en fleurs

Jack’s accountant: Mister Zimmermann, there was a suspicious purchase in your account, we just need to verify that your identity hasn’t been stolen. I see here that more than two thousand dollars were spent at ‘Fleurs en Folie’, in Providence-

Jack: It’s a florist. 

Accountant: …Are you saying that you made that purchase, Mister Zimmermann.

Jack: It was Valentine’s day.

Accountant: …

Jack: …

Accountant: Well. We just wanted to make sure everything was okay. Hem, just by a measure of precaution, are there other stores you might, hum, purchase gifts from? I mean, if you don’t want to get a phone call every time.

Jack: Baking.

Accountant: Pardon me?

Jack: Just greenlight any amount spent in a baking supplies store. 

Accountant: Up to?

Jack: … I don’t know, hum, fifty thousand dollars?

Accountant: …

Jack: …a hundred thousand?

flowers in french 💐
  • daffodil - la jonquille
  • daisy - la marguerite 
  • tulip - la tulipe
  • lily - le lys 
  • sunflower - le tournesol
  • carnation - l’œillet (m) 
  • rose - la rose  
  • rosebud - le bouton de rose
  • cherry tree - le cerisier
  • chrysanthemum - le chrysanthème 
  • dandelion - le pissenlit
  • honeysuckle - le chèvrefeuille
  • aster - l’aster (m)
  • orchid - l’orchidée (f)
  • flower bouquet - le bouquet de fleurs 
  • to blossom - fleurir 
  • flower - la fleur 
  • freesia - le freesia 
  • flowering tree - l’arbre en fleur (m) 
  • meadow - la prairie 
  • petal - le pétale 
expressions #2

expressions #1 


lovely, lovely France :

- “nice like a prison’s door” (: nasty) : aimable comme une porte de prison

- “combed like an underarm” (: crazy hair) : coiffé-e comme un dessous-de-bras (normally it’s aisselle : improper french, don’t say that otherwise!)

- “having an oyster’s IQ” : avoir un QI d’huître

- “curling the ridiculous” (: being nearly stupid) : friser le ridicule (no Juliet you’re not stabbing yourself bc of some guy you met yesterday, ça frise le ridicule!)

- “not having invented warm water / the butterwire” (: be dumb) : ne pas avoir inventé l’eau chaude / le fil à couper le beurre

- “not having light at every floor” (: ie be mentally slow) : ne pas avoir la lumière à tous les étages

- “going on the throne” (: at the loo) : aller sur le trône

- “better having them in picture than at the table” (: when someone eats too much) : il vaut mieux l’/les avoir en photo qu’à table

- “it’s smelling like fir trees” (: cf coffin wood, cf age/death) : ça sent le sapin

- “make-uped like a stolen car” (: wearing too much make up) : maquillé-e comme une voiture volée

- cut the bullshit : arrête tes conneries

- “not being worth drips” : ne pas valoir tripette

- “having an awry fart” (: in a bad mood/sick) : avoir un pet de travers

- “have I asked you for the time?” : (est-ce que) je t’ai demandé l’heure?

- “getting called Arthur” (: getting yelled at) : tu vas te faire appeler Arthur si tu continues à faire du bruit alors que j’essaie de travailler!

- “do you want my picture ?” (when someone is starring) : tu veux ma photo?

- “the rubber band is flexed (: slapping awaits) : l’élastique est tendu (+ you put your hand next to your head)

- “it moves one without touching the other” : (I couldn’t care less) : ça m’en touche une sans faire bouger l’autre (those one and other being balls)


food related :

- supple like a bretzel (: not being supple) : souple comme un bretzel

- “discussing the fat’s bit” (: having a chat) : tailler le bout de gras

- “putting the cutlery back” (: going for round 2) : remettre le couvert

- leek (: penis) : poireau (fam, rather gross)

- “yogurt-singing” (: in a language you don’t know) : chanter en yaourt

- “it’s starting to run on my bean” (kinda) (: I’m getting pissed) : ça commence à me courir sur le haricot

- “the mustard is getting higher” (: I’m getting pissed, bc it burns your nose yk) : la moutarde est en train de monter

