hanch

anonymous asked:

omg yes! please write that ameridan fic!

I’m so happy to see other people on the Ameridan train. 

BECAUSE LET ME TELL YOU – can you BELIEVE there is no Lavellan x Ameridan fics out there!??! Its insane. I can’t believe people got to that part of the dlc and didn’t wonder “WHAT IF HE LIVED THOUGH?” LIKE

-What if Ameridan joined your team of Advisors??? Like he was a Knight and soldier to Emperor Drakon in Orlais. AND A DRAGONHUNTER? Like– he was practically a General, the FIRST SEEKER, A MAGE who can use TIME magic, the leader of all the Dalish elves, and the LAST inquistor??? 

-OKAY BUT Ameridan experiencing the world as it is now?? Coming across clans??? GOING TO THE WINTER PALACE. AN Orlesian travesty built on the bodies of his family. Of his people. His home, Halamshiral, is GONE. 

-Just come on. Ameridan taking Celene by the ear and saying “Listen missy, your great gerat great great gerat great Grandfather would be fucking PISSED you BRAT”

-Disputing the table quest about his Lineage himself!? Literally visiting his blood clan and the human claiming to be his relative and being like “UM NO BITCHES, IM AN ELF.”

-Discovering Ameridan owns a giant estate in Val Royouex thats still technically his cause it was a gift from Drakon. He donates it to city elves. 

-Him discussing time magic with Dorian, Seekers with Cassandra, and dragons with Bull. Meanwhile talking with Ellana about the elves now and how he can help them. 

-AND IF HE DOES COURT INQUIZZY LAVELLAN, hes like SUPER OLDSCHOOL. He like “Courts her” in a Dalish/Orlesian way. He writes a letter to her clan of his intentions, whittles her a charm, and sends lilies to lie on her doorstep that signify a marriage proposal. AND ELLANA IS LIKE “WTF I found this hankerchief in my armor??” and josephine is like “SOMEONE JUST DECLARED THEIR LIFE TO YOU VIA THE BOOKS I READ AS A GIRL.”

-He’s fluent in Orlesian and Elvish

-maybe he actually even believes the Herald the chosen of andraste. He is ANDRASTIAN too after all, and prays for the Makers blessing. He would be the BEST mediatter for a Dalish Inquizzy and the Chantry. THE PHILOSPHICAL QUESTIONS I HAVE FOR THIS MAN 

–MORE AMERIDAN. Hes so fucking interesting why did no one write about him!?!?! 

Birth and Bloodletting: A Feysand Pregnancy

This insult had gone on long enough. Kier would not allow this to go on. It was one thing to let a halfbreed be his High Lord. It was one thing to let a former human be his high lady, but  these…children, these abominations that would grow and one day rule over his home, they needed to be taken care of before they grew into their power, they needed to be taken care of before they were born.

—————

Her mate knelt to his knees, his lips brushing her stomach before kissing her, “I’ll be back, Feyre, darling. I promise, just a quick visit and then I’ll come back to you and Bartholomew and Biela. I’ve been gone for too long, they’ll start to think they are brazen enough to stage some kind of rebellion.”

She knew that, she knew that her people were growing restless and reckless. But that didn’t stop her from wanting Rhys by her side, not when she was due to give birth in less than a month. She wiped the tear from her eye, “Damned hormones.” She paused at the familiar name. “Biela? As in your sister?”

“Yes.”

She tilted her head in thought. The sister that was taken so savagely from her mate and his family so long ago. The fierce female that she, herself, had grieved despite not knowing her. “It’s beautiful. What about Bartholomew? Why that name?”

He shrugged, “I just like it.”

She snorted, “You just like the nickname we both know you would give him.”

Rhys’s lips curled up into a smirk, his starry eyes alit with anticipation. “That may be a factor.”

“Lucky for you, that name is beautiful. Our poor son is going to be teased so much.”

He squeezed her hand, “But he will be feared and strong and cunning. Most important, he will be loved. They both will be.”

Feyre kissed him, “Take Cassian and Azriel with you. I will stay with Mor and Amren. Me and the babies will be safe.”

“I’ll take Cassian but I’m not taking Azriel. Mor is so close to giving birth, I don’t want to separate him from her, not if I don’t have to.” Mor was only a few months behind her, the pregnancy has been a bit difficult for her. Her nightmares making it hard for her to relax. “I’ll take Blake and have Nate sit with you and the others. He’ll bring Bay and Az wont feel so outnumbered.”

