dans le vent

Le Petit Prince - quotes 🌠

Le Petit Prince (1943) is a novel by Antoine de Saint Exupéry, translated into English as The Little Prince.

🌟 1. Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications.

Grown-ups never understand anything by themselves, and it is tiresome for children to be always and forever explaining things to them.

🌟 2. Quand le mystère est trop impressionnant, on n’ose pas désobéir.

When a mystery is too overpowering, one dare not disobey.

🌟 3. La preuve que le petit prince a existé c’est qu’il était ravissant, qu’il riait, et qu’il voulait un mouton. Quand on veut un mouton, c’est la preuve qu’on existe.

The proof that the little prince existed is that he was charming, that he laughed, and that he was looking for a sheep. If anybody wants a sheep, that is a proof that he exists.

🌟 4. Mais les graines sont invisibles. Elles dorment dans le secret de la terre jusqu’à ce qu’il prenne fantaisie à l’une d’elles de se réveiller…

But seeds are invisible. They sleep deep in the heart of the earth’s darkness, until some one among them is seized with the desire to awaken.

🌟 5. Il ne faut jamais écouter les fleures. Il faut les regarder et les respirer. La mienne embaumait ma planète, mais je ne savais pas m’en réjouir.

One never ought to listen to the flowers. One should simply look at them and breathe their fragrance. Mine perfumed all my planet. But I did not know how to take pleasure in all her grace.

🌟 6. Tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’aura apprivoisé! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé…

You have hair that is the color of gold. Think how wonderful that will be when you have tamed me! The grain, which is also golden, will bring me back the thought of you. And I shall love to listen to the wind in the wheat…

🌟 7. On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Il achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi!

“One only understands the things that one tames,” said the fox. “Men have no more time to understand anything. They buy things all ready made at the shops. But there is no shop anywhere where one can buy friendship, and so men have no friends any more. If you want a friend, tame me…”

🌟 8. Le langage est source de malentendus.

Words are the source of misunderstandings.

🌟 9. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.

And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.

🌟 10. C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.

It is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

🌟 11. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose…

You become responsible, forever, for what you have tamed. You are responsible for your rose…

🌟 12. - Les enfants seuls savent ce qu’ils cherchent, fit le petit prince. Ils perdent du temps pour une poupée de chiffons, et elle devient très importante, et si on la leur enlève, ils pleurent…

“Only the children know what they are looking for,” said the little prince. “They waste their time over a rag doll and it becomes very important to them; and if anybody takes it away from them, they cry…”

🌟 13. Ce qui embellit le désert, dit le petit prince, c’est qu’il cache un puits quelque part…

“What makes the desert beautiful,” said the little prince, “is that somewhere it hides a well…”

🌟 14. Dessine-moi un mouton!

Draw me a sheep!

🌟 15. Quand on a terminé sa toilette du matin, il faut faire soigneusement la toilette de la planète.

When you’ve finished getting yourself ready in the morning, you must go get the planet ready.

🌟 16. J'aime bien les couchers de soleil. Allons voir un coucher de soleil…

I am very fond of sunsets. Come, let us go look at a sunset…

🌟 17. On ne sait jamais!

“One never knows!”

🌟 18. Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner, reprit le roi. L'autorité repose d'abord sur la raison. Si tu ordonnes à ton peuple d'aller se jeter à la mer, il fera la révolution. J'ai le droit d'exiger l'obéissance parce que mes ordres sont raisonnables.
Alors mon coucher de soleil ? rappela le petit prince qui jamais n'oubliait une question une fois qu'il l'avait posée.
Ton coucher de soleil, tu l'auras. Je l'exigerai. Mais j'attendrai, dans ma science du gouvernement, que les conditions soient favorables.

“One must command from each what each can perform,” the king went on. “Authority is based first of all upon reason. If you command your subjects to jump into the ocean, there will be a revolution. I am entitled to command obedience because my orders are reasonable.”
“Then my sunset?” insisted the little prince, who never let go of a question once he had asked it. “You shall have your sunset. I shall command it. But I shall wait, according to my science of government, until conditions are favorable.”

🌟 19. C'est véritablement utile puisque c'est joli.

It is truly useful since it is beautiful.

🌟 20. ‘Où sont les hommes ?’ reprit enfin le petit prince. 'On est un peu seul dans le désert.’
'On est seul aussi chez les hommes’, dit le serpent.