- “having the peach” (: being in a good mood) : avoir la pêche

- “being soaked as a soup” : être trempé-e comme une soupe

- “taking a peach” (: a punch) : se prendre une pêche

- “bring your strawberry” (: get here) : ramène ta fraise

- “hairy as an egg” (: not) : poilu-e comme un oeuf

- a turnip (: bad movie) : un navet

- “bag of wine” (: drunk) : sac à vin (way to call someone)

- “having the ass trimmed with noddles” (: being very lucky) : avoir le cul bordé de nouilles

- “having the banana” (: being smiley) : avoir la banane

- “turning out a cake” (: having a poo) : démouler un cake

- “mind your onions” : occupe-toi de tes oignons

- “getting toasted” (: taken in the act) : se faire griller

- “having eaten a cemetary” (: bad breath) : avoir bouffé (fam) un cimetière


body related :

- “lying as a tooth puller” : mentir comme un arracheur de dents

- the world’s butthole (: small village) : le trou du cul du monde 

- “having cauliflower ears” (: like rugbymen) : avoir les oreilles en chou-fleur

- “having a Punchinello in the drawer” (: being pregnant) : avoir un Polichinelle dans le tiroir (old)

- “throwing an eye” (: taking a look at) : jeter un oeil

- “the hand in the bag!” (: getting caught) : la main dans le sac

- the English have landed” (: period metaphor) : les Anglais ont débarqué

- “that doesn’t break 3 paws to a duck” (: it’s not amazing/innovating) : ça ne casse pas trois pattes à un canard

- “seeing red” (: v v pissed) : voir rouge

- “that’s walking” (: works for me) : ça marche

- “it’s going to shit square-shaped bubbles” (: there’s going to be a big argument) : ça va chier des bulles carrées

- “best peeing in a violin to stop it for rustying” (: doing stg that’s not going to help) : autant pisser dans un violon pour l’empêcher de rouiller

- “round as a shovel’s tail” (: v drunk) : rond comme une queue de pelle

- “having bathing back’s teeth” (: being drunk) : avoir les dents du fond qui baignent

- “not being out of the brambles/sand/inn” (: being stuck in a situation) : ne pas être sorti-e des ronces (f)/du sable/de l’auberge (f)

- “hurrying one’s ass” : se magner (fam) le cul (fam)

- “having shit in one’s eyes” (: not seeing stg) : avoir de la merde dans les yeux

- “singing like a pan” : chanter comme une casserole

- “flat as a lemon sole / a breadplank” (: no tits no butt) : plate comme une limande / planche à pain

- pussy : chatte (yup, v popular)

- “mind your ass” : occupe-toi de ton cul

- “throwing oneself on sthg like misery on the poors” (: rushing to do sthg) : se jeter sur (quelque chose) comme la misère sur le pauvre monde

- “having horns” (: being cheated on) : avoir des cornes


animal related :

- “you’re done like a rat” (: surrounded, about to get arrested) : tu es fait-e comme un rat (in gangster movies basically)

- “dirty dog” (: nasty, dishonest person) : sale chien-ne

- “yelling as a polecat” : gueuler (fam) comme un putois

- a chicken (: a cop) : un poulet

- “having sea urchins in the pockets/wallet” (: being miserly) : avoir des oursins dans les poches/le portefeuille

- “being a cow’s skin” (: a nasty/annoying person) : être une peau de vache

- gay as a seal : pédé (: fag, not good) comme un phoque

- “being taken for a pigeon” (: being used) : être pris-e pour un-e pigeon-ne

- “having the flea at the ear” (: guessing) : avoir la puce à l’oreille

- “when hens will have teeth” (: never) : quand les poules auront des dents

- “having worms” (: stamping, wriggling) : avoir des vers

- “having fleas” (: when scratching oneself intensely) : avoir des puces

- “going from the rooster to the donkey” (: going from one topic to a completely different one without any reason) : aller du coq à l’âne

- “being a donkey” (: stubborn) : être un âne / une bourrique

- “made like a horse” (: penis metaphor) : monté comme un cheval/étalon

- shark week (: period metaphor) : //

- “being the joke’s turkey” (: being fooled) : être le dindon de la farce


daily life :

- “lightning up someone’s lamp“ (: explain stg) : éclairer la lanterne de quelqu’un

- being a sissy : être une chochotte (ep)

- under the eyes (: in front of) : sous les yeux, ex : j’ai le papier sous les yeux

- under the shower (: in the shower) : sous la douche, ex : va répondre à la porte stp, je suis sous la douche

- “having a white night” (: insomnia) : passer une nuit blanche

- “in the car, Simone” (let’s go) : en voiture, Simone!

