inacceptance

alitriesagain asked:

I haven't found any protest against the Return of Kings meeting in my city yet. I'm planning to write to every Gender Advocacy and Feminist group I know to see what's their plan of action. Thank you for getting the word out! This is inacceptable!

YUS. Go girl. Let me know what you find. I really want to do something against it but I don’t know what! 

"Très déçue" par Marisol Touraine, Cécile Duflot dénonce "une cabale assez indigne"

POLITIQUE - Le député écologiste François de Rugy a demandé dimanche 07 février sur Radio J à Cécile Duflot de présenter ses excuses pour son “parallèle scandaleux” entre la réforme de la déchéance de nationalité et la politique du régime de Vichy.

“Ses propos sont incompréhensibles” et “inacceptables”, a de son côté estimé la ministre de la Santé, Marisol Touraine, au Grand Rendez-vous Europe 1-iTELE-Le Monde. “Je pense que ses mots ont dépassé sa pensée”, a ajouté la ministre à propos de son ancienne collègue au gouvernement.

La co-présidente du groupe écologiste avait souligné vendredi à l'Assemblée nationale que le dernier régime à avoir “massivement utilisé” la déchéance de nationalité avait été le régime de Vichy, déclenchant des huées dans les rangs socialistes et des critiques de Manuel Valls. “C'est un parallèle scandaleux”, a aussi réagi de Rugy, fustigeant une “entreprise qui consiste à tuer le débat en disqualifiant ceux qui ne sont pas d'accord”.

“Soit elle (Marisol Touraine) ne les pas écoutés ni lus (ses propos dans l'hémicycle) soit elle participe d'une cabale assez indigne… tout cela est médiocre et détestable”, a rétorqué Cécile Duflot sur Twitter dimanche matin, rappelant avoir dit à la tribune de l'Assemblée qu'il ne “s'agi[ssai]t pas de faire des parallèles hasardeux”.

@DarmonMichael @MarisolTouraine très déçue de te voir Marisol participer à une opération de calomnie organisée… pic.twitter.com/hwxQLIDb1u

— Cécile Duflot (@CecileDuflot) 7 Février 2016

@demontvalon1 soit elle ne les pas écoutés ni lus soit elle participe d'une cabale assez indigne… tout cela est médiocre et détestable.

— Cécile Duflot (@CecileDuflot) 7 Février 2016

Pour le député de Loire-Atlantique, “c'est insultant pour la mémoire des victimes du maréchal Pétain”. “Il ne faut pas oublier que les gens déchus (durant la Seconde guerre mondiale) c'était pour ce qu'ils étaient, non pour ce qu'ils…

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

• Et si la réforme constitutionnelle capotait à cause de la droite?
• Déchéance de nationalité: "Ce qui se prépare n'est pas acceptable”
• Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici
• Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost
Condamnations de toutes parts après le lancement d’une fusée par la Corée du Nord

Nouvelle provocation de la Corée du Nord à l‘égard de la communauté internationale. Pyongyang a procédé la nuit dernière au lancement d’une fusée de longue portée. Un tir qui viole plusieurs résolutions des Nations Unies.

Une présentatrice de la télévision d’Etat a expliqué que ce tir avait permis de placer avec succès un satellite d’observation de la Terre en orbite et que ce lancement avait été ordonné personnellement par le dirigeant Kim Jong-Un.

Les condamnations sont nombreuses, à commencer par celle de son voisin sud-coréen.

“La Corée du Nord a ignoré l’avertissement de la communauté internationale et s’est rendue coupable d’une provocation inacceptable en lançant un missile à longue portée après avoir mené son quatrième test nucléaire”
a déclaré la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye.

Condamnation également du Japon par la voix de son Premier ministre. “Nous ne tolérerons pas le fait que la Corée du Nord continue avec ses lancements malgré les appels répétés à la retenue. Après le test nucléaire en janvier, ce missile constitue une violation flagrante des résolutions du Conseil de Sécurité. Nous allons faire le mieux que nous pouvons pour protéger la sécurité de nos peuples” a déclaré Shinzo Abe.

La Chine exprime pour sa par ses “regrets”.