“Where are the people?” resumed the little prince at last. “It’s a little lonely in the desert…" "It is lonely when you’re among people, too,” said the snake.

🌟 21. Vous êtes belles, mais vous êtes vides…. On ne peut pas mourir pour vous.

You’re beautiful, but you’re empty…. No one could die for you.

🌟 22. Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.

“Men have forgotten this truth,” said the fox. “But you must not forget it. You become responsible, forever, for what you have tamed.”

🌟 23. Mais les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le cœur.

But the eyes are blind. One must look with the heart…

2

C’est du Taekwondo o/ *regard nostalgique à travers l’océan au coucher du soleil, vent dans les cheveux, ̶c̶h̶e̶v̶e̶u̶x̶ ̶d̶a̶n̶s̶ ̶l̶a̶ ̶b̶o̶u̶c̶h̶e̶ ̶“̶P̶f̶o̶u̶a̶h̶!̶!̶”̶*
.
Il est temps d’assumer ses test perso d’anim =.=‘’

On trouve mieux que moi, on me remplace, ou on m'efface tout simplement. Moi, je disparais sans laisser de traces, comme un sifflement dans le vent; qu'on entend puis qui s'estompe en un instant.
—  Royalumos
Et quand j'aurais abandonné, quand j'en aurais assez de te courir après, de souffrir et d'aimer dans le vent, j'espère que ça te frappera. J'espère que tu te rendras compte que j'étais là, peu importe ce que tu faisais, que jsuis restée malgré toutes les raisons que j'avais de partir. Que tu réaliseras à quel point je t'aimais, à quel point j'aurais tout fait. Quand je serais partie, j'espère que tu remarqueras que j'avais toujours été là, et à ce moment là, j'espère que mon absence te hantera
—  Cookhed (k)

I’ve been lucky enough to see A Hard Day’s Night in a few different contexts—with friends and lovers, all alone on TV late at night, up on the big screen with audiences. There’s a scene that never fails to get a rise out of whoever’s watching: the Beatles escape from their rehearsals and find a grassy field to run around and play and jump to “Can’t Buy Me Love.” The mean old guy walks out to say, “I suppose you realize this is private property.” As the boys leave, George calls, “Sorry we hurt your field, mister.”

It’s odd what an impact this line has in the movie—it’s a payoff of emotional release and laughter that always seems bigger than it should. I do love Salty George, but this isn’t a glaringly funny or clever line—the screenplay has at least five or six dozen more quotable quotes. “Can’t Buy Me Love” isn’t one of the stronger songs; it’s just a good one for running and jumping. So much of this moment comes down to the field itself—one of the few outdoor scenes in a movie built around claustrophobic studios and trains. In the cramped hallways of the Scala Theatre, they turn away from the SILENCE sign, push through the door onto the fire escape, and Ringo yells “We’re out!” It’s the one scene where the four of them get a moment to themselves. Not a particularly lovely field—a helicopter launching pad, surrounded by postwar prefab houses, downright ordinary. The footage was cobbled together from two different places, Isleworth’s Thornbury Fields and Gatwick Airport. But it’s big, plenty of room on the grass for their joyful dancing and wrestling and footracing. Their hair flops around in the open air. (The film’s French title: Quatre Garcons Dans Le Vent, or “Four Boys in the Wind.”) We know when watching the movie the Beatles will never set foot in this field of grass again, even before the old man in the muddy boots orders them off. They don’t argue—they’ve already won whatever game he’s playing. The idea that they could hurt this field is a laugh. He’s the only person who isn’t smiling, just another of the movie’s grumpy old villains, the railroad passenger who orders the Beatles to shut their radio off (“Give us a kiss,” John responds; Paul’s retort is “Let’s have some coffee and leave the kennel to Lassie”), the director, the producer who wants George to endorse his shirts. This authority figure has never gone away, and he’s still around to get territorial about the Beatles. Even now you hear people argue that the Beatles are ancient history, that yesterday’s fans already closed the book, there’s no room left in this music, it belongs to the past. And the music’s reply is always, Sorry we hurt your field, mister.

When the Beatles stormed off the field and declared the game over at the end of the Sixties, they were mystified the grass was so green without them, and that so many people wanted to keep playing on it. The Beatles themselves went through phases where they played the role of the grouchy groundskeeper, as most of us do at some point, complaining the young people aren’t treating the field properly. But when someone tells you that the Beatles are used up, you don’t even need to bury that argument, because grass is already growing out of it. The field always wins. It grows over the lines we paint on it. That’s one of the things the Beatles keep forcing us to relearn. The field is forever.

