encombrement

  • sous le joug: under the yoke/rule
  • l’ourdou: language Urdu
  • promouvoir: to promote
  • un ouvrage: work (syn: travail)/ work as in “work of art/literature”
  • reprendre: to recapture/ to take back/ to resume
  • bâillonné(e): gagged/ muzzled/ silenced
  • Ensemble, nous nous ferons entendre: Together, we will make ourselves heard/ Together, we will speak out.
  • faillir faire: to almost do
  • une balle: a bullet
  • inconscient(e): unconscious
  • arracher: to snatch/ to tear away (in this context, it’s figurative, such as “I was torn away from my family”)
  • éparpiller: to scatter
  • verrouiller: to bolt/ to lock
  • très lié avec: very friendly with/ very close to
  • dévaler: to hurtle down
  • franchir: to get over (an obstacle)/ to cross (a river or line)
  • entasser: to pile up (objects)/ to cram together (people)
  • givré: nuts, as in “he was completely nuts!”
  • épais(se): thick
  • une bâche: a sheet of canvas
  • claquer: to flap (as in a flag flapping in the wind)
  • poussiéreuse/poussiéreux: dusty
  • un(e) dirigeant(e): a (political) leader
  • friandise: sweet
  • un mouchoir: a handkerchief
  • un hayon: a tailgate
  • pencher: to tilt/ to lean
  • serrer: to grip tightly, to squeeze
  • effondrer: to collapse
  • jaillir: to gush out
  • la lâcheté: the cowardice
  • apitoyer: to move to pity (like to move somebody to pity somebody)
  • un augure: an omen/ an oracle
  • un fusil: a rifle/ a gun
  • une sucette: a lollipop/ a pacifier (like for infants)
  • tenter: to try to tempt
  • un berger/ une bergère: a shepherd/ a shepherdess
  • scander: to chant
  • épargner: to save (money/ time/ energy)
  • la honte: the shame
  • anéantir: (literally) to annihilate or wipe out/ (figuratively) to destroy (as in hopes/dreams)
  • défaire: to take down/ to dismantle/ to undo
  • ériger: to erect (as in a monument), or make something a principle or law
  • accablé(e): overwhelmed
  • au demeurant: moreover
  • belliqueux/belliqueuse: agressive or warlike
  • déchiqueté(e): jagged/ jagged-edged
  • la coupole: the dome
  • sans encombre: without mishap/ without incident
  • survenir: to occur (of an event)/ to arrive (of a person)
  • la bourgade: the township
  • le congé: the holiday/ the time off
  • naguère: formerly/ not long ago
  • semé de: riddled with (as in “riddled with troubles/worries”)
  • accroupi(e): squatting/ crouching down
  • ensevelir: to bury
  • un pèlerinage: a pilgrimage
  • le béton/ en béton: (literally) the concrete/ (figuratively) concrete (as in a solid alibi or argument)
  • le crépuscule: the twilight/ dusk
  • un grillon: a cricket
  • un coq de bruyère: a grouse
  • un pivert: a green woodpecker
  • âcre: acrid/ pungent 
  • délabré: dilapidated/ broken down
  • une rizière: a paddy field
  • la prunelle: the pupil (of the eye), can be used idiomatically as in “Il tient à elle comme à la prunelle de ses yeux”, meaning “She is the apple of his eye”
  • une ordure: filth/ scum/ an obscenity
  • le sol: the ground/ the floor/ the soil
  • le robinet: the tap/ the faucet
  • remplie de monde: full of people
  • un roseau: a reed
  • amer: bitter
  • berceau: cradle/crib
  • un écureuil: a squirrel
  • se bagarrer: to fight/ to have a fight
  • pleurnicher: to snivel/ to whine
  • désarticuler: to dislocate
  • chevelure de jais: jet-black hair
  • châtain mat: dull brown (hair)
  • nez épaté: flat nose
  • lasser: to weary/ to tire
  • riant: pleasant/ cheerful
  • têtu(e): stubborn
  • une veuve: a widow
  • taquin(e): teasing (as in “Il est taquin” meaning that the subject, usually a child, often teases/annoys others)
  • la raillerie: the mockery
  • se méfier de: to be wary of
  • s'attabler: to sit at the table
  • épris de: in love with
  • la milice: the militia
  • infructueux/infructueuse: fruitless
  • quiconque: whoever/ anyone/ anybody
  • gambader: to skip about
  • grimper: to climb

