empreinte

La manière dont le passé reçoit l'empreinte d'une actualité plus haute est donnée par l'image en laquelle il est compris. Et cette pénétration dialectique, cette capacité à rendre présentes les corrélations passées, est l'épreuve de vérité de l'action présente. Cela signifie qu'elle allume la mèche de l'explosif qui gît dans ce qui a été.
—  Walter Benjamin, Paris, capitale du XIXe siècle, Le Livre des passages, 1927-1940 
lemonde.fr
Benoît Hamon : « Voter Macron, un acte difficile mais un choix évident »
Dans une tribune au « Monde », l’ex-candidat socialiste appelle à bien faire la différence entre « un adversaire politique » et « une ennemie de la République ».

Fidèle à mon éthique, respectueux de votre questionnement, je n’entends faire appel ni à la culpabilisation ni aux leçons de morale, mais bien à la raison, à l’intelligence collective et à la conscience individuelle de mes concitoyens.

Abolir notre discernement serait une terrible victoire offerte à l’extrême droite. Les invectives, les divisions, les calculs auxquels nous assistons depuis quelques jours sont déjà pour tous les républicains une défaite morale, plus grave peut-être encore que la débâcle électorale. « Quand les blés sont sous la grêle/Fou qui fait le délicat/Fou qui songe à ses querelles/Au cœur du commun combat », chantait le poème d’Aragon.

Dimanche prochain, je voterai contre l’extrême droite au moyen du bulletin portant le nom d’Emmanuel Macron. L’acte sera difficile, mais le choix évident. Cet acte ne vaut en rien soutien à son projet, auquel je m’opposerai sans ambiguïté, et il importe de dire ex ante que le résultat de dimanche sera un soutien à la République et non à sa politique. Ni même à sa campagne, aussi dangereusement maladroite qu’arrogante, elle-même empreinte d’un populisme qui aggrave une indifférenciation toxique pour le débat public.

Je mesure à quel point vous, femmes et hommes de gauche, supportez aujourd’hui les consé­quences du comportement d’élites inconséquentes : le succès de ­l’extrême droite, de ses mots et de ses idées, doit interroger au premier chef les médias qui les ont surexposés, autant que les dirigeants politiques qui les ont récupérés et banalisés.

Lise, ma petite Lise, je pars. D’abord à la mer et puis on verra. Parce qu’il y a des moments où rien ne peut être changé sans que tout change. Des moments où rien ne peut être dénoué de nous sans quoi tout est dénoué.
—  Leos Carax, Mauvais sang
Tu te raviveras de l'autre
comme une éponge de mer
de la lumière des îles
Tu prendras dans son cou
échelle de corde à nuque fraîche
des nouvelles des horizons lointains
Alors le proche et l'ailleurs
viendront manger dans ta main
à la grille de ce jardin 
là où tout commence
dans les yeux qui se fixent
Tu te raviveras de leur couleur
d'eau profonde
Et son haleine et son écume
de féminité offerte
signeront une embellie
Un tremblement
Une empreinte
sur la bouche endormie des nuits
Tu te raviveras de l'autre
—  jacques dor
youtube

Julien Clerc - Les Séparés

N'écris pas! Je suis triste et je voudrais m'éteindre.
Les beaux étés, sans toi, c'est l'amour sans flambeau.
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre
Et frapper à mon cœur, c'est frapper au tombeau.

N'écris pas! N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu'à Dieu, qu'à toi si je t'aimais.
Au fond de ton silence, écouter que tu m'aimes,
C'est entendre le ciel sans y monter jamais.

N'écris pas! Je te crains, j'ai peur de ma mémoire.
Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent.
Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire.
Une chère écriture est un portrait vivant.

N'écris pas ces deux mots que je n'ose plus lire.
Il semble que ta voix les répand sur mon cœur,
Que je les vois briller à travers ton sourire.
Il semble qu'un baiser les empreint sur mon cœur.

N'écris pas! N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu'à Dieu, qu'à toi si je t'aimais.
Au fond de ton silence, écouter que tu m'aimes,
C'est entendre le ciel sans y monter jamais.

… N'écris pas!