froisser

Froisser

« Décidément, le deuil met le monde en mouvement. » Cette phrase de Pierre Fédida tournoie en moi depuis que je l’ai lue une première fois et depuis, elle ne cesse pas d’agir et de se ramifier. Je l’avais présente à l’esprit quand j’accompagnais les familles endeuillées, je la citais parfois. Je l’associe à cette autre de Fernando Pessoa : « Vivre, c’est perdre. » Douleur, deuil, désir, joie. En écho à celle-ci de Filliou : « La joie, c’est l’accélération de la tristesse. »  Et enfin, cette phrase d’Héraclite, qui fédère les artistes  du mouvement Fluxus, éclaire leur jeu, ouvre un champ d’action entre art et vie, travail et jeu : « Toute l’existence passe par le flux de la création et de la destruction. »
Toutes ces phrases sont des incitations à agir, elles creusent un espace et un temps dans lesquels nous pouvons nous faufiler. Il s’agit dès lors de transformer la douleur en joie : le vide-plein, la-vie-la-mort. Une danse, une ritournelle. À partir du moment où la peur de perdre me quitte, à partir du moment où des vents contraires me traversent, je suis bien obligé de me déplacer, de faire un pas, un saut. Et de rigoler ma vie.
C’est ce que j’éprouve lors de la préparation de l’exposition « Perdre pied » à Arcueil. Frôler une nouvelle fois le vide, la panne, et puis, froisser du papier journal, et cette fois-ci ce n’est pas la figure figée du Christ qui apparaît, mais une ribambelle de bonshommes qui dansent et se torsadent.
Au début de l’été, je me promène au jardin des Tuileries, me dirige vers le carrousel du Louvre, regarde le sol, et tombe sur cette croix en papier journal, nouée avec du scotch transparent. Le geste m’émeut, je reconnais quelque chose, je la ramasse. Et quelques semaines plus tard, je reproduis le geste avec mon stock de Libé que j’avais conservé dans ma cave, parce qu’à la une de chacun était imprimée la photo d'un mort : Gilles Deleuze, Marlon Brando, Cartier-Bresson, Marguerite Duras, Pina Bausch… Je ne relirai pas ces nécrologies, je n’ai qu’à en faire quelque chose. Je ne dessine plus avec un crayon sur du papier. Si je veux recouvrer l’énergie barbare de l’enfance, il me faut froisser le papier et laisser venir les bonshommes, et laisser remonter le mouvement de la danse. C’est ainsi que ces figures sautillantes se retrouvent épinglées sur les murs de la galerie Gonzalez à Arcueil, en contrepoint des vidéos où je gambade, glisse, chute sur le sol.
Au moment où j’écris sur la vitre recouverte de blanc de Meudon « PERDRE PIED », je m’applique à tracer chacune des lettres avec mon doigt : ça tremble, ça penche, c’est pas grave, je grimpe sur mon escabeau pour poursuivre la tâche de recouvrement des parois vitrées avec des affiches blanches. Et soudain un rayon de soleil anime les lettres au sol : la phrase apparaît comme en lettres de néon. Et s’évanouit aussitôt au moment de la saisir en la prenant en photo. 

Les Nouveaux Explorateurs : Un journaliste fume de la drogue à l'antenne !

Chaque jour pendant l'été, Canal+ rediffuse des épisodes de l'émission Les Nouveaux Explorateurs. C'est ainsi que les téléspectateurs ont pu (re)découvrir le reportage de Diego Bunuel en Inde au cours duquel il a été invité à fumer de l'opium. Ne voulant pas froisser ses hôtes, le journaliste s'est exécuté, à la fois inquiet et amusé.
ATTENTION ENFIN !!! Vous allez froisser mon foulard pour les fêtes de Bayonne ! Je veux qu'il reste propre et lisse !
—  Quelqu’un qui n’a visiblement jamais fait les fêtes de Bayonne
The Summer Look :: AFRO SPIRIT ::

The Summer Look

Allez je me lance : je suis épais, sans pied, moulant, fin, ressemblant à un collant opaque, qui arrive jusqu’à la cheville et porté par la gent féminine . … Qui suis-je? Hum. …. Je sens qu’il vaut mieux fermer cette parenthèse  au risque de froisser quelque âme sensible :) Plus sérieusement :) pour ceux qui auraient envie de porter des couleurs, des matières fluides, oser changer le plus souvent…