Déménagement terminé, tout comme ma semaine de vacance. Comme je l’avais prévu, au moment où on pourrait profiter de notre nouveau chez nous, il serait l’heure de reprendre nos jobs.

Mais on est pas déçus, loin de là! On est bien et des plus satisfait. Cela n’a pas été de tout repos, mais on a appris beaucoup de chose sur nous-même et ça a servi à faire évoluer notre couple et à le renforcer.

Par je ne sais quel miracle, la belle famille ne nous a pas encombrer et a respecté le fait qu’on se débrouille tous les deux, seul quant au montage des meubles, lampes, rideaux et tout le bordel. Mais on sent leur déception dans leurs paroles. Comme s’ils auraient voulus être plus présent. Mais on s’en fou. On est préserver de leurs représailles “d’avoir profité” ou je ne sais quoi.

Le plus dur reste à venir. Fêter la crémaillère et aussi invitez nos parents respectifs. De mon côté, ce sera du gâteau, mais avec la belle-mère… j’ai intérêt à ce que la baraque soit picobello si je ne veux rien entendre dans mon dos ou la laisser m’envoyer des piques lors de ces jours mal lunés.

Vous m’avez manqué mes petites citrouilles!

Je le faisais avec maladresse, mais c'est parce que je l'aimais. On est toujours maladroit avec les gens qu'on aime. On les écrase, on les encombre avec notre amour. On ne sait pas y faire
« La plupart des gens ne réalisent pas ce qu’ils ont, car ils sont trop préoccupés par ce qu’ils n’ont pas. »
.
Mon petit conseil du matin : Rendez votre vie plus belle en vous concentrant sur les choses que vous possédez déjà : comme la santé, une personne qui vous aime ou une famille ! N'allez pas regarder ce que allez autres possèdent et ô combien ils sont heureux, car le bonheur des autres est parfois illusoires, on aime montrer une facette de nous heureuse et épanoui alors que ce n'est pas forcément le cas. Alors contente toi de regarder devant toi, pas chez le voisin. Il est deja assez difficile de s'occuper de soi, alors ne t'encombre pas en t'occupant des autres. ⭐️
—  @unefitcurieuse sur instagram

Tout le monde me soule, y a que des gamins dans cette ecole de merde. J en ai marre j'en peut plus, personne me comprend, jsp quoi faire, je suis toujours énervée, Sur tout, Sur tout le monde alors que les autres fois j ai tjr la joie de vivre, la tristesse ne m envahie jamais, je ne montre jamais quand je suis triste, je le dis mais je ne le montre pas, j en ai marre pq les gens sont chiant ? Pourquoi il y a autant de gamin dans ce monde ? J'ai l'impression d être inutile, d être un “encombrant”.

chaque individu conserve remarquablement dans son confort intime une vision monadique d’autrui et du soi. L’autre sera toujours l’autre alors que le soi tentera , tant bien que mal, ses manœuvres au sein du conflit - ou préférez - relation à autrui. Le moderne, au prix de toutes ses suffisances, a façonné l’homme quand naguère l’univers, la nature se chargèrent de cela. L’homme sans s’en rendre compte s’est lui-même, malheureusement par mégarde, domestiqué.  

