fallait pas

13 Reasons Why (Ou bien la série qu'il me fallait depuis quelques semaines. )

Comme je t'avais raconté, en ce moment j'ai cette obsession pour la mort, j'suis pas suicidaire, du moins je ne le suis plus. J'ai juste peur de la mort, et j'imagine c'est parce que je commence à apprécier ma vie, à aimer vivre.

13 Reasons Why est tiré d'un livre.
Ca parle d'amis qui ne le sont plus, d'amour quand on a 17 ans, de relations ado/parents, d'harcèlement, de slut-shaming, de viol, de trahison.

Hannah c'est moi, c'est toi, c'est elle, c'est nous tous.

Mon chéri à deux petites soeurs, dont une qui est en 3ème cette année. Quand j'ai annoncé que je regardais 13RW rècemment sur ma story Instagram, elle m'a écrit. Elle m'a rapporté que cette série lui parlait, parce qu'elle est en train d'apprendre ce que c'est d'être une femme dans cette société (malheureusement, non, c'est pas cool d'être une femme dans un contexte pareil), et que l'harcèlement, elle connaissait bien ce mot. Parce qu'elle l'a subit. Elle m'a dit que la série l'avait touchée, et aidée un peu. Qu'il ne fallait pas s'arrêter sur le premier épisode.
Au début je ralais un peu, parce que l'histoire est présentée sous l'aspect d'un jeu, et je trouve que c'est déplacé d'introduire un jeu dans une histoire de suicide. Mais j'ai continué. Et bordel. Oui bordel. Juste, bordel.

Il y'a déjà la bande son, qui est magnifique, et qui touche. Les musiques je les écoute encore sur mon ipod, la plupart sont magnifiques.
Il y'a ce jeu dans la réalisation, ce jeu qu'il y'a entre le passé et le présent, le personnage principal a un pensement dans le présent, comme s'il était blessé physiquement suite au suicide d'Hannah. Et les lumières changent… Couleurs chaudes quand Hannah est à l'écran. Froide quand le présent nous rattrape.
Les transitions sont bien trouvées, et même si on pense que c'est lent, que ça n'avance pas dans les premiers épisodes, les transitions rythment un peu plus le récit au fur et à mesure, et le récit devient plus intense par la suite.

Ce que j'ai aimé particulièrement, c'est que cette série n'est pas gnangnan, elle n'est pas fausse, elle décrit les adolescents comme on peut en trouver dans les lycées actuels.
Les viols et le suicide sont sans musique, sans chichi, c'est difficile à regarder, mais ça semble vrai. Ce n'est pas “glamourisé”. Parce que je vous assure que c'est pas glamour de se faire violer, moi quand ça s'est passé y'avait pas les violons qui jouaient au fond de la pièce.
La scène de suicide est vraiment violente cependant, j'ai du détourner le regard 2/3 fois, je ne pouvais pas, alors que généralement, je suis pas sensible à ça.

Le personnage principal est attachant au fil des épisodes (au début je m'en battais un peu les couilles, sur la fin j'avais juste envie de lui faire un câlin et tenter de l'aider.)

Cette série n'est pas un appel au suicide, comme j'ai pu le lire sur certains sites, mais une aide pour crier “à l'aide”. Si vous êtes perdus, seuls, déprimés, l'aide existe. Elle existera toujours. Vous n'êtes pas seul, jamais.

13RW m’a redonné cette envie de vivre, de ne pas laisser tomber, d’avoir moins peur de la mort, et l’envie de continuer cette aide que je propose sur Tumblr. 

Voilà, c'était mon avis (dont tout le monde s'en bat les couilles), sur 13RW.

Si t'aimes bien ce genre de post, mets un p'tit coeur, et dis le moi dans les commentaires.

Des bisous.

AEL

PS: Tu n'es pas seul.

