femmes-africaines

10

La photographe ivoirienne Joana Choumali présente la série « Résilientes » à l'hôtel Onomo de Dakar (Sénégal), au sein de l'exposition « Femme Photographe » . A travers ses portraits de femmes, qui toutes portent « la mémoire d’une tradition esthétique, qui constitue leur sève », la photographe entend témoigner de « la grandeur d’une Afrique réchappant d’une colonisation morbide ».

http://www.lemonde.fr/afrique/portfolio/2015/01/28/resilientes-les-femmes-africaines-en-majeste_4564853_3212.html

Réduction de la pauvreté et autonomisation des femmes en Afrique de l’Ouest : Un atelier de partage et de capitalisation sur les innovations techniques/technologiques à Bamako

Afin de lutter contre la pauvreté et de rendre la femme africaine de plus en plus autonome, en réduisant le coût de l’énergie physique qu’elle déploie au quotidien, un atelier régional d’échange et de partage sur les volets techniques a réuni hier des responsables techniques de la sous-région. Censé se dérouler du 19 au 22 Mai 2015, l’atelier a démarré hier mardi, au Grand Hôtel de Bamako. A noter qu’il se tient grâce au financement du PNUD dont le programme plateforme ne concernait que le Mali au départ en 2000. Mais qui, maintenant, inclut le Niger, le Bénin, le Tchad, le Togo, la Guinée, le Côte d’Ivoire, la Mauritanie, le Burkina et le Mali.

Selon la représentante du représentant du PNUD au Mali, Madame Keïta Aïcha MBO, cette rencontre qui a réuni plusieurs responsables techniques de la sous-région, a pour objectif de permettre aux responsables techniques d’améliorer la performance et la durabilité des plateformes multifonctionnelles, de partager les bonnes pratiques et de développer la question importante de la durabilité des sources d’énergie, la protection de l’environnement et la pérennisation des investissements.

Tenu en parfaite collaboration avec le ministère de la promotion des femmes de l’enfant et de la famille, l’atelier débute dans un cadre purement interactif et participatif. Autrement, il fait émerger le plus grand nombre d’expériences et de pratiques au sein des programmes nationaux. Il permet en outre, un partage et une diffusion régionale des bonnes pratiques et des leçons apprises autour des thématiques fondamentales telles que : le descriptif PTFM, les configurations des PTFM, les modes d’acquisition des équipements de la PTFM, le processus d’installation, les formations, les équipements, le suivi la recherche et développement.  Aussi, devant les enjeux autour des questions majeures telles que la durabilité des sources d’énergie, la protection de l’environnement et la pérennisation des investissements, l’action plateformes s’oriente de plus en plus vers les sources d’énergie.

En prenant la parole, le secrétaire  général du ministère de la promotion de la femmes de l’enfant et de la Famille, M. Mohamed Attaher Maïga, a rappelé que le cadre qui les réunit en ce jour est l’expression de la volonté affirmée des Chefs d’Etats de leurs pays respectifs, d’initier et de mettre en œuvre des politiques concertées de développement pour atteindre les objectifs du Millénaire(OMD).

« La cohérence, l’intégration des ces politiques au niveau régional et la proximité avec les populations les plus défavorisées constituent les deux dimensions de cette volonté que les plateformes concilient et que vos travaux vont permettre d’analyser, d’échanger, de capitaliser et de partager », a-t-il déclaré face aux participants venus d’une dizaine de pays africains.

Au fort du démarrage, il a été rappelé que le Programme des Nations Unies pour le Développement a bénéficié en juin 2008 d’un important financement de la Fondation Bill & Melinda Gates en vue de l’expansion du modèle réussi de réduction de la pauvreté et d’autonomisation des femmes en Afrique de l’ouest. Cas du Burkina, du Mali et du Sénégal.

Rappelant une orientation beaucoup plus axée sur l’innovation tant qualitative que quantitative des programmes, M. Maïga précise que la stratégie de capitalisation et de partage des expériences du programme régional plateformes multifonctionnelles, s’inscrit dans ce contexte.

En fait, cet atelier technique de trois jours à Bamako, s’offre plusieurs objectifs dont : le partage des bonnes pratiques en matière de descriptifs, modes d’acquisition des équipements des PTFM ; installation ; maintenance, formations, les innovations réalisées, les pannes des PTFM ; les différentes configurations…

Comme résultat attendus au sortir de l’atelier, on peut citer :

Le partage des bonnes pratiques, les leçons des expériences sur le volet technique/technologique ;

La réalisation de l’état des lieux des initiatives en matière de transition énergétique vers les énergies renouvelables;

L’établissement d’un état des lieux sur les partenaires techniques.

L’identification et la proposition des solutions des contraintes pour le développement des innovations technologiques.

L’établissement des plans d’action de la période à venir pour le réinvestissement des résultats de l’atelier technique régional.

L’élaboration d’un guide technique d’implantation des modules plateforme multifonctionnelles incluant un catalogue des innovations techniques et technologiques : une sorte des ‘’ABC’’ devra être mis à disposition des acteurs pour le volet.

Et enfin, les contraintes sur les procédures d’acquisition des équipements seront identifiées et avec des solutions proposées.

Voilà entre autres les enjeux de cet atelier qui durera trois jours dans la capitale malienne.

