fill fin

2

March 15th, 2017 & April 27th, 2017
Look how much his fins have grew! He had these little rips and pieces of his fins missing when I first got him, which you can see pretty well on his tail in the left picture. Hes a half moon dumbo and now actually looks like it, I’m so surprised how much is fins filled out. He’s so pretty, I’m so glad I could help him!
(My mom calls him a little diva. 👑)

Films watched in 2015.

TOP 10 BEST MOVIES WATCHED FOR THE FIRST TIME IN 2015 BUT RELEASED IN ANOTHER YEAR.

1. Brand Upon the Brain! (Guy Maddin, 2006)

2. L'Eclisse (Michelangelo Antonioni, 1962)

3. Possession (Andrzej Zulawski, 1981)

4. Stalker (Andrei Tarkovsky, 1979)

5. Brief Encounter (David Lean, 1945)

6. Through a Glass Darkly (Ingmar Bergman, 1961)

7. Sans Soleil (Chris Marker, 1983)

8. Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Chantal Akerman, 1994)

9. Wendy and Lucy (Kelly Reichardt, 2008)

10. The Last Picture Show (Peter Bogdanovich, 1971)

PD: El orden se puede considerar anecdótico.

Eh, dites moi, vous pensez que ça va continuer longtemps? Mes pétages de câbles à répétition. Vous pensez que je vais encore en pleurer? Dites, vous pensez que je ne vais plus l'aimer? Eh monsieur, je devrais pas être aussi conne je sais, et pas aussi naïve non plus mais je ne suis pas ce genre de fille qui mettent fin à leur vie pour un garçon. Moi je ne la veux juste pas, la vie. Et sans lui, sans lui je ne veux même plus essayer de la battre a coups de poings dans le bide. Je m'en fou, littéralement, je m'en fou de me prendre une bagnole en pleine gueule maintenant ou de tomber de mon balcon demain.
Je ne sais pas, je crois que je ne me rend plus bien compte, putain c'est morbide ce que je raconte c'est ça? Allez, faites pas cette tête là, c'est pas une dépression, ça fait partie de moi.
—  ©letempsnaimerajamais
La fille de fin de soirée.

Cette fille là, c’pas une « 3 heures du matin » (désolée pour l'expression). No’ non.  C’est une fille cool avec qui tu t’entends bien. Juste assez pour qu’elle se sente importante, mais pas assez pour qu’elle puisse t’imposer de quoi. Cette fille là, c’est celle qui te fait passer le temps. Tu lui écris le matin, l’après-midi et le soir aussi, si t’es pas avec des amis. C’est la fille à qui tu t’intéresses, mais pas vraiment. Juste assez, mais pas assez, en fait.

C’est celle qui t’écoute quand ça va bien et quand ça va moins bien. Surtout quand ça va moins bien; parce que quand ça va bien, t’as des amis pour leur en parler. C’est celle que tu trouves belle à un point où tu te demandes ce qu’elle te trouve. Mais elle est là, fait que tu te poses pas trop de questions. Cette fille là, elle est un peu comme un cadre. Une belle image que t’aimes regarder, toucher, une fois de temps en temps, mais que tu laisses dans ton salon quand t’as mieux à faire. C’est celle qui se ramasse avec tes restants de temps. 

C’est celle que tu montres fièrement à tes amis (en photo), l’air de dire « Ouais, ça, c’est la fille que je vois ». Pis t’es fier pour vrai. Pis c’est correct, t’sais. C’est vrai qu’elle est belle. Mais c’est drôle quand tu sais que tu la leur présenteras probablement jamais. 

C’est celle qui fait ton affaire, parce qu’elle se mêle pas des tiennes, en plus de pas te demander de te mêler aux siennes.

Cette fille là, c’est celle à qui tu dis « J’ai envie de toi », « Ton corps me manque », « J’te prendrais dans mon hall d’entrée », mais jamais « J’ai hâte de te voir » ou « J’aimerais qu’on passe du temps ensemble ».

