echoppe

liberation.fr
Génération Bataclan : la jeunesse qui trinque
En s’attaquant aux lieux festifs de Paris et Saint-Denis, les terroristes ont ciblé le mode de vie hédoniste et urbain d’une génération déjà marquée par «Charlie».

“Si l’on regarde le plan de ce fragment rive droite de la capitale, on sait, pour les avoir arpentées en tous sens, que ces rues témoignent d’une hétérogénéité sociale et ethnique qui a disparu de bon nombre d’autres arrondissements. Echoppes à la mode, bars pakistanais, cafés arabes, bouis-bouis chinois ou vietnamiens, librairies musulmanes et synagogues coexistent dans un espace urbain chahuté. Et le Bataclan était évidemment rempli, ce soir-là, d’un public d’ados et de jeunes adultes venus en toute décontraction applaudir un groupe rock à succès qui joue à fond d’une dérision maligne à l’égard des codes machos et bas de plafond de la sous-culture redneck. L’attentat foiré du Stade de France visait quant à lui à détruire l’épicentre d’une ample communion dans l’hédonisme sportif avec, en son cœur, une équipe de France elle-même à l’identité composite, dont les plus brillants éléments sont issus des banlieues défavorisées. […]

Avoir 20 ans en 2015, c’est être né en 1995, l’année du meurtre raciste d’Imad Bouhoud, 19 ans, jeté dans le port du Havre par des skinheads, l’année des huit attentats islamistes à la bombe avec la traque jusqu’à la mort de Khaled Kelkal, et c’est avoir 6 ans quand les Twin Towers s’effondrent. On ne sait pas décrire la part obscure, invisible des imprégnations politiques qui façonnent les individus au long cours des années d’apprentissage, quand on sait si bien le faire des traumas privés par la psychanalyse. […]

En badigeonnant la société française de son propre sang, les membres de Daech espèrent et conspirent à ce qu’elle succombe à une folie symétrique à la leur, la poussant aux extrêmes. Il va nous coûter moins de courage pour demeurer de bons névrosés trop bavards, un peu alcooliques, obsédés sexuels et vaguement cultivés que de mener la tâche qui nous attend encore, plus que jamais, de faire entendre avec force une voix humaniste sous le bruit des balles.”