Comment s’encombre l’Histoire dans l’individu ? Quel prisme fait office ? Quel statut a l’homme au soi ? Ce sont ces genres de questions non-exhaustives que ce pose l’incommunicabilité des êtres. Le spectre du “ où allons-nous ?” domine t-il sur celui du champ du “d’où venons-nous ? “ ? Voilà  quelques questions que nous allons soigneusement éviter de répondre. Et préférons, sans perte de temps, rentrer dans le vif ; les limbes de l’atome : le vide luminifère de l’ego humain ; sujet : XG R 3 ° 78 4 9 52 1 8 22136   


Chez lui, toute valeur a un sens particulier et tout sens une valeur singulière. 

Dans une solitude avancée mon corps n'a plus ses propres ombres
Et tout le jour passe ainsi, à verser du sable sous ma paupière
Le goudron sur ma peau a durcit, il m'encombre
Mon identité s'étiole devenant éphémère
Le moindre bruit arrivant de dehors aiguise mon souffle en pointe
Prête à dégainer je ne sais plus jusqu'où j'existe
Où commence ma peau et celle des ennemis
Si l'on trouve une cohérence dans mes frissons d'angoisse
Ou s'ils restent les chants des sirènes de mes instincts primaires
La nuit c'est quelqu'un d'autre qui se réveille
Quelqu'un qui me ressemble et qui ne me ressemble pas
Lorsque je m'allonge entre les draps brodés des cris sourds de mon inconscient
Le petit théâtre des rêves invite d'absurdes peurs
Et celui de la veille, de bien étranges lueurs
La nuit je fais la guerre aux miroirs aux silences
Si je ne reconnais plus mon visage ni ma voix
C'est sans doute que j'existe dans toutes les choses ; je ne m'y retrouve toujours pas
Mes yeux se ferment et tant bien que mal, ou plus mal que bien je tente
Cette vieille amie l'auto-persuasion
Que mon corps est immobile
Malgré cette sensation d'autoroute qui traverse mon crâne jusqu'à mes orteils
Nous ne rirons plus sur ce visage, les nuages iront pleuvoir enfin
Dans l'interstice de deux pensées
Lorsque le sommeil se dévoue à moitié entre fertilité de l'esprit et incohérence
J'ai des épiphanies de braise que j'oublie dans l'instant
J'épingle du vent croyant encore parfois le saisir entre mes mains
L'instant d'après est le plus long au monde

8 idées relooking avec Sophie Ferjani

« Je suspends des balançoires au salon »

La mode est au slow design – s’encombrer moins, avoir un intérieur plus léger… Remplacer les chaises par des balançoires est pile dans cette tendance. Et vos enfants devraient adorer !

 Comment faire ?

Achetez des balançoires en bois et recouvrez l’assise de ouate de rembourrage. Posez un tissu découpé aux dimensions et agrafez-le au-dessous. Vous pouvez même dépareiller les tissus. Fixez enfin des pitons au plafond et accrochez-y les cordages des balançoires.

Attention, pour cette réalisation, il ne faut pas avoir de faux plafond. L’idéal étant de disposer de poutres, quitte à déplacer sa table de salle à manger.

« J’anime mon couloir »

Peindre le sol suffit à réveiller le décor. On peut suivre le mouvement des lattes dans un effet patchwork, mais aussi créer un dessin : par exemple, une marelle dans une chambre d’enfant, des dalles noir et blanc dans une cuisine, un tapis au salon, etc.

 Comment faire ?

- Décapez préalablement votre parquet s’il est vitrifié ou vernis.

- Utilisez une peinture spécial sol, conçue pour résister à des passages répétés.

- Donnez un effet de progression en ne peignant que quelques lames au départ, puis en augmentant leur nombre au fur et à mesure.

Le conseil en plus

Ne réfléchissez surtout pas sur la manière de les ordonner, c’est la spontanéité qui sera le gage de votre réussite !

« Je joue l’effet carreaux de ciment »

Ils sont formidables pour créer une atmosphère authentique. Mais, ils sont assez chers et fragiles. Alors pour les petits budgets ou les pressées, on peut customiser une cuisine ou un escalier avec des carreaux en … vinyle.

