foutely

Speak your language day

Une des choses que j'aime le plus en français, c'est les expressions qui nous paraissent normale à nous qui sommes habitués mais qui ne veulent absolument rien dire si on les traduit dans n'importe quelle autre langue.

One of the things I like the most in French are the totally weird expression which seems normal for us but don’t mean anything in any other language

( and YES I don’t know how many times I’ve gotten weird looks from English friends because: no, “ It’s like peeing in a violin” isn’t something that make sense in English)

So yeah in honour of this day, here are some of my favourite ( with approximate traditions )

- être copain comme cochon / friends like pig -> being best friends

- “ t'es con comme un balais” / “you’re as dumb as a broom” -> you’re a fucking idiot

- “vas te faire cuire un œuf!” / “ go and Cook yourself an egg” - > fuck off

- “ Elle pète plus haut que son cul” / “ she farts above her ass” -> she’s full of herself

- “ on s'en fout comme de l'en 40” / “ It’s as relevant as the 40’s ” -> I don’t give a shit about that

- “ je vais péter les plomb!” / “ I’m gonna break a fuse” -> go crazy

- avoir le cul bordé de nouilles / to have one’s ass filled with noodle -> be lucky

- “ça casse pas trois pattes à un canard” / it doesn’t break three legs to a duck -> it isn’t that extraordinary

And my favorite:

- “ouais c'est ça et mon cul c'est du poulet!” / “yeah right and my ass is made of chicken” -> I know you’re lying


Feel free to add, in French or in your language!

2

Films by or about people of colour directed by women*

Some notes on the list:

  • This list is non-exhaustive.
  • The movies I counted as “starring” poc of colour have at least 1 poc as lead or co-lead.
  • I respect the fact that some people do not want to see movies about poc as told by white women and have separated these movies accordingly.
  • Some of the directors who are woc who have directed the movies starring woc are not the same race as their casts.
  • What counts as a woc in the western world is not what is necessarily counted as a woc in the countries that those women are from. I have created my international list based on my own western perspective.

Directed by American WOC starring POC

Daughters of the Dust (Julie Dash)
Mississippi Masala (Mira Nair)
I Like It Like That (Darnell Martin)
Eve’s Bayou (Kasi Lemmons)
Girlfight (Karyn Kusama)
Love and Basketball (Gina Prince-Blythewood)
Real Women Have Curves (Patricia Cardoso)
Saving Face (Alice Wu)
Something New (Sanaa Hamri)
Mississippi Damned (Tina Mabry)
I Will Follow (Ava DuVernay)
Pariah (Dee Rees)
Yelling to the Sky (Victoria Mahoney)
Middle of Nowhere (Ava DuVernay)
Mosquita y Mari (Aurora Guerrero)
Peeples (Tina Gordon Chism)
Selma (Ava DuVernay)
13th (Ava DuVernay)
Losing Ground (Kathleen Collins)
Appropriate Behavior (Desiree Akhavan)
Farah Goes Bang (Meera Menon)
It’s Already Tomorrow in Hong Kong (Emily Ting)
Songs My Brothers Taught Me (Chloe Zhao)

Directed by WOC starring white people
The Republic of Love (Deepa Mehta)
D.E.B.S. (Angela Robinson)
Vanity Fair (Mira Nair)
Jennifer’s Body (Karyn Kusama)
Last Night (Massy Tadjedin)
The Invitation (Karyn Kusama)
Equity (Meera Menon)
Shake It (Hella Joof)

International WOC
Sugar Cane Alley (Euzhan Palcy) Martinique
Salaam Bombay! (Mira Nair) India
Double Happiness (Mina Schum) Canada
Fire (Deepa Mehta) Canada/India
Earth (Deepa Mehta) Canada/India
Monsoon Wedding (Mira Nair) India
Bollywood/Hollywood (Deepa Mehta) Canada
Bend it like Beckham (Gurinder Chada) UK
Water (Deepa Mehta) Canada/India
Persepolis (Marjane Satrapi and Vincent Paronnaud) France
Heaven on Earth (Deepa Mehta) Canada
Belle (Amma Asante) UK
The Second Mother (Anna Muylaert) Brazil
A Simple Life (Ann Hui) Hong Kong
Wadjda (Haifaa al-Mansour) Saudi Arabia
Dil Dhankande Do (Zoya Akhtar) India
Still the Water (Naomi Kawase) Japan
Sweet Bean (Naomi Kawase) Japan
Blackboards (Samira Makhmalbaf) Iran
At Five in the Afternoon (Samira Makhmabaf) Iran

