fill fin

7

Circé Lethem in Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (1994) by Chantal Akerman (6 June 1950 – 5 October 2015)

This scene may very well be my favourite scene of all the movies I have watched. The tension in the close-up, James Brown’s It’s a man’s world haunting in the background and the sudden reinterpretation of every line that Michèle (Circé Lethem) has said throughout the movie. It is simply devastating in its simplicity.

Films watched in 2015.

TOP 10 BEST MOVIES WATCHED FOR THE FIRST TIME IN 2015 BUT RELEASED IN ANOTHER YEAR.

1. Brand Upon the Brain! (Guy Maddin, 2006)

2. L'Eclisse (Michelangelo Antonioni, 1962)

3. Possession (Andrzej Zulawski, 1981)

4. Stalker (Andrei Tarkovsky, 1979)

5. Brief Encounter (David Lean, 1945)

6. Through a Glass Darkly (Ingmar Bergman, 1961)

7. Sans Soleil (Chris Marker, 1983)

8. Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Chantal Akerman, 1994)

9. Wendy and Lucy (Kelly Reichardt, 2008)

10. The Last Picture Show (Peter Bogdanovich, 1971)

PD: El orden se puede considerar anecdótico.

Shadowhunters Malec fanfiction recommendation

So here’s a list of my favourite SH fanfictions regarding Malec so far:

All stories here are on AO3! Head over there and give the lovely authors some kudos!

I tried to somewhat categorize all the stories and I think I will update this list…put under a cut since the list is pretty long…I warned you!

Hope this might be useful for some, fall is upon us aka the perfect season for cozy reading sessions and all the authors deserve all the love and recommendation anyway! :)

If you have more suggestions, let me know!

Keep reading

2

March 15th, 2017 & April 27th, 2017
Look how much his fins have grew! He had these little rips and pieces of his fins missing when I first got him, which you can see pretty well on his tail in the left picture. Hes a half moon dumbo and now actually looks like it, I’m so surprised how much is fins filled out. He’s so pretty, I’m so glad I could help him!
(My mom calls him a little diva. 👑)

maddensins  asked:

UN FRANÇAIS QUI DESSINE DU DAVEKAT ? BÉNIS SOIS-TU MON AMI ! (la fille désespérée au fin fond de l'enfer du Davekat)

ouaaaais, une compatriote homestuck! et oui davekat c’est le byeng. il faut répendre la joie et l’amour d’un vieux pairing finalement canon. c’est beau la vie.

Eh, dites moi, vous pensez que ça va continuer longtemps? Mes pétages de câbles à répétition. Vous pensez que je vais encore en pleurer? Dites, vous pensez que je ne vais plus l'aimer? Eh monsieur, je devrais pas être aussi conne je sais, et pas aussi naïve non plus mais je ne suis pas ce genre de fille qui mettent fin à leur vie pour un garçon. Moi je ne la veux juste pas, la vie. Et sans lui, sans lui je ne veux même plus essayer de la battre a coups de poings dans le bide. Je m'en fou, littéralement, je m'en fou de me prendre une bagnole en pleine gueule maintenant ou de tomber de mon balcon demain.
Je ne sais pas, je crois que je ne me rend plus bien compte, putain c'est morbide ce que je raconte c'est ça? Allez, faites pas cette tête là, c'est pas une dépression, ça fait partie de moi.
—  ©letempsnaimerajamais
5

Top 5 October 2015

1. Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Chantal Akerman, 1994)

2. Brief Encounter (David Lean, 1945)

3. Le boucher (Claude Chabrol, 1970)

4. Our Sunhi (Hong Sang-soo, 2013)

5. Le genou de Claire (Éric Rohmer, 1970)

How a Baker Met a Merman

otpprompts

Imagine person B of your OTP is a mermaid/man and is discovered by person A. Person B,having never been to the surface world is asking Person A about all the strange things they see and Person A having to explain it all to them. (Bonus: Person B tries to take off Person A’s shirt or pants to see how they work/what it is.)

Pairing: Adam Crawford/Kurt Hummel

merman!Kurt AU

Warning for almost drowning in the beginning/anxiety.

___

Adam Crawford scrambled among the rocks, searching the crevices and sandy holes with his eyes. He had been walking home from work the day before, breathing in the coastal air, when he thought he heard someone singing. Looking down, he saw something move, and a splash followed shortly after. The dark made it hard to clearly see anything, and he had vowed to come back the next day to search.

Keep reading

Tu as l'air d'être une fille bizarre, tu es au milieu de tout ce monde et au fond de tes yeux, on voit que tu as une seule envie c'est de te barrer, on dirait que t'essaye de fuir quelque chose, pourquoi t'essaye pas de t'amuser ? On dirait une fille paumée, lâchée au fin fond d'une forêt. Tu as l'air d'être brisée, c'est triste de te voir comme ça, on dirait que tu as vécu beaucoup de choses dans ta vie, le pire dans tout ça, c'est que tout ça te donne un putain de charme.
—  Parole d'une fille inconnue rencontré dans une boîte de nuit, elle m’a marqué. ©anorexiquedetesmots
La fille de fin de soirée.

