costard

vimeo

Voici le mini court métrage réalisé dans le cadre de mes examens de fin de première année de DMA cinéma d'animation à René Descartes.

Le contenu n'est pas très aboutit et beaucoup de choses peuvent être améliorés mais cela reste une première approche à la réalisation dans un temps très limité.


Et c’était chouette à faire, alors j’ai hâte d’en faire d’autres (mieux réalisés de préférence hein ).

my aesthetic

Ce matin comme tous les matins je prends mon tram au pied de la maison. Je m’assois pour lire (je lis debout aussi mais aujourd'hui c’est palace).

Il y a un type avec son garçon de 5 ans. Je les reconnais sans les connaître, nous prenons la même ligne aux mêmes heures, forcément ils font partie de ma vie dans le tram. Et puis je me souviens de lui, c’était au lendemain de l’impossible. Trump remportait les élections et les résultats étaient rendus officiels très tôt. Nous en parlions avec une collègue, atterrées. Il n’était pas au courant et nous a entendu, nous étions donc trois atterrés. Depuis, chaque fois que je croise ce type et son garçon je pense à Trump.

Ça me pose un cas de conscience parce qu'il a une bonne tête, mais depuis ce jour-là nous n’avons plus jamais échangé. Moi j’aimerais pas que ça m'arrive qu’on m’associe à Trump, même si je n’en saurais rien.

On fait un arrêt juste après chez moi et les contrôleurs montent. Je montre ma carte. Si ma fille avait été là elle n’aurait rien montré du tout. Je n’ai jamais de ticket pour elle. Aucun contrôleur d’ailleurs ne demande jamais rien. C’est un seuil de tolérance en quelque sorte, ils s’amenuisent mais celui ci tient bon. Lui non plus, pas de ticket. Il a sa carte d’abonnement mais rien pour son fils

Quel âge a votre fils ?

5 ans

Ah mais faut un ticket Monsieur alors vous descendez en acheter un tout de suite et puis c’est tout.

Il y a l’école encore, il lui dit qu'il va être en retard mais rien n’y fait. Le contrôleur avait enfilé un costard par dessus le sien, sans plis, un costard qui joue à Jacques a dit a dit sans qu’on puisse jouer. Il joue tout seul avec ses gros bras.

J’ai coupé court parce que ça n’allait pas s’arrêter là. Par chance j’en avais un de ticket. Je lui ai donné, il l’a poinçonné devant le contrôleur. On aurait dit que ça lui avait foutu les boules, ne sachant plus comment gagner son Jacques a dit a dit. Le contrôleur s’est rhabillé, il est descendu.

Il a cherché à me filer un euro et quelques. J’ai refusé, il y a encore des choses gratuites, c’est tout. Et puis je lui ai dit pour Trump, il m’a rendu service en quelque sorte comme ça je n’y penserai plus. Il a ri. Finalement il m’a tendu un billet de 10 euros parce que mon ticket avait 10 voyages et même s’il était déjà poinçonné de 4 voyages, il m’a dit, il y a encore des choses gratuites et aussi des billets qui valent beaucoup moins que ce qu’ils prétendent.

Trump s’est fait dégagé.

Le contrôleur ça lui passera.

Je suis sortie du tramway en traversant le parvis légère, plus légère que d’habitude. Un petit rien de deux mains qui s’attrapent et se sourient.

Les 10 commandements de Macron

1) Pour te payer un costard, tu travailleras.
2) Hollande, tu trahiras.
3) Ta blanquette de veau, tu mangeras.
4) Ton sourire colgate, tu perfectionneras.
5) Les rumeurs, tu démentiras.
6) Comme une girouette, tu tourneras.
7) La colère de Taubira, tu déclencheras.
8) Ton programme tu cacheras, mais un jour, ton grand projet, tu dévoileras.
9) Les oeufs de poule, sur ton front, comme couronne d'épines, tu accueilleras.
10) Au ciel, tes bras, tu lèveras.

(Avec l'aide de la @laderdesders1)

Il n'y a pas pire proie que celle qui aime être chassée.

Trop de textes ressemblants à des tutos du style DIY Domine Ginette en 10 leçons…
Vraiment Mesdames, Messieurs, où est donc passée votre imagination ?!?
En tant que femelle, femme, amante et maîtresse.
J'ai assez rapidement compris que mon épanouissement sensu-sexuel passait par mon abandon.
Je parle d'un abandon total, celui où tu poses ta vie dans le creux de la main de l'être cher à ton Âme.
Est-ce là faire acte de soumission ?
Probablement oui.
Alors où trouver mon “Maitre” ?
Où et comment trouver celui en qui je pourrais avoir suffisamment confiance pour lui donner cette responsabilité là.
Quel genre d'homme devrait-il être ?
Quel amant ?
Un dominant ?
Un Maitre ?
Vers où me diriger.
Déjà, Les maîtres de papier, rubans mesureurs, performers de bas étage.
OUBLIEZ.
Je ne peux mettre ma vie qu'entre Les mains d'un homme intelligent.
La conversation, Le verbe soigné, Les mots choisis. Qu'ils soient crus, doux, forts ou fous, qu'importe du moment qu'il sont dit avec intention et intelligences.
( vous remarquerez Le “s” à intelligence. )
Car c'est de cela qu'il s'agit réellement, de l'intelligence du coeur, du corps et d'une putain de dose d'esprit.
Afin de me mettre en danger l'homme, doit me faire tripper.
Par son arborescence, son insolence, son kink assumé et ses yeux qui sourient.

