cpqs

New Post has been published on HASSELWANDER-PR

New Post has been published on http://www.hasselwander.co.uk/lino-3d-layout-und-tactonworks-live-erleben/

Lino® 3D layout und TactonWorks live erleben

Premiere für Lino auf der SolidWorks World 2016 in Dallas, Texas – Stand #913

External image
Lino® 3D layout generiert mit SOLIDWORKS 3D-Aufstellpläne für Projektierung und Vertrieb

Lino GmbH ist erstmals als ausstellender Partner vertreten auf der SolidWorks World. Die Veranstaltung findet statt vom 31. Januar bis 3. Februar 2016 im Kay Bailey Hutchison Convention Center in Dallas, Texas, USA. Die Mainzer Lino GmbH ist ein Spezialist für Produkt- und Vertriebskonfiguration, Systemkonfiguration, Design Automation, PDM / ERP-Integration, Web 3D Visualisierung sowie Prozessautomation und entwickelt im Konfigurationsumfeld eigene „Software Made by Lino®“ Lösungen.

Besuchen Sie Lino auf Stand 913 sowie Business Partner Tacton Systems auf Stand 911 in der Partnerausstellung und erfahren Sie mehr über die SolidWorks-basierte 3D-Aufstellplanung mit Lino® 3D layout, TactonWorks Design Automation und Tactons Lösungen für CPQ und Produktkonfiguration.

TactonWorks ist direkt in SolidWorks integriert. So lässt sich die kundenspezifische Erstellung von 3D-Modellen, Zeichnungen und Stücklisten automatisieren – Aufträge können einfacher und schneller bearbeitet werden. Mit TactonWorks Design Automation verbessern SOLIDWORKS-Anwender entscheidend den Verkaufserfolg ihres Unternehmens und reduzieren die Kosten und die Zeit für die Erstellung von Angeboten von Tagen auf Minuten.

In Kombination mit Lino® 3D layout entstehen aussagekräftige 3D-Aufstellpläne, die heute für die Projektierung und den Vertrieb von Industrieanlagen benötigt werden. Mit diesen Daten ist es nur noch ein kurzer Weg zur virtuellen Inbetriebnahme von Maschinenanlagen und dem Eintauchen in die virtuelle Realität mit eigenen Händen. Keine andere Konfigurationslösung ermöglicht die nahtlose 3D-CAD-Daten-Nutzung von Konzeption über Engineering und 3D-Simulation bzw. Immersive Virtual Reality bis hin zum Vertriebsmitarbeiter oder Shop-System.

Erleben Sie Lino® 3D layout, TactonWorks sowie 3D Simulation und Immersive Virtual Reality mit der Oculus Rift-Brille auf dem Lino Stand 913 in Halle C im Rahmen der Live-Vorführungen:

Sonntag, 31. Januar18:00 Uhr
Montag, 1. Februar 12:15 Uhr | 13:00 Uhr | 16:00 Uhr | 18:30 Uhr
Dienstag, 2. Februar 12:15 Uhr | 13:00 Uhr | 16:00 Uhr
Mittwoch, 3. Februar 12:30 Uhr

SOLIDWORKS World 2016
Partner Pavilion, Stand #913, #911
Kay Bailey Hutchison Convention Center
Dallas, Texas, USA

Wir freuen uns auf Ihren Besuch!

Über Lino GmbH
Mit Software-Lösungen und Beratungsleistungen von Lino GmbH realisieren Unternehmen in den Branchen Maschinenbau und Anlagenbau durchgängige Vertriebs-, Projektierungs- und Produktentstehungsprozesse für komplexe Anforderungen mit bislang unvorstellbar großem Zeitvorteil und Einsparpotenzial. Der Schwerpunkt liegt auf Technologie-Beratung, Produkt- und Vertriebskonfiguration, Design Automation, Prozessautomation, 3D-CAD, 3D-Rendering und Daten-Klassifikation sowie „Software Made by Lino“ zur Integration mit Applikationen aus den Bereichen CAD, KBE, PDM, CRM, ERP, WEB und mobile Endgeräte. Lino ist autorisierter Tacton Vertriebs- und Service-Partner, Microsoft Silver Application Development Partner und SOLIDWORKS Solution Partner.
www.lino.de
www.facebook.com/LinoGmbH
www.twitter.com/LinoGmbH

Lino ist ein eingetragenes Warenzeichen der Lino GmbH. Alle anderen Marken und Produktbezeichnungen sind Warenzeichen oder eingetragene Warenzeichen der jeweiligen Rechtsinhaber. © 2015 Lino GmbH

Firmenkontakt
Lino GmbH
Michael Kilian
Erthalstrasse 1
55118 Mainz
+49 (6131) 32785-10
+49 (6131) 32785-11
info@lino.de
http://www.lino.de

Pressekontakt
Lino GmbH
Michael Kilian
Erthalstrasse 1
55118 Mainz
+49 (6131) 32785-15
+49 (6131) 32785-11
pr@lino.de
http://www.lino.de

deluxeloy asked:

☄ It would be rude to not let Phoenix talk back. Versus Zia and Zulf, go!

