il est libre

Le moment où tu ne sais pas dans quoi te lancer durant ton temps libre. Autant envie d’écrire que de jouer en même temps. Ouvre le fichier word, pas capable de se concentrer. Décide de jouer à la place, impossible de se décider sur un jeu. Et je suis là, comme une conne devant mon écran ne sachant toujours pas quoi choisir.

Ceci mes slogans préfèrés du Mai 68 / Here my favourite May 69 slogans

* Soyez réalistes, demandez l'impossible. - Be realistic, demand the impossible.

* La barricade ferme la rue mais ouvre la voie. - The barricade blocks the street but opens the way.


* Un homme n'est pas stupide ou intelligent, il est libre ou il n'est pas. -  A man is not stupid or intelligent, he is free or he is not.

* On achète ton bonheur. Vole-le. - They buy your happiness. Steal it.


* Sous les pavés, la plage! - Beneath the paving stones - the beach!


* Lisez moins, vivez plus. - Read less, live more.


* L'ennui est contre-révolutionnaire. - Boredom is counterrevolutionary.


* Pas de replâtrage, la structure est pourrie. - No replastering, the structure is rotten.


* Nous ne voulons pas d'un monde où la certitude de ne pas mourir de faim s'échange contre le risque de mourir d'ennui. - We want nothing of a world in which the certainty of not dying from hunger comes in exchange for the risk of dying from boredom.


* Ceux qui font les révolutions à moitié ne font que se creuser un tombeau. - Those who make revolutions by halves do but dig themselves a grave.


* On ne revendiquera rien, on ne demandera rien. On prendra, on occupera. - We will claim nothing, we will ask for nothing. We will take, we will occupy.


* Le patron a besoin de toi, tu n'as pas besoin de lui. - The boss needs you, you don’t need him.

* Veuillez laisser le Parti communiste aussi net en sortant que vous voudriez le trouver en y entrant. - Please leave the Communist Party as clean on leaving as you would like to find it on entering.


* Ni Dieu ni maître! - Neither god nor master!

* L'art est mort. Godard n'y pourra rien. - Art is dead. Godard won’t be able to do anything about it.


* Soyons cruels ! - Let’s be cruel!


* Comment penser librement à l'ombre d'une chapelle? - How can one think freely in the shadow of a chapel?

* Vivez sans temps morts, jouissez sans entraves. - Live without dead time, enjoy without chains.


* Il est interdit d'interdire. - It is forbidden to forbid.

* Et cependant tout le monde veut respirer et personne ne peut respirer et beaucoup disent “ nous respirerons plus tard ”. Et la plupart ne meurent pas car ils sont déjà morts.

Meanwhile everyone wants to breathe and nobody can breathe and many say, “We will breathe later”. And most of them don’t die because they are already dead.

* Dans une société qui a aboli toute aventure, la seule aventure qui reste est celle d'abolir la société.

In a society that has abolished all adventures, the only adventure left is to abolish society.


* L'émancipation de l'homme sera totale ou ne sera pas. - The liberation of humanity will be total or it will not be.

* Je suis venu. J'ai vu. J'ai cru. - I came. I saw. I believed. (Mimics Veni, vidi, vici.)

* La révolution est incroyable parce que vraie. - The revolution is incredible because it is real.

* Les motions tuent l'émotion. - Motions kill emotions.

* Bannissons les applaudissements, les spectacle est partout. - Let us ban all applause, the spectacle is everywhere.

* Le bonheur est une idée neuve. - Happiness is a new idea.

* Plus je fais l'amour, plus j'ai envie de faire la révolution.
Plus je fais la révolution, plus j'ai envie de faire l'amour.

The more I make love, the more I want to make revolution.
The more I make revolution, the more I want to make love

* Je jouis dans les pavés. - I find my orgasms among the paving stones.

* La perspective de jouir demain ne me consolera jamais de l'ennui d'aujord'hui. - The prospect of finding pleasure tomorrow will never compensate for today’s boredom.

* Construire une révolution, c'est aussi briser toutes les chaines intérieures. - Building a revolution is also breaking all the inner chains.

* Le sacré, voilà l'ennemi. - All that is sacred - there is the enemy.

* La poésie est dans la rue. - Poetry is in the street.

* La culture est l'inversion de la vie. - Culture is the inversion of life.

* L'art est mort, ne consommez pas son cadavre. - Art is dead, don’t consume its corpse.

* Ne me libère pas, je m'en charge. - Don’t liberate me, I’ll do it myself. 