Un Alpha un putain d'Alpha et pas un vague et obscure wannabe, qui veut assouvir ses délires à moindre frais et sans humilité sur mes fesses jolies.

Un alpha donc, qui me fait huiler mes cellules grises et mouiller mes lèvres.
Le mec qui te fait réfléchir, qui se remet en question avant de te mettre en cause.
Celui avec qui Les cordes ou menottes sont inutiles, car il sait te tenir dans sa volonté, Et d'un baiser ou d'une caresse t'intime de ne pas bouger.
Celui qui t'amène on the edge.
Au bord du précipice et te dit lances toi si tu veux je suis là pour te rattraper mais regarde moi petit chat. T'as pas besoin de moi pour y arriver.

Alors Marcel, tu veux dominer Ginette ?
Mais bordel commence par te dominer toi même.
Range ta demie molle, tes envies de branlettes espagnoles, Et apprends à te retenir, à te contenir, c'est bien tu verras ça t'étonnera et en plus y'a même moyen que ça t'étoffera un peu.
Attention hein, messieurs vous n'êtes pas tous taillés pour être des conquérants.
Certains d'entre vous chasseront toute leur vie des souris, par paresse, par facilité, voire même par ennui.
Alors toi l'exceptionnel, Le mec brillant, Le diamant brut, Le multi facette, Le complex sans être pourtant complexé.
Toi Tu Sais au fond de toi à Quoi je fais allusion.
La soumission n'est pas qu'une question de cordes ou de fouet, je collier de Chienne ou de martinet.
De pinces, d'humiliation ou d'imposer ta volonté.
Le don de soi, ce cadeau qu'une femme te fait,
N'oublie jamais qu'il faut une sacrée dose de force pour le pas passer.
La préciosité de l'âme, du corps est sacrée.
Ce n'est un geste que l'on doit galvauder.
Le respect, l'admiration même est de mise.
Cette femme qui s'offre n'a de soumise que Le nom.
Et encore elle l'accepte de tes yeux, de ta bouche et de tes gestes car elle te juge digne de l'offrande qu'elle te fait.

Il n'y a là aucune fierté personnelle à en tirer, d'autre que l'humilité.
L'honneur se trouve dans les hommages rendus.
Les attentions, Les petites choses qui pourraient de loin, ne rien vouloir dire du tout.
Mais pour toi, l'alpha, qui sait, qui as conscience du prix payé.
De la voir ainsi à tes genoux supplier.
De la sentir tienne, qu'importe l'instant.
Quand ton regard se pose sur le présent qu'elle te fait.
La fierté ressentie, l'amour aussi.
Il te revient toujours de la remercier.
Ces plaisirs partagés ne le sont que parce qu'en femelle,
pleine de vie elle t'a choisi.

Alors Mesdames qui souhaitez vous encanailler dans les bras d'un Christian grey de papier, allez y, mais n'allez pas vous étonner qu'à force de jouer avec du feu vous vous êtes brûlées.
Et vous Messieurs, il ne suffit pas de mettre une chemise Blanche Et un costard pour être cet Alpha là.
La pauvreté d'esprit ne se dissimule pas avec des accessoires en cuir et ne s'efface pas d'une fessée.
N'est pas Alpha qui veut.
Ne l'oubliez pas, il n'y a pas pires proies que celles qui aiment être chassées.
Tout simplement parce que ça ôte tout le plaisir de l'approche, sans parler de celui de la monte des escaliers.

Et ce n'est pas parce que tu ne te sens pas être une proie que tu es un prédateur.


Jesuismeow.
Texte déposé.

