encombrement

“Je suis en charge de l'entretien et de la propreté de la voirie du quartier. Je suis chef d'équipe depuis 2 ans et je vis ici depuis 10 ans. Ça n'a rien de dangereux ! Le problème ce n'est pas la violence : il y a une bonne ambiance ici. Non, le problème, c'est les incivilités, les encombrants abandonnés n'importe où. Il y a des gens qui laissent les rues vraiment sales. Alors, on fait notre possible pour lutter contre ça. On fait le lien avec la Mairie pour signaler les problèmes. Je dois avouer que j'aime mon métier : c'est valorisant de se dire qu'on rend son quartier beau et propre !” Serge, 43 ans.

Serge travaille pour la Régie de quartier Passerelles 17. Je vous invite à (re) découvrir comment les Régies de Quartier contribuent à créer du lien social dans une ville et aident des personnes en difficultés à retrouver un emploi. Plus d’infos.

La société Tunisie Autoroutes Informe dans un communiqué rendu public, jeudi, que la circulation sur l'autoroute A1 reliant Tunis à Hammamet, connaîtra un encombrement aigu le samedi 02 et le dimanche 03 avril 2011.
http://www.cibletrade.com/tunisie_news/dossier_7286_encombrement_de_la_circulation_sur_l_autoroute_tunis_hammamet.html

circulation sur l'autoroute Tunis/Hammam

La société Tunisie Autoroutes Informe dans un communiqué rendu public, jeudi, que la circulation sur l'autoroute A1 reliant Tunis à Hammamet, connaîtra un encombrement aigu le samedi 02 et le dimanche 03 avril 2011.
Read more at www.cibletrade.com
http://www.cibletrade.com/tunisie_news/dossier_7286_encombrement_de_la_circulation_sur_l_autoroute_tunis_hammamet.html

Amplify’d from www.cibletrade.com

 See this Amp at http://bit.ly/gWQKAJ
Finalement on est tous pareil. On a tous peur de la vie mais on la perçoit différemment. Certains se cache derrière des apparences trompeuses, certains l'expriment avec des mots crus et durs et d'autres font semblant de ne pas s'en soucier. Il ne faut pas oublier une chose : on va tous mourir. A partir de ce moment, arrêtez de vous encombrer l'esprit.
Edito n°7 : Ces salauds d’immigrés.

L’immigration n’est ni une plaie, ni une chance. C’est un fait.



Début 2015. Après le choc des attentats de Charlie Hebdo, après la folie suicidaire d’un pilote d’avion, la troisième plaie de la France et de l’Europe, c’est ces salauds de migrants. Ces radeaux  pleins d’étrangers qui viennent s’échouer sur les côtes de l’Italie, gâchant le gout de la pizza. Ces hommes et femmes bronzés qui ont le culot de venir en Europe dans le seul et unique objectif d’encombrer notre système social en profitant des aides et en glandant au PMU aux frais de nos chômeurs. Ces monstres. Comment en est-on donc arrivés la ?


Il fait si bon vivre en Irak

2011, guerres en Libye et en Syrie. Fin 2011, retrait des troupes Américaines d’Irak. 2013 : Guerre au Mali. Rien de nouveau sous le soleil : les dirigeants occidentaux interviennent au nom de belles valeurs dans des pays en « difficultés », et raflent au passage, pouvoir et ressources. Installent ou sécurisent les installations de leurs entreprises nationales. Or, diamant, pétrole, cobalt, uranium, cuivre et diverses pierres précieuses : chacun vient se servir, corrompant quand c’est nécessaire quelques dirigeants Africains. Un cycle qui s’est longtemps répété et qui s’il essaie aujourd’hui de se donner des allures plus justifiées (humanitaire, contre-terrorisme) n’en est toujours pas bien moins présent. A quoi s’ajoute l’armement de groupuscules dans l’espoir de faire tomber tel ou tel gouvernements, de déstabiliser tel ou tel région pour telle ou telle raisons. Juste quelques milliers d’armes. Des détails. Puis les troupes occidentales partent, mais les haines et les armes restent. Et la guerre éclate à nouveau. Sans aucun contrôle, sans un camp l’emportant clairement sur l’autre… et avec la guerre, ses horreurs. Pas d’arme nucléaire en Afrique. Pas de dissuasion. Pas de limite. Armes chimiques, massacres de civils, enfants soldats, viols massifs, esclavagisme, kidnapping à grande échelle… Chaos. Non, toutes les régions d’Afrique ne sont pas un enfer… seulement bien trop d’entre elles.


