douaniers

Bassin genevois: les douaniers français font la grève du zèle

Les syndicats de douaniers français appellent à une grève du zèle dans le bassin genevois à la frontière franco-suisse, destinée à dénoncer les suppressions de postes subies par la profession. Plus d’informations sur: Le Matin Suisse

The post Bassin genevois: les douaniers français font la grève du zèle appeared first on Localswissjobs.ch. http://dlvr.it/5vKYFJ

Les douaniers ont spéculé à tort sur la vignette à 100 francs

Persuadé que l’augmentation du prix de la vignette autoroutière mène à davantage d’abus à débusquer, le Corps des gardes-frontière avait engagé du personnel supplémentaire avant la votation du 24 novembre dernier. Plus d’informations sur: Le Matin Suisse

The post Les douaniers ont spéculé à tort sur la vignette à 100 francs appeared first on Localswissjobs.ch. http://dlvr.it/553dNd

Histoire de douaniers français

J’aime les douaniers français et leurs réparties plaisantes. Cela remonte sans doute à mon premier voyage en France. J’avais 16 ans, je voyageais seul, et mon père avait pensé qu’il suffisait de me donner une autorisation de sortie sous la forme de quelques lignes signées sur une carte de correspondance, sans authentification. J’arrivai à la gare de Genève, côté suisse, pour prendre un train de nuit depuis les quais de gare de l’autre côté des contrôlera douaniers. Le douanier suisse jeta sur l’autorisation paternelle un regard sceptique: “Je veux bien vous laisser passer, mais mes collègues français n’accepteront jamais une pièce telle que celle-ci.” Je m’imaginais déjà refoulé à la frontière pour le premier de mes voyages indépendants hors de Suisse. J’arrivai donc devant le douanier français, l’oreille basse, en lui expliquant d’emblée mon problème. La réponse fusa, superbe: “Aucun problème, Monsieur: vous êtes en France!”

Après cette expérience initiale, comment ne pas éprouver un sentiment reconnaissant et bienveillant pour les accueillants douaniers français? Et encore plus depuis que ceux-ci m’ont valu deux moments d’anthologie, lors d’un déplacement à Metz à la fin du mois de janvier, en traversant la frontière à la gare de Bâle.

Cela commença par un contrôle douanier à la gare, en accédant au secteur français: “Vous transportez des capitaux?” – “Non, Monsieur. D’ailleurs, je suis Suisse, et je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de Suisses qui transfèrent leurs capitaux en France…” Le douanier goûta modérément ma pointe un peu cruelle et répliqua sans se démonter: “Ça viendra un jour…” Nous voilà prévenus!

Une quinzaine de minutes plus tard, assis dans le train qui démarrait, de nouveau des douaniers – c’était le jour! Je les accueillis en souriant et leur expliquai avoir déjà été contrôlé à la gare. “Ah bon? Vous voyez, la France est bien gardée!” Mais, tandis qu’ils quittaient le wagon, j’entendis de loin son collègue incrédule lancer au douanier: “Tu lui as dit que la France était bien gardée? Comment peux-tu dire de pareilles bêtises?”

D.g.d.d.i (Direction générale des douanes et droits indirects) : Trente douaniers formés par Cotecna sur les principes de base de l’évaluation en douane

La D.g.d.d.i (Direction générale des douanes et droits indirects), en partenariat avec la société Cotecna, a organisé un atelier de formation sur le thème: «La gestion du risque dans un environnement douanier». Les travaux se sont déroulés à la direction générale, à Brazzaville, du 3 au 6 février 2015.

Ouvert par Emmanuel Ndinga, directeur des enquêtes douanières, en présence de Christophe Guyant, directeur général de Cotecna, cet atelier a permis de former une trentaine de douaniers, tous des inspecteurs évoluant à la Direction des enquêtes douanières, sur les deux logiciels informatiques que sont le Siar (Système d’analyse de risque) et le Cotes (Base de données des valeurs), développés par la société Cotecna, partenaire du gouvernement dans l’inspection avant embarquement, l’inspection à destination, la vérification post-dédouanement, et l’analyse du risque, etc. La formation a été dispensée par Saïd Mondoha, directeur des opérations à Cotecna.