La #Chine “regrette” le tir de fusée nord-coréen #Corée https://t.co/HByg9eND0n— L’Orient-Le Jour (@LOrientLeJour) February 7, 2016

Corée du Nord : tir d’une fusée à longue portée, malgré les risques de sanctions https://t.co/4vPbeIQN2N pic.twitter.com/tGxhl37Nkz— Le Parisien (@le_Parisien) February 7, 2016

Pyongyang soutient que son programme spatial a une visée scientifique mais la plupart des pays estiment qu’il s’agit d’une couverture pour des essais balistiques. Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU est prévue aujourd’hui.

Déchéance : un fiasco cinq fois acté

Depuis le 16 novembre et l’annonce de l’inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité, François Hollande se retrouve pris à son propre piège.

«Il vaut mieux qu’on arrête là !» Tel fut, ce mercredi, le cri du cœur de Gérard Larcher, président (Les Républicains) du Sénat. S’adressant à François Hollande, il l’a invité à renoncer à sa réforme constitutionnelle s’il se confirme qu’il n’arrive pas «à trouver à gauche» le soutien au projet qu’il a présenté le 23 décembre en Conseil des ministres : l’instauration d’une déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux. Inacceptable à gauche parce qu’il constitutionnaliserait une inégalité entre Français, le projet de réforme doit être réécrit pour avoir une chance de trouver une majorité à l’Assemblée. Mais Gérard Larcher prévient : cette réécriture sera rejetée par le Sénat si elle rend possible la création d’apatride. Or, pour embarquer la majorité socialiste au Palais-Bourbon, le gouvernement a choisi de biffer toute référence à l’apatridie dans la loi d’application, au nom du principe d’égalité.

Le chemin vers le château de Versailles, où est censée se voter cette révision constitutionnelle à la majorité des trois cinquièmes du Parlement réuni en Congrès, est encore long. En invitant Hollande à arrêter les frais, Larcher tente de faire porter à la gauche le chapeau de l’échec. En cherchant la voie d’un compromis acceptable par sa majorité de gauche à l’Assemblée, Hollande espère démontrer que c’est la droite, majoritaire au Sénat, qui fera capoter sa réforme. C’est à qui se refilera le mistigri du fiasco de la déchéance. Retour en cinq actes sur une pièce politique qui exaspère jusqu’à ses propres acteurs.

Acte I : lundi 16 novembre, château de Versailles

Juste après les attaques de Paris, le discours de François Hollande devant le Congrès prend forme le dimanche 15 novembre, quand le chef de l’Etat consulte tous les chefs de partis. Dans les propositions mises sur la table par Nicolas Sarkozy, (…)

Lire la suite sur Liberation.fr

La déchéance, une mesure avant tout symbolique
Désordre
Tollé après les propos de Sarkozy sur le paquet de cigarettes neutre
Le maire divers droite Luc Jousse à nouveau en délicatesse avec la justice
Les Hauts-de-Seine et les Yvelines veulent se marier
Public Buzz : Photos : La réforme de l'orthographe, la ville de Nîmes se rebelle !
Le changement c'est maintenant ? Pas pour la ville de Nîmes !

C’est le sujet numéro un sur les réseaux sociaux depuis hier matin : la réforme de l’orthographe ! Les hashtags #RéformeOrthographe et #JeSuisCirconflexe sont d’ailleurs toujours en TT France. La raison ? La mise en application d’une réforme de 1990 avec quelques changements majeurs comme l’orthographe du mot “oignon” ou “week-end”, mais si une mesure a particulièrement énervé la ville de Nîmes , c’est bien évidemment la disparition de l’accent circonflexe !

 Une mesure inacceptable pour cette ville du Gard dont l’accent fait parti de son histoire. Pour se faire attendre, Nîmes a choisi Twitter avec une opération de communication efficace qui a tout de suite fait le buzz ! Le message est clair : #ReformeOrthographe Laissez nous travailler du chapeau pour défendre notre couvre-chef…#Nîmes @nimes Ville de Nîmes !”. Ce tweet a été suivi d'un slogan : "Nîmes sans son accent ? Même pas en rêve !“. Alors que la réforme devrait être appliquée à partir de la rentrée 2016, la ville compte bien se faire entendre et conserver son accent circonflexe !

Pour découvrir tous les changements de la réforme de l’orthographe : cliquez ici !