Of all her nephews and nieces, Nate was the one she was closest to. He shared her passion for art. His talent was true and good. Many years of perfecting his craft, Nate was magnificent in his ability to create.

“Be careful, Rhys.” She wiped away the tear on her face, these damned hormones were getting on her nerves. “I already lost Nesta and my nephew. I can’t lose my mate too.”

“You won’t,” he swore. “I promise. You will still feel me through the bond. You won’t lose me, not anytime soon.” Why did it feel like those words were a direct challenge to the Mother?

—————-

Cassian lowered to his hanches, only for Aysel’s hands to rest on his face. He took one and kissed her palm. “Be a good girl for Aunty Amren. Daddy will be back sooner than you know.”

His daughter’s lip wobbled, a sure sign he was going to get a cry sounding through his head. “Don’t cry, Baby Girl. Bay will be here too.”

Her face lit up at her brother’s name. Her arms reached up, ready for him to pick her up. Pulling her up to his hip, Cassian whispered his last goodbye before handing her to Amren. “Take care of my daughter.”

She sniffed, “No one is getting their hands on the Princess.’

————-

Azriel surveyed his sons, Blake just came from the cabin. His shadows told him that he was there with Aurora and that Nate almost got his head bit off for retrieving him. “I would go but I need to stay with your mother and the High Lady.”

Blake’s face was smooth, the only lie to his irritation was the darkness of his son’s shadows slithering around him. “Yes sir.”

“Protect Rhys. There is something brewing in the Hewn City. I just haven’t been able to pinpoint what exactly. Protect him and protect yourself.”

“Yes sir.”

—————–

Keir turned to the others, “This will work. In order to end this insult, the High Lord needs dealt with first. He needs to be taken out of the equation. Lucky for us, we have had a benefactor who has taught us a few things about weakening his magic.” Keir’s lips stretched into a beautifully terrible smile. “Then we take out the Illyrians. They may be great, but our numbers even the odds. The whore won’t be able to help herself. She’s feel that bond go quiet and she’ll make her way to us. When she comes, I’ll cut those abominations from her stomach myself. This insult will not stand.”

The cavern of males and females of the purest blood grinned at him, thier smiles ready for the bloodletting that will finally come. Ridding their court of the half bred High Lord, the whore of a High Lady and those abominations in her womb.

It was his turn to rule.

——————

Here’s part one, IDK how many parts there will be, I’ve been daydreaming this fic for…awhile. Please leave a comment! XO

Falling Stars - Warmth (1)

Overview: Your story with Dean begins on the brink of your own darkness. You’ve accepted your new reality, surprised when Dean’s comfort offers glimmers of light that spark a hope for more in your chest. It may not be as predictable as the ground you’ve come to stand on, but you’re willing to risk everything. Because maybe there is more for you than what you see in yourself.

Characters: DeanxReader

Word Count: 872

Warnings: None - This is straight fluff

A/N: This mini series is based off of a poem I wrote for a past love of mine. Bits and pieces of my life are thrown into the mix. I hope you guys love it :)

Beta’d by my sole sister @wheresthekillswitch: “this conveys so much trust, without even saying it”

and my writing soulmate @hannahindie: “This made my heart do a thing.”

Masterlist

We rode in silence, but I was always silent these days. My brain tickled me with a memory of laughing on a swing set, leaning back and letting the breeze run through my hair before letting go of the metal links and flying with confidence into the open air. I’d landed on my feet then, but they’d been quickly swept out from under me a few months later by sharp teeth and darkness, pain and terror. I’d been rescued by strong hands and flannel wrapped muscles as they’d carried me to a new foundation on which I tried to grow new roots. But the carefree girl on the swing was now only a vague memory. And in the place of laughter, I’d settled into silence.

The car hit a pothole, making me jostle slightly against the door. I turned my head to look over at Dean with a grimace, but he only laughed.

“Where we’re going is worth the few bumps, kid. Trust me.”

I raised my eyebrows in question, but he just shook his head.

“You can be patient. You’ll see when we get there.”

Keep reading

One Pure Thought

a/n: a new story cus i like starting them more than finishing lol please tell me what you think and if you want me to carry on with this, I’m not entirely sold on if i should continue. If you enjoy it please say.