Normal Battle Theme: https://www.youtube.com/watch?v=XecQ5ppJZU0
Boss Battle Theme: https://www.youtube.com/watch?v=oO70K3W-cPQ
Battle Start:
(@ Zulf) “You may try to inflict pain upon me. That won’t happen.”
Taunt: “I have more important things to spend my Afterlife on. Neither of you are even remotely worth my time.”
Taunt Reaction: (@ Zia)“… Which hand do you write with? Because that’s the one I’ll be removing.”
Special Attack: “Let’s see how long both of you can last without Oxygen.”
Critical Hit Inflicted: (@ Zulf) “I hope that hurt. If it didn’t, I’m clearly not trying hard enough.”
Critical Hit Received: “Nnuff… I almost felt that. Almost.”
Half HP: (@ Zulf) “That was careless of me. I won’t allow for it again.”  
Half MP/Skill Points: (@ Zai) “I don’t have the time to waste on your Bullshit.”
Tie: (@ Both) “… Well this is awkward… Just give me 15 minutes and we’ll try this again.”
Victory: (@ Both) “Clearly the numbers were not in your favor.”
Perfect Victory: (@ Both) “If either of you threaten my existence again I’ll kill you both and personally drag your Spirits to Hell. Have I made myself clear?”
Victory Dance Fanfare: “Hmph.” -Vanishes-
Defeat: “Fegh… My Tailor is going to be greatly unimpressed with this…”
Total Defeat: “… You can’t kill what is already dead…”
Items Dropped When Defeated: Wallet filled with $50 and some Family Photos, Sewing Kit, his Banette suit, and a corrupted Banettite. 

3Novices:5 Cloud Service Provider Predictions For 2016: Analytics, CRM & CPQ Accelerate Sales

3Novices:5 Cloud Service Provider Predictions For 2016: Analytics, CRM & CPQ Accelerate Sales

Bottom line: The fastest path to greater sales and profits for cloud service providers in 2016 will be in delivering analytics, CRM, and CPQ apps that fuel new sales in their customers’ revenue pipelines, proving they can quickly deliver results.
http://ift.tt/1P4q5VD
#3Novices #News #OnlineMedia #Asia #Business 3Novices

View On WordPress

/R E P R I S E -- Un gouvernement, trois priorités: l'économie, l'économie et l'économie/

MONTRÉAL, le 8 févr. 2016 /CNW Telbec/ - À la veille de la réouverture de l'Assemblée nationale et dans la perspective d'un nouveau budget, le CPQ (Conseil du patronat du Québec) invite le gouvernement à s'approprier trois pistes de réflexion, afin de renouer avec l'enjeu de l'heure: la relance économique du Québec !

« Avec son récent remaniement ministériel, le premier ministre a voulu ouvrir un nouveau chapitre de son gouvernement en réponse à la léthargie de l'économie québécoise, une situation qui inquiète le milieu des affaires depuis quelque temps. La conjoncture économique mondiale et ses tendances lourdes nous rappellent par contre le besoin de passer en deuxième vitesse dans plusieurs volets », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

Priorité #1: un discours inclusif, mobilisateur et positif

Le CPQ rappelle que stimuler l'économie signifie avant tout de savoir mobiliser ses acteurs et donner aux investisseurs et aux entrepreneurs les moyens de leurs ambitions. Le gouvernement ne devra ménager aucun effort pour raviver le goût de la réussite et pour susciter davantage d'investissements privés dans tous les secteurs de l'économie. Il doit s'engager de façon cohérente pour favoriser un environnement d'affaires stable et prévisible, qui n'est pas sujet aux saveurs du jour, mais qui découle d'une volonté d'offrir un terreau fertile et durable pour la prospérité actuelle et future.

« Le développement économique doit redevenir rassembleur, inclusif et attrayant, autant pour les investisseurs et les entreprises que pour l'ensemble des Québécois, qui doivent renouer sans complexe avec la fierté de prospérer! », de poursuivre Yves-Thomas Dorval.

Priorité #2: stimuler par l'innovation et la formation

Le gouvernement doit mettre en place des stratégies concrètes et concertées autour de certains piliers incontournables s'il veut répondre aux besoins des secteurs à fort potentiel de création de valeur.

