ivring

Masterlist

After Show (smut)

Reunited (smut)

Raindrops

Are we leaving this garden of eden? (smut)

Here

Intense (smut)

Never date a singer!

Diamonds and pearls (smut)

Bad Reputation Part I

Bad Reputation Part II

Bad Reputation Part III (smut)

Love yourself

Despacito Part I

Despacito Part II

Innocence (smut)

Part of me

You know I’m always going back to this place


Red Lips series (co-written by M @thesmutofthemendes)

Red Lips Part I 

Red Lips Part II

Red Lips Part III (smut)

Red Lips Part IV

Red Lips Part V (smut)


Shawn and Geoff’s little sister

Heat (smut)

Heathens

Hide


Shawn and Jo

Tipsy

Clumsy (smut)

Baby Part I

Baby Part II

Lost

Kid in love

Lettre d’amour à vos défauts

J’en ai marre. Marre de voir tous ces corps parfaits, fins et élancés, lisses et uniformes, droits et ciselés, sans poils, sans nuances, sans relief.

Donnez-moi du vrai, de l’authentique, du naturel, du différent. Je veux des corps imparfaits, des corps libres, des corps sans gêne et sans honte, des corps doux et des corps rêches. Des grands dadais et des minus, échines courbées, voûtes glissantes, plats artistiques.

Donnez-moi des cheveux fous, mous, éparses et clairsemés, des crinières outrageusement léonniennes, des crânes chauves, petits cailloux au soleil, des couleurs à faire pâlir un arc-en-ciel. Des nez cassés, des trompettes, des péninsules, des pifs épatés et épatants. Des sourcils broussailleux, disparus, irréguliers, des poils libres faisant le pont entre vos yeux, ou des fresques sous vos arcades. Des yeux mornes, borgnes, aveugles, rouges, ivres d’indépendance, des binocles en loupe, des culs de bouteille, des longues-vues pour lorgner l’avenir. Des lèvres fines comme la dentelle, pulpeuses guimauves, des sourires de traviole, des fossettes gourmandes, des moustaches coquines. Des dents du bonheur, des chicots d’autres couleurs, des incisives de cheval, des canines à bouffer le monde, un zozotement, un bégaiement, pour faire durer le plaisir. Des taches de rousseur à consteller nos vies, des barbes irrégulières pour contrer l’ennui, des cernes à bercer le monde, des doubles mentons en tours de cou. Des oreilles décollées pour s’envoler, assez grandes pour ne jamais atterrir, des lobes sans envergue ou des garages à boucles.

Donnez-moi des seins mous, fermes, poitrines gonflées ou délicates, tombantes glycines ou petits hérissons curieux, duveteux entre-deux.

Donnez-moi des chaires épaisses, des peaux grêlées, des épidermes cabossés. Je veux des jeux de piste entre vos cicatrices, vos vergetures de tigresse, vos grains de beauté, votre acné, vos points noirs et votre sébum, lire votre histoire, déchiffrer vos ans, apprendre à vous connaître sous mes doigts. Donnez-moi des couleurs improbables, des bleus, des bosses, de la cellulite, des océans de souplesse, des montagnes osseuses, des fossés de rides, des plaines lisses de tendresse et des forêts poilues de désir.

Donnez-moi des petits bedons, des bras en soupe, des aisselles peuplées sans complexe, des coudes secs, des mains de travailleur, de fées, uniques, des doigts jouant en infériorité numérique, boudinés, fins comme des spaghettis. Laissez-moi voir des poignées d’amour, des culs à bâtir le monde, des fesses raplapla, des fions tout ronds. Des cuisses charnues, jumelles, des genoux cagneux, des mollets rebondis, des chevilles frêles ou de solides antes vives, des pieds plats canard, courts mignons ou longs d’envie. Des orteils saucisses, courbés, recroquevillés, ongles incarnés, clairsemés de poils, berceaux de corne, clopin-clopant, jambes empêchées, béquilles et fauteuils filants, le courage résilience.

Des cons débordants, des lèvres rouges, des abricots jeunes, mûrs, vifs, secrets. Des pubis velus, femme, sauvages. Des triques tordues, à géométrie variable, timides ou fières.

