guetan

Industrie : Deux nouvelles huileries à Koulikoro d’ici mars 2016

Ces unités qui vont coûter 6 milliards Fcfa, créeront 300 emplois directs dans la cité du Méguétan

La capitale du Méguetan ne pouvait souhaiter mieux : l’installation de deux nouvelles huileries de dernière génération d’ici mars 2016 qui offriront aux Koulikorois 300 emplois direct. Un ouf de soulagement pour ces Koulikorois plongés dans une dure épreuve depuis le rachat en 2005 par le Groupe Tomota de l’Huilerie cotonnière du Mali (HUICOMA) avec toutes les conséquences que l’on sait.


La ville de Koulikoro est située à une soixantaine de kilomètres à l’est de Bamako. Ici, l’activité économique tournait autour des unités industrielles que comptait la ville : HUICOMA, bien entendu, la Compagnie malienne de navigation (COMANAV), l’Industrie de constructions navales (INACOM), les Grands Moulins du Mali (GMM), la Briqueterie moderne du Mali. Aujourd’hui seuls les GMM tournent véritablement tandis que l’espoir revient à la COMANAV avec l’inauguration toute récente de deux bateaux neufs qui vont prolonger la saison de navigation.
HUICOMA était, elle, vitale pour la capitale du Méguetan. Une grande part de l’économie de cette vieille cité industrielle tournait autour de cette usine qui produisait de l’huile raffinée, commercialisée et consommée partout à travers le pays. Sa fermeture a été un coup dur à la hauteur du nombre de bras valides que l’unité employait. Les femmes excellaient dans la transformation des résidus de l’usine en savon qu’elles vendaient un peu partout à travers le pays. L’usine était le principal employeur de la localité. Aujourd’hui, sa fermeture a entraîné la dislocation de nombre de familles, la déperdition scolaire des enfants particulièrement des filles, l’accroissement de la pauvreté, bref la galère généralisée.
Pour réveiller l’espoir dans le Méguetan, le Groupe Achcar a décidé de doter la ville de deux nouvelles huileries. Le protocole d’entente marquant l’adhésion du gouvernement à ces projets a été signé vendredi au département du Commerce et de l’Industrie. Les documents ont été paraphés par le ministre Abdel Karim Konaté et le PDG du Groupe Achcar, Cyril Achcar.
A cette occasion, le patron du Groupe Achcar révélera que le souci premier de son groupe, au delà de l’aspect économique, est de doter le pays d’huileries modernes avec des produits de grande qualité et diminuer ainsi notre dépendance aux importations. « Les deux unités qui verront le jour d’ici mars 2016 seront dotées de normes techniques et de technologies de pointe. Ils utiliseront 60.000 tonnes de graines de coton par an, produiront 12.000 tonnes d’huile raffinée et créeront plus de 300 emplois directs », a-t-il annoncé.
Cette réalisation s’appuie sur l’accompagnement de la Société financière international, filiale du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a-t-il indiqué. Cyril Achcar a invité l’Etat à un accompagnement adéquat en revivifiant la lutte contre la fraude qui constitue un véritable frein au développement industriel de notre pays.
Le ministre du Commerce et de l’Industrie a situé le projet dans la droite ligne du programme de développement du président Ibrahim Boubacar Keita qui vise une croissance forte, créatrice d’emplois et de richesses, tirée par la transformation de nos produits agricoles. « Ici, au niveau du département en charge de l’Industrie, l’on s’attèle à transformer cette vision du chef de l’Etat en actions concrètes. C’est ainsi qu’on a signé le 5 mai dernier avec trois unités industrielles en l’occurrence la SONATAM, la COMATEX et la TCB des contrats de performances pour fixer les modalités d’accompagnement du gouvernement à ces industries et améliorer leur compétitivité. Et le 8 mai, nous avons signé avec la société chinoise de industries légères pour la coopération technico-économique avec l’étranger (CLETC) en vue de l’implantation au Mali de quatre unités industrielles pour la transformation des produits agricoles et l’aménagement des zones agricoles. Tous ces projets découlent de cette volonté de développement du secteur industriel de notre pays, principal moteur de la croissance », a détaillé Abdel Karim Konaté.
Cependant, de toutes les cérémonies que nous faisons dans ce département, celle-ci est de loin la plus marquante, a-t-il assuré. « Il s’agit de doter la ville de Koulikoro de deux nouvelles huileries. Koulikoro, nous le savons tous, vit le martyr depuis la fermeture de HUICOMA avec ses conséquences socioéconomiques incalculables Ces deux unités créeront plus de 300 emplois aux Koulikorois donc un nouvel espoir à des milliers de familles », a souligné Abdel Karim Konaté. Il a rassuré le Groupe Achcar de la disponibilité et de l’engagement du département à intensifier la lutte contre la fraude, un des goulots d’étranglement du développement industriel.
Le ministre Konaté a rappelé l’ambition de son département de faire du sous-secteur des huileries, un nouveau pôle industriel devant assurer l’approvisionnement de notre pays en produits alimentaires de meilleure qualité et peu onéreux, le soutien à l’élevage intensif par la mise à la disposition des aliments du bétail de qualité, l’approvisionnement des savonneries en matières premières de qualité requise et même l’exportation de produits alimentaires et de produits dérivés.
D. DJIRE

source : L Essor



from WordPress http://ift.tt/1dcVfNN