solitaire, un peu bloqué dans l’enfance, peut-être franchement zinzin avec tous ces dessins de chats qu’il fait tout le temps ; n’empêche. Son monde est attachant, et je le comprends avec ses obsessions venues du passé. Il est touchant, parce que solitaire et complètement dévolu à des choses qui ne se partagent pas si facilement. J’admire les gens qui font ce qu’ils aiment même s’ils risquent l’incompréhension, voire pire. L’air de rien, dans sa boutique, c’est lui-même qu’il offre ainsi au chaland.
https://www.etsy.com/people/jaesun

Article rédigé après avoir lu l’interview de Frankie Magazine n°58 (mars/avril 2014). Photos 1,3,10 piquées au magazine. Elle sont de Suk Khun Ho. Les autres ont été trouvées sur le web.