La guerre et le #livetweet de Touche pas à mon poste

En Europe, on n’a pas vu la guerre sur son sol depuis bien longtemps (à l’exception de l’est de l’Europe, remerciements à Vladimir Poutine), et la liste des priorités place l’aide à l’Afrique bien loin derrière la lutte contre le chômage et divers débats de société : les homo sexuels sont-il des sous-citoyens ? Est-ce que la déclaration des Droits de l’Homme concerne aussi les roms ? Peut-on devenir président lorsque notre casier judiciaire est un annuaire ? Un président infidèle devrait-il être plutôt guillotiné ou plutôt lapidé ? Est-ce qu’enseigner la civilisation Musulmane en cours d’histoire nous forcera tous à manger du couscous ? Et autres joyeusetés bien plus capitales que régler le problème de la faim dans le monde. Pour rappel, éradiquer la faim dans le monde coûterait 22,5 milliards. L’investissement dans la création du rafale a été au total de 46 milliard. Mais, hé ! Maintenant on en vend… A une mer méditerranée d’écart, les problèmes d’une société peuvent passer de « Est-ce qu’il me restera de la batterie ce soir ? » à « Est-ce qu’il me restera une famille ce soir ? ». Le lien entre les deux ? L’Uranium nous alimentant au nucléaire étant tiré d’Afrique, l’homme qui se pose cette question et sa famille mourront peut-être d’ici ce soir, pour que cette batterie tienne jusqu’à la fin du livetweet de Touche Pas à Mon Poste.


Droits de l’homme à géométrie variable

Qu’est-ce qui différencie un Français d’un étranger ? D’aucun répondront, la couleur de peau. La « pureté génétique ». La taille de la bite. En réalité, c’est principalement l’endroit où il est né. C’est ce qui différencie un Français d’un étranger. C’est ce qui différencie quelqu’un dont les droits sont garantis par la constitution Française, d’un dommage collatéral dans un tir d’obus. Ce qui différencie un grand homme tombé dans un attentat et à qui le monde entier rendra hommage, d’un corps anonyme, cadavre parmi tant d’autres, laissé dans le sillage d’une secte assassine. C’est ce qui différencie quelqu’un dont la vie a une valeur, d’un autre dont la vie n’en a pas.


On attend toujours l’hommage international aux victimes de Boko Haram.


Plutôt crever que toucher le RSA

Et pour une raison qu’on ignore tous, ces gens vivants dans des pays ravagés par des guerres qui ne les concernent souvent pas, et qui ont tout perdus, ou ont peur de tout perdre, semblent converger vers l’Europe. Au mépris de leurs vies, ils traversent les déserts et les frontières. Au prix souvent des économies de toute une vie, ils embarquent sur des embarcations de fortunes à l’arrivée incertaine, et lorsque par chance ils arrivent au bout du voyage et tentent de débarquer en Europe, on les refuse, parce qu’il faut qu’ils comprennent : on quand même un chômage assez élevé. Et puis on en a un peu marre de ces gens qui viennent profiter de notre système social. Ces enfoirés d’immigrés.


“C’est pas ma faute”

On envisage alors de les renvoyer, de les empêcher de partir, de barricader l’Europe… Et pourquoi pas même les couler ? Il parait que les Russes feraient ça (enfin c’est ce qui se dit dans les coulisses de Fdesouche). Et puis ces réfugiés ne sont pas la que par notre faute, il y a aussi énormément de réfugiés climatiques. Vous savez, ce réchauffement climatique qui est en train de rendre invivable une bande toujours importante de l’Afrique ? Ben voila c’est leur faute, ils avaient qu’à faire du tri sélectif ces salauds, qu’ils se démerdent !


L’immigration n’est pas le problème, mais la conséquence.

