coup-de-soleil

J'ai "bonne mine"

Les seules fois où quelqu’un (ma mère) me dit que j’ai bonne mine, c’est quand j’ai des coups de soleil sur le visage. 
Chouette. 
Je voudrais bien le prendre comme un compliment, mais sourire fait mal à mes joues brûlées. 
Explication : je suis partie en BRETAGNE avec ma meilleure amie (—->Morane) et sachant que pendant les 3h de route il a plu quasiment tout le temps, je me suis dit, que le soleil ne serait pas mon problème. Hinhinhin que tu es naïve Rachel. L’univers, étant vicieux envers moi, il a fait hyper beau en Bretagne :) yeaaah… J’ai profité du soleil blahblahblah mais arrivée à la voiture pour rentrer, à Morane de me faire remarquer que (seulement) mon épaule droite est rouge. 
Chouette. 
Maintenant, non seulement je suis brûlée, mais le côté droit de mon corps est rouge et le gauche est toujours aussi blanc. Car oui, ce qui était parti de mon épaule s’est “propagé” (comme dirait Morane) sur tout mon bras et mon visage. Double-face, c’est moi. Je ressemble au drapeau de Monaco ou de l’Alsace ou de l’Indonésie (à l’horizontale). 
Chouette.
Heureusement Morane a su me réconforter avec cette sublime phrase : “au moins on voit que t’as profité du soleil”… Hinhinhin, effet inverse. 
Eeeeet non, ces jolies couleurs rouges ne se transformeront pas en magifique bronzage. Non, je n’appartiens pas à cette catégorie de personnes privilégiées, non…non…non :)
Du positif dans tout cela, E-CO-NO-MIE de Blush. Pour une semaine je n’en mets plus que sur 1 joue. 

Le top des idées reçues sur la protection solaire

Kristin Booker

Quand le soleil tape fort, nous faisons généralement preuve de bon sens en mettant (et remettant) de la crème mais il y a énormément d’idées fausses à propos de la protection solaire. Pour que nous puissions tous passer un bel été en sécurité, nous avons demandé au Dr Alicia Barba, dermatologue, et au professeur Stephen Lynch, du département de Recherche & Développement chez SkinCeuticals, de rétablir la vérité sur quelques fausses idées concernant la protection solaire.

Il ne faut pas croire ces idées reçues sur la protection solaire. (Photo : David Burton / Trunk Archive)

Idée reçue : les peaux sombres n’ont pas besoin de protection solaire/ne peuvent pas développer un mélanome

Cela peut paraître bizarre mais cette idée fausse entraîne beaucoup de dégâts. « Les peaux plus foncées sont moins sujettes au cancer de la peau mais c’est une idée reçue car cela signifie que les symptômes sont ignorés jusqu’à ce qu’il y ait une lésion qui saigne, un stade si avancé que les chances de survie sont réduites » explique le Dr Barba qui conseille vivement, à tout le monde, peu importe la couleur de peau, d’utiliser une protection solaire et de faire contrôler sa peau régulièrement.

Idée reçue : une peau hâlée vous protège

Ceci est faux, exactement comme cette fausse idée disant qu’il suffit d’un coup de soleil pour ne plus jamais en attraper de tout l’été. Le simple fait de pouvoir bronzer ne signifie pas que vous devriez le faire. « Le hâle est une protection naturelle car vous avez été irradié » dit la dermatologue. « Cependant, cela ne minimise pas le risque de cancer de la peau et vous allez faire vieillir votre peau de façon exponentielle en vous faisant constamment bronzer ».

Idée reçue : vous n’avez pas besoin d’utiliser une crème solaire à l’intérieur

Le conseil du Dr Barba est simple : tout contact avec la lumière du soleil nécessite une protection. « Toute exposition, que ce soit depuis la fenêtre d’un bureau ou d’une voiture ou quand vous marchez d’un bâtiment à un autre, nécessite une protection solaire ».

Idée reçue : le nombre inscrit sur la crème solaire est proportionnel à la durée pendant laquelle elle agit

Encore faux ! Ce nombre n’a rien à voir avec le temps d’exposition. Il s’agit de la force de protection contre les rayons nocifs du soleil. « SPF signifie Sun Protection Factor ou facteur de protection solaire. C’est une mesure qui détermine le niveau d’énergie solaire (rayons UV) nécessaire pour développer un coup de soleil sur une peau protégée comparativement à une peau non protégée » explique le Dr Lynch. « Cela mesure la protection que fournit un produit contre les dégâts des UVB ».

Voici comment cela se calcule. Ne craignez rien, c’est simple : l’indice SPF15 permet à 1/15 de rayons UVB d’atteindre la peau. Les 14/15 restants signifient que vous êtes protégé contre 93 % des rayons UVB. Ainsi, l’indice SPF30 en bloque 97 % et l’indice SPF50 en évite 98 %.

Idée reçue : l’indice SPF du maquillage est suffisant

Songez à la quantité de crème solaire que vous appliquez sur la plage et à la façon dont vous couvrez chaque centimètre de votre peau, d’une oreille à l’autre et du cou aux cheveux. Il y a fort à parier que vous avez la main plus légère avec votre maquillage. Cela n’est donc pas suffisant. « C’est suffisant pour vous protéger lorsque vous marchez depuis votre voiture jusqu’au bureau » dit le Dr Barba. « Si vous êtes dehors plus de 15 minutes, il vous faut un SPF plus élevé et vous devez en remettre ».

Idée reçue : une application de crème solaire le matin suffit pour toute la journée

Les autres applications sont aussi importantes que la première. Selon la dermatologue, la crème solaire cesse d’agir au fur et à mesure qu’elle est atteinte par la lumière, ce qui signifie qu’il faut en remettre régulièrement pour rester protégé. « Si vous en mettez le matin et que vous restez dehors pendant 3 heures, votre protection n’est plus là ».

Idée reçue : pas besoin de crème solaire pendant les heures les moins chaudes

Selon le Dr Barba, les puissants rayons du soleil peuvent être nocifs, peu importe l’heure qu’il est. Donc, si vous êtes dehors pendant plus de 15 minutes, vous devez vous enduire d’un produit solaire. « Vous pouvez quand même prendre un coup de soleil à 8 heures ainsi qu’après 16 heures », dit-elle.

Idée reçue : une protection sur votre visage, vos bras, votre dos et vos jambes est suffisante

C’est un bon début mais notre cher docteur aimerait bien ajouter quelques zones de plus à votre stratégie de protection, comme les oreilles, le nez, les mains et le dessus des pieds. N’oubliez pas non plus votre cuir chevelu, surtout si vous avez les cheveux clairsemés ou le crâne dégarni. « Je conseille à mes patients qui perdent leurs cheveux de porter un chapeau », dit A. Barba.

Idée reçue : le mélanome n’est causé que par l’exposition au soleil

Ce n’est pas pour vous faire peur (bon, peut-être un peu…) mais le mélanome peut frapper sans exposition au soleil. C’est pourquoi un contrôle régulier de la peau est vital. « Le mélanome entre les doigts et les orteils, commun chez les personnes de couleur, est typiquement héréditaire » dit le Dr Barba. Ainsi, un contrôle régulier des grains de beauté est vital dans les endroits où le soleil ne brille pas. « L’exposition au soleil augmente le risque mais n’est pas toujours le principal facteur ».

Alors, prenez votre crème solaire et profitez du soleil mais souvenez-vous de ces conseils pour une meilleure protection. Vous pourrez profiter de nombreux étés sans tracas, de bonne humeur et en bonne santé, dans cette peau qui est la vôtre.