@beautifulramblingbrains@frecklefaceb@feminamortem@sharknadoslut@anditcametopass@pathybo@mimigemrose@societalfailure@captstefanbrandt@lostinthebeans@kenzieam@readsalot73

warnings: just smut 

Eric X OFC // Divergent Trilogy

word count: 3,230

Originally posted by ladanvm

“The date was a bust,” Eric shouted as he barged into his friend’s apartment, expecting to find Goya sitting in front of the TV. Instead, his eyes landed on Goya’s roommate and younger sister, Geiger.

“Goya’s out. It’s just me,” she replied turning her head to look at him over the back of the couch. She had the night off and had been drinking alone, watching cartoons in the ratty, oversized shirt she slept in. Twisting around, she rested her elbow over the edge as she sat sideways on the cushion, “What’s up?” In the few months since finishing initiation and moving into the apartment, Geiger quickly came to realize how common it was for her older sibling’s best friend to just barge through the front door.

“Shit date,” Eric grumbled as he stomped over and flopped down on the sofa next to her before kicking his legs up on the coffee table as he crossed his arms. The young Dauntless leader first met Goya during initiation; the two bonded quickly and it wasn’t much later that he met Geiger.

“What was wrong with the girl this time?” she teased, taking a drink from the beer bottle while Eric glared out the corner of his eye.

“She was an idiot,” he huffed, exhaling through his nose. “She didn’t know the word ubiquitous.”

Keep reading

Mon peuple de France

Je suis une fille d'immigrée. Alors j’ai de la chance parce que ma mère fait partie de la soi-disant ‘bonne immigration’ - blanche, européenne, mariée avec enfants à un Français, etc.  (Ça l’a pas empêchée de se prendre une montagne de condescendance dans la gueule - mais une fraction infime de ce que subissent ceux qui ne rentrent pas dans ces critères rances et racistes.) Donc bon elle m’a élevée avec un oeil critique sur la culture française mais en même temps (!!!) une grande appréciation pour la beauté du pays et les raisons pour lesquelles elle y a fondé une famille. Parce que oui - c’est possible d’aimer et de rester lucide à la fois, étrangement.


Entendre le FN hier déblatérer ses conneries en prime-time et les justifier au ‘nom du peuple’ et de la ‘culture française’ m’a retourné l’estomac. Ça me fout la honte d’être française.


Ma France c’est les petits villages et les champs de boutons d’or et les pots-aux-feux qui mettent cinq heures à cuire, ma famille paternelle descendue de paysans charentais et leurs histoires de gloire et de petites misères, ma grand mère qui s’extasie sur Rabelais en nous filant des boudoirs à tremper dans du vin rouge pour quatre heures, les heures passées à jouer dans les rangs de vigne et à chaparder des raisins. L’image d’Épinal, je connais. Mais ce n’est qu’une vision tronquée de ma France.


Ma France c’est la voisine qui fait un couscous de ouf et invite la moitié du quartier en plus de la famille parce que plus on est de fous plus on rit. Ma meilleure amie du collège qui garde précieusement les robes brodées qui sont le seul héritage de son père algérien  disparu. Mes potes de lycée qui se lèvent avant l’aube durant un voyage de classe pour manger une datte parce que c’est le Ramadan, ou qui m’apprennent à danser correctement avec un châle autour des hanches.


Ma France c’est mon prof d’Histoire de 3e qui m’a fait aimer la matière pour la première fois parce qu’il montrait enfin les jeux de pouvoir, les tensions et les fragilités humaines sous les récits lénifiants sur les Grands Hommes. Mon prof d’Histoire de la fac qui nous explique l’impact des pamphlets pornographiques sur la Révolution Française ou nous joue la chute de Robespierre de manière tellement viscérale qu’on s’y serait crus.


Alors oui la France c’est aussi ma tante raciste qui explique à table que l’Afrique se portait mieux sous la colonisation, ou qui fait la morale à grand mère parce qu’elle a un petit copain à son âge et puis la bible dit que le mariage c’est pour toujours et entre un homme et une femme. C’est les gens qui parlent à ma mère comme si elle était débile parce qu’elle a un accent. Et puis c’est ma pote algérienne sommée de revenir de vacances en avance pour venir faire le ménage et la cuisine à son frère (et puis mon comportement très cringy white feminist savior envers elle à l'époque). C’est parfois une grosse boule de rancœurs, de lâchetés d'incompréhension et de souffrances. Mais la France peut être tellement plus. Un pays où on parle et où on apprend aussi à faire face aux horreurs du passé, et à faire des excuses si nécessaire. Parce qu’on se construit sur une vision de nous mêmes autrement plus exigeante qu’un simple appel à la vanité mièvre et passéiste.


