derambarsh

Arash Derambarsh, candidat 2.0 à Courbevoie

Crédit : Cyrus Atory

Candidat sans étiquette inconnu au début de la campagne, Arash Derambarsh a réussi à faire grimper sa cote de popularité grâce… à Twitter. À 34 ans, il présente une liste divers droite et compte bien remporter la mairie de Courbevoie le 30 mars prochain.

« Mes tweets ont beaucoup plus de force qu’une dépêche AFP. » Arash Derambarsh a des comptes sur tout ce qui existe en termes de réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Pinterest, Linkedin… Dès 2008, ce juriste de formation voit en eux un formidable outil de communication… à moindre coût. « Tous réseaux sociaux confondus, je touche environ 150 000 personnes », avance-t-il. Son compte Twitter rassemble 103 000 abonnés à lui seul. Depuis le lancement, fin janvier, d’un baromètre des municipales sur Twitter par l’Observatoire du Web Journalisme (Obsweb), France Info et Semiocast, Courbevoie n’a pas bougé du Top 10 des villes où l’on tweete le plus au sujet des municipales, atteignant même la 3e place le 6 février. Un score que l’on doit très largement au jeune candidat. « Arash Derambarsh fait le buzz parce qu’il est doué. », analyse Arnaud Mercier, cofondateur de l’Observatoire du Web Journalisme.

Ton amical, beaucoup de photos

La formule d’Arash Derambarsh est simple. Sur Twitter le ton est plutôt amical, voire familier. « Merci les filles » ou encore « Très sympa votre photo Madame la Sénatrice » peut-on lire sur son compte. « La force des réseaux, c’est qu’il n’y a plus de barrières. », expose-t-il. Si être un candidat 2.0 ne dispense pas de serrer des mains sur les marchés, « à l’ancienne », Arash Derambarsh sait rendre utile chacun de ses déplacements. Le candidat pose systématiquement avec les gens qu’il rencontre et poste les photos sur les réseaux sociaux. De simples citoyens aux joueurs de l’équipe locale de rugby, en passant par l’une des adjointes au maire sortant et candidat à sa réélection… Le jeune homme sait comment s’y prendre pour déstabiliser ses adversaires.

Le clip de campagne du candidat a, lui aussi, fait son petit effet. Dans la vidéo, une vingtaine de Courbevoisiens de tous âges dansent sur le tube de Pharell Williams, « Happy ». Un coup de communication réussi puisque tous les médias en parlent. Le candidat en question est en revanche quasi absent du clip. Il apparaît seulement à la fin, une poignée de secondes. « Je m’inspire beaucoup des stars Pharell Williams et Will I Am. Ils savent rester en retrait et ce sont des fédérateurs qui arrivent à faire passer une énergie. » Sans oublier Barack Obama. « Il a su dès le début mettre les réseaux sociaux au service de sa campagne ».


Arash Derambarsh 2014 - Happy Courbevoie par editions

Une équipe de choc

Arash Derambarsh maîtrise parfaitement les réseaux sociaux, c’est indéniable, mais son succès tient aussi aux gens qui l’entourent. « Autour de moi j’ai un réseau d’une quarantaine de personnes qui me défendent et veillent en permanence sur Twitter, Facebook… » Les retweets sont légion, les débats fréquents et les abonnés affluent sur la page du candidat. Une technique redoutable pour ses adversaires qui maîtrisent bien moins les outils du web. Le socialiste Jacques Lasserre ne compte que 1240 abonnés sur son compte Twitter et le maire sortant UMP Jacques Kossowski 1100. « Kossowski défend encore le Minitel, il pense que les personnes âgées ne se mettront jamais à Internet et aux réseaux sociaux. Il se trompe. », argue Arash Derambarsh.

Sur la toile et sur le terrain

En 2014, la campagne pour les municipales se passerait donc autant sur les réseaux sociaux que sur le terrain ? Pour Arnaud Mercier, les deux sont complémentaires. « Un candidat habile avec les réseaux sociaux va s’en servir pour combler son manque de visibilité dans la presse. Mais cela ne le dispense pas de faire campagne sur le terrain, bien au contraire. » Arash en est le parfait exemple. Mais le cofondateur de l’Observatoire du Web Journalisme met en garde : « Ce n’est pas parce que l’on est beaucoup suivi sur Twitter que l’on va être élu. » Résultat de la campagne 2.0 le 30 mars.