« Il est temps que le Québec saute à pieds joints dans la quatrième révolution industrielle. Il doit entreprendre un virage dans plusieurs domaines s'il veut affirmer son leadership; pensons au développement et à l'innovation technologique, à l'avènement de l'économie numérique et de ses nouveaux modèles de conception, de production et de partage, à l'implantation de modes de gestion qui tiennent compte des exigences des générations montantes, ou encore à la transition vers une économie plus sobre en carbone », déclare Yves-Thomas Dorval.

En premier lieu, il doit miser sur l'éducation, et cela inclut l'éducation financière et économique. Du primaire à l'université, c'est ici que se bâtit l'avenir de notre société et où devra se former une main-d'oeuvre de qualité qui pourra répondre rapidement et efficacement aux besoins du marché du travail dans un contexte démographique vieillissant.

Ensuite, le nouveau ministère de l'Économie, désormais responsable des Sciences et de l'Innovation ainsi que de la Stratégie numérique, devra agir comme un lieu de convergence pour allier le développement économique aux défis technologiques contemporains, et ce, en favorisant davantage l'action conjointe des universités avec des entreprises.

Enfin, les ministères de l'Énergie et des Ressources Naturelles, des Transports et des Affaires Municipales devront jouer un rôle éminemment stratégique dans les discussions entourant les projets majeurs d'infrastructure, dans le contexte de réinvestissement fédéral annoncé et face à l'adaptation aux changements climatiques.

Priorité #3: moderniser l'État

Tout en gardant le cap sur son objectif d'équilibre budgétaire, le CPQ encourage le gouvernement à poursuivre les efforts de réduction du fardeau fiscal des particuliers et des entreprises, ainsi qu'en matière d'allégement réglementaire. Par contre, il reste fort à faire pour moderniser la machine étatique et soulager son appareil bureaucratique. Le gouvernement devra accepter de moderniser en profondeur ses processus et ses réseaux, notamment en ce qui concerne les approvisionnements, en conjuguant aux valeurs du public, la souplesse et l'efficacité du privé.

« Nous avons le devoir collectif de nous engager dans une promesse à l'égard des générations futures, soit prospérer sans nuire à leur capacité d'en faire de même. Et l'innovation n'est pas que technologique - elle est sociale, réglementaire, politique, financière, fiscale, économique… Mais le gouvernement ne pourra répondre aux exigences et aux défis de notre époque qu'en tendant une oreille très attentive aux entreprises et aux employeurs, s'il veut se donner les moyens de réaliser sa promesse d'une société meilleure et plus prospère », de conclure Yves-Thomas Dorval.

Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit aussi la vaste majorité des associations patronales sectorielles, ce qui en fait la seule confédération patronale du Québec. Il représente directement et indirectement plus de 75 000 employeurs de toutes tailles, tant du secteur privé que public, ayant des activités au Québec.

SOURCE Conseil du patronat du Québec

Vente de Rona: réaction d'optimisme prudent

MONTRÉAL - Le milieu des affaires accueille avec un optimisme prudent l'acquisition de Rona par le géant américain Lowe’s, alors que les syndicats représentant ses employés ne cachent pas leur inquiétude.

Mais même dans les milieux d'affaires, ce n'est pas sans un pincement de coeur que l'on a vu la chaîne de quincailleries passer à des mains américaines.

«C'est toujours triste de voir qu'une entreprise qui est issue de notre coin, du Québec, ultimement par son succès, devient tellement attirante qu'il y a des offres qui se font de l'extérieur», a admis le président du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval.

«Mais c'est la réalité du marché international des capitaux», a-t-il laissé tomber avec résignation, une attitude partagée par la présidente de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand.

«Nous vivons dans un univers d'économie mondiale. Nous avons des entreprises d'ici au Québec qui gagnent du terrain dans d'autres juridictions. Il faut accepter l'inverse», a-t-elle dit en marge d'une conférence de presse sur un autre sujet.

Les dirigeants des deux regroupements ont toutefois beaucoup insisté sur l'occasion que représente cette transaction pour les fournisseurs québécois de Rona, qui voient tout à coup les portes de Lowe’s s'ouvrir aux États-Unis.

«(Il faut) faire en sorte que nos fournisseurs soient assez performants pour (…) qu'ils deviennent fournisseurs de Lowe’s de façon plus globale et qu'ils gagnent de nouveaux marchés», a fait valoir Mme Bertrand.

«Pour eux, c'est tout à coup une ouverture extraordinaire pour continuer à se développer», a-t-elle soutenu.

À l'opposé, le risque que les fournisseurs américains de Lowe’s — dont certains ont des capacités de production considérables — viennent s'imposer sur les tablettes des magasins Rona au détriment de leurs compétiteurs québécois est tout aussi réel, et le président de Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ), Éric Tétrault, a l'intention d'en discuter de vive voix avec l'acheteur.

