cuesmes

Quello che uno ha dentro traspare anche al di fuori. Uno ha un grande fuoco nel suo cuore e nessuno viene mai a scaldarcisi vicino, e i passanti non vedono che un poco di fumo in cima al camino, e poi se ne vanno per la loro strada. E ora che fare, mantenere quel fuoco interno, attendere pazientemente eppur con tanta impazienza, attendere il momento in cui qualcuno vorrà sedersi davanti e magari fermarsi?
—  Vincent Van Gogh, lettera a Theo Van Gogh, [Cuesmes] luglio 1880
4

“Motivé, motivé…”
Où l’on découvre comment Van Gogh est devenu Van Gogh

1879. Le jeune Vincent Van Gogh, âgé de 26 ans, débarque dans la petite ville de Cuesmes en Belgique.
Après une première carrière malheureuse comme marchand d’art, il est venu aider le pasteur local dans son travail.
Mais là encore, c’est un échec.

Vincent est complètement déprimé.
Il n’y a qu’une chose qui lui fait du bien : dessiner.
Comme il l’écrit à son frère Théo :
“Dès lors, à ce qui me semble, tout a changé pour moi… J’ai retrouvé mon calme d’esprit et l’énergie me revient de jour en jour”.
Van Gogh décide de devenir artiste.
La voilà enfin, sa vocation.

Seulement, il a tout à
apprendre.
Déterminé, Van Gogh demande à Théo de lui envoyer des ouvrages d’apprentissage du dessin.
Il lui réclame également Les travaux des champs, un recueil de gravures d’après les œuvres du peintre Jean-François Millet qu’il admire beaucoup.
Et c’est parti

Plusieurs heures par jour, le voilà penché sur ses feuilles à étudier la perspective et l’anatomie.
Pour s’entraîner, il copie et recopie les gravures de Millet. C
omme ce dessin, d’après Les Bêcheurs : il en aurait fait au moins douze copies

Ses progrès sont fulgurants. 
Son trait, d’abord maladroit, se fait plus sûr.
Le voilà qui dessine les paysages et les paysans du coin.
Et même s’il trouve progressivement son propre style, Van Gogh ne se détachera jamais tout à fait de son amour pour Millet. 
La preuve : neuf ans plus tard, il reprend à nouveau Les Bêcheurs, cette fois-ci dans un tableau.


PHOTOGRAPHIES :

1 - Jacobus Marinus Wilhelmus de Louw, Portrait de Vincent Van Gogh, 1873, Musée Van Gogh, Amsterdam

2 - Jean-François Millet, Les Bêcheurs, dans Les travaux des champs, 1855-1856, gravure, collection privée


3 - Vincent Van Gogh d'après Jean-François Millet, Les Bêcheurs, une des trois copies conservées, 1880, dessin, Artothèque de Mons


4 - Vincent Van Gogh, Les Bêcheurs, 1889, huile sur toile, Musée Stedelijk, Amsterdam
Voir en grand

@la-couleur-des-mots

E gli uomini si trovan spesso nell'impossibilità di fare qualcosa, prigionieri di non so quale gabbia orribile, orribile, spaventosamente orribile.
Non si sa sempre riconoscere che cosa è che ti rinchiude, che ti mura vivo, che sembra sotterrarti, eppure si sentono non so quali sbarre, quali muri. Tutto ciò è fantasia, immaginazione? Non credo, e poi uno si chiede: «Mio Dio, durerà molto, durerà sempre, durerà per l'eternità?».
—  Vincent Van Gogh, da una lettera al fratello Theo, Cuesmes, luglio 1880