Public.fr vous invite à découvrir les tweets de la ville de Nîmes :

 

#ReformeOrthographe Laissez nous travailler du chapeau pour  défendre notre couvre-chef…#Nîmes @nimes  Ville de Nîmes !

— Ville de Nîmes (@nimes) 4 Février 2016  

#ReformeOrthographe La réponse des #Nîmois !  @RTLFrance @RMCinfo  @TF1  @M6 @France2tv @nikosaliagas  @TPMPofficiel pic.twitter.com/sN2DMq7c6I

— Ville de Nîmes (@nimes) 4 Février 2016

JF



Retrouvez cet article sur Public

Photos : Hilary Duff : une maman célibataire et sexy en bikini
Photos : Caroline Receveur : ultra glam, elle joue la pin-up en noir et blanc !
Omar Sy : il n'a plus de contact avec Fred ?
Exclu Vidéo : Amasauce x Cookies sans gluten ni lactose
Photos : Booba : punchlines et grosses cylindrées, il dévoile le clip de 92i Veyron !
Révision constitutionnelle : le débat promet d'être agité

La semaine s'annonce agitée à l'Assemblée avec le débat qui s'ouvre sur la révision constitutionnelle. Lundi 8 février, les débats devraient s'échauffer au moment d'aborder l'article 2 de la constitution sur la déchéance de nationalité. “La majorité s'est véritablement écharpée sur la rédaction de cet article. Dans un premier temps il ne prévoyait la déchéance de nationalité que pour les binationaux, ce qui était tout simplement inacceptable pour un certain nombre de certains députés de gauche”, explique Thierry Curtet, en direct de l'Assemblée nationale.

Pas d'unanimité

Désormais le texte prévoit que toute personne condamnée pour un acte de terrorisme pourra se voir retirer sa nationalité, même s'il n'est que Français. Le texte divise également la droite. La discussion sur ce texte s'annonce agitée. Il est plutôt difficile d'en prévoir le résultat. L'esprit d'unanimité suite au Congrès du mois de novembre semble bien loin.



Retrouvez cet article sur Francetv info

DIRECT. La réforme constitutionnelle instaure les “conditions d'une société de suspicion”, affirme Noël Mamère
Affaire Jérôme Cahuzac : l'heure du procès
VIDEO. Pour François Hollande, la loi contre le terrorisme “ne constituera pas un état d'urgence permanent”
VIDEO. Noël Mamère à Manuel Valls : “Cette révision instaure les conditions d'une société de suspicion”
Pourquoi la “primaire des gauches” est une construction vouée à l'échec
Paquet de cigarettes neutre: la critique de Nicolas Sarkozy fait tousser

C'est une petite phrase lâchée mercredi par Nicolas Sarkozy qui ne passe pas. “Des bêtises, j'en ai entendu dans ma vie. Des démagogies, j'en ai vues. Mais alors l'affaire du paquet neutre, elle est tout à fait liée à la journée qui nous occupe [à savoir une journée de travail sur l'agriculture, NDLR]. Si nous acceptions le paquet de cigarettes neutre, dans six mois on vous proposera la bouteille de vin neutre, et c'en sera fini de nos appellations, c'en sera fini de nos terroirs, c'en sera fini de la défense de nos savoir-faire”. Des propos, enregistrés par France Info, qui ne passent pas.  

Sur le plan médical, le pneumologue Bertrand Dautzenberg a estimé mercredi que les propos de l'ancien chef de l'Etat étaient “inappropriés et inacceptables”, accusant même Nicolas Sarkozy d'être “un super lobbyiste du tabac”.  

“Médiocre et déplacé” selon Marisol Touraine

La ministre de la Santé, qui a porté le texte législatif prévoyant la mise en place du paquet neutre a raillé ce jeudi sur iTélé “les petites blagues la veille de la journée mondiale de lutte contre le cancer. C'est à la fois médiocre et déplacé”, a jugé Marisol Touraine qui a tenu à rappeler les dégâts de la cigarette. “Le tabac fait 80 000 morts par an. Ce sont des petites phrases purement indignes. (…) Ce n'est pas en allant sur des estrades pour glaner des voix en vue d'une primaire qu'on apparaît responsable en matière de santé publique”.  

