epict

   N’en déplaise à Jean - Paul Sartre , l’enfer , ce n’est pas toujours les    autres. Même si les rapports humains sont une mécanique complexe qui nécessite un long apprentissage et une non moins longue pratique , on a toujours beaucoup à apprendre du commerce des autres.  

   Nous avons trop tendance à porter des jugements lapidaires sur ceux qui    nous entourent , qu’ils nous soient proches ou éloignés.  

   Il y a pourtant une manière simple de les comprendre : c’est de se mettre à leur place.  

   ” Avant de juger une personne , marche pendant trois lunes dans ses    mocassins “, rappelle un proverbe indien riche de sens.  

   Car l’idéal serait être avec les autres aussi indulgents que nous le sommes avec nous - mêmes.  

   Accepter leurs travers , leurs défauts , leurs indiscrétions.  

   Et puis, sommes -nous sûrs d’être nous-mêmes exempts de reproches    ?  

   N’avons -nous pas une responsabilité dans les comportements qu’ont les    autres à notre égard ?  

   ” L’assassiné n’est pas innocent de son propre assassinat ” , affirme    Gibran.  

   A méditer , n’est - ce pas ?  

     

   

   ” Toute chose a deux anses : l’une par où on peut la porter , l’autre par où on ne le peut pas.  

   Si ton frère a des torts , ne le prends pas du côté par où il a des torts ; ce serait l’anse par où on ne peut rien porter.  

   Prends - le plutôt par l’autre , te rappelant qu’il est ton frère , qu’il  a été nourri avec toi , et tu prendras la chose par où on peut la porter. ”