inspiration-du-jour

Il y avait lui, il y a toi, il y aura le monde.

Alors tu vois, y a ce gars. Il est bien, il est propre, il se lave les dents et change de sous-vêtements tous les jours. Il a l'air bien. Il a ce petit regard pétillant et ce sourire en coin, qui plisse ses fossettes, qui te fait craquer. Tu le regardes, il te regarde. Il y a des échanges, des coups d’œil à la dérobée, au détour d'une porte entrouverte. Il y a vos yeux qui se cherchent depuis un bout de couloir, au milieu d'une foule. T'as le cœur qui s'emballe un peu, la chaleur qui te monte aux joues et le rouge qui te mord les pommettes quand tu le vois. Quand il te regarde comme ça. Vous êtes jeunes, vous jouez à ce jeu de tu me fuis je te suis. Vous êtes beau et il a l'air bien, vraiment.

Vous échangez des mots. D'abord un, puis un autre, et encore un. Jusqu'à les assembler pour former une conversation, jusqu'à tisser un lien qui va au-delà du simple regard. Il raconte une blague pas drôle. Tu ris quand même, parce que c'était nul, parce qu'il sourit en te regardant comme ça et avec ce sourire en coin. Tu ris encore plus. C'est le début de quelque chose que t'espère grand et beau. Il te dit des choses, belles. Ça te remue de l'intérieur et tu sens ton cœur qui palpite au rythme de sa mélodie. Vous échangez des caresses. Il y a vos doigts qui traînent un peu sur le poignet de l'autre, tes mains qui effleurent ses épaules et les siennes qui remettent ta mèche de cheveux derrière l'oreille. Il y a des souffles qui se rapprochent, des cœurs qui s'accélèrent, des yeux qui brillent.

Vous échangez un baiser. D'abord juste un. Puis un autre vient, et encore un et des dizaines, des centaines. Il t'appelle par des mots tendres, dit que t'es la seule, met des étoiles dans tes yeux et de l'amour dans ton cœur. Il met du bonheur dans ta vie et tu voudrais que ça dure encore et encore, jusqu'à la fin du monde, la fin des temps.

Et puis quelque chose change. Tu le vois, tu le sens. C'est plus comme avant, plus comme au premier jour. Il te dit toujours de belles choses, mais ça sonne faux, ça sonne fatigué. Il s'éloigne. T'essaies de le rattraper, de le retenir. Mais ça sert à rien. Tu as peur et t'as les yeux qui piquent. Finalement, il s'en va. Il dit que c'était sympa, mais voilà, c'est fini. Il dit à plus et ses paroles n'ont plus rien de doux. Il te semble fade désormais. Et tu comprends que tout ce qu'il t'avait promis, c'était du vent. Tu pleures, un peu, beaucoup. Il y a des soirées toute seule devant des dessins animés, il y a des cadavres de tablettes de chocolat qui côtoient des bouteilles de vodka vides. Il y a des mouchoirs un peu partout. Tu le vois avec une autre fille un jour. Tu pleures, encore et encore. Ça dévale tes joues et creuse des sillons humides sur ton épiderme. T'arrives pas à l'oublier. Ça prendra un peu de temps, c'est sûr. Parce que t'y as cru. Comme à chaque fois. Tu t'es dit c'est le bon, alors que non. C'était pas lui. Un jour tu trouveras la personne, la vraie. Celle qui te faut vraiment. Alors tu sèches tes larmes, tu recommences à sourire et ça va mieux déjà.

Alors tu vois, y avait ce gars. Il avait l'air bien, finalement pas tant que ça. Mais c'est pas grave. C'est pas grave, parce qu'il y aura d'autres gars, d'autres filles, d'autres horizons. Il y aura d'autres amours, des biens, des moins biens, des qui dure longtemps, d'autres éphémères. Y aura d'autres regards à la dérobée, d'autres sourires en coin, d'autres étincelles dans le cœur. Il y aura tout ce que tu mérites d'avoir.

Il y avait ce gars, mais demain il y aura le monde.

A Tight Spot (1/1)

Celebrity!Killian AU:  It’s not that Emma Swan never dreamed about a late night rendezvous with her favorite movie star, Killian Jones. It’s just that this was NOT the way she imagined it happening…

A quick and ridiculous one-shot in honor of the birth of my beta and friend @captainswannl29​.

Word Count: ~3600; Read on AO3


Those three little words were the most beautiful thing she’d ever heard: All. Expenses. Paid.

Emma wanted to roll around in those words. Swim in them, just like she was practically swimming in her gigantic bed complete with ridiculously high thread count sheets and a duvet so cloudlike she was convinced it was stuffed with angel feathers. If luxury had a lap, this hotel would be it.

When her boss had ordered her to go to yet another pointless corporate conference, Emma’s knee jerk reaction was blind fury. She was sick and tired of slogging through days at boring seminars and sleeping in cheap motels, just because Regina was always conveniently “far too busy” to attend herself. Emma was almost to the point of threatening to quit her job, but those three little words had mollified her somewhat. Not the skinty per diem she usually got, all expenses paid. Funny how the promise of a company credit card can change your attitude. That, and hearing Regina command her assistant to “book a decent hotel this time.”

Keep reading