Comment faire ?

- Choisissez (…)

Lire la suite sur Femmeactuelle.fr
Tendance Hygge : les conseils de Sophie Ferjani pour une déco scandinave
Relooker sa chambre : les conseils de Sophie Ferjani
Déco de table et cadeaux gourmands, les conseils de Sophie Dudemaine
Relooking façon Home Staging, les conseils de Sophie Ferjani
Les secrets d’une déco réussie par Sophie Ferjani
Gouvernement: Le passé encombrant de certains ministres censés être «irréprochables»
NOMINATIONS - Moralisation de la vie publique, exemplarité… Des thèmes chers au candidat Macron. Et pourtant, le passé de plusieurs ministres suscite quelques interrogations… Le nouveau gouvernement, annoncé avec 24h de retard, a été passé au peigne fin par les services fiscaux ainsi que par des magistrats spécialisés. Cela afin que les nominations ne puissent souffrir d’aucune contestation. Mais certains faits connus concernant certains ministres, s’ils ne sont pas forcément constitutifs de fautes pénalement répréhensibles, posent problème. >> Quel sera le premier couac du gouvernement ? Edouard Philippe et le « blâme » de la HATVP En 2014, celui qui est alors député-maire Les Républicains du Havre reçoit un « blâme » de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Cette instance voulue par François Hollande après l’affaire Cahuzac pour - notamment - contrôler le patrimoine des élus requiert que chaque député dévoile la valeur de ses biens immobiliers. Dans cette case, le désormais locataire de Matignon inscrit : « Aucune idée. » Une boutade ? Qui apparaît aujourd’hui gênante pour celui qui n’avait pas voté en tant que député les lois sur la transparence. Sans conséquence judiciaire, ce rappel à l’ordre de la HATVP ne concerne qu’une vingtaine de parlementaires ces dernières années. Plus étonnant, le député, ancien lobbyiste pour le mastodonte du nucléaire Areva, a inscrit dans sa déclaration d’intérêts dans l’emplacement « rémunération » ceci : « Je ne suis pas certain de comprendre la question. Vous voulez connaître mon taux horaire au jour de l’élection ? Ma rémunération mensuelle moyenne ? Annuelle ? » Une attitude quelque peu maladroite pour celui qui est chargé de porter, aux côtés du ministre de la Justice François Bayrou, la réforme législative de moralisation de la vie publique qui figure au programme d’Emmanuel Macron. Agnès Buzyn, des possibles conflits d’intérêts ?  A 54 ans, elle est l’un des v (…) Lire la suite sur 20minutes
Législatives: Quatre raisons pour lesquelles cette campagne est vraiment unique
François Bayrou fixé vendredi sur son renvoi en correctionnelle dans une affaire de diffamation

Aller assieds-toi, regarde-moi dans les yeux, fume ton teuteu, arrête de trembler, dis pas que c’est le café, maintenant je vais te dire tes quatre vérités, multipliées par 20, vieille tarée :