Cette fille là, c’pas une « 3 heures du matin » (désolée pour l'expression). No’ non.  C’est une fille cool avec qui tu t’entends bien. Juste assez pour qu’elle se sente importante, mais pas assez pour qu’elle puisse t’imposer de quoi. Cette fille là, c’est celle qui te fait passer le temps. Tu lui écris le matin, l’après-midi et le soir aussi, si t’es pas avec des amis. C’est la fille à qui tu t’intéresses, mais pas vraiment. Juste assez, mais pas assez, en fait.

C’est celle qui t’écoute quand ça va bien et quand ça va moins bien. Surtout quand ça va moins bien; parce que quand ça va bien, t’as des amis pour leur en parler. C’est celle que tu trouves belle à un point où tu te demandes ce qu’elle te trouve. Mais elle est là, fait que tu te poses pas trop de questions. Cette fille là, elle est un peu comme un cadre. Une belle image que t’aimes regarder, toucher, une fois de temps en temps, mais que tu laisses dans ton salon quand t’as mieux à faire. C’est celle qui se ramasse avec tes restants de temps. 

C’est celle que tu montres fièrement à tes amis (en photo), l’air de dire « Ouais, ça, c’est la fille que je vois ». Pis t’es fier pour vrai. Pis c’est correct, t’sais. C’est vrai qu’elle est belle. Mais c’est drôle quand tu sais que tu la leur présenteras probablement jamais. 

C’est celle qui fait ton affaire, parce qu’elle se mêle pas des tiennes, en plus de pas te demander de te mêler aux siennes.

Cette fille là, c’est celle à qui tu dis « J’ai envie de toi », « Ton corps me manque », « J’te prendrais dans mon hall d’entrée », mais jamais « J’ai hâte de te voir » ou « J’aimerais qu’on passe du temps ensemble ».

Elle réussit pas trop à savoir ce que tu veux, y’a beaucoup de zones grises. Et quand on dit beaucoup, c’est beaucoup. Tu deviens jaloux si un gars l’approche, mais de ton côté, tu penses encore à ton ex, à ta collègue de travail ou encore à ton ancien crush. Bref, à toutes les filles qui se câlice de toi. Tu veux la voir, t’aimes être avec. Mais y’a de quoi. C’pas elle, c’est toi. Et c’est vrai que c’est vraiment toi, cette fois là. Tu veux pas être égoïste, mais c’est plus fort que toi. Tu veux pas la laisser partir. Alors tu te dis que tu la retiens pas et que c’est elle qui fait le choix de rester. Tu le sais que tu ralles de la marde, mais c’est une marde qui te fais feeler mieux par en-dedans, alors tu continues.

C’pas une fille épaisse. Elle voit ce qui se passe. Elle te demande à quelques reprises si tu préfères qu’elle cesse de t’écrire, de te voir. Tu pourrais dire oui, mais tu dis non. Alors elle reste.

Elle continue à te répondre, même s’il est minuit. Elle continue d’être gentille, douce. Elle sourit encore. Je sais même pas si c’est car elle s’imagine que ça pourrait fonctionner, ou si elle est juste comme ça. Mais un beau jour, cette personne se tanne. Comme n’importe qui et comme n’importe quoi. Les fins heureuses sont souvent ben rares dans ces histoires là. C’est tellement banal que c’est presque triste. Le classique du gars qui réalise trop tard. Ou qui le réalise la journée où il la voit heureuse avec une autre personne. C’est fou à quel point on semble réaliser une montagne de trucs quand l’autre n’est soudainement plus disponible.

C’pour toi que je l’écris, ce texte là, et un peu pour lui aussi. Toi, qui est tellement plus qu’une fille de fins de soirées et qui l’oublie parfois (souvent). Toi, qui a le cœur gros comme la terre et qui se le fait picosser, consciemment ou non. Toi et toutes ces filles, qui attendent trop longtemps un message qui ne vient jamais, une journée qui ne vient jamais, un déjeuner en amoureux qui ne viendra jamais. Des filles qui se demandent pourquoi et pourquoi pas en même temps (ça te fuck un cerveau ça). Des filles qui sont peut-être trop belles, et je parle pas de l’extérieur. Des filles qui finissent par se demander si elles sont faibles, alors que la seule raison du pourquoi, c’est qu’elles ont trop d’honnêteté pour jouer à « ça ». Ça leur tente juste pas, de jouer à « ça ». Fait que, si jamais le dude en question passe par ici, j’espère que ça va lui parler. Pas pour que vous sortiez ensemble, mais juste pour qu’il cesse de te traiter comme si t’étais une simple fille de fin de soirée. 

(Et je dis ça, mais aucune fille ne mérite ça.)

((Et je dis les filles, mais y’a clairement des gars qui vivent ça aussi.))

(((Cessez de faire attendre les autres simplement car vous savez qu'ils le feront.)))

Something More

I walk into the restaurant, my eyes searching for the curly brunette hair belonging to my best friend. I finally see him towards the back of the room, his curls bend slightly over his phone, probably scrolling through twitter and waiting for a text from me. I walk swiftly over to him, and slide into the booth across from him.

“Hi,” I say, sounding quite chipper, as I always am when I get to spend time with Harry.

“Hey there,” he smiles, a slow smile making its way onto his perfect pink lips, his dimple becoming a pretty little crater on his face that I would kill to be able to spend the rest of my life buried inside.

Keep reading