j. renns

Google.

Mes souvenirs se tiennent à des fils entortillés de téléphone.

Et j’en tiens un. Pas des moindres.

J’ai tapé sur google map : Rennes Gare.

J’ai suivi le trajet à pied, vu d’en haut. Comme une mouette j’ai failli chier sur moi 20 ans plus tôt.

J’ai retrouvé la cabine téléphonique. Elle existe encore.

En 2014, elle est toujours là.

Elle vit dans un espace–temps ou moi seule et google map la voyons.

C’était une cabine bien éduquée à l’époque. Un charmant petit coin de moi, au bout de ma rue. Près de ma chambre d’étudiante, éloignée de mon autre chez moi. Deux mètres cubes vitrés de petit ami au bout du fil.

En 1995 sans portable.

En 1995 à Rennes, j’avais troqué mes robes contre de lourds jeans qui supportaient mieux le vent.

Je suis entrée dans un bar acheter des galettes de blé noir.

J’ai humé le crachin. Et les galettes.

Je suis sortie, c’était le soir, en faisant attention à ne pas écraser de goudron. En marchant légère. En marchant dans le noir.

Et puis voilà j’y étais.

Ce soir-là je téléphonais.

Je parlais d’elle longtemps.

Mon amie qui me manquait.

C’est ce que je faisais ce soir-là.

Accroupie dans ma cabine en verre.

A 200 bornes elle criait.

Et mourrait.

Sous ses coups.

J’ai craché mes embruns. En suspens entre deux vies.

Google map a gardé ce moment, cet endroit 20 ans après. Rien que pour moi.

J’ai tiré sur un fil du net et me suis retrouvée entortillée au bout de ce fil de téléphone.

7

I estimate Shoutarou’s odds of getting Philip into a tux for their own wedding to be 1:10, though they increase significantly if he can get him interested in the symbolic use of formal wear in ceremonies and other cultural functions blah blah blah good luck Shou.