Donnez-moi des corps imparfaits. Ils me sont parfaitement désirables.

pilferingapples a réagi à votre billet “pilferingapples: @spacestationtrustfund replied to your post: …”

omg please write this

But what if, instead of just one, they were like ALL OF THEM AT ONCE, like

Enjolras refuses to fight on the barricades because the National Guard captured Prouvaire, so Grantaire steals the infamous xylophone vest and pretends to be him until he’s killed when he tries to climb a wall and fails (interestingly enough, Apollo features heavily in this situation), prompting Enjolras to come out from the Corinthe to fight until he’s shot in the foot by a National Guardsman

Grantaire and Enjolras inexplicably go on holiday to Egypt and Enjolras drowns

Grantaire gets TB but, while on the road to recovery, decides to celebrate his impending good health by hosting a feast where he eats an entire chicken and drinks a lot of wine (…he would probably do this okay), which causes him to die, and Enjolras is heartbroken and dies soon after

Enjolras is killed and Grantaire, who is inexplicably immortal (I blame Bahorel), decides to give Enjolras half of his immortality so that they can stay together forever

Grantaire gets the bright idea to sneak into the National Guards’ headquarters and steal their supplies, and somehow convinces Enjolras to come along with him; Enjolras gets caught and is killed and Grantaire, instead of running away and saving himself, allows himself to be caputured and executed as well

Things are going FINE until Enjolras decides that Grantaire should marry Enjolras’ sister

I’M DRUNK AS A SKUNK in French

être beurré - to be drunk/pissed

être bourré - to be drunk/pissed

être cuite - to be cooked (this sometimes means drunk where I come from)/very dunk

être ivre - to be drunk

être pété - to be plastered

être plein (comme une barrique) - to be drunk (AS A SKUNK)

être soûle (saoul) - to be drunk/pissed

être rond - to be smashed

être torché - to be plastered

être ivre mort - to be blind drunk

THE ART OF GETTING SMASHED

prendre une cuite - to get sloshed/hammered

s’enivrer - to get drunk

se biturer - (argot) to get hammered

Se mettre une race - to get hammered

se bourrer la gueule - to get plastered

se pinter - to get hammered

se pocharder - to get wasted

se prendre une cuite - to get very drunk

se soûler - to get pissed

J'veux que tu penses à moi quand t'es ivre, quand tu dors, quand tu baises. J'veux que tu penses à moi toute ta vie, dans n'importe quels bras, dans n'importe quelles villes.
—  Fumemoi
Aya-Fay’s Masterlist

GOTHAM

Victor Zsasz

  1. I knew you were trouble (Part I & Part II & Part III)
  2. It’s no good
  3. A Thousand Years
  4. Nothing left to say
  5. Talking bodies
  6. Happy birthday, my love
  7. The one that got away
  8. Torn between desires (Victor/OC/Jim)
  9. Danger
  10. Dangerous woman
  11. My demons
  12. The lost heart (Part IPart II & Part III)
  13. The Alarm
  14. No Angel (Part I)
  15. “I really wish I could hate you”
  16. “I don’t know whether to kiss you or punch you.”
  17. “I’ve seen the way you look at me when you think I don’t notice.”
  18. “I’m very busy right now and you’re distracting me.”
  19. “No, wait! This is my favourite song!”
  20. “Do you know how hard it is not to kiss you right now?”
  21. “Don’t be scared, I’m right here.” & “Take me home.” 
  22. “Just close your eyes and breathe.” & “Now there’s no way back from the things you’ve done.” 
  23. “I can hear your heart racing from here.” & “I’d probably still adore you with your hands around my neck.” & “Are you mine?” 
  24. “Before you I had nothing to hold on to.” & “You’re so mean when you talk about yourself.” & “You’re filled with so much hatred.” 
  25. LaRouche (Part two on its way..)
  26. “This is not a game. You are falling to the point of no return.”
  27. “You can make all the excuses all you want, but you really fucked up this time.” 
  28. Sudden Interest 
  29. Broken Record
  30. Holding me back

Drabble series “Glowing”.

  1. “This is not a game. You are falling to the point of no return.”
  2. “You can make all the excuses all you want, but you really fucked up this time.” 
  3. “I no longer want to hide us.” & “I just wanna be yours.” & “Are you mine?”

Oswald Cobblepot

  1. There’s always price to pay
  2. She is my Lady
  3. Lies won’t make you any good
  4. “I thought you were dead.” 
  5. Just close your eyes and breathe.” & “Now there’s no way back from the things you’ve done.” 
  6. “This is not a game. You are falling to the point of no return.”

