fabrica: les yeux ouverts

youtube

Les Yeux Ouverts (Dream A Little Dream of Me)

this song is playing in the background when Andy has dinner with Christian à Paris

youtube

Paris, why are you crossing my mind now? Suddenly I’m thinking about these crazy times.
Have you ever driven a car through/in Paris as a Non-Parisian? Either it's like risking life and limb or you stuck in a chaotic traffic circle like about 2 hours, because noone cares about anything anyway. Why do they even have traffic circles over there? Everyone is driving into that circle like it’s the last thing to do in this life and the end is near … and then they’re all stucked in there and swear like a trooper and yelling to each other…
Hach…. I like France! I really do!

De l'amour

(…)

“Mais dans Alexis, je crois que cette distinction était surtout chez moi une réaction très forte contre la rengaine française de l'amour, que je sens, que je continue à sentir sonner faux. Les Français ont en quelque sorte stylisé l'amour, créé un certain style, une certaine forme de l'amour ; et après cela, ils y ont cru, ils se sont obligés à la vivre d'une certaine manière, tandis qu'ils l'auraient vécu tout autrement, s'il n'y avait pas eu toute cette littérature derrière eux. Ce n'est qu'en France, je crois, que La Rochefoucauld a pu dire qu’"il y a beaucoup de gens qui n'auraient pas aimé s'ils n'avaient pas entendu parler d'amour”. Je crois que cela n'aurait aucun sens ici, ni peut-être dans beaucoup d'endroits du monde. Il n'en va pas de même en France, parce qu'en effet tout le monde est exposé à cette notion littéraire de l'amour, émotion, sensualité, jalousie, ambition, c'est-à-dire désir de réussir auprès d'une femme ; enfin l'amour à la française, qui va d’Andromaque à l’Education sentimentale. Il y a là beaucoup de conventions. 

L'effort d’Alexis est de ne pas mélanger les sentiments. Il faut d'abord savoir ce qu'on entend par amour. Si on entend par amour l'adoration d'un être, la persuasion que deux êtres sont faits l'un pour l'autre, qu'ils se répondent par des qualités en quelque sorte uniques, là, il y a un tel mirage que quelqu'un d'un peu réfléchi se dit forcément : “Non, je suis loin d'être doué de ces qualités exceptionnelles et l'autre non plus, probablement ; rendons-nous compte de ce qui est, aimons ce qui est.” Et j'appellerais cela amour de sympathie, presque une “agapé” au sens évangélique du terme, bien que dans laquelle, certes, les sens jouent leur rôle, mais il faut déjà beaucoup d'abnégation. Mais est-ce exactement ce qu'on appelle l'amour en France ? Je crois pas. 

Qu'est-ce que c'est, l'amour de sympathie ?

Disons le sentiment profond de tendresse pour une créature, quelle qu'elle soit, qui partage les mêmes hasards, les mêmes vicissitudes que nous. Cela, je le sens très fort, mais ce n'est pas exactement ce que les gens appellent l'amour dans les romans ou au théâtre. Il ne s'agit pas d'ailleurs, de ce qu'on nomme si mal “l'amour platonique” ; il s'agit d'un lien, charnel ou non, sensuel toujours, quoi qu'on fasse, mais où la sympathie prend le pas sur la passion. 

(…)

Marguerite Yourcenar, Les yeux ouverts