Directed by white women starring POC
Portrait of Jason (Shirley Clarke) documentary
Black Panthers (Agnès Varda) documentary
Paris is Burning (Jennie Livingston) documentary
S'en fout la mort (Claire Denis)
Mi Vida Loca (Allison Anders)
Whale Rider (Niki Caro)
Frida (Julie Taymor)
Itty Bitty Titty Committee (Jamie Babbit)
Things We Lost in the Fire (Susanne Bier)
35 Rhums (Claire Denis)
The Wedding Song (Karin Albou)
2 Days in New York (Julie Delpy)
Girlhood (Céline Sciamma)
Honeytrap (Rebecca Johnson)
The Fits (Anna Rose Holmer)
Wuthering Heights (Andrea Arnold)
American Honey (Andrea Arnold)
Ayanda (Sara Blecher)

*I know people will want to add onto the list and I appreciate that, but before you do please check whether a film is directed by a woman. This blog and list is in support of women directed or co-directed films. Please respect that. 

Internet slang

As promised, some keyboard slang (we stole a lot from you)(sue us). I wrote what is accurate at the moment, a few years ago it was quite popular to write lik this m8 but it became pretty unhip (I could tell you that you can type “aussi” (: too, as well) “O6″ but literally no one has done that since 2008) most people write normally and add some of the following words :


Basics :

- jpp (je n’en peux plus) : I can’t stand it anymore, I’m dying from the lols

- osef (on s’en fout) : no one cares

- mdr (mort-e de rire) / ptdr (pété-e de rire) : lol

- cmb / ctb (comme ma bite/comme ta bite) “like my dick/like your dick” : easy punchline to almost anything, ex : “the line was so long!” “cmb” “you have a short memory” (expr ”tu as la mémoire courte”) “ctb”

- cmt (comment) : how / cmb (combien) : how much/many

- slt (salut) / bjr (bonjour) / bsr (bonsoir) : hello

- bn (bonne nuit) : good night

- bcp (beaucoup) : a lot, much, many / tp (trop) : too, too much

- mtnt (maintenant) : now / ajd (aujourd’hui) : today / jms (jamais) : never

- srtt (surtout) : especially, above all / vrmt (vraiment) : really

- jsp (je ne sais pas) : I don’t know / ms (mais) but

- pr (pour) : for / pcq / pq (parce que) : because

- pq / pk (pourquoi) : why

- ss (sans) : without OR (sous) : under / sr (sur) : over, on

- tt (tout) : all, everything OR (tant) : so much, as long

- mn (mon) : my (m) / tn (ton) : your (m) / sn (son) : his/her

- ns (nous) : we OR (nos) : ours / vs (vous) : you (pl) OR (vos) yours (pl) / lr (leur(s)) : their / theirs

- fr (faire) : to do, make

- tmtc / vmvs (toi-même tu sais / vous-même vous savez) : you know what I’m talking about, in the context of a private joke

- tkt / tqt (ne t’inquiète pas) : don’t worry

- c (c’est) : it is OR (sais/sait) : know (½/3p sg) / ct (c’était) : it was

- d (des) : some, ex : mange des chips / t (tes) : your (pl for one person)

- h (heure) : time/hour, ex : on se voit à ql h? (at what time do we meet?)

- keske (qu’est-ce que) : what is, ex : qu’est-ce c’est?

- kesta (qu’est-ce que tu as) : what’s up/wrong with you?

- ke / q (que) : that/what, ex : ke ve tu? (what do you want?)

- ql / kel (quel(s)/quelle(s)) : what/which

- askip (à ce qu’il paraît) : from what I’ve heard, apparently…

- oklm (au calme) : relaxed, calm, ex : petite soirée oklm avec les potes #cool


Borrowing to english or kids :

- go : to leave (j’y go)

- dodo (beddy byes) : to sleep, sleeping (je vais dodo)

- miam (aka “yum”) : to eat (je vais miam)

- lol, the legendary

- chiller : to go somewhere and have some relaxed time, without doing much

- fat : something big and amazing, ex : cette soirée est trop fat!