«Nous avons offert à Lowe’s d'avoir une rencontre bientôt pour leur parler de ça. Ce que je voudrais, c'est que la plupart des manufacturiers québécois, qui ont la capacité de soutenir une chaîne comme celle-là, soient capables de travailler avec Lowe’s. Je n'ai pas de raison d'être inquiet à l'heure actuelle, mais j'aimerais les rencontrer», a-t-il confié.

Par contre, les craintes de voir le siège social devenir une coquille vide ne semble inquiéter personne, du moins à court terme.

«Les “jobs” restent au Québec, les magasins restent ouverts, moi je n'ai pas de craintes», a déclaré avec assurance M. Tétrault.

Son vis-à-vis du CPQ s'est aussi dit rassuré par les engagements pris par Lowe’s de maintenir un siège social canadien pour les activités de ce côté de la frontière, mais il a apporté une nuance: «Il n'y a pas de garantie à vie pour ces choses-là», a dit M. Dorval, tout en faisant valoir que Lowe’s pourrait aussi grandement bénéficier de l'expérience, de l'expertise et des compétences de Rona dans son secteur.

Du côté syndical, l'inquiétude est beaucoup plus vive.

Le syndicat des Teamsters, qui représente plus de 2000 employés de Rona, a rappelé par communiqué qu'une première tentative de prise de contrôle par Lowe’s, en 2012, s'était heurtée à l'opposition du ministre des Finances de l'époque, Raymond Bachand.

Le président de la section locale 1999 des Teamsters, Serge Bérubé, dit avoir rencontré mercredi la nouvelle direction de l'entreprise et l'avoir avertie que le syndicat sera «très vigilant en ce qui a trait aux emplois» et ce, «malgré que la société américaine ait indiqué dans un communiqué de presse vouloir conserver la vaste majorité des emplois».

M. Bérubé note toutefois qu'«à ce stade-ci, rien n'indique que la transaction aura des répercussions sur les activités de Rona».

De son côté, la Fédération du commerce de la CSN, qui représente quelque 500 travailleurs de Rona, dit qu'il faudra s'assurer «que l'acquéreur respecte sa parole», en ce qui a trait au maintien des bannières et du siège social.

Dans un communiqué, le président de la Fédération, Serge Fournier, s'est demandé si «à terme (…) Lowe’s va bel et bien garder la vaste majorité des employés actuels à son service comme elle le prétend?»

M. Fournier entend s'assurer que Lowe’s «respecte les conditions de travail» de ses membres et «continue à entretenir le bon climat de travail» qui existe entre le syndicat et Rona.

Vente de Rona: les gens d'affaires sont optimistes, les syndicats sont inquiets

MONTRÉAL - Le milieu des affaires accueille avec un optimisme prudent l'acquisition de Rona par le géant américain Lowe’s, alors que les syndicats représentant ses employés ne cachent pas leur inquiétude.

Mais même dans les milieux d'affaires, ce n'est pas sans un pincement de coeur que l'on a vu la chaîne de quincailleries passer à des mains américaines.

«C'est toujours triste de voir qu'une entreprise qui est issue de notre coin, du Québec, ultimement par son succès, devient tellement attirante qu'il y a des offres qui se font de l'extérieur», a admis le président du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval.

«Mais c'est la réalité du marché international des capitaux», a-t-il laissé tomber avec résignation, une attitude partagée par la présidente de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand.

«Nous vivons dans un univers d'économie mondiale. Nous avons des entreprises d'ici au Québec qui gagnent du terrain dans d'autres juridictions. Il faut accepter l'inverse», a-t-elle dit en marge d'une conférence de presse sur un autre sujet.

Les dirigeants des deux regroupements ont toutefois beaucoup insisté sur l'occasion que représente cette transaction pour les fournisseurs québécois de Rona, qui voient tout à coup les portes de Lowe’s s'ouvrir aux États-Unis.

«(Il faut) faire en sorte que nos fournisseurs soient assez performants pour (…) qu'ils deviennent fournisseurs de Lowe’s de façon plus globale et qu'ils gagnent de nouveaux marchés», a fait valoir Mme Bertrand.

«Pour eux, c'est tout à coup une ouverture extraordinaire pour continuer à se développer», a-t-elle soutenu.

À l'opposé, le risque que les fournisseurs américains de Lowe’s — dont certains ont des capacités de production considérables — viennent s'imposer sur les tablettes des magasins Rona au détriment de leurs compétiteurs québécois est tout aussi réel, et le président de Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ), Éric Tétrault, a l'intention d'en discuter de vive voix avec l'acheteur.