Ma France est complexe. Elle est faite d’histoires douloureuses, contradictoires, qui s’entrechoquent souvent. Ma France c’est l’hédonisme joyeux et communicatif, peu importe ce qu’il y a sur le barbecue. C’est la fierté brouillonne qui part dans tous les sens et l’esprit critique féroce. C’est tellement plus que la bulle anémique des obsédés identitaires qui ont besoin de se construire des chimères parce qu’ils n’ont pas les couilles pour faire face à la réalité. Ma France tend la main et se foire quatre fois sur cinq, mais on continue d'essayer. Ma France est vivante, pas un fantasme empaillé.


La France est tout ça et bien plus encore ou elle n’est rien.


J’emmerde le Front National, aujourd'hui et pour toujours.

Je veux encore rouler des hanches,
Je veux me saouler de printemps,
Je veux m'en payer, des nuits blanches,
A coeur qui bat, à coeur battant.
Avant que sonne l'heure blême
Et jusqu'à mon souffle dernier,
Je veux encore dire “je t'aime”
Et vouloir mourir d'aimer.
—  Barbara, La Solitude
Léviter

Tu étais là, avec moi
Et le temps s'est arrêté
Tu m'as prise dans tes bras
J'ai compris que je t'aimais
Tes mains sur mes hanches
Ma bouche sur ton cou
L'amour, c'est étrange
D'un coup on devient fou
Non corps sont si proches
Tes mains sur mes fesses
Je souris, ça m'écorche
Tu l'embrasses je te laisse
Tu me veux, je le sais
L'amour dure une nuit
Je t'aime et tu le sais
Et demain on s'oublie.

Je ne suis plus qu'amour
Toutes mes hanches brûlent
Si j'obscurcis le jour
En moi l'ombre recule.

Il se peut qu'à l'air pur
Mon corps sec tombe en poudre
Posé contre le mur
J'ai l'éclat de la foudre.

Le coeur de mon soleil
Le chant du coq le crève
Mais jamais le sommeil
N'ose y verser ses rêves.

Séchant selon mes voeux
Je fixe le silence
Quand les oiseaux de feu
De mon arbre s'élancent.
—  Jean Genet
Tes doigts dans mon sexe, ta langue sur mes lèvres, toi qui glisses sous moi, et prends mes hanches, et me soulèves, et me laisses glisser sur ton sexe, doucement, quelqu’un pourrait-il effacer cela, toi qui en moi lentement bouges, tes mains sur mon visage, tes doigts dans ma bouche, le plaisir dans tes yeux, ta voix, tu bouges lentement et cela me fait presque mal, mon plaisir, ma voix.
—  Alessandro Barrico

Je suis sortie marcher vers dix heures du soir. J’étais fatiguée de lire mon livre préféré qui parle de solitude puis j’avais chaud en dessous de la couette. Mes parents étaient sortis, ils allaient rentrer tard. Mon grand-frère était dans un bar. Il allait rentrer tard cette nuit, ou tôt demain matin. Ma petite sœur dormait chez la voisine pas loin de chez nous. Elle allait revenir dans deux jours, je sais plus trop. J’étais toute seule chez nous. J’ai enlevé mon soutien-gorge. Il me gênait. J’ai changé de chaussures parce que je voulais mettre mes noires au lieu des bordeaux. J’ai mis un pull à manches longue, une veste par-dessus.

C’était la première tempête de neige. Moi j’aime ça quand il fait tempête, parce que ça ressemble à ce qu’il y a dans ma tête. La seule différence, c’est que dans ma tête, la neige est sombre. J’aime mieux la neige blanche, j’imagine que vous comprenez pourquoi. J’ai commencé à marcher, puis j’avais vraiment vraiment envie de te voir. D’habitude, je vais chez toi en vélo, mais là j’avais vraiment vraiment envie de marcher. C’est rare que ça arrive, alors j’ai marché jusqu’à chez toi. C’était quand même long, à peu près une heure et trente minutes. J’avais vraiment vraiment froid en arrivant devant la porte de ton bloc d’appartement. Il neigeait vraiment vraiment fort, c’était comme des micros morceaux de glace qui fonçaient dans mon visage. Ce n’était pas de la grêle mais ça faisait mal comme si. Ton adresse ne paraissait presque pas, il faisait noir et la lumière n’éclairait presque pas.

