ile des soeurs

Un matin alors que j'étais en week-end chez mes parents. Il s'est introduit dans la maison. Il a grimpé l'escalier. Il a poussé la porte de la chambre. Il est monté sur le lit. Puis, il est tranquillement venu se frotter à mon visage à moitié enfoui sous l'oreiller.

Voilà comment “Petit” est entré dans ma vie.

Okay alors je sais pas si @darkarald l'a mentionné ici, mais il m'est arrivé un truc ce week end. Je vis à Brest, vous savez où c'est. Ce week end c'était l'anniversaire de ma grand-mère, qui vit en Charente, et on est allés la voir pour 3 jours. C'est donc.. assez loin. Pour très peu de temps. En plus elle vit dans un petit quartier quoi. Quelles étaient les probabilités qu'il se passe quoi que ce soit?

Ma grand-mère vit à Angoulême. Et vendredi en arrivant dans le quartier, qu'est ce qu'on voit? Des tracts annonçant la venue Dimanche midi de Benoît Hamon, devant chez elle. Et quand je dis devant chez elle je veux dire vraiment, il était quasiment sur son pas de porte quoi. Donc évidemment je le dis à @darkarald qui commence à COMPLÉTEMENT PETER UN CÂBLE CALME TOI MEUF et à me harceler pour que j'y aille. Donc moi le jour J, en amie EXEMPLAIRE et malgré ma terreur des gens, je prends mon courage et mon portable à deux mains et me dirige vaillamment vers l'attroupement, en priant tous les dieux que la caméra de LCI devant laquelle je suis forcée de me tenir ne soit pas allumée. Il était à 2 mètres de moi, entouré d'un nuage de gens du quartier extrêmement enthousiastes. Vu que c'était Pâques il a distribué des chocolats aux enfants c'était trop chou ^.^

Il faisait des selfies avec tout le monde mais moi j'ai un Windows Phone donc qualitay de photo pourrie et en plus j'ai une sale gueule donc je prenais des photos mitraillette de lui en  mode stalker dès que j'avais une ouverture. Pis je suis allée voir des militants pour leur demander si ils avaient pas des affiches etc à ramener à PAULINE QUI EST FAN DE LUI (quand je stresse je la vend, c'est un truc de dingue, MPS tmtc) et ils m'ont dit ouais pas de problème donc j'ai pris deux sortes de livrets et une grande affiche. Ensuite il a annoncé qu'il allait faire un tour du quartier, donc moi j'allais rentrer mais mes parents m'ont un peu fait “nan t'y vas socialise toi un peu merde” donc j'ai suivi le mouvement, composé de plein de gens qui chantaient très fort leur enthousiasme (j'ai pas compris ce qu'ils racontaient c'était pas en français mais y'avait Hamon, président, gentil, et riz au lait, donc ça devait être de bonnes choses) Et lui il parlait aux gens en marchant, ils lui parlaient de tous les problèmes du quartier, avec les immeubles qui ont été détruits, puis y'a des endroits pas très salubres etc.. y'a un mec qui lui a demandé de choisir entre 2 joueurs de foot, j'ai rien capté ma connaissance (et mon appréciation) du foot se limite à Galactik Football et Foot2Rue (j'espère que j'ai réussi à mettre le générique en tête de certains d'entre vous)

Y'avait plein de caméras, donc j'ai énormément de chance qu'ils aient pas diffusé grand chose de la rencontre parce que je marchais à même pas 1 mètre à sa gauche, donc je suis définitivement dessus. On est passé devant des affiches de tous les candidats, tout le monde s'est mis à dire que c'était pas eux qu'avaient mis celles des autres x) Et celle de Le Pen avait la moustache d'Hitler dessinée au feutre, c'était pas mal.

Y'avait énormément d'enfants en fait, qui voulaient tous une photo avec lui, c'était assez chou. Et y'avait un couple lesbien métisse (ouais je sais pas dire interracial en français ouais) avec leur deux jumelles, elles étaient trop chouuuuuuuuuuuutes!!!! Ensuite on est revenus, il a fait un petit speech et ils sont partis manger. Moi je suis rentrée parce que faut pas déconner quand même, y'avait un reportage sur Arte. J’ai quelques photos et 2 vidéos, je vais faire un autre post parce que celui là est déjà long. Stay tuned for the next episode, où vous apprendrez que “voler du chocolat, c'est pas très socialiste”.

J’essaie de refiler mes livres de L3 à la soeur d’une amie et pour le moment ça marche. 

helveticaes  asked:

Je demande des excuses. D'où les pubs suisses sont rigolotes. D'où. On se tape les même pubs de merde de suisse-allemand traduite à l'arrache toute l'année. Jours fériés inclus. CES PUBS C'EST LE MAL. C'EST DES SUPPÔTS DIABOLIQUES DES SUISSE-ALLEMAND

Elles sont drôles ! Je les aime bien, ça divertit. Tu as déjà vu les pubs françaises ? Elles durent 10h et sont nulles. Et tu as déjà vu les pubs britanniques ? Je vais me suicider si on me demande encore une fois d’aller à l’armée ! 

Après, je n’ai pas dit que c’était des oeuvres d’art cinématographiques. Mais la plupart du temps, elles sont tellement nulles qu’elles en deviennent divertissantes. 