Edward Nygma

  1. Love’s heat
  2. “That’s the stupidest idea you’ve ever had. Of course I’m in.” 
  3. Good call

Alfred Pennyworth

  1. Should we thank them?

Harvey Bullock

  1.  Exit wounds
  2. “Wait a minute, are you being nice to me? But it isn’t my birthday.”


Victor Fries

  1. Stages of Grief

Other stories

  1. Shattered
  2. “Do you need water? A snack? Maybe a hot bath…?”  (Jerome Valeska)
  3. “You’ll drink yourself to death!” (Sid)

FANTASTIC BEASTS AND WHERE TO FIND THEM

Newt Scamander

  1. #1
  2. #2
  3. #3
  4. Lost on you
  5. Lost and found (Part II of Lost on you)
  6. Another Chance
  7. Couldn’t stop caring
  8. In the shadows
  9. Te Rog (Percival Graves x reader x Newt Scamander) Part I & II & III & IV
  10. Red as Fire
  11. Break the Silence. 
  12. “Maybe I’m too busy being yours to fall for somebody new.” 
  13. “So… I did something that might have been a terrible idea…” & “Yeah. Okay. I screwed up. Now what do I do about it?” 
  14. You’re so mean when you talk about yourself.

Drabble series “Life’s puzzle pieces”.

  1. Life’s puzzle pieces
  2. The News
  3. Rescue us
  4. Revelation
  5. New Turn

Credence Barebone

  1. #1
  2. #2
  3. “No, I didn’t fall in love with you just to lose you.” & “Hey, I’m with you, okay? Always.” 
  4. You’ve been granted three wishes

Percival Graves

  1. My true disaster
  2. Gentleman
  3. Too late
  4. Te Rog (Percival Graves x reader x Newt Scamander) Part I & II & III & IV 
  5. Blank Space
  6. “Can you stand the person you’ve become?” 
  7. “Don’t be scared, I’m right here.” “How can you say that someone is really bad when they do everything with a good heart?” 
  8. “Don’t try to pin this all on me. WE did this. You were involved.”

THE 100

John Murphy

  1. Good to go
  2. Good to go. Team up
  3. “Don’t be scared, I’m right here.”

Bellamy Blake

  1. “How am I gonna be an optimist about this?