- “let’s go Alonzo” : allons-y Alonzo

- “giving a hand’s blow” (: helping, giving a hand) : donner un coup de main

- “wearing the knickers” (: being the one who makes decisions in a couple) : porter la culotte 

- “excuse the few” (: sarcasm, when someone has a lot and still complains) : excuse(z)-moi du peu (oh yes indeed you have three houses and two cars but you do NOT have a boat excusez-moi du peu)

- “I take” (I’d take it, count me in) : je prends, ex : si quelqu’un sait où je peux trouver une carte mémoire de PlayStation 1 pas trop chère, je prends

- “wanting the butter and the cost of the butter” (: wanting everything) : vouloir le beurre et l’argent du beurre (sometimes we also add “et le cul de la crémière” aka and the dairywoman’s ass)

- “taking a jacket/a rake” (: getting rejected) : prendre une veste/un râteau 

- “in fourth speed” (: v v quick) : en quatrième vitesse

- “turning over one’s jacket” (: switching opinion/camp) : retourner sa veste

- “getting in the subject’s brisk” (: adressing the elephant in the room) : entrer dans le vif (normally an adj) du sujet / “not passing by four paths” : ne pas passer par quatre chemins 

- “every road leads to Roma” (: who cares if we get lost) : tous les chemins mènent à Rome

- “going fishing for infos” (: trying to discover what people are gossiping about) : aller à la pêche aux infos

- “at the laddle” (: about, around) : à la louche (also : à peu près / en gros), ex : à la louche je dirais qu’il fait à peu près 1m85 (I’d say he is about 6 feet tall)

- “don’t look for midday at 2pm” (: don’t make things complicated) ne cherche(z) pas midi à quatorze heures

- “there’s no fire” (: no need to hurry) : il n’y a pas le feu 

- “passing a soap” / “getting X’s braces (the clothes) up again” (: tell someone off) : passer un savon / remonter les bretelles à/de

- “at Saint-Glinglin’s day” (: never) : à la Saint Glinglin

- “the four thursday’s week” (: never) : la semaine des quatre jeudi

- “we’re not at nan’s” (: you’re getting too comfy) : on n’est pas chez mémé

anonymous asked:

T'es fanée ma pauvre. Tu es laide. Regarde ton teint blafard. Ton rouge vulgaire. Tes yeux froids comme la glace. Et pire que tout : tu es stupidement normale. Comme les autres. Tu me dégoûte !! Tu es fausse. Tu te donnes des airs supérieurs mais tu es inférieure parce que bête et méchante. Tu te donnes des airs d'artiste mais tu n'es que fausseté. Saleté. Naturelle de mon cul ! Ah mais je ris ! Quand l'hôpital se fout de la Charité. Avant de critiquer regarde si tu es exempte de critiques.

Message en provenance de https://fleur–lunaire.tumblr.com/

Je ne répondrai pas à ce message. Il ne m’atteint pas. Néanmoins, je me sens concernée en tant que femme par ce que je viens de lire.

L’histoire ? Cet homme est revenu me parler après plus d’un an de silence. Je l’ai toujours trouvé étrange, gênant, parce que trop lunatique ou négatif. Je n’aime pas les gens négatifs, c’est mon choix. Là n’est pas la question. Par respect, et parce que je n’aime pas me fixer sur un avis peut-être trop hâtif, j’ai décidé de lui accorder une seconde chance, me disant que je l’avais certainement mal jugé, et qu’il avait peut-être, lui aussi, changé.

Malheureusement, mon ressenti fut le même : je fus victime d’un malaise immense. J’étais mal à l’aise face à ce changement de personnalité, face à cet état lunatique qui déstabilise et qui donne l’impression de parler à une toute autre personne. Ce manque de naturel. Ne le supportant plus, et voulant être honnête (car c’est un de mes principes), je lui ai fait comprendre, certes, peut-être un peu trop brutalement, que je ne souhaitais plus lui parler, car j’étais mal à l’aise et que je ne désirais pas le connaître, ou “explorer en profondeur” les “choses” en sa compagnie.