Marisol Touraine le 24 septembre 2015 à Paris

afp.com/ERIC PIERMONT

Cet après-midi, c'est le présentateur santé de France télévision, Michel Cymes, qui en a rajouté une couche dans Le magazine de la santé sur France 5. “Le tabac tue, l'alcool ne tue qu'en cas de consommation excessive, le fromage ne tue pas. En France la culture de …Lire la suite sur L'Express.fr

Paquet de cigarettes neutre: la critique de Nicolas Sarkozy fait tousser

Tiers payant généralisé retoqué: ce que le patient devra vraiment payer

Le Conseil constitutionnel retoque en partie la généralisation du tiers payant

Pharmacien: comment faire quand les clients sont aussi des patients?

Qui est Nawal al-Hawsawi, la "Rosa Parks" saoudienne ?

Une Saoudienne à la peau noire qui dérange

Nawal al-Hawsawi est née à la Mecque, en Arabie Saoudite, y a vécu toute sa jeunesse, puis est partie vivre aux États-Unis pour y passer un diplôme de pilote de ligne. De retour dans la ville sainte de l'Islam, la jeune Saoudienne mariée à un Américain blanc, accumule apparemment “trop de dérives” raciales, au royaume du pétrole. Tout commence en 2013, alors qu'elle fait la queue dans un grand magasin, la jeune femme se fait bousculer par une autre femme qui au lieu de s'excuser lui jette en plein visage : “abda”, ce qui signifie esclave.

Une injure inacceptable, que Nawal ne laisse pas passer. Elle attaque alors la coupable en justice et avec bienveillance retire ses poursuites lorsque l'indélicate lui présente enfin des excuses. Mais la Saoudienne consciente que sa couleur dérange n'en reste pas là. En effet, elle explique devant les caméras de la chaîne MBC : “Je suis noire et ils croient que tous les noirs sont des esclaves qui devraient rester à leur place de noir”. Ce qu'elle refuse bien évidemment. Conséquence : Nawal al-Hawsawi lance le hashtag #Abda sur Twitter, et grâce à ses 49 000  followers, fait campagne contre le racisme et les violences conjugales.

Victime d'une campagne de haine sur les réseaux sociaux

La médiatisation de la jeune Saoudienne dans la presse arabophone et sa présence sur les réseaux sociaux ne plaisent pas à certains Saoudiens nationalistes. En décembre 2015, elle est victime (…)

Lire la suite sur Grazia

Laisser Walmart ouvrir plus longtemps? Inacceptable, plaident des commerçants

Le souhait du géant Walmart d'augmenter les heures d'ouverture de ses supercentres, notamment après 17 h les fins de semaine, a fait réagir le milieu du commerce de détail à Drummondville, qui juge la requête inacceptable. 

« C'est une concurrence indue par rapport aux autres commerces. Je pense au Canadian Tire. Il doit fermer, il a des heures d'ouverture et de fermeture prévues par la loi », rappelle le directeur général de l'organisme, Guy Drouin.

Selon lui, il y a un consensus au Québec sur la question des heures d'ouverture, « comme quoi tout le monde suit les mêmes règles du jeu ».

Pour Walmart, l'ajout d'une offre alimentaire dans ses bannières devrait lui permettre de fonctionner selon les mêmes règles que les marchés d'alimentation. Selon la loi, cependant, le volet alimentaire doit équivaloir à plus de 51 % de l'offre globale pour rester ouvert plus tard, ce qui n'est pas le cas de ses supercentres.

Et un permis d'alcool?

Selon l'Association des détaillants en alimentation du Québec (ADAQ), cette demande a un autre but que celui d'augmenter les ventes.

« Walmart veut essayer d'avoir une classification d'épicerie pour obtenir un permis d'alcool. C'est ça, son objectif. […] Ils ne pourraient pas fonctionner avec quatre employés les fins de semaine. C'est complètement absurde », soutient le président-directeur général de l'ADAQ, Florent Gravel.

Peu importe l'objectif de Walmart, Québec doit refuser de se plier à la demande du géant, plaide pour sa part André Berthiaume  propriétaire de la Boutique Théo, située à deux pas du Supercentre de Drummondville.