Quand une meuf s'emballe parce que j'ai likée 2 photos d'elle sur IG… Sérieux même moi j'ai pas compris… J'ai pas répondu au message qu'elle m'a envoyée sur IG, parce que un peut concon la fille quand même…

Elle n'avait rien de particulier aux yeux du monde, mais des miens, c'était une merveille céleste. Et il ne fallait pas que je la perde, sous aucun pretexte.
—  G.Lamiaud

June 26th, 2015 - Supreme Court rules in favor of same-sex marriage nationwide. Congrats USA! ♥

Ce matin, je me suis arrêtée cinq minutes pour discuter avec cet homme, à la rue, il m’a proposé à manger et des cigarettes mais j’ai refusé, nous avons parlé des gens de la ville, qui n’aiment pas la bonne humeur des autres, qui te regardent mal. Il a dit : Moi depuis que je suis né, j’ai toujours la bonne humeur. J’espère que ca va durer, parce que c’est ma force.”

Puis il m’a demandé où j’allais, ce que je faisais, et je lui ai donné le livre La grande vie de Bobin.

Cet homme est adorable.

C'était vraiment agréable. Il était beau quand il souriait. Un homme simple. Ça m'a fait du bien de discuter avec quelqu'un. Il a dit aussi qu'il ne fallait pas rester dans cette ville.

Je sais pas qui a vu les bêtisiers de Kaamelott mais il y a un moment dans l’épisode où la Dame du lac vient d’être bannie par les dieux et ils sont tous les deux avec Arthur dans son lit elle essaye de résoudre le problème et elle dit “ptetre qu’on pourrait aller au lac, vu que je suis la Dame du lac…” sauf qu’Audrey Fleurot se trompe et elle dit “ptetre qu’on pourrait aller au parc” alors ils se marrent tous les deux, et Alexandre Astier fait “Ah bah oui ! la Dame du parc !… Celle qui vend les churros…” et après ç’en est fini de leur concentration pour cette scène

Le Youtube Game n’existe pas

Dans quelques jours, ça fera un an que What The Cut #37 est sorti, à l'époque, pas mal de gens avaient pu croire que le message de l'introduction de la vidéo était que les gens qui sortaient souvent des vidéos, c'était pas bien, et que moi j'avais raison de jamais en sortir.

C'était totalement faux, le vrai sens c'était que sur internet, il ne fallait pas se formater, qu'il était terriblement dommage de faire quelque chose parce que tout le monde le fait, ou que c'est parce que c'est la mode, ou que ça plait aux algorithmes.

Je me suis récemment coupé des réseaux sociaux et de Youtube pour vraiment me concentrer sur les projets à venir (l'écriture du film et la saga audio dont je vous ai parlé dans “Le Futur”), sachez que ça avance bien mais que c'est terriblement difficile, et c'est ça aussi qui m'intéresse, faire des choses que je n'ai pas l'habitude de faire, essayer des trucs nouveaux !

Si je me suis coupé de tout ça aussi, c'est qu'évidemment, je ne me reconnais plus vraiment dans ce qu'il se passe sur Youtube. Je pense surtout que c'est parce que Youtube ne me correspond plus, il était plus en accord avec ce que j'étais il y a quelques années. What The Cut me faisait bien marrer, et en vrai, il n'y en aurait pas eu autant si ça n'avait pas marché et si ce n'était pas devenu mon travail.

A la base, c'était un truc pour faire marrer mon cercle d'amis, je n'avais prévu à aucun moment d'avoir une quelconque “carrière” sur Youtube, chose dont j'ignorais même qu'il était possible de faire à l'époque.J'ai toujours voulu faire des films, raconter des histoires, de la musique, tout ça, je vous en parle depuis toujours sans jamais vraiment le faire. What The Cut n'était qu'un délire parmi d'autres que j'avais pu faire avec des potes (certains d'entre vous ont déjà trouvé mes vieilles vidéos et certains autres vieux projets qui trainent sur internet), il se trouve que c'est accidentellement celui qui a changé ma vie.

Du coup, j'ai du m'intéresser à Youtube, voir comment ça fonctionnait, faire grossir ma communauté, l'entretenir, sortir beaucoup de vidéos et me construire une “carrière”, alors que ça n'a jamais été mon truc de faire ça.

Je suis quelqu'un d'assez introverti, de timide et qui ne parle pas énormément, d'un coup, je me suis retrouvé avec plein de regards et énormément d'attention, chose qui était grisante pour commencer, mais au final j'ai l'impression de m'être un peu fourvoyé dans tout ça et d'avoir mis de côté ce qui me plaisait vraiment.