Plus sérieusement, deux solutions extrêmes semblent se présenter. Se cacher derrière un mur de béton et d’indifférence, et regarder brûler vifs des peuples sur un continent auquel on a met le feu tous les 6 mois… tout en acceptant d’inéluctablement perdre toute dignité ou accueillir ces réfugiés provoqués par des guerres pour lesquelles on a une large responsabilité, au risque de frapper une économie déjà bien fragile. Entre ces deux extrêmes, toute une nuance de mesures plus équilibrées, « juste » équilibres entre morale et intérêts économiques. Toutes requerraient un effort. Et en terme de nuance, le seul effort que le monde occidental semble disposer à faire, consiste à aller au cinéma, pour aller voir les 50 nuances de gris. Le sujet n’intéresse que l’extrême-droite, persuadée d’être assiégée de migrants venus voler femmes, enfants et appartements. La réalité, c’est qu’on ne trouvera aucune solution au problème de l’immigration, car celle-ci n’est pas un problème, mais bien une conséquence. Conséquence de la politique étrangère intrusive, guerrière, et dotée d’une vision à court terme de nombre de pays « puissants ».



Ces immigrés viennent pour survivre.

L’immigration est un phénomène qui a historiquement toujours existé. La plupart des ethnies humaines sont le résultat de migrations, de métissages, de partages de cultures (merci Vercingétorix d’avoir perdu !). Le phénomène auquel on assiste aujourd’hui n’est pas une simple immigration, c’est une fuite.  Et même si en 2015 certains pensent qu’internet n’existe pas en Afrique, que les Africains sont des idiots non informés qui ne sont pas au courant de la crise économique, de la répression des sans-papier ou du racisme ambiant en Europe, ils devront tôt ou tard se faire à l’idée qu’ils ont tord. Pour la plupart, les immigrés ne viennent parce qu’ils veulent des aides, ou se la couler douce. Qui risquerait une mort atroce pour pouvoir hypothétiquement se la couler douce un jour ? Ces immigrés viennent pour survivre.

Trouver une réponse humaine et réaliste à l’immigration semble impossible. Il va falloir faire l’impossible.

Klunst, Foncé de souche

anonymous asked:

j'ai des cauchemars bizarres constamment, et puis, quand je me réveille, je ne sais plus si c'était vraiment vécu ou pas, et puis j'ai peur, vu que que j'avais une hémorragie sur le cerveau.J'ai peur, je me sens encore, les envies antiques, de mourir, de ne plus souffrir, pour donner au corps enfin le repos final, je suis prisonnière de ces pensées négatives et je ne peux m'empêcher. Désolée vraiment si je t'ennuie, mais je te trouve vraiment paisible, toi et tes mots.

tu ne m'ennuies pas. il faut que tu trouves comment distinguer en toi ce qui est vrai ou pas. il y a des choses qui ne valent pas la peine qu'on leur porte de l'intérêt, ce ne sont que des illusions qui te retiennent. Il faut que tu trouves un moyen d'extérioriser ces cauchemars/pensées négatives, de les jeter loin de toi pour qu'elles ne t'encombrent plus. D'être à l'aise avec parce que tu sais qu'elles ne peuvent plus t'atteindre, te faire du mal. tu as essayé d'écrire, dessiner, chanter, parler ? peu importe le medium, si tu peux trouver une façon de sortir ces choses de toi, elles seront plus légères. Les vrais changements ne viennent que de nous-mêmes, regarde clairement en toi et vois que tu as assez de force pour ne plus être retenue par des choses dont tu n'es pas digne.
Il est parfois bon de s'appuyer sur le monde pour distinguer en soi cette force de vie. Maintenant la nature renaît, observe autour de toi, et vois que tu es animée du même mouvement qui pousse la nature à revivre. Fais des activités qui te correspondent et te font te sentir bien. si tu as eu des problèmes médicaux tu peux te rassurer en parlant avec des personnes spécialisées qui pourront te conseiller et t'aider dans cette épreuve, si ce n'est déjà fait. et je serai ravie d'échanger avec toi à visages découverts si tu en ressens le besoin.

Quand les autres comprennent ce que je suis, la plupart du temps ils fuient. Personne ne veut s'encombrer d'un parasite après tout.