Dropping the vowels : 

It’s hard to explain but since so many words in french contain “ou”, “an”, “ai” or “on” (…), when we need or want to make verbs (or possessive pronouns as we have already seen) smaller, we drop those letters and the other person guesses what’s missing regarding the context.

A few examples (but you can play with lots of other verbs) :

- vx / vt (veux/veut) : to want, ½/3p sg, ex : tu vx d pom? je ss o magasin (do you want apples? I’m at the store) OR (voit) : to see, meet, 3p sg

- ss / st (sais/sait) : to know, ½/3p sg OR (suis/suit) : to follow, ½/3p sg OR (suis/sont) : to be 1p sg+3p pl, ex : où st t frères? (where are your brothers?)

- cns (connais) : to know someone, 1p sg

- pvs (pouvons) : to can, be able/allowed to, 1p pl


NB : I have used ½/3p sg or pl several times in that post, if you have doubts it means that those forms are the conjugated forms - reminder : je / tu / il-elle-on (singulier) ; nous / vous / ils-elles (pluriel).

anonymous asked:

T'es fanée ma pauvre. Tu es laide. Regarde ton teint blafard. Ton rouge vulgaire. Tes yeux froids comme la glace. Et pire que tout : tu es stupidement normale. Comme les autres. Tu me dégoûte !! Tu es fausse. Tu te donnes des airs supérieurs mais tu es inférieure parce que bête et méchante. Tu te donnes des airs d'artiste mais tu n'es que fausseté. Saleté. Naturelle de mon cul ! Ah mais je ris ! Quand l'hôpital se fout de la Charité. Avant de critiquer regarde si tu es exempte de critiques.

Message en provenance de https://romantique-lunatique.tumblr.com/

Je ne répondrai pas à ce message. Il ne m’atteint pas. Néanmoins, je me sens concernée en tant que femme par ce que je viens de lire.

L’histoire ? Cet homme est revenu me parler après plus d’un an de silence. Je l’ai toujours trouvé étrange, gênant, parce que trop lunatique ou négatif. Je n’aime pas les gens négatifs, c’est mon choix. Là n’est pas la question. Par respect, et parce que je n’aime pas me fixer sur un avis peut-être trop hâtif, j’ai décidé de lui accorder une seconde chance, me disant que je l’avais certainement mal jugé, et qu’il avait peut-être, lui aussi, changé.

Malheureusement, mon ressenti fut le même : je fus victime d’un malaise immense. J’étais mal à l’aise face à ce changement de personnalité, face à cet état lunatique qui déstabilise et qui donne l’impression de parler à une toute autre personne. Ce manque de naturel. Ne le supportant plus, et voulant être honnête (car c’est un de mes principes), je lui ai fait comprendre, certes, peut-être un peu trop brutalement, que je ne souhaitais plus lui parler, car j’étais mal à l’aise et que je ne désirais pas le connaître, ou “explorer en profondeur” les “choses” en sa compagnie.

La réponse fut la suivante : un ramassis de haine, car je lui disais non. Peut-être trop violemment, mais je suis restée correcte, et, si j’ose aller encore plus loin : je suis restée polie. Je lui ai dit respecter ses pensées, mais rester mal à l’aise ; que je souhaitais écourter notre échange. Je n’ai eu ni le temps ni la possibilité de répondre à cette violence (si évidemment il y avait quelque chose à répondre), puisque ce dernier a décidé de me bloquer.

Quelques heures plus tard, je me reconnecte sur Tumblr et je reçois ce message. Ce n’est pas seulement un message qui se veut blessant, mais un message qui se permet de me juger sur un physique. Un physique visible sur une image dimension 100x100. Un physique qui ne me définit PAS, un physique que je n’ai pas CHOISI, un physique qui n’a pas, comme tous les autres, à être CRITIQUÉ. 

Et surtout, ce message critique quelque chose que l’auteur est actuellement en train de produire : juger naïvement. Juger sur une apparence, juger sur un bref échange, tout simplement parce que j’ai souhaité ne pas me LAISSER FAIRE.