CAPTAIN AMERICA

Bucky Barnes

  1. Devil’s Side



OTHER STUFF

G-Eazy

  1. “Just close your eyes and breathe.” & “You’re so mean when you talk about yourself.”
- C'était toujours la même chose. Elle venait chez moi après avoir bataillé pendant 2h pour que je vienne la chercher en voiture parce qu'elle voulait pas prendre le métro. Elle était super chiante, t'sais. Pas la fille chiante que tu connais, elle, c'était autre chose, une édition limitée presque. Alors elle m'attendait à ce foutu arrêt de bus pour que je passe la récupérer avec la voiture de mon père. Elle souriait jamais, elle foutait son sac sur la banquette arrière, s'asseyait et allumer sa clope. Comme si elle avait pas eu le temps de fumer en m'attendant, parce que ouais, j'étais le connard qui la faisait attendre un quart d'heure avant de me pointer. Assez longtemps pour la foutre en rogne mais pas assez pour qu'elle décide de se casser pour avoir trop attendu. Mais elle savait que j'aimais pas qu'elle fume dans ma bagnole, putain. Après, elle parlait pas. Moi je parlais de tout et de rien, je sais même pas si elle m'écoutait, si elle m'entendait, mais je parlais quand même pour combler le silence qui pesait. Après, on arrivait chez moi et elle descendait toujours avant que je finisse de garer ma voiture, juste pour me faire chier, encore. Parce que tu vois, elle était chiante, et ça m'énervait parce que c'était le genre de truc qui était censé me faire vriller, pourtant chez elle, aussi abusé que ce soit, je trouvais ça mignon. Je souriais comme un con et finissais de garer la voiture. Elle, elle piquait mes clés d'appart pour ouvrir la porte avant que j'arrive et elle m'attendait devant l'ascenseur. Quand je la rejoignais, elle me refilait les clés d'une façon nonchalante et se blottissait dans mes bras le temps qu'on arrive au cinquième. Elle attrapait ma main et on rentrait ensemble sans un mot. Elle déposait ses affaires au pied de ma bibliothèque pour ensuite ouvrir la fenêtre et allumer sa clope. Elle fumait trop, cette gosse. Ses doigts tremblaient tellement que t'avais l'impression qu'elle avait du mal à se raccrocher à la vie, que c'était un espèce de combat qui lui prenait toute son énergie. J'attendais toujours qu'elle finisse et qu'elle se couche sur le lit. Comme à son habitude, elle enlevait son soutif et son jean pour pouvoir trainer avec le débardeur qu'elle m'avait piqué y'a 3 mois. Elle plantait ses yeux bleus dans les miens, j'te jure, c'était à la fois le meilleur et le pire moment que je vivais avec elle. D'un côté, j'pouvais comprendre la tendresse qui émanait de son regard, percevoir cette partie d'elle qu'elle ne voulait jamais dévoiler, découvrir ses sentiments, ceux qu'elle cachera toujours. Je la voyais presque à nue, timide, coeur à vif et regard sincère. De l'autre, elle me faisait flipper comme un dingue, avec son foutu regard de merde. J'te jure mec, malgré tout ce que je pouvais lire en elle, elle semblait vide. Elle semblait tellement paumée et déchirée qu'elle était devenue complètement vide. T'avais l'impression qu'elle avait fermé son coeur et son esprit pour se barricader derrière un masque, afin que les gens la laissent tranquille. Moi, j'avais pas envie de la laisser tranquille. Alors je la serrais fort contre mon cou, et elle parlait. J'étais trop heureux qu'elle se confie à moi. Puis elle finissait par s'endormir contre mon torse et je réalisais que j'étais vraiment un connard et qu'elle me le faisait toujours payer. Je ne la connaissais pas. Elle passait 4h à blablater sur tout, me faisant croise que j'apprenais de plus en plus à la connaitre, me laissant penser que j'avais le droit de rentrer dans sa vie ; pour qu'ensuite je me rende compte qu'elle ne me disait rien vraiment. Rien de personnel, je connaissais rien. Et je crois pas que ce soit une autre de ses stratégie pour être chiante, c'était plutôt une façon de me faire comprendre que je n'arriverais jamais à me foutre de sa gueule parce qu'elle serait toujours plus maligne. Alors j'disais rien, je la laissais dormir et je caressais ses cheveux. Parfait, elle trouvait ma main et la serrait fort pendant son sommeil. Parfois elle bafouillait qu'elle était désolée. Je me réveillais toujours après elle puis qu'elle avait déjà foutu le camp à chaque fois que j'ouvrais les yeux. Il y a eu des matins où j'avais droit à un petit mot pour me prévenir qu'elle avait pris un de mes pulls. D'autre où j'ai du me contenter du souvenir de son odeur et de son sourire. Quel merdier, putain. Avec elle, j'étais en perpétuelle incertitude. Je ne savais jamais à quelle heure elle avait filé, ni où elle s'était barrée et encore moins quand est-ce que j'allais la revoir, ou même si j'allais la revoir un jour. Elle était bancale, mais surtout, elle était complètement perdue cette fille. Tellement perdue que j'avais pas la capacité de l'aider.
- Et ensuite ?