«Nous avons offert à Lowe’s d'avoir une rencontre bientôt pour leur parler de ça. Ce que je voudrais, c'est que la plupart des manufacturiers québécois, qui ont la capacité de soutenir une chaîne comme celle-là, soient capables de travailler avec Lowe’s. Je n'ai pas de raison d'être inquiet à l'heure actuelle, mais j'aimerais les rencontrer», a-t-il confié.

Par contre, les craintes de voir le siège social devenir une coquille vide ne semble inquiéter personne, du moins à court terme.

«Les “jobs” restent au Québec, les magasins restent ouverts, moi je n'ai pas de craintes», a déclaré avec assurance M. Tétrault.

Son vis-à-vis du CPQ s'est aussi dit rassuré par les engagements pris par Lowe’s de maintenir un siège social canadien pour les activités de ce côté de la frontière, mais il a apporté une nuance: «Il n'y a pas de garantie à vie pour ces choses-là», a dit M. Dorval, tout en faisant valoir que Lowe’s pourrait aussi grandement bénéficier de l'expérience, de l'expertise et des compétences de Rona dans son secteur.

Du côté syndical, l'inquiétude est beaucoup plus vive.

Le syndicat des Teamsters, qui représente plus de 2000 employés de Rona, a rappelé par communiqué qu'une première tentative de prise de contrôle par Lowe’s, en 2012, s'était heurtée à l'opposition du ministre des Finances de l'époque, Raymond Bachand.

Le président de la section locale 1999 des Teamsters, Serge Bérubé, dit avoir rencontré mercredi la nouvelle direction de l'entreprise et l'avoir avertie que le syndicat sera «très vigilant en ce qui a trait aux emplois» et ce, «malgré que la société américaine ait indiqué dans un communiqué de presse vouloir conserver la vaste majorité des emplois».

M. Bérubé note toutefois qu'«à ce stade-ci, rien n'indique que la transaction aura des répercussions sur les activités de Rona».

De son côté, la Fédération du commerce de la CSN, qui représente quelque 500 travailleurs de Rona, dit qu'il faudra s'assurer «que l'acquéreur respecte sa parole», en ce qui a trait au maintien des bannières et du siège social.

Dans un communiqué, le président de la Fédération, Serge Fournier, s'est demandé si «à terme (…) Lowe’s va bel et bien garder la vaste majorité des employés actuels à son service comme elle le prétend?»

M. Fournier entend s'assurer que Lowe’s «respecte les conditions de travail» de ses membres et «continue à entretenir le bon climat de travail» qui existe entre le syndicat et Rona.

Un gouvernement, trois priorités: l'économie, l'économie et l'économie

MONTRÉAL, le 8 févr. 2016 /CNW Telbec/ - À la veille de la réouverture de l'Assemblée nationale et dans la perspective d'un nouveau budget, le CPQ (Conseil du patronat du Québec) invite le gouvernement à s'approprier trois pistes de réflexion, afin de renouer avec l'enjeu de l'heure: la relance économique du Québec !

« Avec son récent remaniement ministériel, le premier ministre a voulu ouvrir un nouveau chapitre de son gouvernement en réponse à la léthargie de l'économie québécoise, une situation qui inquiète le milieu des affaires depuis quelque temps. La conjoncture économique mondiale et ses tendances lourdes nous rappellent par contre le besoin de passer en deuxième vitesse dans plusieurs volets », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

Priorité #1: un discours inclusif, mobilisateur et positif

Le CPQ rappelle que stimuler l'économie signifie avant tout de savoir mobiliser ses acteurs et donner aux investisseurs et aux entrepreneurs les moyens de leurs ambitions. Le gouvernement ne devra ménager aucun effort pour raviver le goût de la réussite et pour susciter davantage d'investissements privés dans tous les secteurs de l'économie. Il doit s'engager de façon cohérente pour favoriser un environnement d'affaires stable et prévisible, qui n'est pas sujet aux saveurs du jour, mais qui découle d'une volonté d'offrir un terreau fertile et durable pour la prospérité actuelle et future.

« Le développement économique doit redevenir rassembleur, inclusif et attrayant, autant pour les investisseurs et les entreprises que pour l'ensemble des Québécois, qui doivent renouer sans complexe avec la fierté de prospérer! », de poursuivre Yves-Thomas Dorval.

Priorité #2: stimuler par l'innovation et la formation

Le gouvernement doit mettre en place des stratégies concrètes et concertées autour de certains piliers incontournables s'il veut répondre aux besoins des secteurs à fort potentiel de création de valeur.

« Il est temps que le Québec saute à pieds joints dans la quatrième révolution industrielle. Il doit entreprendre un virage dans plusieurs domaines s'il veut affirmer son leadership; pensons au développement et à l'innovation technologique, à l'avènement de l'économie numérique et de ses nouveaux modèles de conception, de production et de partage, à l'implantation de modes de gestion qui tiennent compte des exigences des générations montantes, ou encore à la transition vers une économie plus sobre en carbone », déclare Yves-Thomas Dorval.