View On WordPress

Le dad bod expliqué par la science
Existe-t-il un moyen de le dire sans froisser personne? Les hommes, lorsqu'ils deviennent pères, prennent du ventre. C'est un état de fait que nous connaissons déjà depuis un petit moment, mais aujourd'hui, la première étude menée sur un échantillon représentatif d'hommes de tous les États-Unis le confirme. Dans une étude publiée dans l'American Journal of Men’s Health, des chercheurs de la Northwestern University on surveillé durant plusieurs années l'indice de masse corporelle de 10.623 hommes, ayant des enfants ou non. Les hommes types de 1,80 m ont pris en moyenne 2 kg dans l'année qui a suivi la naissance de leur enfant, tandis que les jeunes pères qui ne vivaient pas avec leur enfant n'ont pris que 1,5 kg environ. En revanche, les hommes types sans enfant ont perdu en moyenne 600 g durant la même période. Merci, la science, de nous avoir enfin expliqué le dad bod! Pour ce faire, les chercheurs n'ont questionné aucun homme, mais dans le communiqué de presse relayant l'étude, ils ont lancé des suggestions non scientifiques concernant les raisons de cette prise de poids. Les hommes étaient si occupés par leur bébé qu'ils n'avaient plus de temps pour eux-mêmes. Peut-être que les pères travaillant de nuit se réveillaient avec une envie folle de Doritos (le principal chercheur, Craig Garfield, a admis que sa plus grande faiblesse était de piocher des morceaux de pizza au fromage dans les assiettes de ses enfants). Peut-être les papas sont-ils trop fatigués pour porter autre chose qu'un pantalon de jogging, ce qui n'incite pas à faire d'efforts. Peut-être pouvons-nous facilement comprendre que les énormes besoins d'un petit être sont tout simplement incompatibles avec la poursuite d'une activité physique régulière. Les chercheurs ont présenté leur étude comme une occasion de réfléchir sur les hommes et le surpoids. Les hommes parlent souvent de la naissance de leurs enfants comme d'une (…) Lire la suite sur Slate.fr

Rappel sur la réglementation en matière de pneumatiques

Comme tous les professionnels savent désormais que notre part de marché ne représente plus que 28 % de l'ensemble des 6 millions de transactions VP/VUL annuelles françaises, il convient plus que jamais de connaître les règles de consumérisme pour éviter de froisser des prospects et des clients de plus en plus avertis.

Même si les exemples sont très nombreux (nous aurons l'occasion d'en citer d'autres), celui de la facturation des pneumatiques est l'un des principaux facteurs de discussions et de négociations tendues entre les commerciaux et les clients au moment de l'offre de rachat.

Ainsi, quatre facteurs méritent d'être rappelés :

  • L'ancienneté des pneumatiques ne doit pas dépasser cinq ans (y compris celle de la roue de secours encore présente sur de nombreux modèles !)
  • L'usure ne doit pas être supérieure à quatre millimètres. À ce titre, une bonne jauge de mesure de leur véritable usure aidera énormément vos commerciaux à être précis et crédible. Tout comme elle leur évitera de recourir à des méthodes dignes d'amateurs non éclairés (œil, doigts, pièce d'un euro…).
  • Les quatre pneumatiques doivent souvent être tous changés pour les vrais SUV équipés des quatre roues motrices (sauf préconisation contraire du constructeur concerné).
  • Enfin, les pneumatiques toutes saisons (et non les hivers utilisables et efficaces que sous les 7 °C) ne doivent pas être facturés aux clients ! Seuls trois pays (nordiques) en Europe ont déposé une législation stricte en la matière en obligeant leurs concitoyens à rouler avec deux types de pneumatiques (hiver puis été et vice-versa) durant des périodes bien définies. Cela signifie donc que tous les Français peuvent librement choisir de rouler toute l'année avec des pneumatiques été ou toutes saisons.

Eu égard à l'importance capitale d'améliorer notre image de professionnel, d'une part, et au montant énorme de frais représenté par les changements de pneumatiques, d'autre part, ce sujet mérite d'être révisé par tous les managers et les commerciaux !



from Auto Infos http://ift.tt/1C0Faaa
Skinny Shaming décomplexé : témoignage d'une "maigre" qui en a marre
Il y a quelques mois, la dénonciation du fat shaming faisait les gros titres sur le web. Stigmatiser les gens parce qu'ils sont gros, c'est mal, bête, méchant. Les victimes des moqueries ont pu le dire haut et fort : ras le bol de s'entendre traiter de boudin. Si on est en surpoids, ce n'est pas obligatoirement parce que l'on passe sa vie affalé sur un canapé à bouloter des chips. Grâce à ce type d'initiative collective, les mentalités changent peu à peu. Etre gros n'est pas une tare ni un motif pour être la risée des gens dits “normaux”.

