comptoir

“ On s 'était rencontrés dans un bar en centre ville, il était pas très grand et coloré de teintes bleutées et roses avec une bonne musique en fond. Elle était là, assise sur une chaise penchée sur le comptoir avec sa bière à la cerise dans les mains. Elle portait un gros pull bleu marine avec un jeans et de chaussures avec des semelles épaisses, c'était pas vraiment attirant tu sais, le genre de meuf négligée, avec le maquillage de la vieille sous les yeux, les cheveux en bataille et le visage un peu rond. Et elle était là, seule, en tête à tête avec sa kriek, c'était pas beau à voir, il faisait à peine nuit et elle semblait déjà partie dans un autre monde. ”

Je sortis une cigarette de ma poche quand mon interlocuteur me coupa :

“ Tu fumes toi ? Je croyais que tu ne voulais pas ressembler à tous ces petits rebelles à la con qui se disent niquer la société. ”

Je souris doucement en même temps de glisser l'objet entre mes lèvres, attrapant mon briquet j'allumais le bout.

“ Mais je ne fume pas pour niquer la société capitaliste. Ça va bien plus loin que ça mec, c'est à cause de cette fille d'ailleurs, parce qu'elle était là et moi aussi, deux pauvres cons qui s'étaient retrouvés dans ce bar pour je ne sais même plus quelle raison. Alors j'ai demandé pareil qu'elle et je suis parti m'asseoir un peu plus loin parce que j'avais pas suffisamment de couilles pour aller lui parler. Et je la regardais comme un taré, je me souviens de tous les détails de ce moment là, de ses cheveux coupés courts marrons foncés, de ses petits yeux presque jaunes avec quelques tâches à l'intérieur, sous son œil gauche il était une veine qui avait explosée, je me demande toujours comment au passage, ses ongles noirs abîmés, je te jure en vrai c'était pas beau à voir, le corps dans ce bar et la tête dans les étoiles. J'ai dû la fixer pendant plus d'une heure comme un con, elle était pas vraiment belle, on se serait jamais retournés sur elle en ville, pourtant ce soir elle semblait être la plus belle femme au monde. À un moment elle s'est levée à mise sa veste deux fois trop grande pour elle, tu sais ces vestes de mecs qui craignent un peu, a sorti un paquet de clopes pour se diriger vers la sortie. Et tu sais pas quoi, bah elle s'est arrêtée devant moi en m'en tendant une, comme si c'était normal de proposer à un inconnu d'en griller une. Alors comme un débile j'ai bégayé un espèce de ’ oui ’ qui pu la mort et la fragilité. Quand elle l'a allumée j'ai cru comprendre la chanson de Saez Cigarette. Ouais tu dois sûrement pas connaître mais ça parle d'un homme qui fait tout au long de la musique une métaphore entre la cigarette et la femme au point qu'à la fin on ne différencie plus les deux, c'est elle qui me l'a fait découvrir parce qu'elle s'appelle Marguerite, ou dû moins c'est le prénom qu'elle a bien voulue me donner, parce que d'après ce qu'elle m'a racontée ses parents étaient de grands fans de cet artiste et ils s'était rencontré juste sur la chanson Marguerite. Enfin maintenant que je dis j'ai l'impression qu'elle ne faisait rien par hasard, tout avait un symbole pour elle, comme si elle ne voulait rien laisser au destin, un manière de se prouver à soi-même et au monde entier qu'elle était maîtresse de son existence. Je trouve ça super sexy, ça change des gamines paumées qui se disent libres sous prétexte qu'elles vont en boîtes et qu'elles se font sauter. Bref je crois que je me suis perdu, donc oui ! On était devant ce bar cigarettes dans la bouche et elle a commencé à me demander ce que je foutais là parce que je semblais paumé, et c'était le cas donc je lui ai expliqué que j'avais juste envie de me casser de la coloc un soir, parce qu'il y en avait marre de gâcher sa vie sur un canapé, et là, elle a pris un fou rire parce que mon ambition visiblement c'était donc de gâcher ma vie sur une chaise dans un bar. Elle parlait avec une aisance déstabilisante, comme si elle savait à l'avance ce que j'allais dire et avait appris ses répliques par coeur. Après elle m'a tendue son briquet et la je te jure j'ai cru que j'allais kaner mec, le goût était dégueulasse, ça brûlait la gorge, ça puait pourtant j'ai continué. Elle continuait de sourire parce qu'elle avait comprise que c'était la première fois que j'essayais cette merde, surtout qu'pour ne pas arranger mon cas j'ai sorti un ’ pourquoi tu fumes c'est même pas agréable ? ’, alors elle a poussé une chaise pour s'asseoir à tiré un grand coup avant de me répondre ’ parce que je sais l'apprécier, je sens la fumée descendre dans les poumons, remontrer dans ma bouche pour caresser mes lèvres et puis tu sais, on masque l'odeur des regrets avec qu'on a,  on rempli le vide avec ce qu'on a. La vie est triste mais c'est ce qui en fait sa beauté, fumer s'est prouver à la mort que t'as pas peur d'elle, que tu l'as défie même ! Et puis même, tu sais s'est agréable d'avoir quelque chose près de soi, si j'avais choisir entre une dernière femme et une dernière cigarette, je choisirais la cigarette : on la jette plus facilement. Disait Gainsbourg, alors moi j'ai décidé de choisir la manière de souffrir. ’ et voilà comment je me retrouve maintenant avec les poumons noirs, à cause d'une nana qui avait les mots pour faire chavirer les bateaux. Puis on a continué toute la nuit, enchaînant paroles, alcools, clopes et même quelques drogues… à la fin on est monté chez moi parce qu'elle était morte de froid avant qu'elle ne tombe de fatigue dans mon lit et me dépose un léger baiser et tu sais ce que c'est le pire ? Cette meuf a même pas vingt ans et elle a changé ma vie. ”