J’ai sonné. Mes doigts étaient tellement gelés que je n’ai même pas senti la sonnette sur mon index. J’ai juste entendu le « bip » de la porte. Je l’ai ouverte et je t’ai vu dans l’encadrement de la porte, en boxer, avec une tasse de café dans les mains et des chaussettes dans les pieds. T’étais beau, avec tes vieilles lunettes puis ta barbe de trois jours et demi, ou quatre. Avec tes cheveux bruns en pagaille. Avec tes yeux puis ta bouche. Tu m’as fait signe de rentrer, tu m’as dit que j’avais l’air d’avoir froid. J’ai dit oui. T’es allé dans la salle de bain et t’as ouvert le robinet d’eau chaude pour me couler un bain. J’ai enlevé mes affaires. T’es revenu me voir, t’avais enfilé un tee-shirt blanc pas tellement opaque alors je voyais encore ta peau au-dessous. Tu m’as donné deux baisers sur les joues, à commencer par la joue droite. Tes baisers, je les trouvais vraiment vraiment enivrants et excitants. Tes baisers laissaient place à une éventuelle séance d’embrassade interminable. Ça me faisait du bien. Puis en plus tu faisais exprès de frôler un peu le coin de mes lèvres. Juste pour que je te désire encore plus. Pis tu savais très bien que ça me faisait ça à chaque fois que tu me donnais des baisers sur les joues. C’était un peu de la torture.

T’es allé éteindre l’eau du bain. T’es allé dans la cuisine pour prendre une bouteille. J’ai enlevé ma veste, mais t’es arrivé, puis avec tes yeux tu m’as demandé si tu pouvais faire le reste. Je me suis laissée faire. T’as fait ça doucement, tranquillement, avec tes mains qui doutaient amoureusement le long de mon dos, de ma taille, de mes hanches. D’un autre regard tu m’as ordonnée d’enlever ton tee-shirt et ton boxer. Je l’ai fait, mais tu me connais, maladroite comme je suis ce n’était pas tellement sensuel. T’as souri et tu m’as chuchoté à l’oreille que c’était pas grave. Je savais que ton sexe était à la hauteur de mon bas du ventre, mais je faisais vraiment de très gros efforts pour ne pas quitter des yeux ton regard hypnotisant parce qu’il en disait tellement.

Je suis entrée en premier dans le bain, l’eau était vraiment vraiment chaude et mon corps était vraiment vraiment froid. Un contraste de température qui m’a fait pousser un petit cri tout doux de soulagement. Quand ton corps nu est venu se coller contre le mien, je n’avais pas tellement d’autres choix que de me blottir dans tes bras et de sentir ton souffle respirer lentement derrière mon cou. Les papillons étaient clairement là, en train de virer fous dans le creux de mon estomac. C’était malade. De tes mains frêles tu as voyagé tout le long de mon corps, en passant par mes fesses, mon ventre, mes seins. T’as terminé ton voyage entre mes deux cuisses.

Je n’aurais peut-être pas dû, mais je t’ai arrêté pour te demander si on pouvait ouvrir la bouteille. T’as ri et j’ai vu tes dents. Tes dents blanches et droites. J’ai vu ton rire. Ton rire qui me fait tomber encore plus amoureuse de tes yeux. T’as ouvert la bouteille, j’ai bu la première gorgée. Tu m’as fait rire et je l’ai recrachée dans le bain. C’était drôle. On a fini la bouteille quand même vite. À deux, ça va mieux. Ça faisait deux heures qu’on était dans le bain, je commençais à être ratatinée puis l’eau refroidissait. On s’est levés, essuyés, tu m’as donné un baiser sur les lèvres, ça m’a fait du bien. On a sorti la pizza du frigo et on a commencé à manger. J’avais faim, toi aussi. L’alcool faisait effet depuis un bout, et la tomate remplaçait peu à peu le goût acide dans ma bouche. Le vin mélangé à la tomate mélangé à ta bouche et à ta salive. C’était bon. À vrai dire, j’avais attendu cette soirée depuis tellement, mais tellement longtemps. Depuis la soirée où j’étais supposée dormir sur le divan. Je t’ai demandé de mettre de la musique et tu as toute suite compris ce que je voulais.