Du côté de Walmart, un porte-parole rappelle que l'idée demeure en phase exploratoire, et qu'aucune demande officielle n'a encore été déposée à Québec.

Migrants : polémique en Belgique

Ces dernières semaines, des

migrants sont arrivés par dizaines depuis Calais (Pas-de-Calais) à Zeebrugge, dans le nord de la Belgique, pour tenter de rejoindre l'Angleterre. Alors, le gouverneur de la province de Flandre-Occidentale, Carl Decaluwé, s'est exprimé à la radio à la population pour délivrer ce message : “Ne nourrissez pas les réfugiés, sinon d'autres viendront”.

La crainte d'un nouveau camp

Pour certains habitants solidaires des réfugiés, les propos du gouverneur sont inacceptables. “Je voudrais qu'ils viennent lui-même le dire en face des gens qui ont faim, qui ne reçoivent pas à manger”, estime un homme interrogé par France 2. Mais dans la ville de Zeebrugge, certains ont une crainte : celle de voir s'installer un nouveau camp sauvage, comme à Calais. Il y a un mois, le ministre de l'Intérieur belge a interdit l'installation de tentes dans la ville. Pour l'instant, les migrants dorment dans les dunes, non loin des camions et ferries à destination de la Grande-Bretagne.

Retrouvez cet article sur Francetv info

VIDEO. Au carnaval de Cologne, les mesures de sécurité sont renforcées
VIDEO. Un krach boursier bien plus grave qu'en 2008 se prépare
Affaire Bill Cosby : la justice américaine valide les poursuites pénales
Dérive du “Modern Express” : le cargo est amarré dans le port de Bilbao
Quand le bois se recycle en mobilier

Marseille : des écoles insalubres qui scandalisent
Vétusté, insalubrité, présence d'amiante, absence de chauffage… C'est un triste tableau que dresse “Libération” de la situation des écoles de la ville.

Le sujet est tellement grave que Libération y consacre la une de son édition du 2 février. « Écoles à Marseille, la honte de la République », titre le quotidien après avoir mené une enquête dans cinq écoles de la cité phocéenne. Salles de classe aux murs imbibés d'eau, sols abîmés et criblés de trous (quand ils ne sont pas pleins d'amiante), équipements inutilisables, problèmes de chauffage… Les problèmes sont nombreux dans les établissements des quartiers nord de la ville.

Le collectif Castellane, qui réunit des enseignants des écoles concernées, réclame aujourd'hui la mise en place d'« un état d'urgence dans les écoles marseillaises ». Excédés, les parents d'élèves ont eux aussi décidé d'agir et dénoncent des conditions d'accueil « inacceptables », un « délaissement », qui mettraient en danger la santé de leurs enfants. Certains souffrent en effet de problèmes directement liés à leurs salles de classe et sont atteints de sinusite ou d'asthme.

12 °C dans les classes de maternelle

Le 21 janvier dernier, Charlotte Magri, une enseignante de ces fameux quartiers nord, avait déjà témoigné dans Libération, dénonçant l'état désastreux de son école primaire. « Quand tu vois dans ta classe que tes élèves ont les lèvres bleues, tu as honte. J'ai honte », avait-elle alors expliqué. Le 30 novembre, elle avait écrit une lettre ouverte à la ministre de l'Éducation pour dénoncer cette situation.

Si son appel a permis de faire réparer le chauffage et les vitres cassées de son école, l'enseignante dénonce le blocage dans d'autres établissements. « À l'école de la Timone, en maternelle, ils avaient 12 °C la semaine dernière », dénonce-t-elle sur France 3 Provence. La pétition de (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

Notre-Dame-des-Landes : quand Ségolène Royal piétine Manuel Valls
Réunion de l'UOIF à Lille : des orateurs musulmans déprogrammés
Le multirécidiviste fait maintenant le show au théâtre
Un jeudi noir sur les lignes des RER A et B
Recevez la newsletter Le Point.fr
Crise des éleveurs : «Les agriculteurs sont à bout»
VIDÉOS - Les représentants des agriculteurs ont été reçus ce mardi matin par François Hollande. Ils dénoncent la baisse des produits laitiers «inacceptable et pas justifiée». Des centaines d'éleveurs bloquent les rues de Chartres et d'Arles.