Elle réussit pas trop à savoir ce que tu veux, y’a beaucoup de zones grises. Et quand on dit beaucoup, c’est beaucoup. Tu deviens jaloux si un gars l’approche, mais de ton côté, tu penses encore à ton ex, à ta collègue de travail ou encore à ton ancien crush. Bref, à toutes les filles qui se câlice de toi. Tu veux la voir, t’aimes être avec. Mais y’a de quoi. C’pas elle, c’est toi. Et c’est vrai que c’est vraiment toi, cette fois là. Tu veux pas être égoïste, mais c’est plus fort que toi. Tu veux pas la laisser partir. Alors tu te dis que tu la retiens pas et que c’est elle qui fait le choix de rester. Tu le sais que tu ralles de la marde, mais c’est une marde qui te fais feeler mieux par en-dedans, alors tu continues.

C’pas une fille épaisse. Elle voit ce qui se passe. Elle te demande à quelques reprises si tu préfères qu’elle cesse de t’écrire, de te voir. Tu pourrais dire oui, mais tu dis non. Alors elle reste.

Elle continue à te répondre, même s’il est minuit. Elle continue d’être gentille, douce. Elle sourit encore. Je sais même pas si c’est car elle s’imagine que ça pourrait fonctionner, ou si elle est juste comme ça. Mais un beau jour, cette personne se tanne. Comme n’importe qui et comme n’importe quoi. Les fins heureuses sont souvent ben rares dans ces histoires là. C’est tellement banal que c’est presque triste. Le classique du gars qui réalise trop tard. Ou qui le réalise la journée où il la voit heureuse avec une autre personne. C’est fou à quel point on semble réaliser une montagne de trucs quand l’autre n’est soudainement plus disponible.

C’pour toi que je l’écris, ce texte là, et un peu pour lui aussi. Toi, qui est tellement plus qu’une fille de fins de soirées et qui l’oublie parfois (souvent). Toi, qui a le cœur gros comme la terre et qui se le fait picosser, consciemment ou non. Toi et toutes ces filles, qui attendent trop longtemps un message qui ne vient jamais, une journée qui ne vient jamais, un déjeuner en amoureux qui ne viendra jamais. Des filles qui se demandent pourquoi et pourquoi pas en même temps (ça te fuck un cerveau ça). Des filles qui sont peut-être trop belles, et je parle pas de l’extérieur. Des filles qui finissent par se demander si elles sont faibles, alors que la seule raison du pourquoi, c’est qu’elles ont trop d’honnêteté pour jouer à « ça ». Ça leur tente juste pas, de jouer à « ça ». Fait que, si jamais le dude en question passe par ici, j’espère que ça va lui parler. Pas pour que vous sortiez ensemble, mais juste pour qu’il cesse de te traiter comme si t’étais une simple fille de fin de soirée. 

(Et je dis ça, mais aucune fille ne mérite ça.)

((Et je dis les filles, mais y’a clairement des gars qui vivent ça aussi.))

(((Cessez de faire attendre les autres simplement car vous savez qu'ils le feront.)))

Tu as l'air d'être une fille bizarre, tu es au milieu de tout ce monde et au fond de tes yeux, on voit que tu as une seule envie c'est de te barrer, on dirait que t'essaye de fuir quelque chose, pourquoi t'essaye pas de t'amuser ? On dirait une fille paumée, lâchée au fin fond d'une forêt. Tu as l'air d'être brisée, c'est triste de te voir comme ça, on dirait que tu as vécu beaucoup de choses dans ta vie, le pire dans tout ça, c'est que tout ça te donne un putain de charme.
—  Parole d'une fille inconnue rencontré dans une boîte de nuit, elle m’a marqué. ©anorexiquedetesmots
Something More

I walk into the restaurant, my eyes searching for the curly brunette hair belonging to my best friend. I finally see him towards the back of the room, his curls bend slightly over his phone, probably scrolling through twitter and waiting for a text from me. I walk swiftly over to him, and slide into the booth across from him.

“Hi,” I say, sounding quite chipper, as I always am when I get to spend time with Harry.

“Hey there,” he smiles, a slow smile making its way onto his perfect pink lips, his dimple becoming a pretty little crater on his face that I would kill to be able to spend the rest of my life buried inside.