On est complètement nus, les cheveux un peu mouillés à cause du bain, le coin de la bouche tâché de tomate, les yeux pétillants à cause des lumières de Noël qu’on a accrochés ensemble partout dans ta chambre et la troisième bouteille de vin que tu embrasses avec passion, tellement que ça m’excite un peu. J’ouvre la bouche pour te dire quelque chose, mais j’avais pas remarqué que ta session avec la bouteille de vin était terminée, puis tu m’as carrément sauté dessus. La musique rendait le moment comme en suspens au-dessus de ton lit. Une mascarade d’imprévus s’est abattue sur nos corps quand, essoufflé, la voix rauque, tu m’as demandé si je voulais de l’eau. J’ai dit oui.

Quand tu es revenu, j’ai bu un peu d’eau. J’étais fatiguée. Toi aussi. T’étais saoul. Moi aussi. On a fini par s’endormir, ma tête dans le creux vraiment chaud de ton cou et tes mains qui jouaient dans mes cheveux. Le soleil nous as doucement réveillés le lendemain matin, tu m’as embrassée et le désir était palpable jusque dans les pores de ta langue moite et endormie. Tu t’es levé, je t’ai trouvé vraiment sexy dans ton boxer noir. On s’est habillés et on est sortis dans la rue, les pieds foulant le trottoir glacé et les arbres, les maisons, les voitures, tous ensevelis de neige. C’est avec les oreilles rouges et le bout des doigts gelés que nous sommes entrés dans le café. On se parlait à peine, on ne faisait que lire, écrire, se regarder et se désirer pour la cent millième fois. Cent millième, vraiment ? J’y vais au pif, mais c’est certainement moins que ça, quand même.

Je crois que je connais d’avantage les racoins de ton corps que ceux de ton âme, de ta tête. Un peu plus ceux de ton cœur. J’ai l’impression que ta langue connaît d’avantage l’intérieur de mes joues que la mienne. C’est ironique, évidemment, mais c’est certainement un peu vrai, tout ça.

Avec le temps, je suis probablement devenue aveugle à l’indifférence et aux projets qui s’éternisent sur une trop longue période de temps. Au final, j’oublie pourquoi je m’étais engagée alors s’il te plaît, ne sois pas fâché si je suis retournée chez moi l’après-midi même. Dis-toi que je reviendrai bientôt. Dans, genre, deux jours.

—  seule-itude

Tu étais quelqu’un de sensuel. Tes mains aimaient danser sur les peaux, prendre des sexes et les amener au bord du souffle, apeurés, étonnés. Tu marchais avec des désirs coulés dans les hanches et ton âme basculait, consentante. Tu aimais les odeurs de leurs corps. Glisser ton nez dans l’aisselle, dans les aines, les cheveux. Tu aimais caresser, toucher, tu aimais qu’ils t’écartent, te découvrent, te lèchent. Partout. tu aimais qu’ils te mordent la nuque, qu’ils frottent leur sexe entre tes fesses. Tu aimais leur langue derrière tes genoux, qu’ils te disent « Dis-moi ce que tu aimes » et qu’ils fassent connaissance avec ton corps. Tu aimais qu’ils entrent en toi pas seulement avec leur sexe, mais avec l’âme, le désir. Tu aimais ceux dont le désir ne s’arrêtait pas au sexe, mais devenait vénération, communion.  Ceux qui savaient prendre et donner tout. Tu aimais qu’ils emmêlent tes cheveux entre leurs doigts et qu’ils murmurent « je t’aime » pendant l’amour. Tu aimais les fruits entre les caresses, l’eau sur les corps, la goutte à boire dans le cou. Tu aimais qu’ils pleurent, parfois, parce qu’ils touchaient à un monde inexploré et que le désir est sur le chemin le plus lumineux de l’inconnu. Tu aimais qu’ils te regardent en essayant de tout saisir de toi, de ce qui se livre quand on s’abandonne. Tu aimais qu’ils cherchent sur ton corps les cicatrices de l’enfance, le carré de peau le plus doux, celui qui chatouille. Tu aimais accéder à leur intériorité alors que vos corps se soudaient, s’imbriquaient, exigeaient de se fondre l’un dans l’autre. Tu aimais goûter au sel des plages dans leur dos, les textures des salives. Tu aimais entendre chaque soupir, les râles, les cris. Tu aimais pencher la tête et te sentir vaincue par l’absolu, la plénitude.