—  Rob Sheffield, Dreaming the Beatles. (2017)
L'amour c'est pas se dire des “je t'aime”, des mots doux et faire des promesses dans le vent. L'amour c'est faire des sacrifices, faire passer le bonheur de l'autre en priorité. Merde l'amour c'est des actions et pas seulement des mots. L'amour c'est pas chacun pour soi. C'est partager, faire attention à l'autre.
—  #Qu'en-est-il-de-moi

Je sais même pas pourquoi je t'écris alors que je me débrouille assez bien sans toi. Je dis pas ça pour te faire mal, au bout d'un an et demi tu sais que c'est pas mon intention. Je veux juste que tu comprennes que t'as vraiment merdé cette fois, et que c'est vraiment fini aussi. J'aurais préféré que tu me retiennes plutôt que tu laisses tout ça partir sans bouger. Tu pensais sûrement que j'aurais pas les couilles de me casser. Et franchement je pensais pas en être capable non plus, j'me surprend. Mais suffit juste de se recentrer sur soi-même et de laisser faire le temps. C'était pas facile ces derniers temps mais c'était nécessaire. Je pouvais vraiment pas continuer comme ça, et t'étais pas prêt à arranger les choses, enfin je veux dire vraiment les arranger, en faisant des efforts et en privilégiant les actes. Plus je te hais moins le temps passe, alors je vais juste arrêter de ressentir quoi que ce soit et reprendre ma vie là où elle s'était arrêtée. Je veux plus me venger en allant vers d'autres mecs, je veux plus te faire regretter en te parlant mal, ce soir je veux juste que tu comprennes que j'ai toujours été dans ton sens, j'ai fais passé mes meilleurs amis après toi, je leur ai menti pour toi, je t'ai pardonné toutes ces fois et tu vois, tout ce que j'ai fais pour toi, je suis pratiquement sûre que y'a pas une autre fille qui le fera. Mais je regrette pas de t'avoir aidé ni d'avoir été là, je regrette juste le fait que tu n'en es jamais été reconnaissant. C'est pas grave et c'est futile. Mais je veux juste que tu t'en rendes comptes. Que j'étais peut-être chiante, à être jalouse, à t'embrouiller pour rien et à te dire d'aller te faire foutre à chaque fin de phrase, mais le jour où j'arrêterai et où je partirai, ça te manquera. Enfin peut-être. Là ce soir, je m'en fou, tout ça n'a plus vraiment de sens, j'ai arrêté de m'en vouloir et j'ai arrêté de t'en vouloir aussi. Je me faisais du mal toute seule à force de trop m'investir dans notre histoire, à force d'essayer de croire en toi et d'espérer que tu changerai. C'est vrai, t'as changé. Mais beaucoup trop, et je m'en rends compte que maintenant, mais t'es plus la personne que j'aime. T'es devenue quelqu'un d'autre et je te reconnais pas. Je suis pas la seule à le dire mais là il s'agit que de moi. Peut-être que ton nouveau “toi” plaira à la future fille qui sera dans ta vie sentimentale, mais moi il me plait pas. Si un jour l'ancien toi se remet à faire surface, tu lui diras qu'il me manque. Après tout ce qui s'est passé entre nous, j'ai vraiment besoin de le dire : tu resteras ma plus belle histoire. En attendant ça fait déjà beaucoup pour un seul message, alors je vais m'arrêter là. Tout ce que je pourrais dire (et encore ce serait sans doute de trop), c'est que je te souhaite d'être heureux dans ta vie, on est jeunes et on a pas le temps de se prendre la tête pour tout ça. Je serais plus là mais je te surveillerai toujours un peu pour voir comment ça va. Et puis si ça ne va pas, tu as pleins de personnes pour qui tu comptes énormément, alors ça ne me fait pas trop peur de te laisser. Souris et continue d'avancer.

(ps : Si tu comptais répondre, je te demande gentiment de ne pas écrire deux phrases dans le vent. Si tu comptais pas répondre, ça me va aussi.)

