et si jeune

C'est marrant j'avais jamais pensé à ça avant mais là en revenant à la fac je me suis rendue compte que les gens qui rentrent en licence quand t'es en master tu les vois vraiment comme les 6èmes quand t'es en 3ème, ils ont l'air si jeunes et innocents, les trois quarts n'ont pas encore été bourrés dans une rue inconnue, n'ont pas encore pleuré à la BU veille des partiels, ne se sont pas encore faits démontés par un prof élitiste, ils sont avec leur meuf/mec du lycée en pensant que ça durera toute la vie, ils sont si heureux de débarquer, ils savent pas que ça va partir en couilles tout ça, c'est trop beau.

“t'sais c'est vraiment bizarre, elle est vraiment bizarre cette gamine, elle est tellement contradictoire dans ses propos, elle veut d'l'amour mais elle se laisse pas aimer, elle veut d'l'affection mais elle refuse qu'on la touche, moi j'sais pas quoi faire parce que y a une sorte de sentiment bizarre qui m'pousse à ressentir un certain attachement à c'te petite paumée, j'me sens pas d'la laisser, comme si elle avait besoin d'moi alors qu'c'est moi qui ai besoin d'elle, mais putain j'peux pas lui balancer ça comme ça, même quand elle se tait j'ai l'impression de l'entendre hurler qu'elle me hait et qu'elle m'aime en même temps, mais j'suis incapable de réagir, non pas que ça m'fasse ni chaud ni froid mais j'sais pas comment m'y prendre, j'ai envie d'la secourir mais j'suis incapable de faire autre chose que d'lui tenir le bras en l'air pour la maintenir hors de l'eau, et j'vois tout son visage se crisper, toute sa souffrance brisant l'éclat de ses yeux, j'l'entends hurler intérieurement mais j'peux pas bouger, j'la tiens et c'est tout, elle a foutu un bordel monstre c'te conne aussi, j'dois faire quoi ? la regarder mourir petit à petit, parce que cette nana clairement elle est déjà en décomposition intérieure, ça se sent, ça se voit, et même ses rires les plus forts, ses sourires les plus intenses ne traduisent rien d'autre que le désespoir, elle est atteinte d'une tristesse hystérique mec et t'sais je gère pas du tout, quand y a pas d'limites j'panique, et elle j'crois qu'elle connait pas le mot "limites” pour elle le stop c'est la mort, et ça m'fait flipper, elle est intense, elle est à fond quoi, elle fait pas semblant, pas dans la dentelle quoi, et t'sais moi j'sais pas faire ça, j'peux pas foncer tête baissée et dire j'emmerde le monde juste pour une personne, alors qu'elle, elle fait ça tout l'temps, même quand elle se r'garde dans un miroir elle se fait un gros fuck, en se disant que son bonheur passe automatiquement par celui des autres, mais elle est en train d'mourir et moi j'suis tellement con que j'reste là en spectateur, oserai-je applaudir au grand final? ouais, t'sais j'suis tellement con qu'j'en serai capable puis une fois seul j'me mettrai à chialer comme un môme parce que jai d'jà pratiquement perdu ma mère et maintenant j'suis en train de perdre celle qui a réussi à apaiser mes démons, comme si sa voix était un antidote tu vois l'délire, cette meuf c'est mon trip sous LSD, c'est mon soleil au milieu d'la pluie, mon p'tit pétard après une journée d'merde, et j'te jure que si j'étais pas con comme ça j'la rendrai heureuse, j'voudrai l'aimer de manière saine, et puis l'emmener se soigner de tous ses maux parce qu'elle mérite pas d'être si jeune et déjà si voûtée sous les soucis mec, j’t'assure qu'elle mérite des feux d'artifices tous les jours et d'l'amour jusqu'à l'overdose, d'l'affection jusqu'à en étouffer, mais moi j'suis pas capable de lui offrir tout ça sans tout niquer à chaque fois t'sais, j’m'en veux grave mais t'sais j'lui dirai jamais, ce serait un couteau de plus dans ses plaies encore béantes et j'veux pas t'sais"