Y a hollywood-summer qui m’a taguée alors allons-y parce qu’on s’ennuie !

1. Why did you choose your url? Parce que je m’ennuyais mais que je voulais faire des choses malignes (telles visiter Paris de long en large mais you know it never happened).

2. What’s your middle name? Anaïs. Pas de feelings particuliers sur la question si ce n’est que je suis contente de ne pas avoir les prénoms de mes grands-mères, Nicole et Jeanine ça aurait eu moins de swag.

3. If you could own a fairytale/fictional pet, what would it be? Franchement, trop de choix. Comme c’est ce que je regarde en ce moment j’ai envie de dire Momo de Samurai Champloo parce qu’il est too damn cute, mais j’aimerais bien avoir un dodo aussi (c’est pas fictional mais extinct donc j’ai décidé que ça comptait quand même). Et il est beaucoup trop encombrant mais Falcor est si mignon que j’aimerais bien aussi.

4. Favourite color? Le vert émeraude.

5. Favourite song? J’en ai beaucoup trop tu rigoles. En ce moment on va dire que je suis re-re-re-re-re-re-re-re-re-re-re-retombée dans I Have Nothing de Whitney Houston.

6. What are your top three fandoms? J’en ai pas je crois ? Ou alors j’en ai trop ?Le crush ? K-ching.

7. Why do you enjoy tumblr? Parce que c’est un endroit fait pour procrastiner ce qui m’intéresse beaucoup. Parce qu’y a mes copines qui écrivent des choses parfois alors je lis et je suis contente. Parce qu’y a des jolies images. Parce qu’y a des informations importantes sur les sujets qui m’intéressent. Parce que c’est internet et que j’aime internet.

8. Tag all 9 of your tumblr crushes (they have to do all 8 questions too):
J’ai envie de taguer tout le monde et je me demande si tout le monde a pas déjà été tagué, dans le doute je tente un trhsn paupieresdistraites et allnightlongwithrudywade (c’est pas 9 mais je suis nulle en maths donc on peut pas m’en vouloir).

Chapitre 23

Ce rêve a débuté au moment où, dans un marché coloré, bruyant et odorant, un homme (bourgeois d'après son apparence sophistiquée) demande à un marchand : “une fille” pour reprendre les mots exacts prononcés d'une voix métallique, sans même prendre la peine de s'encombrer de politesse comme de dire “bonjour” ou “s'il-vous-plaît”. Sans en prendre apparemment ombrage, l'homme en ayant sans doute l'habitude, le marchand présente au bourgeois une jeune fille, tout juste devenue femme, qui se tenait non loin de lui, dans une cage avec du foin comme seul confort. Elle est petite, brune, les cheveux longs et emmêlés, le visage doux sans maquillage ni aucun artifice. Après un hochement de tête du bourgeois et échange de monnaie, bien évidemment, le domestique du bourgeois attrape la corde nouée autour du cou de la jeune fille pour l'obliger à les suivre. Elle est vêtue de haillons mais cela ne semble déranger personne. Elle peine à les suivre, personne n'ayant jugé utile de lui fournir des chaussures et s'écorche les pieds sur tous les objets, cailloux, qui traînent au sol.

Une fois arrivée près de la demeure du bourgeois, on la fit entrer par une petite porte à l'abri des regards d'éventuels curieux. Elle fût conduite par le domestique à une cellule. Le sol froid et gris, des barreaux en guise de murs. Aucune intimité. Un sceau dans un coin et un tas de foin dans un autre. Voilà tout ce à quoi elle aurait accès à partir de ce jour.


D'après l'apparence du bourgeois, quelques années sont passées. Il est plus vieux et habillé avec des vêtements dune autre mode. La jeune fille aussi a changé. A cause des mauvais traitements elle est devenue si maigre que c'en est choquant. Et elle est enceinte.

Quelque chose ne va pas avec ses jambes qu'on devine sous un drap sale. Une information arrive à celui qui est en train de rêver : elle a essayer de s'enfuir, alors le bourgeois lui a coupé les jambes.