Je m'en fiche des nombres, des algorithmes, des scores, alors pourquoi est-ce que ça m'a autant obsédé toutes ces années ? Pourquoi est-ce que passer un cap d'abonné est si important ? Je peux tout à fait le comprendre, mais c'est juste que ce n'est pas qui je suis, et j'ai l'impression de m'être menti à moi-même toutes ces dernières années.

Il y a plein de contenus qui ne m'intéressent pas, et dont pourtant je connais l'existence et que j'ai regardé avec attention, parce que c'est mon milieu, mon boulot. Et ce n'est pas normal. Les créateurs sont tous des gens différents, et le seul liant, c'est un site internet. Il n'y a pas beaucoup de points communs entre des gens comme Suricate, David Lafarge, DirtyBiology, EnjoyPhoenix ou le Joueur du Grenier (je ne parle pas du tout en terme de qualité, mais en terme de type de contenu), pourtant, ces gens font malgré eux tous partis du même milieu, sont comparés les uns aux autres.

Qu'est-ce qu'on s'en fiche qu'une vidéo d'untel a demandé beaucoup moins de travail qu'une d'un autre créateur, tout en faisait bien plus de vues ? Pourquoi les gens se sentent “en concurrence” ? Pourquoi est-ce que c'est quelque chose d'important ? Regarder une vidéo sur Youtube ne demande aucun investissement financier, contrairement à un produit culturel comme un livre, rien ne vous empêche de regarder les vidéos de 100 créateurs différents.

Je ne comprends pas en quoi toutes ces thématiques sont intéressantes, je ne comprends pas pourquoi on compare le travaille d'un let’s player à celui d'un réalisateur de court métrage, pourquoi on compare quelqu'un qui parle de science, à quelqu'un qui fait de l'humour ? Juste parce que les gens sont sur la même plateforme, et c'est idiot.

Youtuber avant d'être créateur, c'est hélas un constat qui revient de plus en plus. Les créateurs se formatent pour plaire aux algorithmes, pour faire grossir leur vues, et leur porte-monnaie, mais n'est-ce pas dommage d'emprunter une voie comme celle-ci pour se forcer à produire un contenu qui ne nous ressemble pas ? Avec en plus le risque que les vidéos deviennent totalement dénuées de sens si on les regarde des années plus tard. Le nombre de fois où je me dis “j’aurais pu mieux faire” si je ne m’étais pas forcé à correspondre aux canons de Youtube est bien trop grand.

Si tu veux faire des vidéos de toi en train d'ouvrir des cartes pokémon, fais le si ça te fait plaisir, si tu veux parler de l'histoire Allemande entre 1788 et 1852, fais le si ça te fait plaisir, si tu veux donner des conseils Make-Up, fais le si ça te fait plaisir !

Arrêtons d'avoir une échelle de valeur et un mépris qui n'a pas de sens, les vidéos d'EnjoyPhoenix ne sont pas pires, ni meilleures que celles d-E-Penser, elles n'ont juste pas de raisons d'être comparées. Le seul point commun c'est toujours Youtube, et ça ne reste qu'un hébergeur, et nous avons choisi celui-ci car c'est le plus gros, et c'est celui où nous avons le plus de chance d'être regardé, c'est tout.

Le Youtube Game n'existe pas parce que son existence même est absurde.

Youtube a tout de même changé ma vie, m'a permis de vivre de choses que j'aime faire, de me mettre enfin à des projets qui semblent plus que jamais réalisables ! Et c'est aussi grâce à vous, qui avez donné une chance à ce que je fais, et c'est en partie pour ça que je souhaite que le film soit disponible gratuitement sur internet, car c'est, entre autres, vous qui avez permis, sans même que vous le vouliez, la concrétisation possible d'un projet comme celui-ci, et probablement d'autres à l'avenir !

Je reste un profond défenseur d'internet, et de ce que ce dernier permet. Internet c'est moi, c'est vous, c'est tout le monde, chacun a sa pierre à apporter à l'édifice, tout le monde peut changer le visage du net.

