corps mort

Profonde Misanthropie
  • Profonde Misanthropie
  • Gris
  • Il était une forêt...
Play


Dans les forêts brumeuses,
J'ai erré loin de vos royaumes souillés

Sous les pluies glacées,
J'ai erré loin de votre race maudite

Dans les montagnes sombres,
Les vents ont caressé mon visage

Sous le ciel gris et morne,
Mon âme repose d'un sommeil éternel

Dans la solitude, mon corps gît,
Mort loin de vos terres impures

Mort en silence…


Je cherche à m’expliquer pourquoi j’utilise [ton image] si rarement […] et je me dis que c’est pour ne pas te fatiguer, ou t’épuiser, ou te griller comme image, pour te conserver je t’oublie. Dans mon refus à te remettre dans une position d’obscénité, je t’oublie comme amant, et dans l’éloignement je ne garde que l’ami. Chaque fois que je te retrouve l’image vivante déferle et m’étonne, me rappelle, m’attire violemment : l’image est morte, et je ne te veux pas mort, ton corps pour moi, ta présence est un miracle qui chasse l’image.


Le Mausolée des Amants (Journal, 1976-1991) - Hervé Guibert

conjure you. i’ll be the schoolgirl pressing daisies in her summer journal. you’ll be the horror in my daydreams. the unspoken birthday wish. 

girl games: hold your breath past the cemetery. but what about the unmarked graves? how many ghosts will swallow my soul this year? i’ll stop counting after a hundred. 

girl games: loves me, loves me not. loves me, loves me not. the garden grows forever. count every flower. don’t stop until you’ve plucked every petal from the earth. then you’ll know

girl games: voici un corps mort. stiff as a board. see the little girls float toward the high high ceiling. whisper stories of the ghosts we saw in the mirror. the horrid letters etched by the ouija board. we are cursed forever and we love it 

here is a girl game you almost forgot: write it all. draw it all. keep locks of your hair stuffed in your diaries. steal all you can. feel every stitch, every color. remember how your skin would sting when you hid in the pampas grass. remember every bruise.