Ne dites pas à mère que je suis vivant, Lyne Richard

Tu sais
J'suis pas vraiment le genre de filles à qui on fait confiance
Parce que je suis bancale
J'marche pas droit
J'fais peur quand j'ai trop bu et
J'fais pitié quand j'chiale, quand j'fonds en larmes
Dans les soirées, dans les boîtes de nuit
Dans les salles de classes, dans les parcs, dans les jardins

Tu sais
J'suis pas vraiment le genre de filles à qui on fait confiance
Parce que psychologiquement
Là-haut
Ca va pas très bien tu sais
Ca tourne pas rond, c'est pas bien réglé
J'dors mal la nuit
Je sais pas pourquoi mais y a ce truc dans ma tête y a ce truc
Là-haut
Ce truc dans mon esprit dans mon âme c'est comme
une tempête
Mais pas une tempête violente
Non c'est doux c'est délicat c'est lent mais c'est pas moins destructeur
Tu sais
C'est une tempête au ralenti mais qui détruit tout sur son passage
C'est silencieux
C'est petit
Les autres ils pensent que c'est rien
Mais moi je sais qu'elle est là cette tempête
Et je l'oublie pas je sais que
Un jour ou l'autre elle finira par raser tout
là-haut

Tu sais
J'suis pas vraiment le genre de filles à qui on fait confiance
Parce que j'ai des problèmes avec moi-même
depuis trop de temps
j'ai des problèmes avec mon corps
depuis trop de temps
J'me demande souvent comme ils font
les autres
pour être bien avec eux-même pour ne pas
chialer quand ils croisent leur reflet
pour ne pas
avoir envie de se foutre en l'air quand ils se regardent
parce que moi quand je me vois
quand je dessine de mes yeux les formes de mon corps
les traits de mon visage
le contour de mes cuisses de mes hanches et mes bras
mes épaules mes clavicules mon cul mes seins
J'sais pas
J'sais pas ce qu'il se passe là haut mais putain
J'vois rien j'vois rien d'autre
qu'une énorme boule de gras
de dégoût de haine de hargne et putain
pourquoi je suis comme ça qu'est ce qu'il se passe dans ma tête
il se passe quoi là haut
et puis putain pourquoi je bouffe je devrais pas
je devrais pas manger je devrais plus rien avaler
je devrais
me laisser crever la gueule ouverte je devrais
m'arrêter et laisser la faim m'emporter je devrais
ne plus vivre ne plus parler ne plus jouer
ne plus jouir ne plus avoir envie je devrais
crever crever crever
mais je dis rien
Tu sais
Souvent je me vois dans le miroir et je ne dis rien
Je reste là comme une conne
J'me demande qui serait intéressé par quelqu'un
comme moi
Mais je ne dis rien
Y a cette rage qui naît au creux de ma poitrine
et dans mon ventre
j'ai envie de me hurler mais bouge toi putain
saute d'un immeuble saute d'un pont
prends le médoc de trop et taille toi les veines
fous toi en l'air fous toi en l'air
Mais je ne dis rien

Tu sais
J'suis pas vraiment le genre de filles à qui on fait confiance
Et puis
Pas vraiment le genre à qui tu devrais parler
Pas vraiment le genre avec lequel tu devrais traîner
Tu devrais pas être là avec moi tu devrais pas m'écouter
Tu sais
Tu devrais t'enfuir y en a tellement d'autres filles
Y a tellement d'autres personnes, des personnes qui
Te méritent vraiment et que tu mérites, des meilleures personnes
Tu sais
Tu devrais partir, prendre une voiture et te casser loin, tu devrais
T'assurer que je ne te suive pas et t'assurer que je ne vais pas
Te porter la poisse parce que
Tu sais
Je suis une malédiction moi je fous en l'air les gens
J'leur fais pas du bien j'leur fais du mal je les blesse je les brise
Tu sais
Tu devrais te casser de là, conduire les vitres ouvertes
Et la musique à fond
Tu devrais
Voler un peu d'argent à tes parents juste de quoi survivre et
Tu devrais aller refaire ta vie plus loin, enfin où tu veux
Mais ailleurs
Tu devrais te trouver un nouvel appartement une nouvelle vie
de nouveaux lieux un nouveau milieu
une nouvelle odeur de café noir au matin
De nouvelles cigarettes un nouveau bar
Une nouvelle bouteille d'alcool et un autre mec avec qui dealer
tes conneries de drogue
tu devrais
T'enfuir et en profiter pendant que j'ai trop bu tu devrais
Pas être là mais surtout pas avec moi tu devrais
redécouvrir le monde et repeindre tes idées toutes faites
T'es quelqu'un de bien tu sais
Tu sais
Tu sais