Essayons d'en faire un lieu de diversité, où chacun fais les choses à sa manière et avec son bagage culturel, son vécu et sa façon de faire les choses.

Merci à vous de le faire vivre, et d'essayer de lui donner le plus de bon sens possible, bonnes fêtes de fins d'années ou que vous soyez, et à bientôt !

LOVE ! tl;dr

Hey euh, c'est moi
Je sais que tu t'attendais pas à mon appel
je sais que
que tu voulais pas forcément entendre ma voix
en plus c'est pas franchement la plus
enfin tu sais la plus
laisse tomber
en fait tu sais tout ça sur moi et tu sais aussi que je suis pas franchement du genre à l'aise au téléphone
donc
excuse moi
en fait je t'appelais pour te dire que
attends y a un truc sur ma jambe c'est gênant
excuse moi
en fait donc oui je t'appelais pour te dire que j'étais
désolé
pour pas mal de choses en fait
faut que j'arrête avec mes en fait
mais en fait m'excuser d'avoir pris autant de temps pour t'appeler
j'osais pas franchement
parce que tu sais ils auraient tous dit que j'avais un problème
que j'étais malade
qu'il fallait que je me fasse soigner
et j'ai été
pas mal entouré ces derniers temps avec
ton départ
ils m'ont tous dit que je devais pas être tu sais
qu'il fallait pas me laisser avec moi-même
comme si
comme si leur présence allait changer quelque chose à ton absence
c'est
ma première soirée où je suis sans personne autour
et je réalise que maintenant qu'il n'y a personne je veux quelqu'un
et
ce quelqu'un c'est toi donc
je t'appelais en espérant
tu sais
tomber sur ta voix mais c'est raté
donc
je me retrouve face au vide
on m'a dit que t'étais plus

que c'était fini
et c'est un peu bizarre de le dire, que je le dise
en fait ça sonnait mieux dans la bouche des autres
j'ai pas su te sauver pas vrai
tu m'en veux je crois
non c'est sûr je le sais je te connais j'ai fini par
tu sais
savoir toutes ces choses sur toi
toutes ces choses qui font que je suis là aujourd'hui
à t'appeler
à essayer de retrouver ta voix tes mots
essayer de m'imaginer ton visage ton sourire tes lèvres violacées ton odeur de tabac froid ton teint pâle tes bras maigres ta peau tes poils qui se hérissent quand j'embrasse ton cou tes cheveux toi toi toi
j'essaye de te retrouver toi
et
j'y arrive pas
enfin bref
tu sais tout ça parce que
tu lis en moi comme si j'avais mon esprit tatoué en manuscrit sur le front
mais tu me manques
et ça je sais pas si tu sais
en fait je te l'avais jamais dit
je l'ai souvent pensé mais jamais dit j'osais pas
c'est pas trop mon genre de dire ça
donc ouais
tu me manques
tu me manques et de plus en plus parce que
même si ils réalisent pas que j'ai compris je sais que tu reviendras pas
t'as trop traîné aux bords des ponts des buildings
aux abords des boîtes de nuit de la drogue de l'alcool
des conneries
t'as trop flirté avec tout ça et
et
et tu m'en parlais mais je répondais pas je crois que
je me mentais à moi même
tout ça ça existe pas
ça existe pas
ça existe
ça
enfin tu sais
tu me manques et
je crois que c'est demain ton enterrement ou
après demain
j'ai plus conscience des jours qui passent mais
j'ai conscience que la maison dans laquelle je vis
t'y passeras plus jamais une seule seconde
que y aura plus jamais ta chaleur ton odeur que ton regard se posera plus
sur toutes ces choses que tu détestais parce que ça m'appartenait
toutes ces choses que tu adorais parce que ça m'appartenait
sur tout en fait
ton regard ne se posera plus sur rien du tout
parce que
tu sais
t'es plus là
t'as abandonné lâchement
tu crois que ça règle tout de se tuer pas vrai
ouais t'as refait le monde ça c'est sûr
t'as refait le mien
t'avais tout détruit pour tout reconstruire en plus beau et là
t'as tout détruit encore une fois mais tu laisses le chantier
un putain de terrain vague
euh
excuse moi je m'emporte mais
c'est vrai quoi tu savais que ça m'énerverait
enfin bref
je te vois demain
ou après demain enfin à l'enterrement tu sais
enfin non tu sais pas tu sais plus rien
c'est des conneries tout ça
puis tu me trouverais pathétique si tu me voyais t'appeler comme ça pour
essayer de retrouver un peu de toi
alors que t'es plus rien
t'étais déjà pas grand chose quand tu bougeais encore alors
maintenant que t'as mis fin à tes jours comme tu le disais si
poétiquement mais avec ta grosse voix
t'es plus rien du tout
mais
ce rien du tout me manque
mais c'est vrai que t'es plus là
même si ils réalisent pas que j'ai compris je sais que tu reviendras pas
je sais que tu t'attendais pas à mon appel
je sais que
que tu voulais pas forcément entendre ma voix
mais voilà tu me manques