- Ensuite ? Elle disparaissait, toujours plusieurs jours, jamais plusieurs heures. J'avais plus de nouvelle, rien, c'était pas comme si elle était morte, c'était plutôt comme si elle n'avait jamais existé. Je pouvais l'appeler, j'tombais sur sa foutue messagerie. C'était même pas la peine de la chercher sur les réseaux sociaux où de me pointer devant sa porte, elle était complètement disparue. Je lui disais jamais qu'elle me manquait. Au bout de quelques jours, j'envisageais toujours le fait qu'elle ne reviendrait sûrement pas, que fallait p’t'être que je me résigne à l'oublier. Sauf que cette fille, elle était compliquée t'sais. Elle s'accrochait à moi comme une noyée qui s'accroche à une branche et prenait le large sans raison trois heures plus tard. J'ai jamais compris pourquoi, personne peut la comprendre. Elle était là, et puis… plus là. Fallait que je vive avec, enfin, plutôt sans du coup. Mais tu m'connais, j'suis un connard alors je la cherchais même plus. Elle finissait toujours par réapparaitre. Toujours. J'sais pas comment elle se démerdait, mais elle était là. Ce foutu club, cette foutue musique, ces foutus mecs qui posaient leur regard de pervers sur son mini-short. Et elle, avec sa vieille paire de baskets qu'elle pouvait enfiler même avec la robe la plus classe qui existait dans son armoire. Elle était plantée là au milieu de la piste, au milieu des gens, au milieu du monde, ivre et défoncée à je sais pas quoi, son verre à la main. C'était drôle, elle prenait toujours une paille. Elle dansait comme une dingue, comme s'il n'existait qu'elle et la musique. Elle ressemblait à une gosse dépravée complètement shootée, perdue au milieu d'une foule, ne sachant pas quoi faire de sa vie. Et puis elle levait les yeux, et d'un coup de main rapide, elle remettait vite fait ses cheveux avant de finir son verre cul sec. Elle repartait toujours en chercher un autre. Elle savait que j'étais là, comme moi, à certains moments, je savais que j'allais la croiser. Après ça, elle balayait la foule du regard pour croiser le mien et levait son verre en ma direction. Elle semblait toujours étonnée, jamais embarrassée. J'restais à chaque fois planté comme un con en haut des escaliers à la regarder se trémousser comme une gamine devant tout ces mecs qui la mataient. Ça me rendait fou. Venait toujours le moment où j'allais fumer ma clope et où je la voyais en train de rouler ses joints ou de se remplir le nez de connerie, son verre de vodka posé pas loin. Sauf que, putain, là, c'était la fin de son monde. Parce qu'elle a cramé que j'étais pas tout seul. T'sais, moi, j'attends jamais bien longtemps avant de perdre espoir de la revoir, alors j'faisais ma vie, et quand je sortais j'trouvais toujours une fille tu vois. Comme d'hab. Généralement, ce qu'elle faisait, c'était qu'elle regardait la meuf qui tenait ma main et baissait les yeux sans avoir pris la peine de me regarder, moi. Quelle merde. J'finissais toujours par laisser tomber cette fille et je fumais clope sur clope. Elle me rendait dingue, je jouais au connard et elle s'en foutait. Elle me le faisait payer avec succès, putain. Moi, je la surveillais de loin avec cette envie de gerber dès qu'un mec s'approchait trop d'elle où souriait quand elle sortait son briquet de son soutif. J'me bousillais la soirée pour sa gueule, et tout ça pour quoi ? Pour la voir partir, et sous mon nez en plus! T'y crois ? Quelle chiante. Le lendemain, elle rappelait, elle disait juste salut c'est moi faut qu'on se voit. Elle m'imposait une heure, et on bataillait plusieurs minutes parce qu'elle voulait que je vienne la chercher avec la voiture de mon daron. Et ça repartait, encore, même scénario, encore et toujours. 
- T'es amoureux ?
- Ferme là. Elle est partie. Genre, vraiment, elle reviendra plus. Un matin, je me suis réveillé et je m'attendais à trouver la place à côté de moi vide. Sauf que je l'ai vue, elle était toujours là. Elle me fixait avec son regard de mioche, elle a chialé comme une mioche, baissé les yeux comme une mioche et elle a parlé d'une voix tremblante pour me dire j'suis désolée, n'essaye pas comprendre quelqu'un qui ne se comprend pas soi-même. Je lui ai demandé de quoi elle parlait t'sais, elle a répondu c'est moi, c'est ma vie, ma douleur, je suis perdue, je dois me trouver. Alors elle a planqué sa tête sous l'oreiller et ses mains ont attrapé la couette. Elle a chialé encore. Je l'ai serré fort contre moi, j'avais même pas idée que c'était la dernière fois que ça arrivait. Si j'avais su. Elle s'est rhabillée, elle a fermé la porte derrière elle et je l'ai plus jamais revue. J'avais pas fait gaffe, mais mes pulls étaient posés au bout du lit, son odeur régnait encore en maitre dans tout l'appart pourtant elle s'était cassé pour jamais revenir. J'aurais voulu ne jamais la rencontrer autant que j'aurais voulu pouvoir la sauver de ses maux, de sa vie de merde et de ses foutus problèmes. J'aurais préféré qu'elle ne revienne jamais bien qu'elle m'ait manquée à chaque fois qu'elle sortait de ma vie. J'aurais aimé vivre sans elle autant que j'aurais voulu passer le reste de mes jours à la regarder dormir.
—  jemetais