En premier lieu, il doit miser sur l'éducation, et cela inclut l'éducation financière et économique. Du primaire à l'université, c'est ici que se bâtit l'avenir de notre société et où devra se former une main-d'oeuvre de qualité qui pourra répondre rapidement et efficacement aux besoins du marché du travail dans un contexte démographique vieillissant.

Ensuite, le nouveau ministère de l'Économie, désormais responsable des Sciences et de l'Innovation ainsi que de la Stratégie numérique, devra agir comme un lieu de convergence pour allier le développement économique aux défis technologiques contemporains, et ce, en favorisant davantage l'action conjointe des universités avec des entreprises.

Enfin, les ministères de l'Énergie et des Ressources Naturelles, des Transports et des Affaires Municipales devront jouer un rôle éminemment stratégique dans les discussions entourant les projets majeurs d'infrastructure, dans le contexte de réinvestissement fédéral annoncé et face à l'adaptation aux changements climatiques.

Priorité #3: moderniser l'État

Tout en gardant le cap sur son objectif d'équilibre budgétaire, le CPQ encourage le gouvernement à poursuivre les efforts de réduction du fardeau fiscal des particuliers et des entreprises, ainsi qu'en matière d'allégement réglementaire. Par contre, il reste fort à faire pour moderniser la machine étatique et soulager son appareil bureaucratique. Le gouvernement devra accepter de moderniser en profondeur ses processus et ses réseaux, notamment en ce qui concerne les approvisionnements, en conjuguant aux valeurs du public, la souplesse et l'efficacité du privé.

« Nous avons le devoir collectif de nous engager dans une promesse à l'égard des générations futures, soit prospérer sans nuire à leur capacité d'en faire de même. Et l'innovation n'est pas que technologique - elle est sociale, réglementaire, politique, financière, fiscale, économique… Mais le gouvernement ne pourra répondre aux exigences et aux défis de notre époque qu'en tendant une oreille très attentive aux entreprises et aux employeurs, s'il veut se donner les moyens de réaliser sa promesse d'une société meilleure et plus prospère », de conclure Yves-Thomas Dorval.

Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit aussi la vaste majorité des associations patronales sectorielles, ce qui en fait la seule confédération patronale du Québec. Il représente directement et indirectement plus de 75 000 employeurs de toutes tailles, tant du secteur privé que public, ayant des activités au Québec.

SOURCE Conseil du patronat du Québec

Vente de Rona: réaction d'optimisme prudent

MONTRÉAL - Le milieu des affaires accueille avec un optimisme prudent l'acquisition de Rona par le géant américain Lowe’s, alors que les syndicats représentant ses employés ne cachent pas leur inquiétude.

Mais même dans les milieux d'affaires, ce n'est pas sans un pincement de coeur que l'on a vu la chaîne de quincailleries passer à des mains américaines.

«C'est toujours triste de voir qu'une entreprise qui est issue de notre coin, du Québec, ultimement par son succès, devient tellement attirante qu'il y a des offres qui se font de l'extérieur», a admis le président du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval.

«Mais c'est la réalité du marché international des capitaux», a-t-il laissé tomber avec résignation, une attitude partagée par la présidente de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand.

«Nous vivons dans un univers d'économie mondiale. Nous avons des entreprises d'ici au Québec qui gagnent du terrain dans d'autres juridictions. Il faut accepter l'inverse», a-t-elle dit en marge d'une conférence de presse sur un autre sujet.

Les dirigeants des deux regroupements ont toutefois beaucoup insisté sur l'occasion que représente cette transaction pour les fournisseurs québécois de Rona, qui voient tout à coup les portes de Lowe’s s'ouvrir aux États-Unis.

«(Il faut) faire en sorte que nos fournisseurs soient assez performants pour (…) qu'ils deviennent fournisseurs de Lowe’s de façon plus globale et qu'ils gagnent de nouveaux marchés», a fait valoir Mme Bertrand.

«Pour eux, c'est tout à coup une ouverture extraordinaire pour continuer à se développer», a-t-elle soutenu.

À l'opposé, le risque que les fournisseurs américains de Lowe’s — dont certains ont des capacités de production considérables — viennent s'imposer sur les tablettes des magasins Rona au détriment de leurs compétiteurs québécois est tout aussi réel, et le président de Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ), Éric Tétrault, a l'intention d'en discuter de vive voix avec l'acheteur.