La folle soirée de Prunif
  • Mon père m’a récupéré en voiture devant la salle des fêtes, et on est parti, fenêtres ouvertes et cheveux au vent vers mon bal de terminale
  • C’était bon de se poser un peu
  • On traversait la ville à toute vitesse, et j’ai eu envie d’acheter un énorme gobelet de coca et de partir en road trip là tout de suite
  • Je suis arrivée au bal avec deux heures de retard
  • Mes amies étaient dehors, et elles étaient toutes belles (et en talons !)
  • Tous les mecs étaient en costard c’était trop drôle
  • Au début ça avait l’air bien craignos comme je le pensais
  • Mais j’ai croisé Hono au bar, du coup on est allée aux toilettes, qui est, je le rappelle, le meilleur lieu au monde pour parler
  • Puis je suis allée danser, mais la musique était nulle alors on est allée parler sur le côté avec Little
  • Elle m’a apprise la révélation choc de la soirée !
  • Et là… Alexandri Alexandra a retenti
  • Je voulais la suite de l’histoire, mais je devais y aller
  • Alors on a rejoint Rox et Miss Sciencepo et Rox a rigolé parce qu’elle savait qu’elle allait me voir débarquer
  • Des chansons des années 80 ont suivi et c’était vraiment fun
  • Puis à nouveau de la musique nulle
  • Donc on est sortie pour parler avec Rox
  • Elle m’a parlé du cousin de M. et des vacances en Espagne
  • Quand on est revenue Little m’a dit que j’avais loupé Shape of you
  • J’y ai pensé les 10min qui ont suivi 
  • J’ai croisé mon voisin de SES qui m’a dit que j’avais toujours été gentille avec lui et que j’avais été une bonne voisine
  • La soirée s’est poursuivie avec des musiques que je connaissais pas
  • Little et Miss Sciencepo se sont posées et avec Rox on a dansé comme des connes
  • Les filles sont finalement parties 
  • Je suis restée avec des potes et on a continué à faire des conneries
  • Il y a eu le ¼ d’heure slow, où on a fait un slow endiablé avec une pote sur la scène
  • J’ai réalisé que je ne connaissais pas la moitié des noms des gens présent dans cette salle et je m’en suis foutue le plus royalement du monde
  • Parfois des flashs m’éblouissaient, et j’avais l’impression d’être sous acide ou dans un rêve
  • Et parfois quand je marchais je ne pouvais pas voir un mètre devant moi dû à la fumée, et c’était à la fois inquiétant et excitant
  • Des musiques inconnues à mes oreilles ont continué de retentir jusqu’à ce que la libération arrive, sous les traits de la chanson Sweet Dreams
  • A partir de là les bonnes chansons se sont enchaînées et on a dansé jusqu’à en avoir mal au pied
  • J’étais en sueur et en train de mourir
  • Un mec est monté sur la scène et a commencé à nous faire un strip-tease
  • Une fille de ma classe et son copain espagnol étaient limite en train de s’envoyer en l’air sur le côté de la piste
  • La salle s’est vidée et je me suis assise
  • C’était la fin du lycée et je ne reverrai plus jamais ces gens
  • Et je m’en foutais

anonymous asked:

Cette photo de Mv je suis shook c'est quoi ce look costard+chaussures de marche?!!!

C’est le look PM en visite à la Mer de Glace, qui nous a donné des photos mémorables, du genre :

(@riennemaffecte il porte *la* cravate !)

mais aussi :

ou encore :

sans oublier celle-ci qui ressemble à l’AU rando façon dystopie (@salutmapoulecestmanu c’est la version où Loulou se perd et ne retrouve pas la trace de Valli, jusqu’à ce que celui-ci soit obligé d’alerter les secours parce que cet imbécile de Loulou n’est pas fichu de s’orienter) :

et enfin cette magnifique photo façon ombre et lumière :

stamp-gray  asked:

Tous ceux avec un 4!

4. Something that never fails to make you horny: le COU, putain comme c'est incroyable
14. Something that you have hidden in your room that you don’t want anyone find? Des capotes dans une trousse de secours que j'ai tjrs avec moi en voyage, si ce n'est pas pour moi, c'est pour une copine
24. Biggest turn on: les mecs en costard avec les manches de chemises remontées, oulalala et les militaires
34. Love is greater than sex
44. Does size really matter to you? On dit que la taille ne compte pas, du moment qu'on sait s'en servir. Mais faut encore savoir s'en servir…
54. Booty or boobs? Chez moi les deux sont proportionnés et les mecs ont tendance à kiffer le booty et les boobs
64. Do you want someone aggressive or passive in bed? Aucun des deux, mais qn qui fait qch
74. Have you ever paid for sex? Nope never and don’t want to

Dans de beaux draps.

Eux, ils sont les premiers habilleurs.
Ceux qui précèdent une journée.
Ils sont un écran blanc, quelle que soit leur couleur. Et ils se font une toile.
Et ils se rêvent vêtements. Ils auraient pu en être, où ils le pourront, tels les rideaux devenus robe de “Autant en emporte le vent” ou de “La Mélodie du Bonheur”.  Ils le savent.
Ils invoquent la nuit dans cet espoir.
Et quoi qu'on y fasse, ils suivent le mouvement.
Et si l'on reste étale, ils nous imitent.
Puis, nous nous mettons à nous endormir.
Et ces draps débordés, ils s'enhardissent à ce sommeil là.
Ils prennent leur audace avant demain, et nous taillent des coupes et des costards, dont nous ne sommes pas témoins.
Ils jouent à toutes les saisons.
Quand c'est pour eux l'été en plein hiver, ça nous réveille, et ils font le mort.
Et ils remettent ça dès que les yeux sont fermes.
Et au matin, sur la joue, ajoutée, il y a leur marque, mais elle s'estompe avant que l'on ait eu le temps de la lire.
Alors, comme si de rien n'était, ils attendent le soir pour recommencer.

(“Dans de beaux draps.”, par Avril Bénard, du blog “Avril et Moi”).