gedimat

Trouver le bon niveau à bulle
Après une nuit paisible, Xavier Macaire avait fait le trou sur ses poursuivants. Mais une zone aux vents erratiques a freiné son avance.

La lampe lunaire éteinte, l’astre rougeoyant vient de faire son entrée en scène. Côté cour, les terres d’Albion, impassibles. A l’opposé, la mer est plate et bonace. Il est 6 h du matin, le chant du coq sort de leur torpeur les somnambules. Comme tous les matins, la direction de course vient de lire le classement intermédiaire de l’étape de cette Solitaire du Figaro Éric Bompard cachemire. Le constat est énervant pour le groupe de tête. Xavier Macaire pointe sur ses ergots à plus de 6,5 milles de lui. Ayant accentué son avance lors des différentes oscillations du vent dans l’anonymat de la nuit.

Thierry Chabagny (Gedimat), 5e à l’heure du laitier, savait qu’il allait falloir se dépouiller pour être aux commandes : «Cela va pas mal mais je suis un peu fatigué quand même après une deuxième nuit en mer. Même si j’ai fait un peu de récup en début de nuit. Il faut être constamment sur les écoutes car le vent n’est pas constant. La quatrième étape, c’est le money time, c’est là où on va faire les comptes et que le général va prendre toute sa valeur. Il faut donc lâcher les dernières forces dans la bataille pour ne pas avoir de regrets à l’arrivée.» Des bulles anticycloniques ont été disséminées sur la suite du parcours vers Dieppe, avec une dorsale au milieu de la Manche. Autant dire que des zones sans vent vont agrémenter ces journées de mardi et mercredi.

A 9h, le premier aimant avait agrippé le (…) Lire la suite sur sport24.com

Xavier Macaire bien placé pour assurer le podium

Les Figaristes en plein brouillard

En route pour la gloire

La Solitaire en manches courtes

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24