Delphine, Nancéenne de 28 ans, a envie de pousser un coup de gueule. Si on fait attention à ne pas froisser les personnes en surpoids, on se moque bien des personnes très minces : le skinny shaming est complètement admis dans la société. “Les gens ne comprennent pas que dire à une femme qu'elle est maigre c'est aussi blessant que de dire à une femme qu'elle est grosse” explique Delphine, regrettant que l'on ne soit habitué à prendre des pincettes que dans certains cas : “On va dire d'une personne en surpoids qu'elle est pulpeuse, ronde, un peu forte… En revanche, dire qu'une femme est maigre alors qu'on pourrait dire ‘mince’, 'menue’, cela ne choque personne !” ajoute-t-elle.

Pour elle, les moqueries sur sa silhouette très fine ont toujours fait partie de son quotidien. “Étant ado, je me souviens qu'on me disait que j'étais anorexique. Cela me touchait beaucoup sachant que les personnes atteintes de cette maladie sont dans une grande souffrance. Moi j'étais très mince mais en bonne santé, rien à voir avec un trouble mental !” souligne la jeune femme.

C'est justement là que l'on se rend compte de l'absurdité des moqueries vis-à-vis des personnes très minces.“Anorexique” est utilisé comme une insulte alors que c'est une maladie. Qui aurait (…)

Lire la suite de l'article sur Puretrend.com

Plus d'articles sur Puretrend.com :
Nicki Minaj la sulfureuse : elle lèche le rappeur Meek Mill en plein concert
Nicki Minaj : un concert en string pour faire oublier ses 2 heures de retard
Nicki Minaj, Rihanna, Janet Jackson : les BET Awards 2015
Nicki Minaj : sexy et mouillée dans le nouveau clip de son homme
Nicki Minaj : Provocante et sexy en 10 photos Instagram
Les Nouveaux Explorateurs : Un journaliste fume de la drogue à l'antenne !

Chaque jour pendant l'été, Canal+ rediffuse des épisodes de l'émission Les Nouveaux Explorateurs. C'est ainsi que les téléspectateurs ont pu (re)découvrir le reportage de Diego Bunuel en Inde au cours duquel il a été invité à fumer de l'opium. Ne voulant pas froisser ses hôtes, le journaliste s'est exécuté, à la fois inquiet et amusé.

Pendant l'été les téléspectateurs peuvent retrouver chaque jour Les Nouveaux Explorateurs à 13h15 et en clair sur Canal+. Une bonne nouvelle pour les fans du programme qui vont tout de même devoir se contenter de rediffusions été oblige, mais aussi parce qu'il n'y aura plus de nouveau numéro. En effet, octobre 2014, les amateurs de l'émission ont appris avec tristesse l'arrêt des Nouveaux Explorateurs. L'un des producteurs, Yves Darondeau (Bonne Pioche) avait indiqué à Média+ que le programme s'arrêterait “vraisemblablement à la fin de la saison. […] Nous sommes en livraison des derniers épisodes”. En cause, les coûts élevés de production qui posaient problème à Canal+ qui rencontre des difficultés depuis quelques temps.

Un peu plus de 1 500 téléspectateurs en colère avaient alors signé une pétition pour faire part de leur mécontentement à la chaîne, en vain. “Je suis abonné à Canal+, amateur de football, rugby et cinéma. Mais la grande raison pour laquelle je paie un abonnement à Canal+, c'est pour la diversité et l'originalité de ses programmes. "Les Nouveaux Explorateurs” sont un ensemble de documentaires décalés, funs, intelligents et capables d'ouvrir les esprits des uns sur les cultures des autres. En ces temps troubles, les pérégrinations de nos sympathiques “Explorateurs” à travers le monde sont une bouffée d'oxygène pour notre société !“ déclarait le créateur de la pétition.

"C'est une drogue dure, je ne sais pas comment je vais survivre le truc”

Dans l'épisode diffusé ce mercredi 22 juillet, Diego Bunuel était en Inde. Il y a rencontré des familles descendantes de tibétains et producteurs d'héroïne. Le journaliste étaient à leurs côtés lorsque ces derniers ont préparé de l’opium pour le fumer. “L'opium renforce le cerveau. Ca soigne aussi la dysenterie, le mal de ventre… On peutLire la suite sur Non Stop Zapping

Dans la crise des éleveurs, Hollande marche sur un fil

Alors que la grogne des éleveurs pourrait virer au désastre sur les routes, en pleine période de vacances, le chef de l'Etat tente l'apaisement tout en évitant de froisser Bruxelles.