«Nous avons offert à Lowe’s d'avoir une rencontre bientôt pour leur parler de ça. Ce que je voudrais, c'est que la plupart des manufacturiers québécois, qui ont la capacité de soutenir une chaîne comme celle-là, soient capables de travailler avec Lowe’s. Je n'ai pas de raison d'être inquiet à l'heure actuelle, mais j'aimerais les rencontrer», a-t-il confié.

Par contre, les craintes de voir le siège social devenir une coquille vide ne semble inquiéter personne, du moins à court terme.

«Les “jobs” restent au Québec, les magasins restent ouverts, moi je n'ai pas de craintes», a déclaré avec assurance M. Tétrault.

Son vis-à-vis du CPQ s'est aussi dit rassuré par les engagements pris par Lowe’s de maintenir un siège social canadien pour les activités de ce côté de la frontière, mais il a apporté une nuance: «Il n'y a pas de garantie à vie pour ces choses-là», a dit M. Dorval, tout en faisant valoir que Lowe’s pourrait aussi grandement bénéficier de l'expérience, de l'expertise et des compétences de Rona dans son secteur.

Du côté syndical, l'inquiétude est beaucoup plus vive.

Le syndicat des Teamsters, qui représente plus de 2000 employés de Rona, a rappelé par communiqué qu'une première tentative de prise de contrôle par Lowe’s, en 2012, s'était heurtée à l'opposition du ministre des Finances de l'époque, Raymond Bachand.

Le président de la section locale 1999 des Teamsters, Serge Bérubé, dit avoir rencontré mercredi la nouvelle direction de l'entreprise et l'avoir avertie que le syndicat sera «très vigilant en ce qui a trait aux emplois» et ce, «malgré que la société américaine ait indiqué dans un communiqué de presse vouloir conserver la vaste majorité des emplois».

M. Bérubé note toutefois qu'«à ce stade-ci, rien n'indique que la transaction aura des répercussions sur les activités de Rona».

De son côté, la Fédération du commerce de la CSN, qui représente quelque 500 travailleurs de Rona, dit qu'il faudra s'assurer «que l'acquéreur respecte sa parole», en ce qui a trait au maintien des bannières et du siège social.

Dans un communiqué, le président de la Fédération, Serge Fournier, s'est demandé si «à terme (…) Lowe’s va bel et bien garder la vaste majorité des employés actuels à son service comme elle le prétend?»

M. Fournier entend s'assurer que Lowe’s «respecte les conditions de travail» de ses membres et «continue à entretenir le bon climat de travail» qui existe entre le syndicat et Rona.

PROS Configure-Price-Quote with Predictive Pricing for Microsoft Dynamics CRM

PROS Configure-Price-Quote with Predictive Pricing for Microsoft Dynamics CRM

External image

PROS Configure-Price-Quote with Predictive Pricing for Microsoft Dynamics CRM : PROS Cameleon CPQ for Microsoft Dynamics CRM is an enterprise-class CPQ (configure-price-quote) product with PROS

New Post has been published on http://www.predictiveanalyticstoday.com/pros-configure-price-quote-with-predictive-pricing-for-microsoft-dynamics-crm/?%SNAP%

阪神メッセ“新入り”ヘイグに「リアルラーメンを教えてやるよ」
External image

1: 名無しさん@おーぷん 2016/01/31(日)15:39:55 ID:CpQ 阪神メッセ“新入り”ヘイグに「リアルラーメンを教えてやるよ」  29日に来日した阪神のランディ・メッセンジャー投手(34)が30日、甲子園の室内で自主トレを行い、外国人選手のリーダー役に意欲を見せた。マートンの退団で、外国人選手最年長であり在籍年数も最長に。キャンプでも積極的に食事会を開き、先輩としてアシストしていく考えだ。  「日本で7年目だから、聞いてくれれば、いいアドバイスはできると思うよ」  この日、甲子園に6人の外国人選手が初めて全員集まった。早速31日には沖縄で外国人選手でランチに出掛ける予定だが、その後も「(食事会は)考えている。(中南米の選手は)メキシコ料理が好きだろうし、焼き鳥でも連れて行くよ」と力を込めた。…

View On WordPress

3Novices:5 Cloud Service Provider Predictions For 2016: Analytics, CRM & CPQ Accelerate Sales

3Novices:5 Cloud Service Provider Predictions For 2016: Analytics, CRM & CPQ Accelerate Sales

Bottom line: The fastest path to greater sales and profits for cloud service providers in 2016 will be in delivering analytics, CRM, and CPQ apps that fuel new sales in their customers’ revenue pipelines, proving they can quickly deliver results.
http://ift.tt/1P4q5VD
#3Novices #News #OnlineMedia #Asia #Technology 3Novices

View On WordPress

3Novices:5 Cloud Service Provider Predictions For 2016: Analytics, CRM & CPQ Accelerate Sales