Keep reading

Une peine d'amant

Voici un texte qui est en rapport avec le lien ci-dessous et qui ne veut pas être une réponse mais plutôt une autre vision d'un même problème.

http://plusquedesmaux.tumblr.com/post/93058008120/la-fille-de-fin-de-soiree

Salut Fille,

Connais-tu ça toi le papillon vice-roi?

C'est un papillon qui ressemble comme deux gouttes d'eau à un monarque mais qui n'en est pas un.

Quand j'étais jeune, je sais pas pourquoi, mais je trippais solide sur les monarques. Je trippais tellement que je voulais absolument en capturer un. Puis un jour, j'ai enfin réussi à en pogner un. Pis je l'aimais mon monarque. Ça faisait assez longtemps que je le voulais.

Pour pas qui s'sauve, j'avais mis mon papillon dans un gros plat d'plastique, pis j'me promenais partout en le montrant à tout l'monde. Pis l'monde me disait que y'était don’ bin beau mon monarque, pis toute, pis toute.

Pis un jour, mon oncle qui est un trippeux d'bébitte, me dit que c'que j'ai là, c'est pas un monarque mais un vice-roi.

De que c'est?

Je l'écoute m'expliquer en détail les différences entre les deux, mais dans l'fond d'moi, j'me dis juste qu'y connait rien. Check, la couleur: orange, noir avec un peu d'blanc. T'sais, le papillon que y'a dans mon plat ressemble tellement à un monarque que j'peux pas croire le contraire.

Je l'aimais encore mon monarque, mais ça me faisait chier de penser que c'était peut-être un imposteur. Quelques jours passent, pis je tombe par hasard sur un mini-reportage qui parle justement de la différence entre un monarque et un vice-roi. Pis c'est là que ça m'a frappé, j'avais dans mon gros plat d'plastique un faux monarque.

Je l'ai laissé aller. Ça m'a fait un peu de peine de me rendre compte que j’m'étais fait avoir par un foutu papillon qui faisait du mimétisme.

Mais depuis c'temps là, je suis capable de voir la différence entre un monarque et un faux.

Là, tu me r'gardes aller en te disant: “De y'où c'qui s'en va lui avec son histoire de papillon?”

C'est que, vois-tu fille (m'en va t'appeler “fille” d'une manière paternaliste et condescendante juste parce que…juste parce que ça m'tente, ouais.) vois-tu, quand j'te r'garde dans tes histoires, tu m'fais penser à moi pis mon monarque.

Tu veux tellement l'amour que t'es partout à essayer de la trouver. Tinder, Badoo, Monclasseur, name it. Pis en tant qu'tel, c'est pas mal de faire ça. On veut tous trouver l'amour. Le problème, c'est que toi, tu t'accroche trop souvent à tout c'qui y ressemble de près ou de loin.

T'sais au début, c'est correct. Tout l'monde apprend à connaitre l'autre, on veut être sur de notre “shot” avant de dire “je t'aime”. Pis là y'a la fameuse discussion: “J'veux juste savoir où est-ce qu'on s'en va nous deux?”.

Si t'es du genre normal pis que tu as pas posé cette question là à votre 3e date, c'est pas mal à partir de se moment là que tu devrais être fixé. Faut pas que tu t'attende à la demande en mariage là, mais en théorie, tu devrais avoir une réponse qui t'enligne dans la bonne direction.

Si ça continue à bin aller, que vous vous mariez, JACKPOT, félicitation. Arrêtes de lire ici.

Mais si au bout d'un moment, tu commences à te poser des questions à savoir si t'es une vraie blonde potentiel ou juste une fille “d'en attendant”, si tu te demandes si c'est un monarque ou un vice-roi que t'as dans ton plat, c'est là qu'y devrait avoir une lumière qui s'allume. Pis un men'én fille, y va p’t'être bin falloir que tu mettes des couilles sur ton coeur pis que tu lèves les feutres.