À un peu plus de trois semaines du Salon de l'Agriculture, l'ambiance entre les agriculteurs et le gouvernement est toujours aussi tendue. De nouveaux rassemblements d'éleveurs ont lieu en ce moment du côté de Chartres (Eure-et-Loir) ou encore d'Arles (Bouches-du-Rhône). La profession dénonce une crise sans précédent qui met en péril la survie de leurs exploitations. Une situation à laquelle le président de la République en personne va tenter de remédier d'ici la fin des négociations, le 29 février. François Hollande qui a reçu ce mardi matin les organisations syndicales «a pris l'engagement de s'exprimer d'ici le salon de l'Agriculture», a déclaré le président de la FNSEA, Xavier Beulin, à l'issue de la réunion.

Le leader syndical a notamment demandé au chef de l'État une baisse de dix points des taux de cotisations sociales des exploitants agricoles à 35% des revenus. «Il n'est pas normal qu'un agriculteur qui gagne 100 verse 45% de cotisations sociales, a-t-il déclaré ce matin sur Europe 1. Ce n'est pas soutenable pour la pérennité et la compétitivité de son exploitation. Le président de la FNSEA a également milité la levée de l'embargo russe ainsi que l'adoption par la France d'une vraie stratégie agricole et alimentaire permettant de lutter à armes égales avec nos concurrents européens. Enfin, il a réclamé l'appui du locataire de l'Élysée en faveur des paysans pour qu'ils ne soient pas obligés de vendre à perte et aient une meilleure part dans les négociations commerciales actuelles entre les industriels et la grande distribution qui s'achèvent fin (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Éleveurs: les raisons de la colère et de la crise 
Après la Bretagne, la colère des éleveurs gagne d'autres régions 
Bruno Le Maire interpelle François Hollande sur le sort des agriculteurs 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro
Syrie: 16 habitants de Madaya morts de faim après l'arrivée des humanitaires

Le bilan s'alourdit dans la ville syrienne de Madaya, malgré l'entrée de convois humanitaires il y a maintenant près de quinze jours. Seize personnes sont mortes de faim dans la ville située à 40 km à l'ouest de Damas, assiégée par les forces prorégime, depuis leur arrivée, a annoncé vendredi Médecins sans frontières (MSF). 

Les cas de malnutrition sont estimés à 320 dont 33 patients en “danger de mort”, a par ailleurs précisé l'organisation, soulignant que “des gens continuent à mourir de faim” à Madaya. “MSF a des rapports médicaux clairs indiquant que 46 personnes sont mortes d'inanition à Madaya depuis le 1er décembre”, a indiqué samedi l'organisation. “Le bilan est certainement plus lourd car il existe des informations selon lesquelles des habitants seraient morts de faim dans leurs maison”, a ajouté MSF. 

Demande d'un accès inconditionnel aux civils

“Il est totalement inacceptable que les gens continuent de mourir de faim, et que les patients dans un état critique soient toujours dans la ville alors qu'ils auraient dû être évacués il y a des semaines”, a déclaré Brice de le Vingne, directeur des opérations de MSF dans un communiqué. L'opération qui avait permis de faire entrer quelques convois humanitaires à Madaya mi-janvier a concerné aussi les deux localités chiites de Foua et Kafraya, encerclées par les rebelles dans la province d'Idleb (nord-ouest), mais où la situation était jugée moins catastrophique qu'à Madaya. 

Les organisations humanitaires n'ont cessé de réclamer un accès inconditionnel aux populations civiles assiégées conformément au droit humanitaire international. Le chef des opérations humanitaires de l'ONU a déploré cette semaine que 75% de ses demandes d'accès pour délivrer une aide humanitaire aient été ignorées par le gouvernement syrien. 

LIRE AUSSI >> Syrie: “Que se passera-t-il à Madaya quand l'émoi médiatique sera retombé?” 

Les évacuations médicales bloquées

MSF estime qu'entre 1,5 et 2 millions de personnes sont prises au piège dans les sièges …Lire la suite sur L'Express.fr

Syrie: 16 habitants de Madaya morts de faim après l'arrivée des humanitaires

Syrie: dans Madaya affamée, l'Unicef tente de sauver ceux qui peuvent l'être

Syrie: appel de l'ONU en faveur des populations assiégées

Syrie: “Que se passera-t-il à Madaya quand l'émoi médiatique sera retombé?”

