hypersense

8

NIKE HYPERSENSE

Collaboration between Nike and Kult Magazine SG commissioning a series of artworks inspired by the art of modern football. I am one of the commissioned artists and this piece is my take to Nike’s “Genesis” era.

More info and photos HERE.

:)

Facebook | DeviantArt | Twitter | Behance | Instagram | Shop 

Je suis à la fois impulsive et hypersensible, c'est-à-dire que je brise beaucoup de choses sous le coup de la colère et qu'au moment même où elles explosent j'ai envie de les réparer.

wikihow.com
How to Reduce Sensory Overload
People who experience difficulty processing sensory information, such as autistic people, those with sensory processing disorder (SPD), or highly sensitive people can sometimes go into a state of sensory overload. Overload occurs when a...

How to Reduce Sensory Overload (with Pictures) - wikiHow

Daredevil’s Pal Foggy Nelson

 AKA Why You Should Always Tell Your Best Friend Your Secret Identity

    Matt Murdock has never been great at keeping his biggest secret. He told Karen Page he was Daredevil within the first five years of the comic’s publication. The Kingpin found out within the first twenty. Ben Urich and Milla Donovan both figured it out on their own, but were met with barely any resistance when they confronted Matt about it. Elektra Natchios found out (about Matt’s hypersenses, anyway) within five minutes of meeting him. But it took poor Foggy 347 issues (over thirty years-worth of comics) to learn that his best friend was a superhero. 

    It’s difficult to make excuses for Matt here, beyond acknowledging his inherent secret-keeping tendencies, as well as the fact that he latches very tightly and trustingly to the women he dates — to a degree that he apparently doesn’t apply to his best friend. From a narrative standpoint, there’s a fun element of dramatic irony inherent in secret identities, so the lineup of Daredevil writers who chose to keep Foggy in the dark most likely did so to keep this fundamental aspect of superhero comics alive for at least one character. After all, you need someone to be confused about Matt’s strange disappearances, and his ability to get into the office without coming through the front door.

    Of course, the barrier Matt created by hiding a major part of himself from Foggy did not in any way lessen the depth of their relationship. They spent those 346 issues before Foggy’s revelation developing one of the richest friendships in all of comics. They shared all kinds of crazy experiences. They sat together at Jack Murdock’s last fight, they lost the law office and put it back together again, they mourned friends, they helped each other through the bad moments and celebrated the good, they had some really huge fights, they dealt with all kinds of Daredevil-related shenanigans (DD was very much a presence in Foggy’s life, even before he knew who he really was), and they ultimately became vital forces in each others’ worlds, reliant on each other while bringing out the best in each other. 

    One of the greatest triumphs of the Netflix show is the fact that it was able to recreate this over the course of only thirteen hours. Matt and Foggy’s friendship is treated by the writers and actors with an amount of respect and dedication that surpassed the wildest dreams of the DD nerds who run this blog. And so, when Foggy finds out about Matt’s vigilante activities (before practically anyone else!) at the end of episode 9, the moment is as immensely powerful as it rightfully deserves to be. And the fact that they included this huge development in their relationship so soon is exciting, because the show is now fully equipped to explore all the wonderful complications of Foggy sharing Matt’s big secret. 

Keep reading

Top 10 Things I really wish people would understand about autism

1. Autism is CLEARLY an autosomal recessive genetic trait that is not effected by gender, class or race. (meaning black women are just as likely to be autistic as white boys people!) This also means autism doesn’t just magically go away at age 18; it is  forever.  Negative symptoms of Autism can get better or worse by learning coping strategies or getting more overwhelmed physically and mentally.


2. There is no way vaccines could cause autism; even if autism wasn’t a genetic trait, which it is!


3. Being autistic means you are smarter, have an overall higher cognition level of most things/a higher I.Q. ,not lower compared to most people.

Autistic people tend to be far more creative, intelligent, strong willed and honest then the average person.


4. If a person cannot speak this doesn’t mean that person can’t hear you, understand you, or that they are incompetent or unintelligent.


5. Being “socially stupid” does not mean that you are stupid at everything else.


6. Some Autistic kids really need home school and some really need the push for more social interaction in public school.


7. The main “problem for autistic people” isn’t “behavior issues” it’s communication issues and having a nervous system that makes the person 10 times more sensitive then the average person which is mentally and physically overwhelming.


8. Because autistic people are so overly sensitive to everything, people need to realize things that are just a little harmful for all people like :

dust, pollen, gluten, high sugar diets, sound pollution, light pollution, florescent lights, everyday chemicals

are horrible for autistic people and can cause them to be so overwhelmed they cannot speak/ are in extreme discomfort daily.


9. Because autistic people are so overly sensitive to everything, people need to realize things that are just a little good for all people like:

building ramps instead of stairs to houses, living in a clean, quiet, peaceful environment. Using pet therapy, swimming therapy, occupational therapy, seeing a councilor once in awhile, brushing therapy, weight therapy, having a very comfortable bed, eating and exercising correctly, being your own best advocate

can REALLY help any autistic person be so much happier, healthier and independent.