Pendant l’atelier, l’accent a été mis sur la nécessité d’adopter pleinement les techniques de gestion de risques dans le processus de dédouanement. Ce qui permettrait d’optimiser les ressources et concentrer l’action douanière sur les expéditions à haut risque. Les inspecteurs douaniers ont, ainsi, eu une meilleure compréhension des problématiques sur la mise en œuvre d’un système de contrôle douanier basé sur l’analyse systématique du risque et d’avoir des atouts nécessaires à l’utilisation du système d’analyse de la valeur côtes de Cotecna.
Le choix du thème de cet atelier de formation a reflété la volonté de renforcer les capacités des douaniers à être en phase avec les règles du commerce international, dans le cadre du vaste programme de réformes engagé depuis des années par la D.g.d.d.i pour la modernisation de l’administration douanière.

Le logiciel de la base des données des valeurs, développé par Cotecna, est installé dans les ordinateurs des douaniers. Ce qui leur permet de pouvoir comparer les prix et déterminer la valeur d’un produit importé, même depuis plus d’une année, en République du Congo. Ce logiciel est un outil informatique d’aide à la décision pour les inspecteurs douaniers dans le cadre des contrôles.

Au niveau de la Direction des enquêtes douanières, l’analyse des risques est au centre de la gestion des contrôles. Sans l’analyse des risques, il y a de fortes chances d’enregistrer des ratés dans le choix des importateurs à contrôler. C’est-à-dire, il peut arriver qu’un importateur fraudeur échappe à l’attention des douaniers, alors que l’importateur en règle est sévèrement contrôlé. C’est la raison pour laquelle, les inspecteurs douaniers ont été formés sur les deux outils informatiques, notamment les logiciels Siar et Cotes, développés par Cotecna.

Rappelons qu’à l’ouverture de l’atelier de formation, Christophe Guyant a rappelé les efforts consentis dans la formation. «Depuis le démarrage de l’exploitation du premier scanner mobile en République du Congo, en mars 2010, ainsi que la mise en place du Siar (Système d’analyse de risque) développé par Cotecna, des formations ou séminaires, entre autres, sur le scanner et le Siar ont été effectuées. Les dernières ont été des formations sur les métiers liés à l’opération des scanners et sur l’application Cotes, effectuées à Pointe-Noire», a-t-il déclaré.

L’atelier de formation des inspecteurs, qui fait suite à un premier organisé à Pointe-Noire, avait pour objectif de renforcer les connaissances des douaniers sur les principes de base de l’évaluation en douane par l’utilisation d’une base de données des valeurs, appelée Cotes. Cette formation a permis aussi de sensibiliser les participants sur les systèmes et les processus nécessaires à mettre en place, pour une meilleure intégration de la gestion du risque dans l’environnement douanier.

A la fin de la formation, des certificats de participation ont été décernés aux inspecteurs douaniers.
Rappelons que Cotecna est un groupe suisse international, qui opère depuis 2006 au Congo, en tant que partenaire de l’Etat et de la douane. Sa mission est d’assister le gouvernement à optimiser les recettes en douane et de former les douaniers sur les nouvelles techniques d’évaluation ou les produits mis en place par Cotecna, entre autres, le scanner et l’analyse de risque.

Leader mondial dans les contrats d’inspection en douane, le groupe Cotecna est spécialisé dans le développement de solutions permettant aux gouvernements de lutter contre la fraude, préserver les recettes douanières, maintenir la sécurité intérieure et faciliter les échanges commerciaux licites aux frontières. La direction générale de Cotecna-Congo se trouve à Pointe-Noire.

Par Jr LesCloches

“On my hike, I find myself in a Henri Rousseau painting: cushy moss carpets the ground and tree ferns tower over me, as do giant rhubarblike gunnera, blocking the sun with their broad umbrella leaves.”

To see why you should trot on down to Chile’s Robinson Crusoe Island, see this month’s issue of Air Canada’s enRoute magazine.

« Me voilà dans un tableau du douanier Rousseau : une mousse moelleuse tapisse le sol, des fougères arborescentes s’élèvent au ciel, comme les gunneras, rhubarbes géantes dont les feuilles-parasols bloquent les rayons du soleil. »

Sabot le coup de découvrir l’île chilienne Robinson Crusoe. Découvrez pourquoi dans le magazine enRoute d’Air Canada de ce mois-ci.

Photo by / par Virginia MacDonald.