3Novices:5 Cloud Service Provider Predictions For 2016: Analytics, CRM & CPQ Accelerate Sales

Bottom line: The fastest path to greater sales and profits for cloud service providers in 2016 will be in delivering analytics, CRM, and CPQ apps that fuel new sales in their customers’ revenue pipelines, proving they can quickly deliver results. 2016 is going to the year where the highest-performing Cloud Service […]
http://ift.tt/1P4q5VD
#3Novices #News #OnlineMedia 3Novices

View On WordPress

Les nouveaux ministres attendus de pied ferme

MONTRÉAL - Les nouveaux ministres du gouvernement Couillard ont été accueillis avec scepticisme par les uns et avec satisfaction par les autres. Le premier ministre Philippe Couillard a procédé jeudi à une redistribution importante des rôles dans son cabinet, et les représentants des entreprises, des syndicats et de l'éducation, notamment, ont rapidement tenu à rappeler leurs revendications à ceux qui deviendront leurs vis-à-vis aux tables de négociations.

Conseil du patronat du Québec: Le CPQ salue la nomination de Dominique Anglade, nouvelle ministre de l'Économie, des Sciences et de l’Innovation et responsable de la Stratégie numérique. «Nous sommes confiants que Mme Anglade saura piloter le portefeuille économique du Québec avec le même dynamisme qu’elle a su démontrer à la tête de Montréal International», a affirmé Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

———

Fédération canadienne de l’entreprise indépendante: La FCEI dit accueillir les nouveaux ministres avec satisfaction, surtout Lise Thériault, la ministre responsable des Petites et Moyennes Entreprises. «Nous avons eu l'occasion de travailler avec Mme Thériault dans plusieurs dossiers au cours des dernières années. C'est une femme d'action qui connaît très bien les enjeux et la réalité des PME», a déclaré Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI.

———

Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec: La FTQ souhaite que ce nouveau conseil des ministres puisse «ouvrir un véritable dialogue social». Elle semble satisfaite de la nomination de François Blais au ministère de l'Emploi, mais elle «a des réserves» sur le nouveau ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, avec qui les négociations «avaient été longues et ardues» lorsqu'il était président du Conseil du trésor.

———

Fédération des policiers et policières municipaux du Québec: La FPMQ commente moins la nomination de Martin Coiteux à la tête de la Sécurité publique que le mandat qui lui a été confié, soit de fusionner le ministère des Affaires municipales et celui de la Sécurité publique. «Bien que la FPMQ ait plusieurs réserves concernant les coûts et l'opérationnalisation de ce mandat, nous offrons notre collaboration pleine et entière au nouveau ministre», a indiqué le président de la Fédération, Denis Côté.

———

Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec: La FNEEQ-CSN a déploré l'arrivée d'un nouveau ministre de l'Éducation, Pierre Moreau, «qui trahit la difficulté du gouvernement libéral d'accorder toute l'importance que requiert ce secteur et son manque de vision pour l'éducation au Québec», selon la présidente du syndicat, Caroline Senneville.

———

Fédération autonome de l'enseignement: La FAE a écrit seulement une seule ligne dans son communiqué de réaction: «Cette fois-ci doit être la bonne». Pierre Moreau est le troisième ministre de l'Éducation en deux ans.

———

Fédérations des commissions scolaires du Québec: La FCSQ semble plutôt satisfaite du nouveau ministre Pierre Moreau, qui «a démontré beaucoup de leadership dans ses fonctions ministérielles précédentes». La présidente Josée Bouchard demande toutefois de suspendre les travaux concernant le projet de loi 86 sur la refonte des commissions scolaires en attendant que M. Moreau «se familiarise avec le réseau de l'éducation».

———

Association québécoise des CPE: L'AQCPE, qui avait eu beaucoup de difficulté avec l'ex-ministre responsable des Centres de la petite enfance, Francine Charbonneau, estime que la nomination d'un nouveau ministre, Sébastien Proulx, «envoie le signal qu'un coup de barre majeur s'imposait», a dit Louis Senécal, président-directeur général de l'AQCPE.

———

Union des municipalités du Québec: L'UMQ a assuré son «entière collaboration» au nouveau ministre Martin Coiteux. «La présidente (Suzanne Roy) est heureuse de pouvoir compter sur un ministre d'expérience», indique le communiqué, qui salue également la contribution de l'ancien ministre Pierre Moreau.

———

Ville de Québec: Le maire Régis Labeaume s'est réjoui que des députés de la grande région de Québec deviennent des poids lourds au cabinet, dont le nouveau président du Conseil du trésor, Sam Hamad: «La reconnaissance dont le premier ministre lui fait preuve aujourd'hui (…) démontre que la région de Québec est prioritaire pour le gouvernement».