“il ne fallait pas que je "gâche" ce moment rare avec mon "truc"”

“Je voulais profiter de la réunion familiale qui a lieu tout les deux ans pour faire mon coming-out aux personnes que je voyais le moins mais ma mère m'a clairement fait comprendre qu'il ne fallait pas que je “gâche” ce moment rare avec mon “truc”.
Je ne l'ai pas écouté et ai donc appris qu'elle m'avait outé sans consentement à l'avance et que c'était pour ça qu'elle ne voulait pas que j'en parle.”

anonymous asked:

What kind of music do you like? Would it be too much to ask for you make a "top 10 fav songs" list?

Oh yea, sure !
As it’s completely impossible to choose just 10 “all-time” fav songs, I’ll just pick up 10 awesome songs from my current playlist, how’s that ?

1 - Animal Collective - Golden Gal (<3)

2 - Elliott Smith - Angeles

3 - Life without buildings - The Leanover

4 - Tom Rosenthal - Don’t you know how busy and important I am

5 - Kanye West - All of the lights (surprised much ? seriously watch the whole video, it’s really nuts)

6 - The Raincoats - Lola (apparently it’s a cover of the Kinks ! I just found out, niceee)

7 - Clothilde - Fallait pas écraser la queue du chat

8 - Dent May & His Magnificent Ukulele - Meet me in the Garden

9 - Sufjan Stevens - All Of Me Wants All Of You

10 - Allen Toussaint - Southern Nights


AAAAAND… BONUS : Yamasuki - Yama Yama (YES, it’s actually french people pretending to sing in japanese… it’s the best thing EVER)

ENJOY !!
feel free to send me music as well, i’m always up to discover new shit

Fallait que je te dise
comme je vais mal,
que je vis un rythme infernal ;
Même avec l'aide de la famille, des potes,
C'est comme d'habitude ;
Mon meilleur ami s'appelle solitude.
Je regrette de pouvoir te dire ça,
Je n'y arrive pas ;
Fallait que je te dise
que mon bonheur te reste dédié,
Et tu peux marcher sur mon coeur,
car mon coeur est à tes pieds.

T'aurais dû voir dans quel état elle était… j'avais beau lui donner toutes les raisons possibles, elle refusait d'admettre qu'entre nous, ça n'allait plus. Une vraie tête de mule, cette fille; mais elle me déchirait le cœur. Un coup elle me murmurait en sanglotant qu'il ne fallait pas que je parte, un coup elle me criait toutes les erreurs que j'avais pu commettre. Elle pouvait déguiser son regard de colère et de furie, ses yeux ne trompaient pas; elle était vraiment triste. Je savais que je lui brisais le cœur, mais le mien se brisait aussi. On ne pouvait pas rester comme ça, il fallait bien que l'un de nous deux s'en aille. Ça ne pouvait pas être elle, alors se fut moi.
—  lespiquresaines

Histoire de Héra.

Elle croyait sincèrement aimer, mais comme les baigneurs prudents qui nagent de trois membres et reprennent pied dès qu'ils sentent la terre manquer sous eux, elle savait un certain point d'abandon qu'il ne fallait pas passer.

—  Histoires brisées. Paul Valéry
youtube

Fallait pas écraser la queue du chat par Clothilde

Et la version psychédélique