inspiration-du-jour

Il y avait lui, il y a toi, il y aura le monde.

Alors tu vois, y a ce gars. Il est bien, il est propre, il se lave les dents et change de sous-vêtements tous les jours. Il a l'air bien. Il a ce petit regard pétillant et ce sourire en coin, qui plisse ses fossettes, qui te fait craquer. Tu le regardes, il te regarde. Il y a des échanges, des coups d’œil à la dérobée, au détour d'une porte entrouverte. Il y a vos yeux qui se cherchent depuis un bout de couloir, au milieu d'une foule. T'as le cœur qui s'emballe un peu, la chaleur qui te monte aux joues et le rouge qui te mord les pommettes quand tu le vois. Quand il te regarde comme ça. Vous êtes jeunes, vous jouez à ce jeu de tu me fuis je te suis. Vous êtes beau et il a l'air bien, vraiment.

Vous échangez des mots. D'abord un, puis un autre, et encore un. Jusqu'à les assembler pour former une conversation, jusqu'à tisser un lien qui va au-delà du simple regard. Il raconte une blague pas drôle. Tu ris quand même, parce que c'était nul, parce qu'il sourit en te regardant comme ça et avec ce sourire en coin. Tu ris encore plus. C'est le début de quelque chose que t'espère grand et beau. Il te dit des choses, belles. Ça te remue de l'intérieur et tu sens ton cœur qui palpite au rythme de sa mélodie. Vous échangez des caresses. Il y a vos doigts qui traînent un peu sur le poignet de l'autre, tes mains qui effleurent ses épaules et les siennes qui remettent ta mèche de cheveux derrière l'oreille. Il y a des souffles qui se rapprochent, des cœurs qui s'accélèrent, des yeux qui brillent.

Vous échangez un baiser. D'abord juste un. Puis un autre vient, et encore un et des dizaines, des centaines. Il t'appelle par des mots tendres, dit que t'es la seule, met des étoiles dans tes yeux et de l'amour dans ton cœur. Il met du bonheur dans ta vie et tu voudrais que ça dure encore et encore, jusqu'à la fin du monde, la fin des temps.

Et puis quelque chose change. Tu le vois, tu le sens. C'est plus comme avant, plus comme au premier jour. Il te dit toujours de belles choses, mais ça sonne faux, ça sonne fatigué. Il s'éloigne. T'essaies de le rattraper, de le retenir. Mais ça sert à rien. Tu as peur et t'as les yeux qui piquent. Finalement, il s'en va. Il dit que c'était sympa, mais voilà, c'est fini. Il dit à plus et ses paroles n'ont plus rien de doux. Il te semble fade désormais. Et tu comprends que tout ce qu'il t'avait promis, c'était du vent. Tu pleures, un peu, beaucoup. Il y a des soirées toute seule devant des dessins animés, il y a des cadavres de tablettes de chocolat qui côtoient des bouteilles de vodka vides. Il y a des mouchoirs un peu partout. Tu le vois avec une autre fille un jour. Tu pleures, encore et encore. Ça dévale tes joues et creuse des sillons humides sur ton épiderme. T'arrives pas à l'oublier. Ça prendra un peu de temps, c'est sûr. Parce que t'y as cru. Comme à chaque fois. Tu t'es dit c'est le bon, alors que non. C'était pas lui. Un jour tu trouveras la personne, la vraie. Celle qui te faut vraiment. Alors tu sèches tes larmes, tu recommences à sourire et ça va mieux déjà.

Alors tu vois, y avait ce gars. Il avait l'air bien, finalement pas tant que ça. Mais c'est pas grave. C'est pas grave, parce qu'il y aura d'autres gars, d'autres filles, d'autres horizons. Il y aura d'autres amours, des biens, des moins biens, des qui dure longtemps, d'autres éphémères. Y aura d'autres regards à la dérobée, d'autres sourires en coin, d'autres étincelles dans le cœur. Il y aura tout ce que tu mérites d'avoir.

Il y avait ce gars, mais demain il y aura le monde.

Poème

Parce que je me sens inspirée en faisant mon lavage,

Parce que je pense encore plus à toi à mon âge.

Depuis toute petite je te suis

Grâce à toi je suis aujourd’hui.

Tu me mènes vers le droit chemin

Toi et moi, main dans la main.

Plus je te suis et plus je me rends compte

Qu’à la fin de l’histoire de chemin je me trompe.

Je nous promets du progrès

Mais je change toujours d’idée.

Pendant ce temps tu es là,

Subissant tous les dégâts.

Même si l’on te coupe tu te tiens sur pied

Mais plus on te coupe, plus tu fais pitié.

Tous ces futurs changements

Tout ce gouvernement qui nous ment.

Mais tu restes forte,

Pendant que d’autres se meurent de honte.

T’en mange un méchant coup.

Surtout reste debout.

_Parce que j’aime bien écrire à l’éducation (et j’aime bien les manifestations aussi)_

vimeo

Owl Time-lapse par Joshua M. Smith

External image

source

Rings of the moment

The style of the moment for the ring is simple but the fashion detail is to wear 2 or 3 rings on the same finger

In the Boucheron new collection Serpent Boheme we can see many simple rings in white, yellow and pink gold with diamonds that you can mix with each other

You can also find this type of rings at &Other Stories for less than 15€ each


Professional Practice: Inspirational Readings

Professional Practice

CHAPTER TWO     Truthtelling (Christians 57)

Christians, Clifford G., Mark Fackler, Kathy Richardson, Peggy Kreshel, Robert H. J. Media Ethics: Cases and Moral Reasoning, 8/e Vitalsource eBook for Full Sail University. Pearson Learning Solutions. VitalBook file.

THE DYNAMICS OF DIFFERENT AND GOOD. (Neumeier 35)
Neumeier, Marty. ZAG: The #1 Strategy of High-Performance Brands. Pearson Learning Solutions. VitalBook file.

Review Entire books:

MTIV: Process, Inspiration and Practice for the New Media Designer

Designing Brand Identity: An Essential Guide for the Whole Branding