j'avais fini ma cigarette et je regardais maintenant les étoiles jouer avec la lune.

“ elle où désormais ? ”

me demanda-t-il.

“ j'en sais rien, le matin quand je me suis réveillée elle était plus là, le seul souvenir qu'elle m'a laissé c'est son paquet de cigarette et un numéro de téléphone avec écrit ’ appel moi quand tu auras envie de te foutre en l'air’, en attendant je pense qu'elle est occupée à bouleverser d'autres existences. Mais j’ai qu’une envie, c’est de mourir entre ses lèvres. ‘’

Quelques Brèves de comptoir (Jean-Marie GOURIO) : il s'agit de phrases réellement
entendues par l'auteur dans des bistrots :

Ma femme peut pas me quitter, je suis jamais là !

A la naissance le nain est normal, c'est en grandissant qu'il rapetisse.

Ça m'inquiète de prendre la voiture bourré mais en ce moment j'ai pas le
choix, je suis tout le temps bourré.

Ce qui ne va pas dans la société, c'est les gens.

En moto, tu peux boire plus qu'avec la voiture, le vent ça dessoûle.

Faudrait lui passer la cervelle au Karcher tellement il est con.

Il a perdu son taxi parce qu'il buvait trop, maintenant il est chauffeur de car en Bretagne.

Il faudrait qu'à l'auto-école on nous apprenne à conduire bourrés, on apprend bien la conduite sur glace.

J'étais ivre mort et j'ai pas pris ma bagnole… c'est bien, non ?

Je n'achète rien quand c'est fabriqué par des enfants du tiers-monde, ça se casse tout de suite.

Je serais chercheur, moi je saurais pas quoi chercher.

Je suis chômeur occasionnel et en ce moment c'est l'occasion.

Je suis le plus grand auteur maudit, j'ai jamais écrit une ligne.

L'apéritif concert, j'y vais pour la musique parce que de l'apéritif j'en ai à la maison.

La forme de l'eau, on la sait quand ça gèle.

Le mariage des pédés, ça va obliger le pâtissier à poser des pédés sur le gâteau.

Le naturisme, sur le dépliant c'est des jeunes filles à poil sur la plage mais quand tu y es, c'est que des retraités de la SNCF.

Les livres, j'aime pas le sujet.

Les peintures de Lascaux on trouve ça génial, mais si ça se trouve à l'époque personne en voulait chez lui.