L’analyse est aussi sincère que concise. La crise des éleveurs, en plein cœur de l’été, «c’est chaud» pour l’exécutif, lâche un proche du Président qui, tout en renouvelant son soutien au ministre de l’Agriculture à tout bout de champ, a pris la direction des opérations de déminage depuis le début de la semaine. Soucieux de ne pas laisser le mouvement faire tache d’huile, le chef de l’Etat a commencé par accélérer la sortie du plan d’urgence de 600 millions d’euros, présenté mercredi, avant d’ajouter une rencontre avec les syndicats d’agriculteurs à sa visite en Bourgogne jeudi. En plus des mesures d’urgence pour régler les problèmes de trésorerie des exploitants, alléger leur dette et repousser leurs échéances fiscales, François Hollande a promis «à la rentrée» de nouvelles négociations pour améliorer la compétitivité des filières d’élevage et de production de lait et pour «alléger les contraintes administratives trop lourdes, qui deviennent même insupportables».

Dans sa déclaration à la presse à Dijon, qui n’était assortie d’aucune question, le Président a également confirmé qu’il voulait améliorer l’approvisionnement local des cantines françaises, ces circuits courts chers à la gauche. Pour les cantines qui relèvent de l’Etat, a-t-il assuré, il y aura «révision de clauses immédiatement» afin de lancer un mouvement «achetez français» qui ne dit pas son nom pour ne pas tomber sous le coup des règles de la concurrence édictées par les instances européennes.

«Communication dangereuse»

Loin d’être aussi emblématique que le sauvetage de la Grèce, la partie est en effet délicate à jouer avec Bruxelles. «Tout ce qu’on est en train d’annoncer dans la concurrence, le photovoltaique ou la méthanisation, l’Union européenne va l’empêcher», craint un conseiller élyséen. Un boulevard pour le (…)

Lire la suite sur Liberation.fr

François Brottes, de l'Assemblée à une filiale d'EDF
Sur le terrain, le Front national perd des plumes
Les buralistes fumasses
Atrides
FN, la lutte des crasses
Comment définir le trash ? « Tu le sais quand tu le vois »

Reddit serait raciste, misogyne, haineux, selon ses détracteurs. Sur ce gigantesque forum, la parole est tellement libre qu'un espace de discussion (“Fat People Hate”) pouvait par exemple se moquer impunément des personnes en surpoids par exemple.

Mais selon ses défenseurs, Reddit est surtout l'un des plus beaux bastions de la liberté d'expression. Alors, pour ne froisser personne, Steve Huffman, le cofondateur et nouveau PDG du site, a annoncé ce jeudi, au cours d'une séance de questions/réponses avec les utilisateurs, une nouvelle mesure :

“De la même manière que pour les contenus Not Safe For Work (NSFW), un autre type de contenu sera classifié sur le site. Les sujets qui iront à l'encontre de la décence commune seront accessibles uniquement aux utilisateurs inscrits, avec une balise d'avertissement, et ne seront pas référencés.”

Plus loin dans la discussion avec les “redditors”, la question de savoir comment définir ce nouveau type de contenu revient abondamment. Et c'est là qu'intervient la réponse de Steve Huffman :

“Il est vrai qu'il est difficile de définir exactement ce genre de contenus. Mais en général, tu le sais quand tu le vois.”

Liberté d'expression totale

Les contenus les plus tendancieux (racisme, sexisme, nazisme) seront donc rangés dans cette nouvelle catégorie de contenus classifiés. Mais pas supprimés, comme le confirme cet échange entre un utilisateur et Huffman :

“Qu'en est-il des propos désagréables, mais pas violents? Certains redditors sont connus pour leurs idéologies racistes ou nazies. Vont-ils être éjectés ?

– Avoir des opinions impopulaires n'est pas une raison pour être banni.”

Une déclaration qui ferait s'arracher les cheveux de n'importe quel internaute français. Mais les États-Unis défendent la liberté d'expression totale, et Reddit décide de suivre cette philosophie. 

Tout dans la nuance

Un parti-pris très bien illustré par les débats autour du fil de discussion /r/coontown (argot américain pour parler d'une ville habitée par des Noirs (…)

Lire la suite sur rue89.com

Reddit n’est pas un site aussi mauvais que ce que vous croyez
Un licenciement, une démission et la colère des redditors

How I met your mother - Saison 01 - Episode 10

Barney : “Salut !”

Ted : “Pourquoi tu roupilles dans notre baignoire ?”

Barney : “Euh, l'émail empêche le costume de se froisser…”

Lily : “Minute, t'étais déjà là quand j'suis allée aux toilettes en plein milieu de la nuit ?”

Barney : “Rassure-toi, ça ne m'a pas réveillé. Ahah, évidemment que ça m'a réveillé ! Tu sais que pour un petit modèle, tu as un super réservoir ?”