Quand, ça fait 2-3mois qu'y te répète des trucs du genre: “J'suis bien dans notre relation, j'veux juste continuer à prendre mon temps”, “j'ai vraiment de la misère à dire Je t'aime, j'veux être vraiment sur de le penser avant de le dire” ou le fameux “J'suis pas prêt d'être en couple”. T'sais, ça peut être vrai, mais isssshhh. Non, mieux: IIIIISSSSSHHH. Oui, en majuscule, parce que j'ai des p'tites nouvelles pour toi ma cocotte, si c'est pas d'la bullshit, ça y ressemble en esti en tout cas. Pis toi, malheureusement, tu avales tout. Tu gôbes tout parce que c'est de l'espoir. Pis on le sait, l'espoir, c'est ce qui fait vivre les gens.

Pis le pire la-dedans, c'est que la bullshit que tu te fais servir, c'est pas toujours volontaire, c'est pas toujours de la manipulation. Du monde mélé, y'en a pour vrai. Mais je sais pas, en amour, t'es pas supposé être mélé longtemps, non?

Pis là, toutes tes amies te regardent aller dans c'te relation “cul-d'sac” là en essayant de te réconforter tout en sachant que tu vas bin finir par le frapper ton mur. Mais quand elles te disent ce qu'elles en pensent pour vrai, tu réponds des trucs du genre: “Ouin, mais j'suis bien avec pis y'est fin avec moi, y'a juste besoin d'un peu d'temps pour se brancher.”

Tu vois, tu te baratines toi-même.

J'suis triste pour toi, fille, quand j'te vois embarquer dans une relation du genre. Sincèrement, j'trouve ça plate pour toi. Mais parfois, tu veux tellement trouver l'amour que t'es prête à t'accrocher après quelque chose qui y ressemble mais qui en est pas.

Un peu comme moi avec mon monarque

T'sais, t'es pas une fille épaisse. Tu le vois ce qui se passe. Tu lui demandes à quelques reprise s'il préfère que tu cesses de lui écrire, de le voir. Il pourrait dire oui, mais il dit non. Alors tu restes.

C'est à ce moment là que ça me bogue dans tête. Tu vois c'qui s'passe, tu le sais, t'es pas conne, mais tu restes pareil…juste au cas. Malheureusement, les juste au cas finissent rarement bien.

T'sais, y'a bin des gars qui sont trou d'cul, mais les filles sont souvent les propres artisanes de leur malheur.

Le gars t'aime bien, mais il t'aime pas. C'est tout. C'est dur et cruel, mais c'est tout.

Que ça soit conscient ou inconsciemment, pour lui, tu ne seras jamais plus qu'une fille qui avait peut-être tout ce qu'il fallait pour être sa blonde mais de qui il ne tombera jamais en amour.

Pourquoi ça, pourquoi toi? Je sais pas. Y'a juste pas de raison.

Pis un jour, s'il le fait pas avant toi, va falloir que tu te tannes et que tu t'en débarasses, parce qu'en bout d'ligne, ça nuit à ton bonheur. Pis ce jour là, c'est pas garanti qui va “réaliser” que y'est trop tard. Y'a des chances que ça y fasse pas tant de peine que ça même. Ça va p’t'être bin y faire une tite peine, mais c'est surtout parce qu'y réalise que y'a pu sa chix du vendredi soir, une tite peine parce qu'y réalise que y'a pu sa chix avec qui dormir, une tite peine parce qu'y réalise que y'a pu sa chix avec qui aller au cinéma ou avec qui souper. Mais en bout de ligne, ça reste une tite peine. C'est pas une peine d'amour, c'est plus une peine d'amant.

Pis s'il revient en pleurnichant en disant que y'est désolé mais qu'aujourd'hui y sait c'qui veut…s'te plait fille, ouvres pas ta porte, ouvres pas ton coeur pis ouvres pas tes jambes, parce que si y savait pas encore c'qui voulait la s'maine passé, vas pas croire que y'est rendu solide dans ses convictions.

Arrêtes de te faire mal en restant dans des relations qui ressemble à l'amour mais qui ne le seront jamais.

Parce que t'aurais beau garder ton papillon dans ton plat toute ta vie, un vice-roi ne devient jamais un monarque.