10. Sometimes a parent and autistic child can do everything right and an autistic child will still not be able to be independent, safe alone, will still be in agony and cannot speak. Until we recognize that the main problem for Autistic people is a hyperactive nervous system and address this scientifically there will be little hope of change for these people.

Artist:

Benjamin Garcia

“Hypersense”

Acrylic on Linen

40 cm x 50 cm


“Just finished this one for the 3rd annual ‘POW! WOW! Exploring The New Contemporary Movement’ Curated by Thinkspace Gallery!

The opening Reception will be: Sunday, February 7th 6-10PM
On view through February 15th
Honolulu Museum of Art School
111 Victoria Street
Honolulu, HI 96814

So if you are around check it out!”

http://thinkspacegallery.com/shows/2015-01-powwow/

Les surefficients mentaux sont souvent hyperréactifs, hypersensibles, écorchés vifs, souvent dépressifs, qu'une parole sans intention agressive peut, le plus souvent par simple maladresse et manque de précautions, blesser profondément…
—  Christel Petitcollin - Je pense trop

Je suis assise sur un banc, au soleil, en train de potasser mon projet (mes projets ? je sais plus, tout se mélange et c'est bon signe dans mon cas) et je retiens mes larmes depuis vingt minutes parce que je suis à nouveau au point “je respire mieux, j'y vois plus clair, je suis à nouveau inspirée” et ça me fait chialer de soulagement. D'abord parce que je suis une chialeuse, ensuite parce je suis une hypersensible, mais surtout parce que ça fait plus d'un an, en réalité, que j'ai la tête coincée au fond du cul et que je sais plus trop où aller. 

Quand il s'agit de rassurer les gens, je dis toujours très facilement que ça prend du temps, que c'est long et douloureux mais que tout passe et tout s'arrange du moment qu'on fait le choix de continuer à marcher dans la bonne direction. Quand il s'agit de moi, en revanche, j'ai vachement plus tendance à dire que je vais jamais m'en sortir et que je suis qu'une merde et que je suis juste bonne à propulser les gens dans la bonne direction et balancer des phrases faciles et réconfortantes tout en restant au fond de mon trou. 

Et l'ironie de la situation, c'est que c'est ce constat, précisément, ainsi que quelques événements concrets qui sont venus le confirmer, qui m'a mise sur la bonne voie. C'est ce verdict cruel et sans appel qui m'a ouvert la porte vers un après, un peut-être un peu moins incertain et clairement plus optimiste. Ma mère m'a toujours encouragée à transcender et sublimer le pire, à tirer le meilleur de toute situation, aussi pourrie soit-elle. Et je le répète sans cesse à ceux qui ont besoin de l'entendre, tout en espérant parvenir à l'appliquer à moi-même quand l'occasion se présente. 

Mais parfois, c'est en étant actif dans la merde et dans la haine, de soi, des autres, de la vie ou des trois, en pataugeant mollement dans une bouillasse épaisse et putride, qu'on finit par mettre la main sur un bout de solution. C'est en acceptant la douleur et le chagrin, les épreuves et les échecs, les questions laissées sans réponses et l'inactivité étouffante qu'on finit par trouver une issue. Quand la pensée positive ne suffit pas, quand il ne reste plus que l'instinct de survie et le vague désir d'amélioration, on peut choisir de se laisser submerger par nos manquements en espérant ne pas y laisser sa peau et en ne perdant pas de vue l'objectif final : survivre. 

Parce que la douleur est inévitable et qu'on ne choisit pas toujours de fermer la porte à nos démons, il n'y a plus qu'à plisser les yeux dans le brouillard en attendant d'entrevoir une autre issue. 

Et je crois avoir trouvé la mienne. Et si ce n'est pas ça, j'irai refaire un tour dans le labyrinthe et je retenterai le coup, même si c'est en chouinant et traînant des pieds.

J'aime les filles différentes. Qui ont un vécu plus ou moins difficile. Qui en ont vu des “vertes et des pas mûres”. Qui ont de la profondeur. Qui sont intelligentes d'une manière ou d'une autres. Intéressantes du coup. J'aime les filles qui sortent du lot. Qui sont discrètes, timides et humbles. J'aime les filles gentilles et sympathiques. Celles qui sont attentionnées. Celles que je comprends sans qu'elles ne disent rien. J'aime les filles sensibles voire hypersensibles. Celles qui ne cachent pas les choses. Les filles honnêtes et sincères. Franches même. Celles qui ont de la discussion, des idées, une conception bien à elles des choses. Qui sont prête à en parler, à argumenter. À changer d'avis. J'aime les filles qui n'ont pas de tabou. J'aime les filles matures mais qui ont gardé leur côté enfant. Les filles qui aiment la nature et les animaux. Celles qui aiment lire et/ou écrire. Celles qui pratiquent une activité artistique ou qui aiment simplement l'art. J'aime les filles émotives ; à fleur de peau. Délicates et fragiles. Mais fortes malgré tout. J'aime les filles fidèles jusqu'à la mort. Les filles romantiques. Les filles qui savent ce qu'est la mélancolie. Les filles qui restent quand je leur raconte mon dur passé. Qui restent quand je montre mes faiblesses. Qui restent quand je m'attache trop. Quand je me montre trop présent. Celles qui me rassurent en me disant qu'elles ne vont pas m'abandonner, qu'elles sont là, pour toujours jusqu'à la mort. J'aime les filles sur qui je peux compter. Qui peuvent me soutenir quand je plie sous le poids des maux, quels qu'ils soient. Les filles câlines et démonstratives. Les filles pudiques mais seulement en public. J'aime les filles qui arrivent à me comprendre et à me cerner…
J'aime ces filles qui n'existent que dans mes rêves.
À quoi est-ce que je pense quand je suis traversée par une émotion ?