Quand tu tues ta femme, c'est pas la peine de prendre la fuite, elle va pas te courir après.

Si c'est toi qui décide de boire, c'est pas comme un microbe. Si c'est le microbe qui décide, c'est une maladie.

Tant qu'elle est pas ouverte, l'huître sait pas qu'elle est dans la cuisine avec des gens qui la regardent.

Une journée sans voiture ! t'as vu le bordel ? des embouteillages partout! dans ce cas-là qu'ils fassent une journée sans pognon !

Y faudrait un distributeur d'apéros dans le mur pour quand ça ferme, pareil que les banques.

Casquette à l'envers

Comme souvent dans les cafés, j'étais sur l'ordi en train de monter une vidéo. J'entendais rien, mais visiblement à la table d'à côté, un groupe de vieux parlent de moi. Sourcils froncés et éclats de rires. L'air de rien, je coupe le son du casque.

“C'est ça les jeunes aujourd'hui! Ça vaut plus rien! Casquette à l'envers sur l'ordinateur. Tous sur le virtuel à écouter leur musique débile! Ils savent même plus ce que c'est qu'une femme!”.

Bref grosse marrade.

La serveuse qui venait de leur amener le café passe un oeil au-dessus de mon écran et me demande ce que c'est. Je lui tends mon casque.

La fin de la vidéo arrive, elle sourit. Elle retourne au comptoir, mais juste avant elle m'écrit son numéro sur le ticket de caisse.

Sans transition à la table d'à côté, ça décide de parler foot.

anonymous asked:

عنود ، ممكن تكتبين لي اماكن حلوة بمانشستر! بقعد فيها ١٥ يوم وودي اسويلي پلان لها 💕 وشكراً مقدماً💓💓

مانشستر مكان سكن فالأشياء اللي فيها سياحية قليلة لكن هذي بعض الاماكن اللي احبها:
Manchester Arndale
Piccadilly Gardens
Trafford Centre
Northern Quarter
Oxford Road
MediaCity UK
هذي كلها اماكن جواتها اماكن زي مطاعم وقهاوي ومحلات وهي اكثر الاماكن المعروفة.
اذا تبين مطاعم حلوة:
Zouk
Bakhchich
Comptoir Libanais
Home Sweet Home
Asha’s
Don Giovanni
Burger & Lobster
Tru Street
Chaobaby
Sugar Junction
هذول اللي في بالي الحين.
اذا تبين تسوين پكنك روحي هيتون پارك حلوة وكبيرة.
ومدري والله اتوقع بس هذا اللي في بالي وانا مو من النوع اللي اطلع كثير بس بسأل لك واذا في شي جديد بعدل الجواب💕

Ben Swildens. Cree 1 1969, 2
“Dans l'immense salle désertée par la clientèle, les comptoirs, les bacs, les présentoirs et les bergeries en forme de pièce du puzzle qui composaient le labyrinthe ordonné de cet étage du magasin, commencèrent à s'élever lentement dans un sourd bourdonnement, suspendus à leurs tiges télescopiques d'acier chromé.”

Hier soir je suis dans un bar avec une pote. Face à moi, derrière elle, y a un groupe de relous bien bien relous, accoudés au comptoir avec des millions de bières, je me dis que ça va être sympa.
Je vois les mecs qui parlent de moi en me regardant et en rigolant, me montrant du doigt. Je me dis, ça va être encore plus sympa. :) Y en a un qui se lance:
- ça va ?
- très bien.
- tu peux voir la télé derrière moi ?
- non. 
- ah, tu veux peut-être que je me pousse ? (en y croyant pas une seconde, on sentait le mec qui comptait sur ma politesse)
- oui, avec plaisir :)
- ah, euh, non en fait c'était pour…
ouais ok mec, remballe ta fausse proposition.
- bon sinon j'aime bien tes cheveux
- fantastique. je croyais que tu devais te pousser pour que je puisse voir la télé (qui passait un tournoi de fléchettes, je vous raconte pas, ma passion number one dans la vie -_- )
- euh…
et là il s'est retourné et il est parti avec ses potes. youpi