Part 1

3 kami. Si leo ako tsaka si von. Pumunta kami phil arena. May pamamahayag kasi. Habang nasa biyahe. Si leo, nagkwento na nagyaya daw sakanya na ang pangalan camille. Kilala na den na von yon. Tinanong ko kung sino yunh camille na yon, ang sabe nila na saken. Ayaw nila sabihin. Hahaha kaya kinulit ko talaga sila sinabe naman nila kinalaunan. Camille daw na hindi nila alam basahin yunh last name pero finorward ni von saken yung link ng fb nya kasi nga friends na sila nom. Nakilala pala nila yon dahil sa choir day. Ako kasi hindi pa ko choir nung mga panahon nayon kaya hindi ko siya nakilala agad. So ayun na inadd ko. Goodthing inaccept nya ko haha. May 24 2015 gabe na yun. Chinat ko siya sa fb ng Hi. Nagreply naman siya haha hanggang 2 or 3am na ata kmi natapos magusap non hahaha. Hndi siya usually nagpupuyat pero nagpuyat siya nung kausap nya ko. Mga 3 days after non. Si leo nanggulat hahaha bigla kaming tinext na andon daw siya sa gracepark at kasama nya si camille at si ivan. Edi ayun na punta agad kami ni von. Pagdating don nakita ko siya nahihiya pa ko. Nasabe ko nalanh. Shet ang ganda nya. Hahaahhaah crush ko na to. At ayumn pumunta kami sakanila para magkwentuhan tas kain. Tas namakahiya nunh pinagnaenae ako sakanila hahahahaha although marunonh ako sumayaw nakakahiya paden. N . Lagi na kaming magkausap non sa fb. Tas nung araw den na yun nakuha ko yung number nya. As in lagi na kami talaga magkausap. Tas niyaya ko siya magdate. Pumayag naman siya kaso may kasama kami. Kasama namen si ivan. Okaay lang naman saken yun mahalaga nakasama ko siya. Nakakasama ko den naman siya kaoag may mga moviemarathon kasi yunh mga tropa ko kaibigan nya den tas kaibigan ko na den naman yung kaibigan nya. Kakanaenae. Haahahhahaha. Tas pumunta kami arena nakisabay kami sa lokal nila. Nakakahiya kasi hindi namen alam yung gagawin. Hindi naman kami mga akay haahhaha tas ayun pinagnaenae nanaman ako sa phil arena hahahaah.

Danemark : Ai Wei Wei s’insurge contre la politique d’immigration

Le plus célèbre des artistes chinois ferme une exposition à Copenhague pour protester contre la réforme controversée de la politique d’asile du Danemark. Une réforme qui permet notamment aux autorités de saisir les biens des réfugiés. Inacceptable pour le plasticien, particulièrement engagé aux côtés des migrants. Une décision courageuse et symbolique, saluée par le propriétaire de la Fondation où il exposait.

“Il est maintenant l’une des voix les plus entendues de par le monde, et il utilise cette voix. Je pense que c’est très bien”, concède Jens Faurschou, propriétaire de la Fondation Faurschou.

Contre une loi sur l’immigration qui permet la saisie des biens des migrants, Ai Wei Wei prive le Danemark d’expo https://t.co/pTRvBObYRJ— colporteur (@clprtr) 27 Janvier 2016

Dissident chinois traqué par les autorités, Ai Wei Wei a fini par s’installer en Allemagne. Solidaire des migrants, il s’est déjà rendu à Lesbos où il veut construire un mémorial pour ces demandeurs d’asile morts en essayant de rejoindre l’Europe.

#AiWeiwei veut ériger un #mémorial aux #migrants à #Lesbos via lemondefr #Art https://t.co/YoaaOWZgiB— AKiha✏️ (Anieska) 2 Janvier 2016

Cookson : «Un moteur a été trouvé»
LE SCAN SPORT - Le président de la fédération internationale est, dimanche lors d'une conférence de presse, revenu sur l'affaire de dopage mécanique qui a surgi lors des championnats du monde de cyclo-cross de Zolder, en Belgique.