J’ai 22 ans. Beaucoup ne me connaissent pas. Beaucoup ne sont pas au courant de ce que j’ai vécu. Je suis une femme blessée. Je suis une femme qui a été victime, à plusieurs reprises, de viols, et qui se bat tous les jours contre sa peur des hommes. Je suis une femme qui a tenté de mettre fin ses jours à cause de ce qu’on m’a infligé. Je suis une femme qui a été battue. 

Je vis avec ce physique que je n’aime pas spécialement tous les jours. Disons qu’il y a des jours avec et des jours sans. Les gens me demandent sans cesse, ahuris : “Pourquoi n’aimes-tu pas les compliments ? Pourquoi n’aimes-tu pas ton physique ?” Mais je ne peux leur répondre tel un bonjour : “Parce que j’ai été violée à mes 17 ans et que voir mon visage, c’est comme voir mon âme, et cette âme est bousillée.” 

Je me suis forgée une image que j’apprécie. Je ne suis peut-être pas la science infuse, je ne suis peut-être pas le dernier mannequin en vogue, mais tous les jours, je travaille sur ma personne, pour tenter de l’aimer un peu plus, et vous savez quoi ? Je suis fière de moi. Ce n’est pas un message de la part d’un merdeux qui va me faire pleurer, pourtant, je suis en colère. En colère qu’en ce jour, les gens se permettent encore de se baser sur un physique, sur des premières paroles, pour critiquer avec cette méchanceté gratuite que je méprise et que j’accuse ; que les gens se permettent de s’indigner et d’oser reporter la faute sur les AUTRES alors qu’ILS sont fautifs.

C’est à cause de ce genre de messages que des hommes ou des femmes finissent avec des complexes qui bousillent leur vie chaque jour. C’est à cause de ce genre de messages qu’une personne dépressive peut avoir envie de se blesser, si elle n’a pas la force nécessaire pour en faire abstraction. C’est à cause de ce genre de messages qu’une personne peut finir en larmes, en perdre le sommeil et se sentir comme une moins-que-rien.

Car, oui, ne sous-estimons pas le pouvoir des mots. Personne ne mérite de recevoir ce que je viens de recevoir en plein visage. Se cacher derrière l’anonymat est lâche, proférer des insultes sur un physique, l’est encore plus.

Je suis peut-être laide, je suis peut-être “stupidement normale”, mais je suis vivante et j’apprécie ce trésor qu’est la vie. J’ai des principes. J’ai du vécu. J’ai l’espoir. Et je vais continuer à me battre, à me battre contre mes démons. Me battre contre tous ceux qui, comme lui, tyrannisent. Pourquoi ? Parce que j’ai de l’estime, parce que je me respecte, et parce que je vaux quelque chose. Comme vous ; vous qui lisez ce message.

Au contraire de toi, 

Toi qui es tapi dans l’ombre,

Toi qui as honte,

Toi qui n’assumeras jamais les conséquences de ton acte.

T'as raison, ça fait des mois que ça dure, c'est pas normal, ça devrait s'être arrêté depuis, là, elle est totalement brisée. Elle se sent tellement seule, elle a l'impression que le monde est contre elle.
Tu sais, j'crois qu'elle a juste besoin de se sentir importante, de voir qu'elle compte assez pour quelqu'un, n'importe qui. Elle a besoin de se sentir aimée, pas délaissée. Bien sûr qu'elle est entourée, oui on l'aime mais pas assez regarde on fout sa vie en l'air plus qu'autre chose, tu la connais bien, tu devrais savoir comment elle fonctionne.
Si elle s'éloigne, c'est parce qu'elle est perdue, si elle nous hurle de partir, c'est pour qu'on lui prouve qu'on veut rester. Et on est des cons, parce qu'on s'en va. On sait pas tout, on sait pas à quel point elle se sent mise de côté, à quel point elle a juste envie de disparaître de nos vies, parce qu'elle croit que c'est ce qu'on veut le plus au monde.
Tu devrais la connaître mieux que ça, elle préfère le silence au bruit, la raison à la folie, toi au monde.
Tu devrais savoir qu'elle veut juste que quelqu'un soit là, n'importe qui. Elle veut juste en finir avec ce sentiment de vide constant.
Elle se dit que c'est foutu, qu'elle y arrivera pas une fois de plus, elle se hait d'avoir perdu l'envie de réussir, et personne ne la comprend, jamais.
Tu t'imagines toi, ressentir ça sans cesse, du matin au soir, quand t'es avec ta famille, quand t'es avec tes amis, quand t'es censé prétendre que t'es heureux ?