Je sais jamais si j'ai besoin
d'un câlin, de tes bras
d'un bon rail de coke ou une putain de taffe
d'un café ou d'une bonne chanson
de nouveaux tatouages ou d'espoir
de 15 shots de vodka ou juste du soleil sur ma peau
Tu sais je sais jamais
Tu sais je sais pas grand chose
Tu sais rien je sais
Je sais peu mais je sais
Que toi et moi ça durera pas ça peut pas durer
Parce que je suis pas quelqu'un de bien
Je l'ai jamais été
Moi j'te mérite pas
Et toi tu mérites pas de vivre
Ce que je fais vivre à ceux qui trainent trop avec moi
Tu sais
Avancer avec moi c'est comme
avancer au bord d'un gouffre et moi j'suis
des bourrasques à 100km/h
J'suis le souffle du vent sur ton visage
J'suis le mistral qui brise ton équilibre
J'suis la tempête
Violente et dévastatrice
Éclatante et brusque
J'suis la tempête
Passionnée et impulsive
Effroyable et tranchante
J'suis la tempête qui te détruit
J'suis la tempête qui te pousse du haut des buildings
quand tu marches trop près des bords
du haut des ponts, des précipices
J'suis le cachet de trop
L'entaille trop profonde
Le nœud du pendu
le rond du canon sur ta tempe
J'suis ton dernier au revoir
ta lettre d'Adieu
J'suis pas vraiment le genre de fille à qui on fait confiance.

Son corps contre le miens. Ses lèvres sur les miennes. Ses mains dans mon cou. Il me regarde avec ce sourire sur les lèvres. Puis descend ses mains, les fait parcourir sur mon corps, descend de plus en plus jusqu'à se retrouver sur mes hanches. Il continue de me fixer. Toujours avec ce même sourire. Puis me plaque contre le mur derrière moi. Je voudrais crier. Hurler. Me débattre mais impossible. Je n'arrive pas à bouger. À parler. Je suis tétanisée. Je ne peux pas faire le moindre mouvement. Aucun son ne sort de ma bouche. Je suis seule face à lui. Il fini par baisser son regard, il fini par enlever ses mains de mes hanches. Il fait voler mes vêtements et en l'espace de quelque seconde je me retrouve par terre. Le poids de son corps me fixant au sol. Je me retrouve par terre son souffle chaud dans mon cou. Et ses mains parcourant mon corps. J'étais seule. Désemparée. Il ne s'arrêtait pas. Il ne comptait pas s'arrêter. À quoi bon ? Il a continué, il posait ses mains partout sur mon corps. Il s'amusait avec moi. Il voyait les larmes couler de mes yeux. Il savait. Mais il souriait toujours. Me regardant dans les yeux il continuait de passer ses mains sur moi. Puis plus rien. Ma vie s'est arrêtée. J'étais là. Il était sur moi. Mais je ne réalisait plus. J'avais pris l'habitude en quelque sorte. C'était toujours la même chose. Je me mettais à pleurer et lui il continuais de me tripoter avec ses mains. J'ai cru mourir des dizaines de fois. J'ai pensé que je ne m'en sortirais jamais. J'avais honte si vous saviez. Je me sentais sali. Que restait-il de mon corps ? Que restait-il de moi ? Je vous le demande autant que je me le demande. Au final il ne restait rien. Mon corps ne m'appartenait même plus. Il était à lui. J'avais peur. Tellement peur si vous saviez. J'ai voulu hurler. Crier. Me débattre. Mais j'étais tetaniser. Nan. Ne pleurer pas. N'ayez pas peur. C'est mon histoire. Pas la leur.
—  @mentalementmortee unefilleperduetplus

Si vous ne me reconnaissez pas, c'est que vous ne me connaissiez pas.
Je suis telle que j'ai toujours été, même si l'on me fit porter robes et serre-tête pour me contraindre plus que ne le font ces liens et ces barres.
Aujourd'hui, la pâleur de ma peau révèle l'obscure clarté de mon for intérieur délivré de vos carcans moraux. Mes mains et mon esprit sont libres.
Que claque ce fouet sur mes hanches!