À ceux qui ne se reconnaîtront pas

Ils sont des mecs. Ils sont des mecs, mais ils sont féministes, égalitaristes. Ils sont des mecs, mais ils comprennent ce qu'on vit et ils ne sont pas machos pour deux sous. Attends, ils ont des mères, des soeurs, parfois des filles…


Ils sont des mecs qui se vexent quand on sous-entend qu'ils pourraient être attirés par d'autres mecs. Ne te méprends pas, ils n'ont rien contre et respectent toutes les orientations sexuelles, juste que ce serait grave humiliant d'être un de ceux qu'ils respectent…


Ils sont des mecs qui ne culpabilisent pas de pourchasser des proies de la moitié de leur âge car, vois-tu, c'est différent aujourd'hui d'hier, me dit-on, les petites jeunes, c'est plus ce que c'était. Cette génération a déjà vu le loup, les abîmer n'est plus possible, tu comprends, il n'y a plus de pureté à souiller, autant se servir. Les filles d'aujourd'hui sont les femmes de quand ça les arrange.


Ils sont des mecs et jamais ils ne se passeraient du consentement de qui que ce soit. Certes, il leur arrive d'insister un peu après qu'elle ait dit non. Ils ne forceraient pas, ce n'est pas leur genre, mais ils pensent connaître les mots et les gestes qui transforment les “non” en “peut-être” et les “peut-être” en “tout ce que tu veux”. Alors ils tentent. Ils veulent pas forcer, juste il tentent. Ils ne sont pas des agrresseurs.


Ils ne sont pas machos pour deux sous, ils sont juste des mecs, des mecs normaux. Des mecs normaux qui ne comprennent pas trop ces attitudes de meufs qui cherchent à attirer les regards sans chercher à attirer le palpage. Ils ne comprennent pas qu'elles puissent se réchauffer des caresses des yeux et se révulser sous les caresses de leurs doigts ou ceux de leurs copains. Ils ne comprennent pas qu'une fille peut penser ‘oui’ jusqu'au moment où un geste un peu brutal, un regard moins caressant ou une parole malheureuse lui fasse penser ‘non’. Ils ne comprennent pas que souvent, ils sont en supériorité physique, plus grands, plus forts, et que ça peut suffire à transformer des “oui” en “peut-être” et des “peut-être” en “arrête”.


Ils sont des mecs normaux, des mecs gentils qui n'ont pas la moindre idée de ce à quoi ça ressemble, passer sa vie avec une cible géante sur le cul ou sur le coin de la gueule.


Ils sont des mecs bien qui se disent qu'elle doit l'avoir cherché, forcément. Elle doit être autant à blâmer que le coupable, forcément. D'ailleurs, ils ont probablement des amis qui pourront attester qu'elle avait une attitude ambigüe qu'elle séduisait, qu'elle dansait, qu'elle se frottait…


Ils sont des mecs bien qui jamais ne violeraient une fille, leur maman les a bien élevés, ils ont des amies filles, des cousines, des nièces.


Se rendre complice de viol? Non mais et puis quoi, encore. C'est quand même pas leur faute à eux si celui qui s'en est rendu coupable est un bon copain. C'est pas comme s'il risquait de les violer, eux (*rire gras*).


Certes, la situation pourrait être différente si la victime était leur mère, leur soeur, leur amie, leur femme, leur cousine, leur nièce. Ils le jurent, ils régiraient autrement s'il s'agissait d'une fille qu'ils connaissent, dont on aurait plus de mal à remettre la parole en question. Mais c'est juste une fille, une fille normale, qui l'avait donc surement bien cherché.


Non, ils n'en sont pas sûrs, ils ne sont sûrs de rien, mais dans le doute, doit-on prendre le risque d'être complices d'un violeur qu'on aime bien, ou d’être alliés pour des meufs qu'on connaît même pas?


Ce sont des mecs qui ne comprennent pas pourquoi je me sens aussi en sécurité avec eux qu'avec une grenade dégoupillée dans le sac banane. Ce sont des mecs qui ne comprennent pas que j'ai peur, qui ne comprennent pas que je sois en colère, qui me conseillent gentiment de me faire aider par des professionnels de la santé mentale. Peut-être un psy pourra-t-il me donner le même médicament qu'à eux, celui qui transforme l'indignation et la révolte en protestations mollassonnes et en pintes de bière.


Ce sont des mecs, des mecs biens, des mecs gentils. Des mecs gentils qui, en ce qui me concerne, peuvent s'étouffer avec leur mauvaise foi et leur solidarité en forme de grosses couilles poilues. Ce sont des mecs de la même race que ceux qui violent et/ou regardent sans rien dire. Ils sont leurs complices passifs et s’en défendront toujours.
Ils sont des mecs biens.


Des mecs bien qui ne voient pas le problème.
Des mecs bien qui SONT le problème.

Des alliés, quoi.

Grand moment dans ma vie, ça fait un mois que j’ai pas pu faire de baby sitting et ce soir je vais revoir mon bébé et ses 2 soeurs. Du coup toutes les heures je fais le tour de la maison en criant “JE VAIS BIENTÔT VOIR MON BÉBÉ”