T’es jamais à l’heure, tu finis jamais en pleurs, t’es détestable, un peu instable, tu dis jamais des choses gentilles, tu traites tout le monde de fragiles ou de brindilles, t’as l’ambition d’un fils de pute, tu fuis toutes histoires sentimentales avant que ça débute, t’es sensible malgré ce que tu dis, t’aimes bien foutre la zizanie, tu passes ton temps à fuir ou à sourire, tes « je t’aime pas » sont les plus sincères des « je t’aime », tes vieux te surnomment « petit phénomène », tu réponds pas souvent aux sms, tu préfères envoyer des vents par dizaines, pour te prouver que tu pèses, tu manges pour seize, tu ne connais que la baise, et t’hurles à tout le monde “j’te baise”, t’as un caractère plutôt singulier que les autres s’évertuent à changer, tu débarques souvent de nulle part, sans crier gare, on te demande tout le temps de répéter, tu sais pas articuler, tu fais que balbutier, ou dire d’innombrables merdes à chier, tu te sens tout de suite à la maison chez les autres, t’as pas trop la dégaine d’un apôtre, plutôt celle d’un clodo, avec un avenir qui vole pas bien haut, tu connais par cœur tes amis, et les gens aussi, tu les cernes facilement, sans encombrement, tu insultes tout le monde d’enculé ou de nègre, mais ton compte en banque est bien maigre, tu sais pas parler sans hurler, tu finis souvent par errer dans les rues éméchée, à manger un tacos avec tes negros, défoncés, à parler comme des afros, t’aimes bien l’expression « qui aime bien châtie bien » mais t’aimes pas ceux qui font les malins, tu t’entêtes à emmerder ceux qui te tiennent tête, laissant ceux qui veulent ta gentillesse, comme des bêtes, t’es capable de grandes preuves d’amour, tu crois en l’amitié pour toujours, avec ces amis qui te laissent toujours des bleus mais qui te laissent toujours taper dans leur beuh, t’exprimes jamais ce que tu ressens, sauf quand t’écris, c’est bien le seul moment, où t’oses enfin être sincère à toi-même y laissant un peu de haine couleur crème, tu passes ton temps à mépriser les gens, par simple divertissement, c’est plutôt difficile d’avoir ta confiance, mais quand t’y repenses, une fois accordée, t’avances les yeux fermés, t’as déjà dépanne 400balles, et t’es déjà allée chercher au commissariat, un trou de balle qui n’avait que toi, après s’être bagarré dans la rue, après avoir trop bu, t’attires souvent les emmerdes, mais tu répares les amitiés avant qu’elles se perdent. Bref, tu sais même pas, malgré tous les claquements de porte, pourquoi t’as encore des gens qui te supportent, mais moi je vais te le dire pourquoi sale conne, c’est parce-que malgré tout petite pochtronne, tu ne joues pas l’hypocrite, tu dis ce que tu penses tout de suite, tu accordes à peu de personnes ton attention, mais si par malheur elles l’ont, tu ne fais pas semblant, tu t’évertues à leur décrocher un sourire qui montrent leurs dents  et pour le peu de personnes que tu aimes, tu es capable de choses surhumaines, et pis aussi, parfois, les gens ont l’ambition de t’enlever ta haine, celle qui t’as rendu inhumaine, celle qui te pousse à tout rejeter, persuadée qu’un jour on va t’abandonner, comme on l’a déjà fait, quand tu étais encore bébé.

Vocabulaire français

fendre (v) - to split, chop, cleave, crack

aulne (nm) - alder tree

plaie (nf) - wound, cut

étau (nm) - vice

s’ébrouer (v) - to shake oneself

moignon (nm) - stump (amputated limb)

sans encombre (exp) - without trouble, without a hitch

  • encombrer (v) - to block, impede

se fourrer dans un sale pétrin (exp) - to get oneself into a sticky situation, into a real mess

  • fourrer (v) - to stuff, fill
  • se sortir du pétrin (exp) - to get oneself out of a mess, get oneself out of a sticky situation

mettre en garde (exp) - to warn

tenir à (exp) - to care about

faire la tête (exp) - to sulk, pout

caprice (nm) - whim, vagaries

couiner (v) - to whine, squeak, creak

hargne (nf) - aggressiveness, hostility, belligerence

virevolter (v) - to spin, flit, dart, race

Words taken from: La tour des anges (par Philip Pullman)

Chers Voisins,

Le Syndic s'excuse de ne pas avoir publié de mot récemment… il vient d'avoir un enfant et c'est la panique dans l'immeuble ! Préparez vos mots pour hurlements nocturnes de nourrisson et encombrement de poussette dans les parties communes… le Syndic revient au plus vite !