Après cela, tout semble confus et les images défilent en accélérer. Le bourgeois disparaît pour laisser la place à un jeune homme qui lui ressemble mais qui semble découvrir avec horreur cet endroit où une femme enceinte y fût détenue. Mais ça il ne le savait pas car dans la cellule de cette femme se tient désormais une autre jeune fille. Aussi belle que sa mère.


Le décor change, l'atmosphère aussi. Les deux jeunes gens sont dans une forêt ou un sous-bois. Ils discutent. Parlent de s'enfuir.


Nouveau décor. La jeune fille se trouve dans une boutique au dernier étage d'un gratte-ciel. Elle discute avec la vendeuse du magasin. Celle-ci lui promet de l'aider à s'enfuir.


Nouvelle scène, mais floue. Des images de course-poursuite.


Puis le réveil, confus, de la guerrière.

Alors pour tous ceux qui voudraient tenter l’expérience, nous vous avons concocté un petit guide essentiel pour survivre parmi ces fous de musique.

Que prendre?

Les essentiels restent bien sur la tente et le sac de couchage, mais pour le reste c’est comme on veut! Le mieux étant de ne pas trop s’encombrer pour éviter les trajets camping/voiture. On pense bien sur aux bottes en caoutchouc en cas de pluie, des vêtements adéquats au temps annoncé, une lampe de poche, une brosse à dent (on vit à la sauvage, mais quand même..), des lingettes pour se débarbouiller, et quelques denrées pour survivre en évitant tout ce qui ne survivra pas à la chaleur et/ou à la pluie. Bien sur, tout accessoire complètement délire, voire carrément moche sera le bienvenue histoire de bien rigoler!

Trucs et astuces :

Surtout, ne prenez RIEN qui a de la valeur! Ce serait bête de paumer ça sur le site du festival ou de se faire braquer la tente… Donc, par exemple, pensez à retirer votre argent au préalable et laissez la carte bleue à la maison! Pareil pour les objets qui vous tiennent à cœur!

Certains festivals (comme le Cabaret Vert) disposent de douche, donc pensez à y aller dès l’ouverture pour les plus courageux (ou crados) histoire de pas poireauter 3h, d’avoir une douche propre et de l’eau chaude!

Mesdemoiselles, sachez aussi que maintenant, vous pouvez PISSER DEBOUT! Fini la file interminable de 456754 personnes qui attendent pour aller faire pipi, le monde deviendra votre urinoir grâce à cette merveille, le GoGirl!

WARNING, DANGER, ‘TENTION TES FESSES :

Bien sur, les festivals sont les endroits rêvés pour faire n’importe quoi… Donc, attention! N’oubliez pas de vous nourrir un minimum, de bien vous hydrater (la bière, ça compte pas!), de protéger votre peau si besoin, et surtout, surtout les enfants… Ne buvez jamais dans le verre d’un inconnu! On ne sait jamais quelle substance il peut y avoir, et ce serait dommage de voir des éléphants roses sans les avoir réclamés!

Voilà les enfants, j’espère que ce guide vous sera utile, et bien sur si vous avez des questions, écrivez-nous!

Dialogue social: vote mardi de l'Assemblée, la fronde en sourdine

Dialogue social: vote mardi de l’Assemblée, la fronde en sourdine

L’Assemblée nationale se prononcera mardi lors d’un scrutin solennel sur le projet de loi sur la simplification du dialogue social, un texte sensible mais dont l’examen s’est achevé sans encombre dans la nuit de jeudi à vendredi par le vote de mesures à même de satisfaire l’aile gauche de la majorité.

Le ministre du Travail François Rebsamen, qui s’est fait le gardien de “l’équilibre” d’un texte…

View On WordPress

Les pilotes américains, non autorisés à tirer sur Daesh

Les pilotes américains, non autorisés à tirer sur Daesh

Les pilotes américains ont révélé qu’ils ne sont pas autorisés à tirer sur Daesh.

En critiquant certains règlements que les commandants américains ont imposés aux frappes aériennes contre le groupe terroriste Daesh, les pilotes américains ont déclaré que ces entraves les empêchent de tirer sur les terroristes, bien qu’ils soient à portée de leurs tirs.

Les règlements administratifs encombrants…

View On WordPress