Arash Derambarsh en quelques dates :

1979 : Naissance à Paris, 13e

1984 : Sa famille s’installe à Courbevoie

1998 : Prend sa carte au RPR

2001 : Rejoint l’UDF

2002-2004 : Travaille au sein du ministère des Affaires Étrangères

2004-2006 : Travaille au sein du ministère de l’Intérieur

2008 : Obtient 4,5% des voix aux élections municipales

Retrouvez l'ensemble des baromètres France Info-Semiocast et l'Observatoire du web journalisme sur http://obsweb.net

Maud Coillard

Gaspillage : l'obligation des dons des invendus alimentaires soumise au parlement européen
INFO LE FIGARO - Après son adoption en France, le texte contre le gaspillage alimentaire, que l'élu municipal de Courbevoie Arash Derambarsh a impulsé, va être soumis au vote à Strasbourg ce mercredi sous la forme d'un amendement. En appui, une pétition a été lancée en Europe.

L'histoire recommence pour Arash Derambarsh, avec une pétition en ligne, sur le site Change.org lancée dans sept pays de l'Union. Son but: interdire aux supermarchés de jeter de la nourriture si une association se porte volontaire pour la récupérer. Il s'agit d'une initiative citoyenne européenne, un texte qui à certaines conditions, peut se retrouver sur la table de la Commission. Après deux semaines, l'initiative a déjà recueilli plus de 530.000 signatures, sur le million escompté. Pour l'élu de Courbevoie, la pétition a deux objectifs: recueillir un nombre de voix suffisant pour être étudiée, et servir de moyen de pression.

Faire pression sur les instances dirigeantes, c'est devenu l'obsession de l'élu, qui pour cela a pu compter sur le soutien de deux personnalités européennes. D'abord, Nicole Fontaine, qui a présidé le parlement européen entre 1999 et 2002, ou encore la députée européenne Angélique Delahaye (Les Républicains - PPE). Cette dernière a réussi à glisser un amendement sur le gaspillage alimentaire dans une proposition sur l'économie circulaire.

Objectif: mettre la pression sur les instance européennes

«J'ai dit oui tout de suite pour porter ce projet au niveau européen, d'autant que je travaille déjà sur l'économie circulaire», explique la députée. Au Figaro, elle raconte son engagement en matière de lutte contre le gaspillage. «Lorsqu'il y a eu le scandale de la bactérie E. coli, dans notre exploitation familiale, qui produit des légumes, nous avons dû jeter énormément, alors que nous mangions encore notre production. Surtout (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Les Français jugent les marques de plus en plus intrusives
La voiture, moyen toujours privilégié pour aller travailler
Canicule, vacances en Grèce, soldes: le récap conso de la semaine
Malgré la chaleur, les cafés ne sont pas obligés de servir un verre d'eau
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro
[Pétition] Mettons fin au gâchis alimentaire en Europe
[Pétition] Mettons fin au gâchis alimentaire en Europe
By Caroline Perrichon

[Pétition] Mettons fin au gâchis alimentaire en Europe

Le 21 mai dernier, l’assemblée nationale votait à l’unanimité une loi interdisant aux supermarchés français de jeter les invendus alimentaires. Un combat contre le gaspillage initié par Arash Derambarsh, qui souhaite aujourd’hui étendre cette loi à toute l’Union Européenne.

Après avoir mobilisé plus de 200.000 personnes autour de sa pétition “Stop aux gâchis alimentaire en France” et fait plier l’assemblée nationale pour qu’elle vote une loi, Arash Derambarsh n’en a pas fini avec le gaspillage alimentaire.  Le conseiller de Courbevoie souhaite étendre cette loi à toute l’Union Européenne.

Une pétition européenne

Avec sa nouvelle pétition intitulée “Mettons fin au gâchis alimentaire en Europe #StopFoodWaste”, il souhaite que la loi française sur le gaspillage alimentaire devienne une directive européenne applicable dans tous les pays de l’Union. La directive souhaitée obligerait chaque supermarché européen à donner ses invendus à une association.

L’objectif est de récolter un million de signatures afin d'exercer le droit d'initiative européenne reconnu par le traité de Lisbonne. Pour cela la pétition a été élargie à travers le site Change.org, à l'ensemble des pays de l'Union européenne et médiatisée par des personnalités.

Le gaspillage alimentaire en Europe

Chaque soir, plus de 40kg de nourriture sont jetés par les supermarchés européens. Dont plus de 200 tonnes de nourritures encore consommables. Un gaspillage qui pourrait augmenter de 40% d’ici 2020 selon une étude de la Commission Européenne. Dans une Europe où plus de 80 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, il parait urgent de trouver des solutions pour enrayer ce gaspillage.

