ivan farkas

Ivan Farkas - L'Affaire Langlois, manifestation en faveur de la cinémathèque, Paris, 1968.

L'Affaire Langlois n'est pas l'incident le plus connu des évènements de 68, il n'en demeure pas moins que l'éviction du directeur de la Cinémathèque Française est l'un des faits ayant mis le feu au poudre aux révoltes estudiantines.

Tout commence le 9 février 1968. Ce jour-là, le conseil d'administration de la Cinémathèque Française élit Pierre Bardin aux commandes de l'Institut en remplacement d'Henri Langlois, figure emblématique de la mémoire cinématographique. Cette décision, largement soupçonnée d'être manœoeuvrée en coulisses par l'Etat et André Malraux, enflamme le milieu cinématographique puisque la Cinémathèque a toujours été une association indépendante de l'Etat. Truffaut, Godard, Renoir…, on ne compte plus les grands noms du 7ème art qui apportent leur soutien à Langlois. S'ensuit plusieurs manifestations dans Paris dont, notamment, celle du 14 février, près du Palais de Chaillot, brutalement réprimée par la police. Le 21 mars, Pierre Mendès France et François Mitterrand viennent apporter leur soutien à Langlois. Face aux coups de pression, Malraux commence seulement à réaliser le bourbier que représente l'éviction de Langlois et finit par plier le 22 avril en le réintégrant à ses fonctions.

Cette affaire est largement symbolique car elle marque la première défaite Gaulliste et aboutira à l'interruption du Festival de Cannes cette année-là. Dans une autre mesure, on peut y voir aussi la répétition générale des grèves qui secouèrent la France durant ce fameux mois de mai.