Non, mais…. c'est vraiment une question de psy ça !! Sérieux !

Si, au début, je me suis dit que ça allait être terriblement difficile d'attendre, à l'affût, qu'un sentiment me submerge. Après une quinzaine de jours, je trouve qu'il est impossible de relever toute les fois où je suis traversée par une émotion.

J'ai beau avoir une vie intérieure très riche et aimer l'introspection, je ne me laisse que très rarement submerger par l'émotion. C'est un système de protection, je ne veux pas perdre le contrôle. Ainsi, je suis transparente, coule à travers moi tout un tas de sentiments que je minimise et analyse en temps réel. Tout est lisse et sans aspérité pour que rien n'accroche et ne risque de m'emporter.

Évidemment, je ne suis pas insensible pour autant. Je suis même plutôt du genre hypersensible. Je suis capable d'identifier énormément de sentiments qui me traversent au fil de la journée. Une même source peut également déclencher plusieurs sentiments, aussi bien que tout un spectre de nuances associées à une émotion.
Ainsi, quand je regarde l'instagram de Céleste Barber, la comique australienne, il me faut peu de ses selfis pour rapidement me mettre à rire de façon quasi-inextinguible. Parce que, c'est vraiment drôle. C'est une femme bourrée d'humour et d'autodérision dont le travail fait, à mon sens, beaucoup de bien pour montrer que les Peoples travaillent leurs photos perso comme les magazines de mode. Son message est simple, on ne peut pas tous prétendre à être belles et beaux en permanence, ça n'est pas une raison d'avoir honte de soi, de son corps et on peut en rire. En même temps que je ressens de la joie, un sentiment de légèreté et de liberté, j'observe le volume sonore que j'émets en fonction de l'heure, pour ne pas déranger les voisins. Je ne me laisse pas entraîner sur la rivière du fou rire si je suis en présence d'autres personnes, je ne veux pas paraître trop dérangée… Plus je rigole et me détends, et plus j'ai presque hâte de découvrir la suite. Plus les photos défilent et plus je suis surprise de réagir encore autant à certaines que j'avais déjà vues…

Mais pour être honnête, je ne crois pas que ça soit ce que la psy attende de ce “travail”.
Elle cherche à découvrir à quoi est rattachée mon sentiment d'être une femme piégée dans le corps d'un homme. Pour elle le caractère ‘genre féminin’ qui vient s'imposer à moi est lié à des émotions qui me gouvernent.
Il serait sûrement plus utile que je me focalise sur les souvenirs que je relie à quand je suis affectée par quelqu'un qui m'appelle “monsieur”, ou par ce à quoi je pense quand je vois des poils sur mon corps…
Et là… Y'a tout un enchevêtrement de paradoxes qui ressemble à une grosse pelote de noeuds.
Parce que d'avoir le sentiment, la sensation, la présomption, l'impression d'être une femme enfermée dans le corps d'un homme, ça n'est pas une émotion. Parce que, les sentiments sont liés aux sens, au système cognitif, comme l'émotion, mais que l'émotion est souvent reliée au débordement des sens, quand ce que l'on ressent nous submerge.
Je crois que je suis une femme, parce que je veux être bonne et que l'Homme est foncièrement mauvais.

Je suis humoralement et émotionnellement instable. Un rien peut me faire basculer d'un état à un autre, d'une émotion à l'autre. Et toujours dans les extrêmes. Je peux être bien puis d'un coup mal. Et inversement, être mal puis d'un coup bien. Je suis hypersensible et tout me touche au cœur. Je suis à fleur de peau. Je n'ai pas de protection. Je prends tout à cœur et pour moi. C'est moi… Et c'est difficile à vivre. Mais je me bats malgré tout. Je continue. J'ai encore de l'espoir d'être plus à l'aise avec moi-même, les autres et la vie. D'être épanoui. Je l'avais perdu mais je l'ai retrouvé cet espoir qui maintient en vie. Ça ne fait pas tout mais c'est déjà ça ! Ça ne m'empêche pas d'avoir des moments de tristesse et de solitude, de mélancolie. Mais ça me permet de voir au-delà de ces murs.
C'est ça l'espoir : voir au-delà des murs.
J'ai beau avoir 26 ans, je reste un putain de fragile, hypersensible et émotif. J'essaie de faire régner ma raison sur mes émotions mais c'est un dur combat.