L'épreuve féminine Espoirs a, samedi à Zolder (qui a accueilli des Grands Prix de Formule 1 dans les années 70 et 80!), été marquée par l'affaire Femke Van den Driessche. La Belge, favorite de la course, étant dans une épreuve remportée par Evie Richards (devant Nikola Noskova et Maud Kaptheijns), suspectée par l'UCI de fraude technologique. Dimanche, Brian Cookson, le président de la Fédération internationale a, lors d'une conférence de presse très suivie, indiqué: «Il s'agissait d'un moteur dissimulé, ce n'est plus un secret. Nous sommes convaincus qu'il s'agit de dopage technologique. La fraude technologique est inacceptable. Nous voulons que la minorité qui désire tricher le sache de plus en plus. Il est impossible de se cacher. Tôt ou tard, ils paieront pour les dommages causés à notre sport.»

De nouvelles méthodes de détection

Avant d'indiquer: «Nous sommes en train de tester de nouvelles méthodes de détection mais vous comprendrez que nous ne souhaitions pas donner plus de détails sur la méthode mais le contrôle a été fait durant la course. Nous avons introduit en 2015 un certain nombre de règles qui nous ont permis de mettre en place des actions. Tout au long de la saison nous avons mené des contrôles surprises.»

«Un scandale» pour le sélectionneur belge

Samedi, Rudy De Bie, le sélectionneur national belge, avait, sur le site du Vif, assuré: «Je n'ai jamais pensé que de tels agissements étaient possibles en cyclisme. C'est un scandale que l'entourage de Femke ait trompé la (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Un moteur détecté dans un vélo aux Mondiaux de cyclo-cross 
Vélos motorisés: le nouveau dopage qui inquiète 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro
Alain Juppé en «visite de courtoisie» à Calais

Le candidat pour la primaire à droite a entrepris ce mercredi une visite éclair dans la ville du Nord-Pas-de-Calais, zone de transit pour les migrants désirant aller au Royaume-Uni.

A Calais, un tour aux abords de la jungle et puis s’en va. Alain Juppé, en campagne pour la primaire à droite, est passé, en visite express, pour se rendre compte de la crise migratoire, dans cet épicentre qu’est la ville de Natacha Bouchart (LR). «Ce que je vois est inacceptable, et n’est pas digne de la France», a-t-il dit, sans surprise, à la sortie du centre Jules-Ferry, où ont lieu les distributions de nourriture, et l’hébergement des femmes. Il préconise ce que fait déjà le gouvernement, baisse du nombre de réfugiés, et répartition dans des lieux d’accueil sur tout le territoire. Et se déclare favorable à la création d’un hotspot dans le Calaisis, «où les autorités britanniques feront le partage entre ceux qu’ils acceptent et ceux qu’ils n’acceptent pas.»

Joe, 68 ans, une bénévole, venue de Sète pour donner un coup de main pendant un mois, soupire : «J’espère qu’il va comprendre dans quel marasme politique est la France. Et Calais en est un bon exemple.» Elle le trouve «moins hystérisant» que Nicolas Sarkozy. Elle se demandait s’il avait gardé ses bottes. Une allusion à sa réplique célèbre, «je reste droit dans mes bottes», lors des grèves de 1995, alors qu’il était Premier ministre. Hé oui, il les avait bien chaussées, pour longer les baraques de bois et de bâches de la jungle. Une image en or, pour un candidat déclaré à l’Elysée et en tête des sondages.

«Homme d’expérience»

Le matin, le maire de Bordeaux a été reçu en mairie. «Il est le bienvenu, comme tout politique qui vient voir lui-même l’état de désarroi des Calaisiens», précise Patrick Dusautoir, conseiller municipal délégué au commerce. Pour l’occasion, les petits plats ont été mis dans les grands. «C’est quelqu’un de chez nous», annonce, fiérote, Muriel Wulveryck, adjointe au tourisme. Comprenez du même parti.

Calais, (…)

Lire la suite sur Liberation.fr

Christiane Taubira : «Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur»
Sarkozy non grata dans les tribunes du Parc des princes ?
Hollande : une fin de mandat sur une jambe
Icône ou bouc-émissaire, Christiane Taubira vue par…
Pourquoi le Conseil d'Etat n'a pas suspendu l'état d'urgence