La volonté commune des gouvernements étant de faire des plateformes multifonctionnelles un des moteurs privilégié de développement, les recommandations issues des travaux de ce présent atelier devront permettre de construire non seulement les stratégies harmonisées, mais aussi les outils pertinents et adaptés en vue de faciliter les changements d’échelle et la mise en œuvre des programmes des pays concernés.

Telles sont les actions que le PNUD en collaboration avec le gouvernement du Mali, pose afin de lutter contre la pauvreté tout en offrant plus de liberté et de responsabilité aux femmes maliennes et africaines.

Source: autre presse



from WordPress http://ift.tt/1Jzoaso
via IFTTT
Festival Gnaoua du Maroc : les femmes africaines à l’honneur
Le Maroc abrite, du 15 au 16 mai, la quatrième édition du Forum du Festival Gnaoua et musiques du monde d’Essouira, qui poursuit sa réflexion autour du thème “L’Afrique à venir”.

Du 15 au 16 mai, a lieu au Maroc, la quatrième édition du Forum du Festival Gnaoua et musiques du monde d’Essouira, qui poursuit sa réflexion autour du thème “L’Afrique à venir”. Ce Festival a été initié en 2012 en partenariat avec le Conseil national des droits de l’Homme.

Nombreux intervenants, dont des Marocains et étrangers, sont attendus pour traiter des thématiques en liens avec les préoccupations des femmes africaines, sous le thème “Femmes d’Afrique : créer, entreprendre”. « Les femmes figurent parmi les principaux acteurs de l’économie, en Afrique, comme partout dans le monde. Elles sont présentes en nombre dans tous les domaines ; elles sont devenues visibles et n’ont plus l’intention de retourner à l’anonymat dans lequel elles ont été si longtemps confinées », relèvent les organisateurs, dans un communiqué.

C’est autour de cette révolution que les participants à ce forum vont intervenir, en présence d’imminents professeurs, d’anthropologues, sociologues, chefs d’entreprises, militantes associatives et artistes. Ils vont partager leurs expériences autour de quatre tables rondes ainsi reparties : “La famille en révolution”, “La nouvelle visibilité professionnelle des femmes”, “Femmes et création” et “Femmes et politique”.

« Ce festival pionnier est le prolongement naturel, culturel et musical de la nouvelle doctrine diplomatique, culturelle et économique du Maroc dans son continent. Dans cet esprit, la 4ème édition du Forum nous apportera des échanges sur le rôle essentiel que jouent les femmes dans la transformation de l’Afrique » a déclaré Neila Tazi, directrice et productrice du Festival Gnaoua et musiques du monde.

Rappelons que cette tribune annuelle réunira, entre autres personnalités, l’historienne Sophie Bessis, Oumou Sangaré, célèbre chanteuse malienne, l’astrophysicienne marocaine Rajaa Cherkaou EL Moursil,, la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères Mbarka Bouaida, la présidente du patronat tunisien Ouided Bouchamaoui et celle du patronat marocain Miriem Bensala Charoun.

Source: afrik.com



from WordPress http://ift.tt/1Ppsxeq
Festival Gnaoua du Maroc : les femmes africaines à l’honneur
Le Maroc abrite, du 15 au 16 mai, la quatrième édition du Forum du Festival Gnaoua et musiques du monde d’Essouira, qui poursuit sa réflexion autour du thème “L’Afrique à venir”.

Du 15 au 16 mai, a lieu au Maroc, la quatrième édition du Forum du Festival Gnaoua et musiques du monde d’Essouira, qui poursuit sa réflexion autour du thème “L’Afrique à venir”. Ce Festival a été initié en 2012 en partenariat avec le Conseil national des droits de l’Homme.

Nombreux intervenants, dont des Marocains et étrangers, sont attendus pour traiter des thématiques en liens avec les préoccupations des femmes africaines, sous le thème “Femmes d’Afrique : créer, entreprendre”. « Les femmes figurent parmi les principaux acteurs de l’économie, en Afrique, comme partout dans le monde. Elles sont présentes en nombre dans tous les domaines ; elles sont devenues visibles et n’ont plus l’intention de retourner à l’anonymat dans lequel elles ont été si longtemps confinées », relèvent les organisateurs, dans un communiqué.

C’est autour de cette révolution que les participants à ce forum vont intervenir, en présence d’imminents professeurs, d’anthropologues, sociologues, chefs d’entreprises, militantes associatives et artistes. Ils vont partager leurs expériences autour de quatre tables rondes ainsi reparties : “La famille en révolution”, “La nouvelle visibilité professionnelle des femmes”, “Femmes et création” et “Femmes et politique”.

« Ce festival pionnier est le prolongement naturel, culturel et musical de la nouvelle doctrine diplomatique, culturelle et économique du Maroc dans son continent. Dans cet esprit, la 4ème édition du Forum nous apportera des échanges sur le rôle essentiel que jouent les femmes dans la transformation de l’Afrique » a déclaré Neila Tazi, directrice et productrice du Festival Gnaoua et musiques du monde.

Rappelons que cette tribune annuelle réunira, entre autres personnalités, l’historienne Sophie Bessis, Oumou Sangaré, célèbre chanteuse malienne, l’astrophysicienne marocaine Rajaa Cherkaou EL Moursil,, la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères Mbarka Bouaida, la présidente du patronat tunisien Ouided Bouchamaoui et celle du patronat marocain Miriem Bensala Charoun.

Source: afrik.com



from WordPress http://ift.tt/1QRaOKa
via IFTTT