* Si vous pensez pour les autres, les autres penseront pour vous. - If you think for others, others will think for you.

* Même si Dieu existait il faudrait le supprimer. - Even if God existed, it would be necessary to abolish him. (Paraphrases Bakunin.)

(Reversal of Voltaire’s Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer : If God did not exist, it would be necessary to invent him.)

* Pouvoir à l'Imagination. - Power to the Imagination.

* Je participe
* Tu participes
* Il participe
* Nous participons
* Vous participez
* Ils profitent

I take part
You take part
He takes part
We take part
You all take part
They profit.

Tout le monde croit savoir aimer, mais très peu de gens savent aimer en réalité. Je parle d'aimer vrai, aimer sans vouloir “posséder”.

Aimer sans attacher mais au contraire en laissant l'autre libre d'exister en dehors de soi. Cela n'est pas se résigner à ne pas avoir l'exclusivité et le pousser à nous être infidèle, mais au contraire, c'est vouloir comme la plus haute preuve d'amour qu'il soit d'abord fidèle à lui-même.

Cet amour là implique une compréhension, un respect total de l'être aimé et aussi de soi-même. Cela implique de ne pas imposer ses désirs ou sa volonté, ne pas vouloir exercer un quelconque pouvoir sur lui. En réalité on aime vraiment quand on n'utilise pas la faiblesse de l'autre pour lui imposer notre force.

Mais pour aimer vrai il faut bien sûr avoir pleinement conscience que notre façon d'aimer actuelle est bien souvent conditionnée par nos manques affectifs liés à l'enfance, par les idées fausses ou dévalorisantes qui nous ont été transmises par nos proches, la société, la soi-disant morale.

Quand on espère et qu'on fait tout pour que l'autre nous restitue l'amour dont nous avons peut-être manqué dans notre enfance, nous lui demandons quelque chose de beaucoup trop grand pour lui. Comment pourrait-il être à la hauteur ? Aucun homme, aucune femme ne peut remplacer cet amour là…

Il faut donc déjà faire le deuil de cela, renoncer à un meilleur passé, accepter ce qui a été et se pardonner à soi-même pour avoir entretenu la souffrance pendant si longtemps. Pour avancer, il faut aussi reconnaitre sa part de responsabilité dans toute chose et ne pas sans cesse la fuir en rejetant la faute sur l'autre.

Ensuite il nous faut voir en nous notre propre valeur, parce que nous en avons tous une, nous sommes tous des êtres uniques, spéciaux, en réalité des enfants de Dieu, aussi merveilleux qu'il est possible de l'être. Alors commence un travail de résilience qui nous permet de transcender la souffrance et on peut enfin commencer à aimer pleinement l'être que nous sommes. Dès lors on peut aussi aimer vraiment l'autre pour ce qu'il est et non pour ce que nous voudrions qu'il soit.

Il faut aussi, avoir présent à l'esprit que la personne que nous aimons n'est pas celui qui nous complète car nous étions déjà un être entier avant de le rencontrer. Il faut juste penser qu'il n'est qu'un “supplément”, quelqu'un qui nous embellit l'existence mais qui ne la remplit en aucun cas.

Ainsi quand il sortira de notre vie, parce que bien souvent les histoires d'amour s'achèvent, celle-ci ne s'écroulera pas pour autant. On acceptera même de le laisser partir car on saura au fond de nous qu'on ne peut pas l'empêcher de vivre ce qu'il a à vivre ailleurs. Il est un être libre et nous nous devons de respecter ses choix, même si cela nous fait mal….

Les rencontres que nous faisons ne sont jamais le fruit du hasard ! Chaque être humain, qui nous accompagne un bout de chemin, a quelque chose à nous apprendre sur nous ou nous avons quelque chose à lui apprendre sur lui. Il faut donc l'accueillir au mieux, essayer de comprendre le message, vivre intensément chaque instant en sa présence, et puis le laisser partir quand il le décide, quand autre chose ou quelqu'un d'autre l'appelle ailleurs.

Aimer ainsi c'est accéder à la source de l'amour en soi qui va faire que donner de l'amour aux autres deviendra notre essentiel, notre priorité absolue. Surtout que l'on se rendra compte alors qu'en donnant sans rien attendre en échange, on reçoit infiniment.

Cet Amour là, l'Amour sans conditions aucune, sans peur, sans reproches, sans attentes, c'est le seul, le vrai Amour qui soit, l'Amour avec un grand A. Tout le reste n'est qu'illusions et souffrances inutiles…

Flavio Maronese