la France : s'introduit chez toi par effraction, squatte ta chambre et te force à dormir dans ta salle de bain, vide ton frigo, brûle tes livres pour se faire griller des marshmallows et joue au frisbee avec tes vinyles, fout la merde dans ta famille en vous racontant des mensonges les uns sur les autres, fait du bruit pendant que tu essayes de faire tes devoirs, décroche ton portable quand c'est un recruteur qui appelle et lui dit que t'es pas intéressé par le job, pisse dans tes plantes vertes, puis se casse du jour au lendemain après avoir mis le feu à ta cuisine
la France : comment oses-tu me traiter de connard après tout ce que j'ai fais pour toi ? J'ai planté des clous pour accrocher mes tableaux ! Et c'est comme ça que tu me remercies !! franchement c'est dégueulasse de traiter les gens comme ça, ça m'apprendra à rendre service tiens

6

I got bored and I made these GIFs of Thomas in the music video for Fout la Merde. He’s so silly in here, the way he dances, omg. I can imagine that Thomas is pleased, though. Like, he’s doing a song in his native language, how cool! 

This is my first time ever making GIFs so I’m sorry if they’re kinda bad quality or weird. And seriously I wanna see Guy-Man with him too why is he not in here.

Enjoy,  my lovelies! Some rapping Thomas =D

Bon, sur le vote utile Macron pour battre l’extrême-droite…

Je déteste Macron, je peux pas voir son programme, ni sa tronche. Mais. Je suis féministe, je suis antifa, je suis anti-homophobie, je suis anti-racisme et j’en passe. Je refuse que mon pays soit gouverné par Le Pen. Et si je le fais, c’est pas pour moi, personnellement. Moi, on s’en fout, j’irai dans la rue, j’irai gueuler contre tous ces salauds qui veulent la fin des droits fondamentaux pour toute une partie de la population française, j’ai 21 ans, mes convictions sont faites, je connais mes droits et je peux me battre pour. 

Je le fais pour la petite fille qui n’aura plus le droit de rêver d’être autre chose qu’un objet désirable à la merci de son mari et une femme au foyer. Je le fais pour le petit garçon qui se fera traiter de “sale pédé” à l’école et se fera cracher dessus et tabasser par ses camarades. Je le fais pour tous ces gamins non-binaires qui s’entendront dire qu’ils sont des anomalies et qu’ils doivent être soignés. Je le fais pour les enfants pas blancs ou musulmans qui se feront démolir à la sortie de l’école. Je le fais pour les enfants qu’on reconduira à la frontière, qu’on ne laissera pas entrer sur le territoire, qu’on ira assassiner chez eux en les bombardant.

Je le fais aussi pour les adultes, bien entendu, mais c’est aux générations qui viennent qu’on devra rendre des comptes dans 20 ans. Vous avez demandé à vos parents ce qu’ils ont fait le 21 avril ou à vos grands-parents ou arrière-grands parents ce qu’ils ont fait pendant la Seconde Guerre Mondiale? 

Pensez à ce que vos enfants, vos neveux, vos nièces, les enfants qui grandissent, qui naissent aujourd’hui vous demanderont dans 20 ans et faites selon ce que vous voudriez leur répondre. 

‘’Hoeveel spijt je ook hebt, hoe erg je me ook mist; de manier waarop je je gedraagt zal nooit veranderen. Jij bent jij. Jij bent de jongen die alles wat hij opbouwt, zelf weer omgooit. Jij bent de sorry die ergens wel gemeend is, maar ook de fout die altijd herhaald zal worden. Er moest een moment komen dat ik daar niet meer voor kon kiezen. Het spijt me niet dat dat moment gelijk viel met het moment waarop jij besefte wat je verloren had. ‘’