Ce soir mon coeur s'est brisé une nouvelle fois. Voix tremblante, j'ai essayé de crier mais tout ce que j'ai réussie à faire s'est résolu en un murmure. Coeur qui bat à tout rompre, frissons qui se propages dans tout mon corps, je t'ai perdu. Essayant de me relever, j'ai heurtée chaque murs. Chaque coups bas, chaque décisions que tu as pris sans moi, chaque blessures ne m'aide pas à me relever. Souvenirs, voix, trahisons, changement, enfer, amour toxique, promesses dans le vent, confiance en l'autre. Je suis là. Toujours en vie avec les questions. Et toi ta belle vie sans tristesse, sans regrets, sans rien de tout ce que je peux ressentir. La vie craint mais je n'ai pas le choix. Je ferme les yeux. Laisse couler mes larmes. Ravale ma fierté. J'avance du mieux que je peux même si parfois je coule. Mais je ne peux pas imager un monde dans lequel tu serais parti. Je ne veux pas te laisser partir. Je sais que je ne suis pas assez forte pour ça.
—  #JM 

Tu aimais les iris. Je t’ai donné un chant de fleurs et d’oiseaux sous le ciel. Tu aimais la musique. Je t’ai donné la sonate inachevée du vent dans les branches du vieux sud. Je t’ai donné le Requiem de l’automne. Tu aimais l’amour. Je t’ai donné l’écoute. Tu aimais la lueur de la lune. Je l’ai posée dans mes mots au milieu du papillon de la nuit. Tu aimais les silences du corps. Je t’ai donné le souffle apaisant et la géographie lente de caresses partagées à l’infini. Tu aimais la cathédrale des forêts. J’ai marché sous les vitraux et pour te donner la paix infinie et le sens : j’ai laissé venir à moi le chant qui reliait le profane des mousses et la foi des pierres. Tu aimais l’amour. Je t’ai donné le corps des immensités. Je t’ai donné l’écoute. Et à chaque voyelle du voyage j’ai pu inventer une source à tes désirs. Et puis j’ai aimé le silence que tu murmurais car il était ton enfant et ton origine.


Patrick Chemin

Nostalgie

Ah ! qu’ils sont loin les temps où nous allions tous deux
Les cheveux dans le vent, le vent dans les cheveux,
Cueillir au clair matin les roses de l’amour,
Roses du temps lointain si rares de nos jours,

Où la main dans la main, le coeur en bandoulière,
Nous gravissions ravis, tout un ciel de lumière,
Etincelle de joie, flamme de l’espérance
Qui consume aujourd’hui des bribes de silence.

Rimbaud ! Où êtes-vous ? Où êtes-vous Verlaine ?
Vos rimes se sont tues aux berges de la Seine
Et les amants d’un jour n’aiment plus vous chanter.

Mais parfois, doucement quelque âme sans pays,
Effeuillant vos sonnets aux ombres de la nuit,
De vos mélancolies recueille les regrets
.”   Solange Chennahi

Il a dit « La prochaine fois que je te vois, je te bute » les yeux pleins de rage.
T’avais ton éternelle cigarette au bout des lèvres et ce regard dans le vent. Tu te mures dans le silence.
Ça le met hors de lui. Tu persistes.
« J’irai bousiller chacun de tes moments de bonheur, tu te débarrasseras pas de moi comme ça ».
Merde, tu sais pas où t’as foutu ton unique feu. Tu lèves les yeux au ciel. Il t’agrippe le cou. Tu sens l’air se raréfier. Mais tu ne réagis pas. T’es ailleurs. Il te relâche. Cogne le mur. Tu te masses la gorge. Tu reprends ton souffle.
« J’ai rarement croisé une sombre merde comme toi, tu le sais ? ».
Tu tais ton envie sarcastique de réponse. Tu tiens quand même à ta sale gueule. Il s’en va.
« T’as perdu, si tu t’attaches » qu’il osait dire ce bouffon.

–  Je savais pas qu’on pouvait tromper un plan cul. –

j'ai envie de légèreté, de petite robe qui vole dans le vent, de feu de joie, de danser ivre sur la plage, de musique très fort, de paysage qui défile, de petit village, de la mer (océan mer), des étoiles dans le ciel infini tard le soir au bout de la digue, de vieil appareil photo à pellicule, d'échappée loin de la ville - me sentir libre.

Il fallait comprendre qu'on ne doit pas manger tout à la fois, donner tout ce qu'on a dans ses poches au mendiant qu'on rencontre, courir, courir dans le vent jusqu'à ce qu'on tombe par terre et boire quand on a chaud et se baigner quand il est trop tôt ou trop tard mais juste pas quand on en a envie ! Comprendre. Toujours comprendre. Je comprendrai quand je serai vieille.
—  Antigone, Anouilh