À ce jour, la pétition française d’Arash Derambarsh a réuni plus de 314,000 signatures. Pour le soutenir dans son combat, signez vous aussi la pétition.

  • 11 lectures


June 26, 2015 at 05:06PM
via [Untitled] http://ift.tt/1BSj8X5
Publiez un livre : trucs et astuces

Voici quelques conseils pour publier un livre.

Ainsi, je reçois près de 400 projets par mois.

Malheureusement, il y a beaucoup de refus. Et souvent parce que les auteurs n'ont ni les codes ni les astuces pour séduire l'éditeur.

C'est pourquoi, voici quelques clefs, trucs et astuces.

1) Quels sont les raisons principales qui poussent à refuser un manuscrit ?


Je pense que la première chose qui pousse à refuser un texte est la présentation que l’auteur fait de lui-même ou oublie justement de faire. La deuxième est la qualité du texte qui laisse à désirer dans la plupart des cas et la troisième chose qui me tient le plus à coeur est la présentation du texte. Car présenter un manuscrit à un éditeur fait appel à des codes stricts et le manquement à une présentation impeccable est pour moi rédhibitoire.

2) Qu'est ce qui séduit dans un projet littéraire ?


Je crois que chaque projet littéraire doit correspondre à un sens profond du texte accompagnée d’une portée littéraire et d’un message fort. Donner du Sens à un ouvrage, à une création doit être le but ultime.

3) Conseil avant d'envoyer un manuscrit à un éditeur 



D'une part, sur le plan de la forme, je ne dirais jamais assez d’aérer vos textes et de les rendre lisibles. Il est fortement conseillé de ne pas envoyer un texte manuscrit mais tapé à la machine, ou plutôt à l’ordinateur. Choisissez une police simple (Times, Arial, Book Antiqua), évitez toutes les polices fantaisies ! Préférez une taille de police de 12, éventuellement 14, jamais plus gros. La taille 10 peut-être tolérée dans le cas de longs ouvrages.


Choisissez un format A4, un interlignage de 1,5 afin d’aérer le texte et de permettre d’éventuelles notations. De même laissez des marges assez importantes, 2,5 cm en haut et en extérieur, 3cm en bas et 3cm en marge intérieure (pour la reliure). Pensez à numéroter vos pages : le numéro en bas, centré ou extérieur.

Plus votre manuscrit sera agréable à lire, plus il a de chance d’être accepté (lorsque l’éditeur ou le comité de lecture ouvre le manuscrit, il doit avoir envie de le lire, et ne doit surtout pas être découragé). Un manuscrit ne sera pas forcément refusé parce qu’il est mal présenté, mais convaincre l’éditeur sera un peu plus aisé.

D'autre part, concernant votre texte et donc sur le fond. Il ne faut jamais prendre par la main le lecteur et lui imposer une lecture. Je m'explique. Un auteur ne doit pas abuser des points d'exclamation dans une description. Au contraire, c'est par la description, par la narration et la mise en forme de l'histoire que le lecteur pourra être guidé. Ainsi, l'auteur doit se faire le plus discret possible.

Une astuce : Faites comme Jules Vallès pour son roman “l'Enfant”. Celui-ci utilisa son personnage principal, « Jacques Vintgras » (usage du même initial) pour conter sa propre vie.

Autre conseil : ne pas mettre de mots en gras ou avec une police différente uniquement pour attirer l'attention du lecteur.


Par ailleurs, un texte doit réunir environs 1500 à 2000 signes par feuillet (page).

Ensuite, il faut relier le manuscrit par agrafage, baguette de serrage ou ressort. Il faut savoir que la plupart des éditeurs traditionnels ne lisent pas sur internet mais sur papier.

Enfin, l'auteur doit accompagner obligatoirement son projet d’une lettre de présentation et même d’un CV s’il le faut. Il faut bien comprendre que l'éditeur ne vous connait pas…en général. De plus, n'oubliez pas d'y joindre un synopsis ou un plan détaillé afin de faciliter le travail de l'éditeur.

                                      

Watch on arashderambarsh.tumblr.com

Arash Derambarsh 2014 - “Happy Courbevoie !” on Flickr.

Arash Derambarsh 2014 - “Happy Courbevoie !”
www.Arash2014.fr