La réponse fut la suivante : un ramassis de haine, car je lui disais non. Peut-être trop violemment, mais je suis restée correcte, et, si j’ose aller encore plus loin : je suis restée polie. Je lui ai dit respecter ses pensées, mais rester mal à l’aise ; que je souhaitais écourter notre échange. Je n’ai eu ni le temps ni la possibilité de répondre à cette violence (si évidemment il y avait quelque chose à répondre), puisque ce dernier a décidé de me bloquer.

Quelques heures plus tard, je me reconnecte sur Tumblr et je reçois ce message. Ce n’est pas seulement un message qui se veut blessant, mais un message qui se permet de me juger sur un physique. Un physique visible sur une image dimension 100x100. Un physique qui ne me définit PAS, un physique que je n’ai pas CHOISI, un physique qui n’a pas, comme tous les autres, à être CRITIQUÉ. 

Et surtout, ce message critique quelque chose que l’auteur est actuellement en train de produire : juger naïvement. Juger sur une apparence, juger sur un bref échange, tout simplement parce que j’ai souhaité ne pas me LAISSER FAIRE.

J’ai 22 ans. Beaucoup ne me connaissent pas. Beaucoup ne sont pas au courant de ce que j’ai vécu. Je suis une femme blessée. Je suis une femme qui a été victime, à plusieurs reprises, de viols, et qui se bat tous les jours contre sa peur des hommes. Je suis une femme qui a tenté de mettre fin ses jours à cause de ce qu’on m’a infligé. Je suis une femme qui a été battue. 

Je vis avec ce physique que je n’aime pas spécialement tous les jours. Disons qu’il y a des jours avec et des jours sans. Les gens me demandent sans cesse, ahuris : “Pourquoi n’aimes-tu pas les compliments ? Pourquoi n’aimes-tu pas ton physique ?” Mais je ne peux leur répondre tel un bonjour : “Parce que j’ai été violée à mes 17 ans et que voir mon visage, c’est comme voir mon âme, et cette âme est bousillée.” 

Je me suis forgée une image que j’apprécie. Je ne suis peut-être pas la science infuse, je ne suis peut-être pas le dernier mannequin en vogue, mais tous les jours, je travaille sur ma personne, pour tenter de l’aimer un peu plus, et vous savez quoi ? Je suis fière de moi. Ce n’est pas un message de la part d’un merdeux qui va me faire pleurer, pourtant, je suis en colère. En colère qu’en ce jour, les gens se permettent encore de se baser sur un physique, sur des premières paroles, pour critiquer avec cette méchanceté gratuite que je méprise et que j’accuse ; que les gens se permettent de s’indigner et d’oser reporter la faute sur les AUTRES alors qu’ILS sont fautifs.

C’est à cause de ce genre de messages que des hommes ou des femmes finissent avec des complexes qui bousillent leur vie chaque jour. C’est à cause de ce genre de messages qu’une personne dépressive peut avoir envie de se blesser, si elle n’a pas la force nécessaire pour en faire abstraction. C’est à cause de ce genre de messages qu’une personne peut finir en larmes, en perdre le sommeil et se sentir comme une moins-que-rien.

Car, oui, ne sous-estimons pas le pouvoir des mots. Personne ne mérite de recevoir ce que je viens de recevoir en plein visage. Se cacher derrière l’anonymat est lâche, proférer des insultes sur un physique, l’est encore plus.

Je suis peut-être laide, je suis peut-être “stupidement normale”, mais je suis vivante et j’apprécie ce trésor qu’est la vie. J’ai des principes. J’ai du vécu. J’ai l’espoir. Et je vais continuer à me battre, à me battre contre mes démons. Me battre contre tous ceux qui, comme lui, tyrannisent. Pourquoi ? Parce que j’ai de l’estime, parce que je me respecte, et parce que je vaux quelque chose. Comme vous ; vous qui lisez ce message.

Au contraire de toi, 

Toi qui es tapi dans l’ombre,

Toi qui as honte,

Toi qui n’assumeras jamais les conséquences de ton acte.